PRESSE ET MEDIAS

Nécrologie Négrologique : Rama Yade est décédée!


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



LFDM
Samedi 3 Octobre 2009

Nécrologie Négrologique : Rama Yade est décédée!

Fâcheux collapsus en videorama sur BFM-TV

Hier c’était bulletin nécrologique chez les enfants de Murdoch, nos apprentis américains de BFM-TV. Ils ont dit que Ramatoulaye était décédée. Le terme nécrologie est composé du préfixe nécro, qui provient du grec ancien νεκρός necros, et signifie «mort» de chez «cadavre», et du suffixe logie, encore du vieux grec λόγος logos, «parole». Bordel de grec, kaliméra, ephcharisto… A tes souhaits toi-même. La nécrologie est une notice, à la mémoire d’une personne morte depuis peu de temps ou l’avis de décès d’une personne connue dans un journal, une revue. On dit aussi cela du bulletin qui tient le listing des pipoles décédés durant une certaine période. Parce qu’ils sont comme cela les pipoles qui  soutiennent les violeurs et les pédophiles… Non contents de vous emmerder de leur vivant, ils vous font chier après leur mort.

Deuxième terme, négrologie. Celui-ci est de forge récente et d’un alliage douteux. Difficile à attribuer. Le terme se compose de l’espagnol «negro» bien galvaudé, lui-même issu du latin niger «noir». Niger, Nigeria voyez-vous dans quel delta nous pagayons? En France on connaît parfaitement la négritude. Ces platitudes senghoriennes, prétendument poétiques mais dont le dard de fumier de Sedar théorisa sur un être essentiellement captif de l’émotion. A ce tableau issu de l’histoire naturelle de Buffon, il ne manquât que la plume au cul du nègre et le zouk pour qu’il le remue. Le civilisé, et notamment celui qui s’en alla dégurgiter les poncifs racistes les plus éculés à l’Université Cheik Anta Diop de Dakar, découvrit sur le tard une autre négritude, forcément, elle était plus revêche, celle de Césaire. Pourtant timide, accommodante, elle était déjà insupportable au goût des Maîtres, une véritable césarienne dans le corps unanime de la supériorité européiste.

A contre-pied de ces deux postures négrologiques avant l’heure, Wole Soyinka, prix nobel de littérature qui renvoya l’un et l’autre à leurs classes, c’est-à-dire à leurs maîtres qu’ils faisaient juges par le fait même de leur adresser leurs revendications identitaires. Le nègre sous hypnose, en mal de reconnaissance. Aujourd’hui il aspire à ce dont il se rêve… métis. Wole irréfutable déclara que le tigre ne négocie pas sa qualité de tigre. Il ne clame pas sa tigritude mais saute sur sa proie et la dévore. Voilà une dénégrologie qui était déjà bien manioquée pour l’époque et combien nécessaire de nos jours de désert intellectuel! Depuis on est tombés plus bas que l’Abysse Senghor. On a hérité de la clique à Patrick Lozès, et face à eux, l’Empereur pour remplacer De Gaulle… Pauvre noirs, pauvre France…

Revenons à nos vocables pour pouvoir finir sur la Ramatoulaye annoncée morte. Si si, on va y arriver vous verrez… Une clique de racistes de tous poils s’est employée à populariser le terme négrologie avançant que «La moitié du continent africain est dévastée par des guerres d'écorcheurs, l'autre vivote entre crise et corruption, tribalisme et anarchie.» Pour Stephen Smith, soutenu en cela par des penseurs ignares tels que Bruckner, philosophe jetable s’il en est, et sorte de résidu du BHL media Thinking, pour Stephen Smith donc qui était journaliste à Libération puis au journal Le Monde comme vous et moi sommes le Pape, «l'Afrique meurt d'un suicide assisté», elle serait accompagnée dans sa chute par une forme d'«autisme identitaire», façon pour elle d’évacuer ses maux. Songez selon l'abruti que l’Afrique est le seul continent au monde où 350 millions de personnes seraient collectivement atteintes d’un syndrome dépressif suicidaire. Si Stephen Smith a trouvé à vendre sa déjection, c’est que son racisme a rencontré celui inconscient de milliers d'avortons qui ont trouvé à l’acheter, pour s'en convaincre. Chacun jouit comme il peut, d'aucuns par la haine, nous à la Feuille de Manioc, on préfère se cirer le jonc si jamais on n’a rien à se mettre sous la pogne.

Nous aimerions bien tenir ce type de discours avec ce genre d’ânes. A condition que les matières premières des guerres tribales bantoues n’aient pas pour principe structurant des armes fabriquées chez nous et par nous trafiquées, qu’elles n’aient pas les ports du Havre, Bordeaux, Marseille, Nantes, Anvers, Amsterdam… pour débouchés, et leurs profits nos banques pour refuge. A condition aussi de ne pas s’empresser, à la moindre simagrée démocratique, de soutenir les truqueurs de scrutins comme récemment Ali Bongo, Paul Biya, Denis Sassou Nguesso, à condition enfin de ne pas soutenir les régimes dictatoriaux mis en place par la maffia criminelle et criminogène des réseaux francs-maçons qui siège à Paris, Tours, Lyon, Bordeaux… Alors là seulement des abrutis congénitaux au cul fétide posé à Paris pourrons envisager dire que l’Afrique est collectivement suicidaire.

On y arrive. Ce n’est pas parce que la Ramatoulaye Yadé est noire et que Sarko veut la tuer politiquement qu’il faut la déclarer morte. Certes entre négrologie et nécrologie, seul le point G fait la différence, mais ce serait faire voler le débat bien bas, au dessous de la ceinture et surtout, enterrer un peu hâtivement une tigresse qui n’a pas dit son dernier mot et rumine à n’en point douter sa vengeance. Fierté noire oblige n’est-ce pas? LFDM.


http://lafeuilledemanioc.20minutes-blogs.fr/ http://lafeuilledemanioc.20minutes-blogs.fr/



Samedi 3 Octobre 2009


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires