Palestine occupée

Nazar Rayyan : une vie de science, une popularité grandiose et un parcours solide de résistance



Dimanche 4 Janvier 2009

Nazar Rayyan : une vie de science, une popularité grandiose et un parcours solide de résistance
A Djabalia, dans la bande de Gaza, des Palestiniens se sont rassemblés en masse sur les ruines de ce quartier résidentiel effacé de la carte par les chasseurs bombardiers israéliens. En effet, le jeudi 1er janvier 2009, ces engins ont lâché leurs bombes pour tuer des Palestiniens dont Nazar Rayyan, 60 ans, personnalité distinguée du mouvement du Hamas.

Malgré les bombes lâches, Rayyan refusait de quitter sa résidence. Il n’avait pas peur. Tomber en martyre, il l’attendait. Il savait que le martyre viendrait tôt ou tard.

Ar-Rayyan était professeur d’université. Auprès de ces concitoyens, il connaissait une popularité grandissante dans la rue palestinienne. Courageux et humble, il refusait de quitter sa maison dans un quartier densément peuplé, modeste dans leurs moyens de vivre, dans le camp de réfugiés palestiniens de Djabalia.

Jeudi, l’aviation militaire israélienne a choisi sa maison comme cible. Elle l’a tué, mais également dix autres personnes, en majorité des enfants. Des dizaines d’autres ont été gravement blessés.

Ar-Rayyan, en dépit de son âge avancé, participait avec les résistants palestiniens à repousser l’armée israélienne pendant ses invasions qu’elle menait contre leur camp. Cette participation ne faisait qu’augmenter sa popularité. Pendant l’invasion, ce professeur du Hadith (la science des paroles et du comportement du Prophète de l’Islam Mohammed (S)) portait souvent des vêtements militaires pour contribuer à renforcer le moral des résistants.

Ar-Rayyan a mis en place un procédé avertissant ses concitoyens, par des appels préalables, de la volonté des Israéliens de démolir leurs maisons.

Les boucliers humains pour protéger les maisons résidentielles étaient aussi une idée à lui. Lui et des centaines d’autres civils montaient sur les toits de leur maison et criaient Allaho Akbar pour obliger les avions militaires israéliens à rebrousser chemin.

Dr. Nazar Rayyan a fait ses études académiques en Arabie Saoudite, en Jordanie et au Soudan. Et c’est de l’université du Saint Coran, au Soudan, qu’il a eu son doctorat, en 1994.

Comme enfants, il avait six garçons et six filles. Il avait aussi deux petits-fils. Il leur apprenait comment défendre la Palestine, la ville d’Al-Quds et toute la patrie.

Le cheikh Ar-Rayyan a assumé le poste d’imam et de prédicateur de la mosquée Al-Kholafa, dans le camp de Djabalia, de 1985 à 1996.

Pour toutes ces activités et étant un membre éminent et actif du mouvement de la résistance islamique Hamas, les autorités israéliennes d’occupation l’ont emprisonné à plusieurs reprises. Il a perdu quatre ans de sa vie dans leurs prisons. Les anciennes autorités palestiniennes l’ont également enfermé un certain moment.

En plus de ses activités de résistance, de ses recherches scientifiques, Ar-Rayyan avait beaucoup d’activités sociales. C’était grâce à sa contribution que des dizaines de Palestiniens ont pu obtenir des diplômes supérieurs dans des universités arabes et musulmanes.

La bande de Gaza n’est pas prête de si tôt à oublier Nazar Ar-Rayyan, un homme d’action sociale. Il était le président d’un comité chargé de résoudre les problèmes et les conflits de ses concitoyens.

Qu’Allah (le Tout Puissant) te prenne dans sa miséricorde ! Ô Nazar Rayyan !

Qu’Allah (le Tout Puissant) te prenne dans ses paradis les plus hauts, avec les martyrs et les véridiques ! Ô Nazar Rayyan !

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Dimanche 4 Janvier 2009


Commentaires

1.Posté par Ben Hamadi El-Melki le 05/01/2009 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La mort est une obligation que toute personne l'accomplit la dernière seconde de sa vie . toutes les personnes tuées par l'armée sioniste ont accomplit cette obligation , la dernière seconde de leur vie .Elles sont mortes parce que la durée de leur vie est terminée .Elles seront mortes sur un lit , sur la route , ou par l'armée sioniste .

les morts du carnage sioniste , sont des martyrs .la paradis est leur demeure . N. Rayyan et ses frères martyres ne sont pas morts , ils vivent au paradis . Rayyan a laissé des cadres et des étudiants pour son peuple , des jeunes lions qui dévoreront le sionismes et ses alliés . Hamas que Abbas , Moubarek , et les sionistes cherchent à anéantir triompheras .

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires