Palestine occupée

Nasrallah rend hommage à Hariri


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?


« Nous l’avons tous perdu, ceux qui étaient d’accord avec lui, et ceux qui ne l’étaient pas » ! Un geste d’hommage au souvenir de celui que Seyyed Hassan Nasrallah qualifie, dixit, de « martyr pour le Liban ».


IRIB
Jeudi 15 Février 2007

Un titre, judicieusement, choisi, pour résumer l’article, signé Seyyed Hassan Nasrallah, paru, dans l’édition de mercredi du journal "As-Safir", à la veille du 2ème anniversaire de la disparition de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, dont « la mort fut une perte pour tout le pays », pour reprendre l’expression du Secrétaire général du Hezbollah, assurant, par la même occasion, que l’arrestation des assassins est « une demande collective nationale ». « L’engagement aux objectifs de Hariri, à l’échelle nationale, traduira la fidélité à ses idéaux. », souligne Hassan Nasrallah, qui affirme avoir établi, durant la dernière année de la vie de Hariri, de « bonnes bases pour des relations nationales saines avec le Premier ministre, via un dialogue politique et sincère. » « Tout le monde sait, écrit Nasrallah, que Hariri avait fait de la défense de l’intégrité territoriale du Liban son credo. Restons, donc, fidèles à ses idéaux, et agissons, avec davantage de vigilance, envers les plans qui visent à désunir le peuple et démembrer le pays. » Les incidents, qui se sont emboîtés au lendemain de l’assassinat de Rafic Hariri, en 2005, souligne Nasrallah, révèlent l’importance et l’amplitude de son martyr pour le Liban, ce que traduit le cours de l’histoire de ces deux dernières années du pays du Cèdre.

L’enchaînement des événements en dit long sur le scénario longuement concocté, au creuset du projet américain du « Nouveau Moyen-Orient ». Et l’attentat, qui a coûté la vie à Rafic Hariri, en a été le déclencheur. D’autres attentats en série on secoué le Liban, pour faire sombrer le pays dans le chaos, affectant son intégrité territoriale et sa souveraineté nationale, le rendant, ainsi, vulnérable aux machinations israélo-américaines. Ce fut, ensuite, en juillet 2006, au tour de la machine de guerre d’Israël d’entrer en scène. La guerre de 33 jours s’est annoncée aussi dure que destructrice, sans, pour autant, parvenir à ébranler la ferme volonté d’un peuple soudé, qui n’a pas hésité, même, un seul instant, à défendre, becs et ongles, sa patrie, une résistance, qui a, enfin, porté ses fruits, forçant l’agresseur à se retirer. L’Unité ! Ce mot résume en lui seul le secret de la survie du peuple libanais, le secret du triomphe de tout un peuple, qui a tenu son pari en déjouant tous les complots du tandem Tel-Aviv-Washington.


Jeudi 15 Février 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires