Economie

Naomi Klein : dégonflons la bulle Larry Summers



Mercredi 22 Avril 2009

Naomi Klein : dégonflons la bulle Larry Summers
Dans une tribune publiée par le Washington Post le 19 avril, Naomi Klein, l’auteure devenue célèbre pour son best-seller, « La doctrine du choc : la montée du capitalisme du désastre », appelle le Président Obama a « bannir Larry Summers [chef de son Conseil national de politique économique] (…) de la vie publique. » « Monsieur le Président, plaide-t-elle, dégonflez cette bulle ».

Summers est « trop proche de Wall Street. Il se comporte en tyran aussi bien des peuples que des pays. Pourtant, les bulles cérébrales sont la cause souvent ignorée des crises financières systémiques. C’est un processus par lequel l’intelligence d’une personne (…) est enflée et valorisée au-delà de toute raison, créant une accumulation dangereuse de risque sans couverture. Larry Summers est la plus grosse bulle cérébrale que nous ayons.

« Au départ, une bulle cérébrale démarre au lycée avec un inoffensif « crâneur », qui devient ensuite un « prodige ». Puis, lors de l’incursion obligée dans un petit pays bouleversé par une crise, le « prodige » est déclaré « sauveur ». A la trentaine, il est titularisé et devient officiellement un « génie ». A quarante, c’est un « gourou », et à cinquante, un « oracle » ! Et après quelques verres : un « messie ».

« Summers a eu tort encore et encore : tort de ne pas réguler les produits dérivés ; tort lorsqu’il a contribué à éliminer les lois bancaires de l’époque de la dépression transformant ainsi les banques dans des monstres trop gros pour faire faillite. Et lorsqu’aujourd’hui il aide à concevoir des tricheries de plus en plus complexes et dépense toujours plus de dollars du contribuable pour maintenir le casino financier en fonctionnement, il a encore tort. La rumeur prétend que son poste actuel pourrait lui servir de marche pied dans le chemin du grand prix : la présidence de la Réserve Fédérale. Ceci ferait de lui alors un « maestro ».


« Monsieur le Président »,
plaide Naomi Klein en conclusion : « s’il vous plait. Dégonflez cette bulle avant qu’il ne soit trop tard » !



Mercredi 22 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par dino le 22/04/2009 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Obwana est un pur produit des bilderberger....

2.Posté par Les culs de pyramide le 22/04/2009 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J' ai une autre théorie sur ces bibendums élyséens (d' où mon pseudo):

Je les appelle "les culs de pyramide" car, toute comme une fosse septique à l' envers, la merde, au fil du temps, finit toujours par se déposer dans le fond au "cul" de la pyramide: sommet du haut duquel l' élite s' autoproclame de la bêtise humaine.

Il s' agirait, selon cette hypothèse et dans cette course au pyramidion, d' un banal et inévitable phénomène de décantation hiérarchique où l' avidité obsessionnelle du pouvoir, matérialisé ici par l' argent, l' emporterait au fur et à mesure sur le sens des responsabilités.

En effet, si le premier est accéléré par la névrose le second est ralenti voire arrêté par l' effort de la raison et l' ingratitude empathique: n' est-il pas plus rapide d' aller spéculer fièvreusement au "casino" plutôt que de gérer avec rigueur le brave monde qui vous ignore ?

De plus, à cet appel du contrôle d' une majorité par une minorité cooptante, s' ajoute l' encouragement malhonnête à la corruption, à l' imposture et aux complots.

Enfin, il n' y a rien d' illuminant dans tout cela car, si cette "élite" dirigeante tenait vraiment de la "prédation légitime" plutôt que du parasitisme alors le monde s' en trouverait équilibré paisible et beau comme au naturel.

Ce qui n' est pas, n' existe pas.


C.Q.F.D.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires