Conflits et guerres actuelles

NETANYAHOU DÉVOILE SA STRATÉGIE : Israel veut êre un Etat juif


«Ce jour-là, j’ai créé l’Etat juif»

Theodore Herzl (Congrès de Bâle 1897)



vdida2003@yahoo.fr
Lundi 1 Juin 2009

Pr Chems Eddine CHITOUR Ecole Polytechnique Alger Le 15 février 1896 apparaît dans la vitrine d’une librairie de Vienne un ouvrage mystérieux :, «L’Etat juif» d’un journaliste autrichien Theodore Herzl, le théoricien du sionisme codifié au Congrès de Bâle. Révolté par les manifestations de l’antisémitisme français- affaire Dreyfus-, Herzl estime absolument nécessaire la constitution d’un «abri permanent pour le peuple juif», thèse qu’il reprend dans son livre L’État des Juifs. Il y expose les trois principes fondamentaux du sionisme : l’existence d’un peuple juif ; l’impossibilité de son assimilation par d’autres peuples ; d’où la nécessité de créer un État particulier, qui prenne en charge le destin de ce peuple. A ces trois fondements du sionisme, le Congrès de Bâle de 1897 ajoute un quatrième : le droit des Juifs à s’installer en terre d’Israël, donc dans la région palestinienne de l’Empire ottoman. De là débute le sionisme et du même coup le malheur des Palestiniens. Voilà donc pourquoi Benjamin Nethanyahou - qui se revendique du sionisme pur et dur- remet au gout du jour la nécessité de faire reconnaitre Israël comme un Etat juif. Le 27 mai 2009, un projet de loi punissant d’un maximum d’un an de prison la négation du droit d’Israël à exister en tant qu’Etat juif, a franchi une première étape à la Knesset. Ce texte interdisant la publication de tout «appel à nier l’existence d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique, lorsque le contenu d’une telle publication pourrait avoir comme conséquence de provoquer un acte de haine, de mépris ou de déloyauté» envers Israël doit encore être soumis à d’autres votes du Parlement et être revu par une commission avant d’être adopté définitivement. On l’aura compris, c’est la première phase d’une deuxième Nakaba, puisque les Arabes israéliens n’auront pas vocation à rester dans un Etat juif. Qu’est-ce qu’au juste un Juif? Pour le philosophe Armand Abécassis, le judaïsme est confronté aujourd’hui à une grave crise d’identité ! Le sionisme politique n’est pas synonyme d’Israël : Herzl, son fondateur, avait d’abord accepté l’idée d’installer les juifs en Ouganda ! Le sionisme religieux, c’est d’abord la volonté d’installer le monde juif, sa mémoire, sa culture, sa religion sur son territoire d’origine. (...) Israël doit rester laïc. Le prêtre au temple, le roi au palais. Mais ce n’est pas le judaïsme qui gagne en Israël, c’est un certain esprit religieux, recroquevillé sur lui-même par peur de la modernité.(1) Alain Gresh et Dominique Vidal donnent différents sens au mot juif : nom (ou adjectif) dont la seule définition fait l’objet, depuis longtemps, de débats très complexes, tant sont nombreuses et souvent contradictoires les conceptions de la «judéité». À la question : «Qu’est-ce qu’un Juif?» les réponses sont en effet diverses. De longues polémiques se sont naturellement développées sur ce thème, en Israël. La Loi du retour, adoptée dès 1950, stipule que chaque Juif a le droit de venir en Israël. Ce droit a été complété par la loi sur la nationalité, votée en 1952, qui accorde automatiquement la nationalité israélienne à tout immigrant profitant de la loi du retour, donc juif. Mais qui considère-t-on comme tel? Dans la Palestine antique, un groupe juif de type national s’était formé. Mais l’effondrement des royaumes juifs sous les coups successifs des Assyriens et des Babyloniens, la colonisation romaine, et surtout l’écrasement de la révolte de Bar Kokhba, en 135 ap. J.-C., le dispersèrent. Tandis qu’un petit noyau demeurait en Terre sainte, le gros des populations juives s’éparpillaient tout autour de la Méditerranée, souvent en s’assimilant à leurs pays d’accueil. D’autres, profondément imprégnés de leur identité, parvinrent même à convertir, parfois massivement, leurs hôtes.:l’État juif d’Arabie du Sud, au VIe siècle, ou bien encore l’État juif des Khazars en Russie du Sud-Ouest, au VIIIe siècle, se constituèrent par le ralliement des souverains et de leurs sujets. Arthur Koestler, dans La Treizième tribu, affirme ainsi que la plupart des Juifs d’Europe centrale descendent des Khazars, donc de Turco-Mongols convertis puis dispersés en terre slave...Il en alla de même en Afrique du Nord, en Espagne, en Gaule, en Germanie, en Asie, etc. Les Juifs d’aujourd’hui n’ont donc, vraisemblablement, aucune filiation avec les Hébreux C’est dire, du même coup, combien l’appel au concept de race relève à la fois de l’ignoble et de l’absurde. La vieille anecdote du Juif français parti en Chine pour y retrouver ses frères répond, sur le mode de l’humour, à cette pseudo-théorie. Arrivé enfin à Shanghai, notre homme, dans une ruelle obscure, découvre la synagogue, et y pénètre. Les Juifs chinois, qui y prient, d’abord étonnés, se font peu à peu menaçants. Alors il leur crie : Mais je suis juif, comme vous. Et eux, lui montrant leurs yeux bridés, de rétorquer : Mais tu n’as pas le type ! Une simple visite en Israël convaincra d’ailleurs le plus dubitatif des lecteurs de l’extraordinaire diversité des types «juifs, aussi vaste que celle des peuples des quelque cent cinquante pays dont sont issus les Israéliens...» Le concept même de «peuple juif» est, à cet égard, pour le moins discutable. À défaut d’une réalité ethnique et sachant que l’angle religieux s’avère restrictif, sur quels éléments s’appuierait-il? (...)Et l’on connaît cette lettre dans laquelle Léon Blum, en 1950, s’associe à l’«effort admirable» d’Israël qui assure désormais une patrie digne de tous les Juifs qui n’ont pas eu comme moi la bonne fortune de la trouver dans leur pays natal. Même assimilés, les Juifs, pourtant, existent. Soit qu’ils soient désignés comme tels : C’est l’antisémite qui crée le Juif, affirmait Jean-Paul Sartre.(2) L’historien israélien Schomo Sand, professeur à l’université de Tel-Aviv, auteur d’un ouvrage courageux «Comment le peuple juif fut inventé écrit : «Les Juifs forment-ils un peuple? Contrairement à une idée reçue, la diaspora ne naquit pas de l’expulsion des Hébreux de Palestine, mais de conversions successives en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient. Voilà qui ébranle un des fondements de la pensée sioniste, celui qui voudrait que les Juifs soient les descendants du royaume de David». Shlomo Sand ne remet pas pour autant en cause la légitimité de l’existence et de la souveraineté de l’Etat d’Israël ; cependant celui-ci se discrédite, soutient-il, par son caractère exclusivement ethnique, engendré par le «racisme» des idéologues sionistes. « Tout Israélien, écrit-il, sait, sans l’ombre d’un doute, que le peuple juif existe depuis qu’il a reçu la Torah dans le Sinaï, et qu’il en est le descendant direct et exclusif (...)D’où vient cette interprétation de l’histoire juive? Elle est l’oeuvre, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, de talentueux reconstructeurs du passé, dont l’imagination fertile a inventé, sur la base de morceaux de mémoire religieuse, juive et chrétienne, un enchaînement généalogique continu pour le peuple juif. Les historiens sionistes n’ont cessé, depuis, de réitérer ces «vérités bibliques», devenues nourriture quotidienne de l’éducation nationale. Mais voilà qu’au cours des années 1980, la terre tremble, ébranlant ces mythes fondateurs. Les découvertes de la «nouvelle archéologie» contredisent la possibilité d’un grand exode au XIIIe siècle avant notre ère. (...) A défaut d’un exil depuis la Palestine romanisée, d’où viennent les nombreux Juifs qui peuplent le pourtour de la Méditerranée dès l’Antiquité? De la révolte des Maccabées, au IIe siècle avant notre ère, à la révolte de Bar-Kokhba, au IIe siècle après J.-C, le judaïsme fut la première religion prosélyte. Les Asmonéens avaient déjà converti de force les Iduméens du sud de la Judée et les Ituréens de Galilée, annexés au «peuple d’Israël». Partant de ce royaume judéo-hellénique, le judaïsme essaima dans tout le Proche-Orient et sur le pourtour méditerranéen. De même, les chroniqueurs arabes nous apprennent l’existence, au VIIe siècle, de tribus berbères judaïsées : face à la poussée arabe, qui atteint l’Afrique du Nord à la fin de ce même siècle, apparaît la figure légendaire de la reine juive Dihya el-Kahina, qui tenta de l’enrayer. Des Berbères judaïsés vont prendre part à la conquête de la péninsule Ibérique, et y poser les fondements de la symbiose particulière entre juifs et musulmans, caractéristique de la culture hispano-arabe.(...) La conversion de masse la plus significative survient entre la mer Noire et la mer Caspienne : elle concerne l’immense royaume khazar, au VIIIe siècle. (...) Israël, soixante ans après sa fondation, refuse de se concevoir comme une république existant pour ses citoyens. Près d’un quart d’entre eux ne sont pas considérés comme des Juifs et, selon l’esprit de ses lois, cet Etat n’est pas le leur. En revanche, Israël se présente toujours comme l’Etat des Juifs du monde entier. (...)(3) Imbu alors de l’idéologie de la race supérieure de droit divin, Israël pratique envers ses propres citoyens, juifs falasha, indiens et surtout arabes israéliens un apartheid qui n’a rien à envier au racisme le plus primaire et au langage zoologique dont parle Franz Fanon. Ainsi Brahim Senouci écrit : (...) Raciste, le rabbin israélien Yitzhak Ginsburg affirmant au Jerusalem Post le 19 juin 1989 que «le sang juif et le sang des goys (non-juifs) ne sont pas les mêmes» et en concluant que «tuer n’est pas un crime si les victimes ne sont pas juives»? Raciste, Ehud Barak qui, le 28 août 2000 (Jerusalem Post du 30 avril 2000), ose cette comparaison : «Les Palestiniens sont comme les crocodiles, plus vous leur donnez de viande, plus ils en veulent»? (...)(4) Nous citons aussi l’analyse pertinente de Pierre Stambul, juif tolérant et qui brave l’ire de ceux qui pensent que tout ce que fait Israël ne doit pas être jugé. Retraçant le parcours de l’OLP et l’erreur de Arafat d’avoir reconnu Israël sans que celui-ci ne reconnaisse l’Etat de Palestine, il tente de démonter la mécanique israélienne. «Sur le fond, écrit-il, il n’y a pas de différence entre le nettoyage ethnique de 1948 (800.000 Palestiniens expulsés de leur pays au moment de la Naqba, la catastrophe) et la conquête suivie de la colonisation de 1967. (...) L’ONU a reconnu Israël, toutes grandes puissances confondues. elle a accepté qu’Israël se proclame État juif. Par contre, l’ONU n’a jamais reconnu les annexions de 1967 et a même voté plusieurs résolutions demandant un retrait israélien. (...) Les négociateurs palestiniens ont été naïfs à Oslo. Ils ont reconnu Israël, mais n’ont obtenu qu’une reconnaissance de l’OLP. Qu’ils soient exilés ou réfugiés au Proche-Orient, voire plus loin, la majorité des Palestiniens n’espèrent plus rien du processus politique d’Oslo. Du coup, ils en reviennent à la question de la Naqba, à l’illégitimité de la création d’Israël. La revendication qui était celle de l’OLP avant 1988 (un seul État, laïc et démocratique en Palestine) reprend de la vigueur. (...)» «Il n’y a qu’une seule façon de régler cette guerre, c’est d’en revenir au droit. L’occupation, le nettoyage ethnique, l’interdiction faite aux réfugiés de revenir chez eux, les discriminations, les assassinats, les emprisonnements massifs sont des crimes. Au départ, il y a un crime fondateur, celui de 1948, et toute paix juste commencera par la reconnaissance de la Naqba. Toute négociation devra porter sur les moyens de "réparer" ce crime. Si les Juifs israéliens resteront, "l’ État juif" doit disparaître. Le droit international ne reconnaît que les États de tous leurs citoyens. Définir un Etat sur une base "raciale", ethnique, nationale ou religieuse est discriminatoire et les Israéliens ont fait la démonstration sanglante du caractère discriminatoire de l’ État juif vis-à-vis des Palestiniens. (...) Il faut contrer en permanence la propagande israélienne qui assimile la critique radicale de l’Etat juif à de l’antisémitisme».(5) Le premier test du président Obama vis-à-vis d’Israël s’est soldé apparemment par un échec. Benyamin Netanyahou est venu lui dire niet à toutes les propositions. Pas d’Etat palestinien, pas de gel des colonies. Par contre, il demande l’aide des Etats-Unis pour démolir l’Iran. Au passage, il annonce qu’il faut que les Palestiniens reconnaissent Israël comme un Etat juif. Cette affirmation lourde de sens, n’a soulevé en Occident aucun tollé, voire réserve. C’est le silence radio. La situation est pourtant favorable pour le président américain. On se souvient que le gouvernement Clinton ne portait pas dans son coeur Benyamin Netanyahou, considéré comme un menteur et un tricheur. De plus, il semble que le soutien à Israël de la part des Américains ne soit plus aussi monolithique, le Congrès américain et la communauté juive - ont désormais un nouveau visage. La semaine dernière, 64 députés américains ont supplié Obama de répondre le plus vite possible à la crise humanitaire qui sévit dans la Bande de Ghaza. Trente-deux membres du Congrès ont signé une proposition de résolution engageant le Congrès à soutenir l’administration américaine dans ses efforts en faveur d’une solution fondée sur deux Etats. Il est loin le temps où Martin Indyk, ancien ambassadeur américain en Israël, explique que si les hommes politiques américains tentaient de restreindre l’aide économique et militaire en vue d’obtenir des concessions de la part des Israéliens, «[ils recevraient] une lettre du Congrès avec pas moins de 87 signatures de sénateurs et 87% du Congrès disant ne vous avisez surtout pas de faire cela !». (...) En fait, la stratégie de Benyamin Netanyahou est cohérente : un Etat juif ne peut abriter que des Juifs. Non seulement il n’y aura pas droit au retour des réfugiés de 1948 ou de leurs descendants, mais si Israël arrive à s’introniser Etat juif, les Arabes israéliens vont donc, par la force des choses aller dans ce banthoustan que sera - le piège de l’Etat palestinien. Le temps ne joue pas en faveur des Palestiniens et des Arabes car Israël ignore toutes les résolutions depuis 1948, même l’initiative saoudienne de 2002 est ignorée. Pour ce qui est de Jérusalem, la judaisation à marche forcée de la partie arabe est un réel motif d’inquiétude. Israël veut-il la paix ou est-ce la guerre qui lui donne une réelle existence? 1.Armand Abécassis : «Qu’est-ce qu’être juif?» Le Point 22/12/2007 N°1838 2.Alain Gresh, Dominique Vidal : Qui est «juif»? quel sens donner à ce mot? IDH Toulon 3.Shlomo Sand : «Comment le peuple juif fut inventé», IDH Toulon. mardi 27 janvier 2009 4.Brahim Senouci, - Mercredi 22 avril 2009 5.Pierre Stambul : Etat juif ou société de tous ses citoyens? http://www.protection-palestine.org/spip.php?article7429 30 mai 2009 Pr Chems Eddine CHITOUR Ecole Polytechnique Alger


Lundi 1 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par gilles le 01/06/2009 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hoooop question : Pourrait-on définir la "colonisation légale" dont se targue officiellement Netanyahu ?

2.Posté par redo le 01/06/2009 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la colonisation "naturelle", ca te va ????

3.Posté par fadi le 01/06/2009 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bie sur israel veut etre un etat juif,au moment que de nombreux juifs apellent à la mondialisation et au mélange des cultures autrement dit se dilasser de ses references
culturelles et devenir une coquie vide facille à dominer par cet etat d'israel qui se veut juif et fidele à ces reference,autorisé pour les juifs de rester juifs et interdit pour les autres de rester ce qu'il sont.
non MR ATTALI,non Mr BHL et beaucoup d'autres qui n'ont en commun que leurs racine juif et qui defend le droit de l'etat hebreu à rester juif.
J'esper que les français se rendront compte à jour des dangers qui les guettent causés par les uns et non pas par les autres musilmans,africains ou imigrés.

4.Posté par jourdain le 01/06/2009 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La colonisation naturelle ??!!! Exactement comme le soleil qui se lève le matin ! comme deux et deux font quatre !! il est naturel aussi que l'on fasse sortir les Paléstiniens de "Paléstine" pour que les gens qui ont habité la région il y a plus de 2000 ans reviennent !! ou du moins ce qui reste d'eux même si c'est une petite poussière !! il est naturel qu'on tue tout ce qui bouge pour qu'un videur de boite de nuit Moldave soit ministre dans ce pays fait de poussiére !! il est naturel aussi d'envahir des pays souverains qu'on tue qu'on rase des villes entières pour défendre le pays de poussiére ...... oui c'est naturel car voyez-vous la poussière est tellement fragile que le moindre petit vent peut l'éffacer ! et elle n'éxisterait plus !! tout ça pour de la poussiére !! naturel !!

5.Posté par Aigle le 01/06/2009 18:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE Cretinisme est une marque de fabrique ....C'est aussi naturel que ca ....

6.Posté par Aigle le 01/06/2009 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Desolé Chitour , mais cette strategie n'est pas nouvelle , , elle etait inscrite dans la demarche à long terme de tous les "chefs " sionistonazis depuis pres de 100 ans .....Mais comme disait l'un de leurs CRIMINELS , Dayan , les Bougnoules ni n'ecoutent ni ne lisent ......et preferent courir apres les chimères surtout celles qui leur renvoient leur image "enjolivée " à escient pour permettre de leur fourguer des.................concombres

7.Posté par VIRGILE le 01/06/2009 22:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Israël un Etat Juif ?
La promesse de Dieu ayant été faite à Abraham, qui s'est réjouit car il a "vu" en vision l'avènement du Christ ! La Terre Promise est plus que de la poussière, c'est la gloire même de Dieu. Les Juifs-sionistes n'ont toujours pas compris ni reçu l'Esprit de Dieu.ils rampent à terre, souillant l'humanité avec ce criminel Talmud babylonien, bible du diable et sur de sanglantes illusions (PSS, etc.).

Netanyaou n'est qu'un des multiples meurtriers que cette "terre" portera comme ses ancêtes "tueurs de prophètes et d'artisans de la paix". Il faut que toutes ces choses arrivent pour démasquer cette épouvantable imposture qui est réellement le cancer de l'humanité. La "colère de Dieu " est sur leurs têtes et en deviennent humanicide.

La terre appartient à Dieu, nous n'en sommes que des gérants de passage, tous frères d'un même sang. La Terre Promise, Canaan, appartient au Roi des Juifs, c'est-à-dire Jésus-Christ, l'Emmanuel. Rien de peut effacer l'Ecriture Sainte. Bientôt, tous ces imposteurs seront balayés car Dieu se rit de ces néo-pharisiens sans foi ni Loi.

8.Posté par VIRGILE le 01/06/2009 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous prenons Acte !
Idéalement, il serait bon de renvoyer toute cette espèce (cryto-juifs, sionistes, Khasars talmudisés, etc.) en Terre Promise, dite Canaan ! Et de tout faire pour qu'ils y restent en se nourrissant de la divine Manne ! Ce serait un bienfait pour TOUTE l'Humanité !!!


9.Posté par anna le 04/06/2009 14:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Jourdain. Esperons qu'un jour il y aura une vraie tempete.....

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires