Palestine occupée

N’est-il pas temps de revoir - enfin sérieusement - le plan de partage de la Palestine ?


Une fois encore, les dirigeants occidentaux se félicitent d’un « important pas en avant » que constitue la déclaration politique du 1er Ministre israélien, B. Netanyahu. Ce dernier ayant susurré dans son premier discours de politique étrangère, sa vision d’un futur État palestinien indépendant. Mais de quel « pas » s’agit-il donc ?


Daniel Vanhove
Samedi 20 Juin 2009

Camp de réfugiés de Jebaliya, au nord de la bande de Gaza - Photo : AP
Camp de réfugiés de Jebaliya, au nord de la bande de Gaza - Photo : AP

Jamais en reste, les médias occidentaux relayaient en chœur les propos de B. Netanyahu, allant même jusqu’à titrer que cet État projeté par le nouveau prophète hébreu n’était soumis à quasi aucune condition « préalable ». Ce qu’il faut lire parfois !

Or, à la lecture détaillée de la proposition du 1er Ministre israélien, force est de constater qu’il en va de son exact contraire, sinon que les conditions au lieu d’être préalables se succédaient les unes aux autres. Ainsi, cette vision - il conviendrait de dire ce cauchemar - d’État moribond, croupion, mort-né tel qu’envisagé pourrait obtenir de son occupant - merci pour tant de magnanimité - son drapeau et son hymne national. Merveilleuse bienveillance... sauf qu’il a déjà l’un et l’autre.

En revanche, il ne pourra bénéficier d’aucun contrôle sur son propre espace maritime, ni aérien et devra être démilitarisé. L’ensemble de ces matières relevant toujours du strict contrôle des forces israéliennes d’occupation. Quelle aubaine pour les Palestiniens de pouvoir ainsi compter sur les attentions protectrices de leur voisin. Ce futur État ne pourra pas plus envisager d’alliance avec l’Iran qu’avec le Hezbollah.

De même, inutile de revenir sur la Résolution 478 du Conseil de sécurité dénonçant l’annexion de Jérusalem-Est lors de la guerre de 1967 comme violation du droit international, la ville sainte étant une fois encore et pour toutes - comprenez, pour l’éternité - déclarée indivisible et sous souveraineté... du peuple élu. Dans la foulée, le Droit au retour des innombrables réfugiés - Résolution 194 de l’ONU - est lui aussi une nouvelle fois, exclu. Tout comme le gel - illusoire - de l’extension des colonies... malgré l’insistance de la Maison Banche sur la question.

Sans oublier, l’inévitable rengaine de la reconnaissance par l’Autorité palestinienne, du caractère juif de l’État d’Israël... etc, etc...

Bref, cette vision cauchemardesque, résulte manifestement de la perpétuation d’une mentalité s’apparentant vraiment à ce qui se pratiquait de pire sous le régime de l’apartheid en Afrique du Sud, mais condamné alors par l’ensemble des nations, alors qu’elle semble cette fois, encensée par nos éminences. Ce patchwork de villages épars, divisés, écartelés, emprisonnés entre les colonies tentaculaires et leurs murailles de séparation ressemble à tout sauf à un quelconque État viable, digne de ce nom. Il n’est qu’une condition qui n’ait pas encore été officiellement adressée aux Palestiniens : un État qui existerait sans le moindre habitant arabe sur son territoire !

Mais patience, avec Avigdor Lieberman comme chef d’une diplomatie israélienne de couleur de plus en plus brune, dont nos représentants à la probité exemplaire n’hésitent pas à serrer la main, cela ne saurait tarder...

Qu’en tirer comme perspectives pour le peuple palestinien ? Que loin de se rapprocher, l’émergence de leur État semble toujours promise à de funestes et sordides calculs qui entérinent d’autant son éloignement.

Que malgré les pressions de Washington, l’envahisseur israélien mène bien son jeu et teste les réactions d’un Occident toujours aussi servile et complaisant. Que rien, ab-so-lu-ment rien ne change dans la politique menée par Israël à l’encontre de son voisin, quels que soient le parti, la coalition et les responsables à la tête du pays.

Qu’en marge de ces déclarations péremptoires, la situation dans la Bande de Gaza - dont presque plus aucun média ne parle - ne cesse de se dégrader depuis les deux ans que le siège israélien impose lentement mais sûrement son asphyxie, son agonie à un peuple à exténué ne survivant que par approvisionnement clandestin à travers un réseau de galeries souterraines telles des ratières - mais n’allez surtout pas qualifier cet enfermement inhumain de camp d’extermination, vous seriez tout aussi tôt méprisé, voire traité d’antisémite.

Que pour maquiller ce qui n’est finalement qu’une énième déclaration hostile et méprisante au peuple palestinien, le 1er ministre israélien a sournoisement détourné l’attention de la communauté internationale sur le résultat contestable des élections iraniennes et des menaces qui en résultent.

Et que face à ce qui n’est qu’une série de diktats imposés par l’occupant, et l’engouement honteux que ceux-ci semblent avoir suscités auprès des dirigeants de nos pays toujours enclins à envisager le rehaussement de l’UE avec cet État profondément raciste, les Palestiniens devront se rappeler, encore et toujours, qu’ils ne peuvent vraiment compter que sur eux-mêmes pour résister à leur brutale occupation.

Il ne faudra pas s’étonner que lorsque quelque désespéré n’ayant plus rien à perdre, se radicalisera et se révoltera violemment face à cet état de choses, nos médias et nos grands penseurs - aux petites idées - ne résisteront pas à stigmatiser ces Palestiniens décidément incorrigibles et définitivement terroristes.

Comme déjà écrit à plusieurs reprises, tant au travers d’articles que de livres, la situation des Palestiniens, loin de s’améliorer, n’a de cesse de se détériorer, jour après jour, dans une indifférence quasi générale.

Qu’en tirer comme conclusion, sinon que depuis les décennies d’efforts et de sacrifices consentis par la population opprimée de Palestine pour aboutir à une solution équilibrée, aucun progrès ne semble à l’ordre du jour du côté israélien ? Aucune concession sérieuse, aucune réelle ouverture, pas le moindre sens d’une élémentaire justice. Que du contraire, puisque son étreinte sur les territoires palestiniens se fait de plus en plus cruelle, violente et odieuse et que le nombre de victimes augmente quotidiennement.

Dès lors, et avant que le pire n’advienne, n’est-il pas temps de conclure que les accords de partage de la Palestine pour l’établissement de ces deux États vivant côte à côte tels que décidés en 1947 ne sont manifestement pas viables et définitivement caduques ?

Et d’avoir enfin le courage politique de les revoir de fond en comble avec cette fois, la présence des premiers intéressés - c’est-à-dire les Palestiniens dont on veut confisquer une part importante du territoire - autour de la table...

* Daniel Vanhove est Observateur civil et membre du Mouvement Citoyen Palestine

Il a publié aux Ed. Marco Pietteur - coll. Oser Dire :

-  Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes - 2004
-  La Démocratie mensonge - 2008





http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=6811 http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=6811



Samedi 20 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par guelle jonathan le 21/06/2009 00:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si on remet les choses dans leur sens israel doit disparaitre et redevenir la palestine sachant que 98% des juifs d'aujourd'hui sont des khazars en aucun cas affilié a abraham (sem) et descendant des terres de russie du sud.il ne faudrait peut etre pas l'oublié ça!si demain je me converti au bahaisme serait je en droit de m'apoprier un territoire?non et se serait tous a fait logique.

2.Posté par essedik le 21/06/2009 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De quel droit, de quelle justice et de quelle morale, on ose colonisé un pays, massacré sa population et la chassée de son territoire, puis proposé son partage avec les colonisateurs. Et on veut nous faire croire que l'ONU n'est pas une organisation TERRORISTE.

3.Posté par essedik le 21/06/2009 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ONU= TERRORISME.
De quel droit, de quelle justice et de quelle morale, on ose colonisé un pays, massacré sa population et la chassée de son territoire, puis proposé son partage avec les colonisateurs. Et on veut nous faire croire que l'ONU n'est pas une organisation TERRORISTE.

4.Posté par essedik le 21/06/2009 19:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ONU = TERRORISME.
De quel droit, de quelle justice et de quelle morale, on ose colonisé un pays, massacré sa population et la chassée de son territoire, puis proposé son partage avec les colonisateurs. Et on veut nous faire croire que l'ONU n'est pas une organisation TERRORISTE.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires