Géopolitique et stratégie

Mutation de l’appareil militaire français: Adaptation aux besoins d’une guerre permanente mondialisée


La France vit une véritable révolution de ses affaires militaires, comme le prouvent la publication en juin 2008 du livre blanc de la défense, le reformatage de son appareil militaire, le niveau important de ses opérations extérieures, la nomination d’un nouveau chef d’Etat major de l’armée de terre spécialiste des opérations extérieures et l’ouverture d’une nouvelle base dans les Emirats Arabes Unis.


L’actuel président de la République en a décidé ainsi, même si ces mesures sont mal vécues par une partie de son électorat (militaires et personnels, élus locaux des collectivités locales et populations dépendantes économiquement de la présence militaire).


Cette restructuration traduit la volonté présidentielle de maintenir la France parmi les grandes nations militairement présentes aux cotés des Etats-Unis, dans la guerre mondialisée dont le symbole majeur est représentée par le 11 septembre 2001.

par Karim Lakjaa




Mardi 5 Août 2008

Source de la photo: Le Point
Source de la photo: Le Point
Maintenir le rang militaire de la France et sa place aux cotés des Etats-Unis

 

L’intervention de Nicolas Sarkozy,  lors du sommet de l’OTAN de Bucarest, le 3 avril 2008, est, en effet, très claire « Nous avons besoin de l’OTAN et d’une défense européenne. Nous avons besoin des Etats-Unis et les Etats-Unis ont besoin d’alliés forts. Cela ouvre la porte pour la France à une rénovation forte de ses relations avec l’OTAN."[1] Cette politique n’est pas pour déplaire outre-Atlantique où certains observateurs aussi avisés qu’Anthony Codersman, tirant les leçons de la guerre en Iraq et en Afghanistan[2] notent que « Les Etats-Unis ne sont une superpuissance que dans le cadre d’alliances ». Cette tête pensante du Center for Strategic and International Studies (CSIS) ajoute que les guerres se gagnent ou se perdent notamment en raison de la qualité des alliances contractées.


Le 17 juin 2008, dans son discours sur la défense et la sécurité nationale, le Président de la République poussait la logique qui l’anime à son paroxysme : « Chaque époque historique a un esprit. L’esprit du XXIème siècle, c’est la mondialisation. Prendre notre place dans ce monde nouveau, c’est notre premier objectif. Nous avons tout pour y figurer au premier rang. Le dynamisme de notre population. Notre vitalité démographique. La puissance de notre industrie. L’excellence de nos technologies. La qualité de nos infrastructures. La richesse de notre patrimoine. Les enseignements de notre histoire. Nous avons le devoir d’y figurer au premier rang. Nous sommes membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, nous portons une responsabilité particulière pour le maintien de la paix et de la sécurité internationale. Être membre permanent, ce n’est ni un statut, ni un privilège. C’est une mission au service du monde. J’ajoute que les pays qui souhaitent exercer ces responsabilités doivent aussi comme nous être prêts à en payer le prix du sang. J’entends que la France soit capable d’assumer cette responsabilité et de s’engager pour mettre en œuvre les principes de la Charte et la responsabilité de protéger. C’est ce qu’elle a fait encore cette année au Tchad, en prenant l’initiative, cher Bernard KOUCHNER, du déploiement de l’EUFOR. Et si la France n’avait pas été là, qui aurait fait à notre place ? C’est ce que nous faisons en Afghanistan avec le renforcement de notre contingent, dans le cadre des mandats de l’ONU ».


Il ne s’agit pas là, de simples mots mais bien d’une réalité concrète. Comme le soulignait avec fierté l’ambassade de France au Canada[3] sur son site internet, avec 16 000 hommes, la France est le deuxième contributeur au monde par le nombre de troupes déployées à l’étranger dans des opérations de gestion des crises. Elle est également le 3ème contributeur à l’OTAN. Or, maintenir un tel niveau d’engagement des forces militaires en OPEX (opérations extérieures) est en contradiction avec l’organisation stratégique française actuelle, encore tournée pour partie vers l’URSS défunte. Le système militaire hexagonal tant dans ses moyens humains, financiers que matériels n’est plus adapté à une situation de guerre permanente et mondialisée. Ainsi de 16 000 soldats en OPEX en 2006, la France[4] est-elle passée à 12 000 en juillet 2008 : 5555 en Afrique, 2750 en Asie centrale (Afghanistan), 2150 en ex Yougoslavie, 1620 au Proche – Orient (Liban et Sinaï), 30 en Haïti….


Malgré cette difficulté, le Président Français de la République n’avait pas hésité à annoncer, lors du sommet de l’OTAN de Bucarest : « la France a pris la décision d’envoyer un bataillon supplémentaire dans l’est. Et la France prendra aussi le commandement de la région Centre à compter de cet été ».

 

1000 militaires français en renfort des 1500 déjà présents en Afghanistan

 

Chose promise, chose faîte. Plus de 2600 militaires français sont aujourd’hui déployés en Afghanistan ainsi qu’au Tadjikistan, au Kirghizistan et dans l’océan Indien aux cotés de 52 700 soldats de la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité (FIAS ou ISAF), et de 20 000 militaires d’Enduring Freedom. Les principaux contingents[5] viennent des Etats-Unis (19 000), du Royaume-Uni (7 750), d'Allemagne (3 490), du Canada (2 500), d'Italie (2 360), des Pays-Bas (1 730), de France (1 430) et d'Australie (1 100).


Suite aux attentats du 11 septembre 2001, les Américains ont lancé l’Opération Enduring Freedom (OEF) destinée à éliminer le régime Taliban et à lutter contre le « terrorisme ». La France y participe dans le cadre des Task Force 150 et 57.


Quant à l’ISAF, elle prend appuie sur la résolution 1386, adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le 20 décembre 2001, autorisant « la constitution pour six mois d’une force internationale d’assistance à la sécurité pour aider l’Autorité intérimaire afghane à maintenir la sécurité à Kaboul et dans ses environs, de telle sorte que l’Autorité intérimaire afghane et le personnel des Nations Unies puissent travailler dans un environnement sûr ». Le 11 août 2003, l'OTAN a pris la direction de l'ISAF, succédant à la Grande-Bretagne, la Turquie, l'Allemagne et aux Pays-Bas. Selon, Jaap de Hoop Scheffer, Secrétaire général de l’OTAN, «Cette tâche est l’une des plus délicates que l’OTAN ait jamais eu à entreprendre, mais c’est une contribution essentielle à la sécurité internationale ».


Les actions menées par les soldats français relèvent donc soit d’Enduring Freedom soit de la FIAS (ISAF). Elles étaient jusqu’à présent diverses ; la majorité du contingent hexagonal ne participant pas directement aux combats mais contribuant au contrôle de Kaboul, au soutien à la montée en puissance de l’armée nationale afghane par la formation, et au fonctionnement des Operational Mentor and Liaison Team (OMLT : équipes intégrées dans les unités opérationnelles de l'armée nationale afghane).


Néanmoins, les hommes du Commandement des Opérations Spéciales[6], la Marine et l’Armée de l’Air ont concouru et concourent à des actions de combat principalement dans le cadre d’Enduring Freedom.


Contrairement aux troupes françaises de l’ISAF, « les forces spéciales françaises sont sous commandement américain », comme le soulignait le 11 avril 2006, le général Benoît Puga, commandant des opérations spéciales, devant la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale. Le COS comprend diverses unités comme le 1er RPIMa (Régiment Parachutiste d'Infanterie de marine), les Commandos-Marine (FORFUSCO), Les CPA (Commandos parachutistes de l'air N°10), le 13ème RDP (Régiment des Dragons Parachutistes), la DAOS (division des opérations spéciales), l'EHS – (Escadrille des hélicoptères spéciaux). Ses missions relèvent du renseignement et de la guerre électronique, qui permettent notamment de réaliser des écoutes de réseaux terroristes. Selon le général Benoît Puga, «  en Afghanistan, ces écoutes constituent un véritable atout et contribuent à hauteur de 40 % à la lutte contre l'utilisation d'engins explosifs improvisés ». Le COS mène également des missions d’action : attaques d’objectifs (centre de gravité ou point décisif), neutralisation d’installations, de réseaux ou des lignes de communication,  capture ou récupération de personnel ou de matériel, actions de diversion ou de déception, contre-terrorisme (libération, reprise de contrôle), fourniture d’appuis spéciaux (commandement, transport, feu…). A cela s’ajoutent des missions d’environnement : formation, conseil et encadrement d’unités militaires étrangères,  participation au processus d’évaluation et d’aide à la décision, notamment lors de l’ouverture d’un théâtre d’opérations, protection de personnalités.


Le 11 avril 2006, le général Benoît Puga, devant la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale résumait l’action de ses troupes : « En ce qui concerne l'Afghanistan, la décision du Président de la République d'engager les troupes françaises, prise en mai 2003 en marge du G8 d'Evian, concrétise l'engagement de la France dans la lutte contre le terrorisme, déjà manifesté après le 11 septembre 2001, et a permis de resserrer les liens avec les militaires américains. Le Président de la République a souhaité que les missions des forces spéciales en Afghanistan se déroulent dans une très grande confidentialité pour deux raisons : d'une part, cela correspond au mode de fonctionnement des forces spéciales américaines, qui ne reçoivent jamais les journalistes ni les parlementaires sur leurs lieux de déploiement ; d'autre part, cette confidentialité constitue la première mesure de sécurité pour les soldats engagés, qui opèrent par petites équipes de quatre ou cinq personnes, loin de leurs bases. Un strict secret doit s'imposer à tous, y compris lors de l'analyse des missions effectuées, compte tenu de la dangerosité des terroristes. La mission des forces spéciales en Afghanistan est de rechercher les renseignements et de neutraliser les Talibans. La situation militaire du pays peut être considérée comme totalement sous contrôle. Les Talibans n'ont plus la capacité de mener une opération militaire d'envergure contre la coalition ou l'OTAN, même si de petits groupes terroristes peuvent localement constituer une nuisance mortelle, en utilisant des engins explosifs improvisés et en raison de leur connaissance du terrain. La France travaille de concert avec l'armée afghane afin de permettre au gouvernement afghan d'assumer ses responsabilités en matière de sécurité et de défense »[7].


Il ajoutait « En Afghanistan, il convient de souligner que les forces américaines partagent sans réticence les matériels et les clés de cryptage avec les forces françaises. L'effort budgétaire doit être poursuivi dans ce domaine capital. Pour les drones, la question est de savoir si les forces spéciales elles-mêmes doivent en être dotées ou si elles doivent les utiliser ponctuellement. Actuellement, en Afghanistan, le COS bénéficie de tous les moyens américains, des B52 aux drones Predator en passant par les avions de combat. Les forces spéciales françaises expérimentent un drone spécifique, conçu en collaboration avec le 1er RPIMa, mais ce type de drones légers, très utiles en combat urbain, manque de discrétion car ils signalent instantanément la proximité de leurs utilisateurs ». Les hommes du COS ont également eu à plusieurs reprises recours à des avions français en Afghanistan.


En effet, « des Mirage 2000 ont été placés sous son commandement opérationnel lorsqu'ils participaient à une opération spéciale »[8]. Depuis octobre 2001, la France apporte un soutien aérien aux opérations OEF et FIAS. Ce soutien s’applique dans les domaines de l’appui des troupes au sol, du renseignement, du transport et du ravitaillement.  Il s’exerce de manière permanente depuis Kandahar (Afghanistan), Douchanbé (Tadjikistan) et Manas (Kirghizistan). En plusieurs occasions, il a été renforcé par le groupe aérien mis en œuvre depuis le porte-avions Charles de Gaulle navigant dans le nord de l’océan Indien.  Les avions de combat qui opéraient depuis Douchanbé au Tadjikistan, ont été redéployés sur la base OTAN de Kandahar en Afghanistan, le 26 septembre 2007. 1120 missions et 3715 heures de vol ont été effectuées de cette date à juin 2008 par des Mirage 2000 D, des Mirage F1, des SEM (Super Etendards Modernisés) et des Rafales pour lesquels l’Afghanistan constitue une merveilleuse vitrine commerciale. Les Rafales utilisent notamment des bombes AASM (Armement air-sol modulaire)[9] à 143 000 € pièce. En Iraq comme en Afghanistan, le nombre d’aéronefs est crucial[10]. Sur ces deux théâtres militaires, l’US Air Force a réalisé 130 000 missions de soutien aérien et 375 000 heures de vol[11]. Anthony Cordesman adresse d’ailleurs une mise en garde au sujet de cet usage massif du Close Air Support (CAS – Appui sol)[12] en invitant les forces armées à mettre en œuvre une très grande prudence en matière d’attaques aériennes, afin de réduire les dommages collatéraux parmi les civils[13].


Quant à la composante marine de l'opération Enduring Freedom (TF 150 et TF 57), elle a pour mission de contrôler l'espace aéro-maritime du nord de l'Océan Indien (Mer Rouge, Mer d'Oman, Mer d'Arabie), d'empêcher le mouvement de «terroristes» de la zone Afghanistan vers la péninsule arabique ou la corne de l'Afrique, de lutter contre les trafics illicites (armes, drogues), contre la piraterie et le brigandage, de protéger les installations pétrolières en mer.

La France, en cet été 2008, a donc répondu favorablement à la demande formulée brutalement cet hiver par son allié US à travers la voix du secrétaire américain à la Défense, Robert Gates : «Je crains beaucoup que l'Alliance ne devienne une alliance à deux vitesses, dans laquelle certains alliés sont prêts à se battre et à mourir pour assurer la sécurité des gens, et d'autres qui ne le sont pas. Et je pense que cela va assombrir l'avenir de l'Alliance, si cela dure et si éventuellement cela empire»[14].


Elle renforce son niveau de participation en Afghanistan qui   « est le théâtre d’une guerre ethnico-religieuse intense reflétant des divisions tribales et des intérêts divergents de manières plus complexe qu’en Iraq »[15]. Or, comme le souligne Anthony Cordesman du CSIS, « le problème en Afghanistan dépasse largement la seule question du niveau des effectifs des troupes »[16]. Il constate également en guise de leçon tactique ceci : « des forces adaptées constituent la clé du succès »[17] capable de mener des actions de type « Kill the cadre, not the low-level figthers »
[18].

 

La France renforce son dispositif en Afghanistan sur fond de dégradation de la situation militaire

 

Les troupes françaises rejoignent l’Afghanistan à un moment critique. Les Talibans, où ceux qualifiés de tels, sont loin d’être éliminés après de 7 année de combats. Ils passent même à l’offensive, obligeant parfois les troupes de l’OTAN à céder du terrain, voire à abandonner des camps militaires. En juin 2008, à Kandahar 1000 prisonniers se sont évadés collectivement dont 400 talibans. Le Porte parole de l’OTAN en Afghanistan[19] constate « qu’Il y a eu plus de combats en 2008 qu’en 2007. » Au mois de juin, 49 soldats étrangers sont morts en Afghanistan. C’est le mois le plus sanglant pour la force internationale déployée sur place depuis 2001. Pour la deuxième fois, le décompte  mensuel des morts militaires étrangers en Afghanistan est supérieur à celui de l’Iraq. 513 soldats américains sont morts en Afghanistan de 2001 à juin 2008 (4 086 en Iraq depuis 2003)[20]. Toutes nationalités confondues, 900 soldats de la coalition sont morts en Afghanistan[21]. La France arrive au 8ème rang pour les pertes (au nombre de 14) sur 40 nations présentes. Alors que ces hommes n’étaient pas stationnés dans les zones les plus dangereuses et que leurs missions n’étaient pas les plus exposées.

La situation est telle que beaucoup parlent d’échec en Afghanistan et recherchent des solutions expérimentées ailleurs et parfois hier : en Algérie[22] pour le passé avec les hélicoptères et la lutte contre la guérilla, ou aujourd’hui en Colombie. La revue de l’OTAN publiait, ainsi, dernièrement un article intitulé « « Les défis pour l’Afghanistan : l’expérience de la Colombie est riche en enseignements » [23] dans lequel le lecteur pouvait lire ceci : «Il est bon que les personnes impliquées dans la consolidation du contrôle territorial dans des environnements caractérisés par des menaces complexes comme la Colombie ou l'Afghanistan partagent régulièrement leurs expériences et leur expertise, faute de quoi des espaces voués à l'anarchie continueront à alimenter le terrorisme et le crime ».

 

Un tournant stratégique majeur pour la France ciblant un axe géographique prioritaire, allant de l’Atlantique jusqu’à la Méditerranée, au Golfe arabo-persique et à l’Océan indien

 

La présence militaire française renforcée en Afghanistan s’inscrit donc dans la refonte des armées françaises dictée dans le livre blanc de juin 2008. Nous ne présenterons pas toutes les mesures annoncées dans ce très long document. Nous nous attacherons simplement à celles qui nous semblent le plus proche du sujet de notre article.


En 1er lieu, il y a le renforcement de la capacité de projection de forces. Le champ territorial de cette projection est précis et vaste : « un axe géographique prioritaire, allant de l’Atlantique jusqu’à la Méditerranée, au Golfe arabo-persique et à l’Océan indien. Cet axe correspond aux zones où les risques impliquant les intérêts stratégiques de la France et de l’Europe sont les plus élevés »
[24].  Le format de la puissance à projeter est connu : « une force opérationnelle terrestre de 88 000 hommes, autorisant une projection à distance de 30 000 hommes déployables en six mois, un dispositif d’alerte permanent de 5 000 hommes et une capacité mobilisable sur le territoire national, en appui des autorités civiles, de 10 000 hommes en cas de crise majeure » ; appuyée par « une projection à l’extérieur du territoire national de 70 avions et un dispositif d’alerte opérationnelle de l’ordre de 10 avions » prélevés sur « un parc unique de 300 avions de combat (Rafale et Mirage 2000 modernisés), air et marine, autorisant une présence permanente sur le territoire d’environ 5 escadrons ».


Ces opérations extérieures nécessiteront davantage de moyens matériels, d’où l’acquisition
[25] :

- De 650 véhicules blindés modernes pour le combat d’infanterie ;

- De plusieurs centaines de véhicules porteurs blindés protégés contre les bombes et les mines (les IED (mines et bombes sont la principale cause de décès en Afghanistan et en Iraq)

- De drones de surveillance et de drones armés

- De bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral, avec leur capacité amphibie, aéromobile et d’état-major.

- De capacités de détection et d’alerte : La priorité donnée aux satellites se traduit, d’une part, par un doublement des crédits consacrés aux systèmes spatiaux militaires par rapport aux crédits actuels (380 M €) en 2008.


Toutefois, la France de 2008 n’est plus si autonome que cela. La dimension européenne est incontournable. Le livre blanc le réaffirme : « L’ambition européenne constitue une priorité. Faire de l’Union européenne un acteur majeur de la gestion des crises et de la sécurité internationale est une composante centrale de notre politique de sécurité. La France souhaite que les Européens se dotent des capacités militaires et civiles correspondantes ».  La présence de l’EUFOR au Tchad en est une exemplification.


Le Livre blanc propose plusieurs objectifs concrets pour l’Europe de la défense dans les prochaines années :

- une capacité d’intervention globale effective de 60 000 hommes, déployables pendant un an sur un théâtre éloigné, avec les composantes aériennes et maritimes nécessaires ;

- la capacité de déployer pour une durée significative, deux à trois opérations de maintien ou de rétablissement de la paix, et plusieurs opérations civiles moins importantes, sur des théâtres différents ;

- une montée en puissance des capacités européennes de planification et de conduite d’opérations, militaires et civiles, parallèle au développement des interventions extérieures de l’Union ;


Le 17 juin 2008, dans son discours sur la défense et la sécurité nationale, le Président de la République rappelait que « les Européens sont engagés massivement dans les forces de l’OTAN en Afghanistan et au Kosovo où je le rappelle, ils forment la moitié des effectifs ».

 

Un effort financier unique au profit de cette politique de participation à la guerre  mondialisée

 

Ce n’est donc pas un hasard si le Livre blanc souligne, au demeurant « la complémentarité entre l’Union européenne et l’Alliance atlantique » et préconise « une pleine participation de la France aux structures de l’Organisation atlantique ».


Tout cela a bien sur un coût. Comme le proclame Anthony Cordesman, « Dollars are bullets »[26]. Le livre blanc annonce donc la couleur de l’addition: “La France consacrera à sa défense un effort financier majeur et cohérent avec les choix retenus pour ses capacités militaires. Ainsi, les crédits de défense ne baisseront pas. Dans un premier temps, les ressources annuelles (hors charges de pension) seront maintenues en volume, c’est-à-dire croissant au rythme de l’inflation. Elles pourront comporter des ressources exceptionnelles. Dans un second temps, dès l’année 2012, le budget sera accru au rythme de 1 % par an, en volume, c'est-à-dire de 1% en plus de l’inflation. D’ici 2020, l’effort total consenti pour la défense, hors pensions, s’élèvera à 377 milliards d’euros. En parallèle, les restructurations se traduiront par une diminution importante des effectifs sur six à sept ans et une réduction des coûts de fonctionnement du ministère et des armées. Les marges qui seront dégagées seront intégralement réinvesties au profit de la condition du personnel, mais surtout au profit du budget d’équipement qui passera de 15,2 milliards d’euros en 2008 à 18 milliards d’euros en moyenne par an pour la période 2009-2020 ». 


Cet effort financier servira la participation de la France à la guerre permanente mondialisée que le livre blanc dépeint en plusieurs occasions.
La conclusion de son introduction est la suivante « s’adapter aux bouleversements engendrés par la mondialisation ». Dans l’introduction au Chapitre 1er, on peut lire que « La mondialisation structure donc profondément l’évolution de la sécurité internationale ». En page 33, il y est écrit que « La mondialisation ne crée un monde ni meilleur ni plus dangereux qu’il y a deux décennies. Elle dessine en revanche les contours d’un système international nettement plus instable ».


Cette instabilité, les Français vont donc la payer dans un 1er temps par leur impôt pour financer la refonte des armées françaises.  Il risque aussi de la régler par leur sang à l’occasion «
d’actes de terrorisme en France» en guise de réponse en l’engagement de troupes françaises en Afghanistan. A moins que la «menace iranienne» décrite dans le livre blanc comme capable « de déséquilibrer tout le Moyen-Orient et au-delà » n’entraîne une nouvelle guerre. Mais rassurons nous, si le ministère de la défense ferme de nombreuses bases militaires en France, dès 2009, il disposera d’une nouvelle flambant neuve aux Emirats Arabes Unis, à quelques kilomètres seulement de Téhéran. Tout a été prévu dans le meilleur des mondes… Dans ces guerre batardes[27], la France tiendra son rang quel qu’en soit le prix à en croire Nicolas Sarkozy.



[1] http://www.ambafrance-ca.org/IMG/pdf/03.04_Discours_sommet.pdf

[2] Anthony Cordesman, “Stability Operations: The Lessons of Iraq and Afghanistan”, Center for Strategic and International Studies, 10 juillet 2008, page 2.

[3] Ambassade de France au Canada http://www.ambafrance-ca.org/spip.php?article1321

[4] http://www.dicod.defense.gouv.fr/ema/content/download/121943/1067310/file/carte_opex.pdf

[5] Marie Simon, Afghanistan: le point sur les forces déployées, L’Express, , 17 juillet 2008, http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afghanistan-le-point-sur-les-forces-deployees_471611.html

[6]http://www.defense.gouv.fr/ema/decouverte/organismes_et_directions_interarmees/commandement_des_operations_speciales/le_cos

[7] http://www.assemblee-nationale.fr/12/cr-cdef/05-06/c0506031.asp

[8] http://www.assemblee-nationale.fr/12/cr-cdef/05-06/c0506031.asp

[9] http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/04/en-afghanistan.html

[10] Anthony Cordesman, “Stability Operations: The Lessons of Iraq and Afghanistan”, Center for Strategic and International Studies, 10 juillet 2008, page 26.

[11] Jefrrey Kappenman, « Army Unmanned Aircraft Systems : decisive in battle », JFP, n°49, 2ème trimestre 2008, page 20.

[20] Los Angeles Times, http://latimesblogs.latimes.com/babylonbeyond/2008/06/afghanistan-ira.html

[22] David Galula, « Contre-insurrection : Théorie et pratique », Economica.

[23] Juan Manuel Santos « Les défis pour l’Afghanistan : l’expérience de la Colombie est riche en enseignements », Revue de l’OTAN, n°3/2007. Voir également http://www.cdef.terre.defense.gouv.fr/publications/cahiers_drex/cahier_recherche/Colombie.pdf

[24] Les grandes lignes du livre blanc de la défense, http://www.defense.gouv.fr/content/download/120339/1053664/version/1/file/Les+grandes+lignes+du+Livre+blanc.pdf

[25] Quinze illustrations concrètes du Livre blanc : http://www.defense.gouv.fr/content/download/120345/1053707/version/1/file/Quinze+illustrations+concr%C3%A8tes+du+Livre+blanc.pdf

[26] Anthony Cordesman, “Stability Operations: The Lessons of Iraq and Afghanistan”, Center for Strategic and International Studies, 10 juillet 2008, page 17.

[27] Arnaud de la Grange et Jean-Marc Balencie, « Les guerres bâtardes : Comment l'Occident perd les batailles du XXIe siècle », 2008, Perrin.


Karim Lakjaa: Diplomé du Centre d'Etudes Diplomatiques et Strétagiques de Paris, Doctorant en Droit international à l'Université de Reims, Collaborateur occasionnel de la Revue militaire Suisse, de Damoclès (CRDPC) et du Quotidien d'Oran (Algérie)

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=20080805&articleId=9741 http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=20080805&articleId=9741



Mercredi 6 Août 2008


Commentaires

1.Posté par Marie- Thérèse le 05/08/2008 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



il faut arrêter de suite ses cinglés avant qu'ils mettent la planète a feu et a sang ,en continuité de ce commentaire

voir sur http://changementclimatique.over-blog.com /article-21656164-6.html

ou pour mieux comprendre la stratégie de SARKOSY

http://www.lepoint.fr /actualites-politique/sarkosy-ce-qu-il-dit-en-prive/917/

(en 2012 ,j'aurai 57ans ,je me représente pas (il cligne des yeux a répétition) ,moi ,j'm'en mets plein les

poches (les mains sur les deux poches de son veston ) je fais ça pendant cinq ans et ensuite ....... )

allez sur le site c'est mieux

2.Posté par Marie- Thérèse le 05/08/2008 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



A RECTIFIER http://www.lepoint.fr / actualites-politique/sarkosy-ce-qu-il-dit-en-prive /917/0 /257695

3.Posté par koala le 05/08/2008 21:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

b[Cette restructuration traduit la volonté présidentielle de maintenir la France parmi les grandes nations militairement présentes aux cotés des Etats-Unis, dans la guerre mondialisée dont le symbole majeur est représentée par le 11 septembre 2001.]b


ouaip mais seulement le 11 septembre c'est du pur pipo , alors maintenant on fait quoi?
on dit que la royauté française en place est complice ou bien qu'ils se sont fait berner par leurs "amis"
des ztazuni ? :-)

4.Posté par koala le 05/08/2008 21:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

autre possibilité: ils vont nier l'évidence jusqu'au bout, il s mentiront jusqu'au bout, donc on peut dors et déjà conclure....

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires