Actualité nationale

Musulin : C’est l’histoire d’un mec



Gilles Devers
Mardi 11 Mai 2010

Musulin : C’est l’histoire d’un mec
Musulin est en taule, et pour quelques temps encore. La détention est assez dure pour en pas en rajouter. Le p’tit voleur s’est rendu à la police : application de la loi, et il y a à Lyon les meilleurs juges du monde car, instruits de l’histoire de Sainte-Blandine, ils sont culturellement généreux. Donc le tribunal dira. Mais tous les vendeurs ambulants qui entourent cette minable affaire de confiance trahie et d’adoration de Crésus… ça, ça passe mal.

La loi défend la propriété. Eh oui : ce qui t’appartient, le mec d’à côté ne peut pas te le prendre. Donc, tu lâches. Bon. Mais on ne s’énerve pas. Ce n’est que de l’argent, ramené par le Freud détesté d’Onfray à peu de choses. Le droit, intelligent comme un philosophe, ne cherche pas à être plus malin qu’un singe. Il protège le droit de propriété, droit constitutionnel, mais garde la raison, et veille à une graduation des valeurs protégées. Pour un vol simple, on risque trois ans de prison. Mais celui qui cause la mort d’autrui par une inattention ou une maladresse, comme le conducteur auto ou le médecin, risque cinq ans. Tout part de la personne, pas de son argent. Et l’argent amoncelé, c’est le truc des idiots qui trouvent leur bonheur en s’entourant d’objets et en les admirant.    

 

La loi répond à cette sagesse.

 

La base, c’est trois ans pour le vol simple (Art. 311-3). On passe à cinq ans avec les premières circonstances aggravantes (Art. 311-4) : bande organisée, dépositaire de l'autorité publique, vol avec des violences légères, cambriolage ou dégradations. On arrive à sept ans (Art. 311-4-1) pour le vol commis par un majeur avec l'aide d'un ou plusieurs mineurs, l’infraction tendance, et à dix ans lorsqu’il s’agit de biens ayant une valeur culturelle ou archéologique.776706_2891454.jpg

 

Entre alors en jeu la protection de la personne. En cas de violences ayant entraîné une incapacité totale de travail de moins de huit jours, c’est sept ans (Art. 311-5) et dix ans si l’incapacité est de plus de huit jours (Art. 311-6). En cas d’infirmité permanente, l’infraction devient un crime (Art. 311-7), et on peut aller jusqu’à vingt ans ou trente ans s’il y a eu usage d’une arme (Art. 311-8 et 311-9), selon la catégorie d’arme. On atteint la perpétuité en cas de mort causée par des actes de barbarerie (Art. 311-10). La graduation n’est pas liée au montant volé, mais à l’intention criminelle, liée à la capacité de porter atteinte à la vie des personnes. 

 

Le vol simple, celui de Musulin, c’est l’histoire d’un mec qui profite d’un moment d’inattention pour piquer le bien d’autrui. Notre ami a tiré un max en trahissant la confiance de son employeur, et en exposant ses collègues à des licenciements. Tout ça pour ne pas savoir garder le butin plus de 48 heures, et se constituer prisonnier dans la semaine. Et c’est devenu l’affaire de l’année !

Comme on court tous après le fric, l’idée du gus qui le matin n’a pas un chèche, et qui le soir sirote un champagne de luxe, allongé sur des sacs de billets, ca vaut une bonne rigolade, et tu rêves in peto à la série de bras d’honneur à faire à tous les mendiants qui t’attendent dans ta boîte aux lettres : la régie pour un zeste de loyer, le banquier pour les agios, le crédit machinco pour le frais de rejet de la dernière échéance qui avait coincé, l’huissier du trésor pour ton excès de vitesse à 53 km/h, le trésor qui t’annonce le tiers de la purge, le prélèvement de ceci ou de cela, l’assurance qui t’as trouvé un petit malus tout mignon, l’agence de voyage car tu as payé tes huit jours à Ouarzazate en douze échéances, et madame ex qui vient de calculer ton retard d’indexation de la pension. Tu ouvres la boîte aux lettres le matin, et tu reçois un coup d'air frais sur tes fesses avec la sensation de te retrouver en string…

Alors, l’histoire du mec qui dort sur ses sacs de biftons, elle nous a tous fait comme la chaleur d’un rayon de soleil en hiver. OK. Mais de là à en faire une vraie histoire…

grace-denuement-L-1.jpg

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/ http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/



Mardi 11 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par Hijack le 13/05/2010 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il a volé certes, mais pas le bien d'autrui... la société qui l'employait est assurée.
Il n'a détroussé personne et personne ne sera en manque à cause de lui... conclusion, c'est un gars bien.
Les banquiers et les assureurs étant des voleurs, détourner une partie de cet argent, s'il peut servir à quelque chose de bien, il n'y a pas à s'offusquer... il y a d'autres motifs pour s'offusquer.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires