Palestine occupée

Mottaki : ' le régime sioniste n'a accompli aucun de ses objectifs militaires au Liban'


Dans la même rubrique:
< >

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a déclaré au retour de sa visite de deux jours au Liban qu'il est certain assuré que dans son attaque préméditée contre le peuple libanais, le régime sioniste n'a pu accomplir aucun des objectifs militaires prévus.


IRNA
Jeudi 3 Août 2006

 Mottaki : ' le régime sioniste n'a accompli aucun de ses objectifs militaires au Liban'
Manouchehr Mottaki a ajouté dans une conférence de presse qu'il a donné à l’aéroport de Mehrabad, à Téhéran, où l’attendaient des journalistes à son arrivée : "Malgré tous les bombardements aériens, qui dans les conditions actuelles ne peuvent pas être considérés comme une victoire, et qu’ils n'ont remporté aucun du succès."

Le chef de la diplomatie iranienne a de même déclaré que "la décision d'hier du régime sioniste de continuer avec les offensives terrestres n'a pas d’autre objectif que de remporter une victoire une victoire devant l’opinion publique internationale et de préparer le terrain à ses plans politiques ultérieurs diaboliques".


"Pendant son existence, le régime sioniste a enregistré dans son historique le nombre plus long de conflits avec les pays arabes, comme la guerre des six jours en 1967 et celle des dix jours, en 1973", a-t-il poursuivi.


Le chef de la diplomatie iranienne a souligné qu'il existe deux différences fondamentales entre la dernière guerre déclenchée au Liban par le régime sioniste Liban et les conflits précédents ; le régime sioniste "faisait face aux pays islamiques et à une armée classique, mais dans le cadre de cette invasion il fait face un groupe de résistance nationale le Hezbollah."

Concernant son entrevue avec son homologue française au Liban, Philippe Douste-Blazy, il a précisé que cette dernière avait eu lieu au siège de l'ambassade de France à Beyrouth à la demande du ministre français : "Philippe Douste-Blazy a accepté de manière implicite l’idée logique que tout type de plan doit être divisé deux parties avec d’un côté les éléments urgents sur lesquels un consensus existe et les questions qui ont besoin d'être débattues plus largement."

"En tenant compte des principes le plus élémentaires qui régissent l'ONU et des attentes légitimes de l’opinion publique internationale, tout le travail doit se centrer sur un cessez le feu immédiat." A conclu le ministre iranien des Affaires étrangères.




Vendredi 4 Août 2006


Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires