Politique Nationale/Internationale

Moscou compte exporter certains armements vers le Moyen-Orient (Vedomosti)



Ria-Novosti
Mardi 31 Juillet 2007

Moscou compte exporter certains armements vers le Moyen-Orient (Vedomosti)
Soucieux de contrer la montée de l'influence iranienne, les Etats-Unis s'apprêtent à livrer à leurs alliés du Moyen-Orient un gigantesque lot d'armes pour plus de 60 milliards de dollars. Ces projets permettront à la Russie d'augmenter également ses livraisons d'armes dans la région, quoique dans des proportions moins importantes.

D'ici dix ans, les Etats-Unis fourniront pour 30 milliards de dollars d'armements à Israël et pour 13 milliards à l'Egypte. Washington envisage également de vendre à l'Arabie saoudite des armements pour un montant total de 20 milliards de dollars (y compris de nouveaux missiles air-air et des bombes guidées JDAM).

Les plus gros contrats signés par la Russie affichent des montants beaucoup moins élevés: celui de 2006 portant sur les livraisons d'avions, de sous-marins, de chars, de systèmes d'armes sol-air et d'autres équipements à l'Algérie est évalué à 7,5 milliards de dollars, alors que le programme de coopération militaire avec l'Inde pour dix ans approuvé en 2001 en pèse 10 milliards.

La Russie n'a de programmes équivalents avec aucun pays du Moyen-Orient. Les possibilités d'exportation d'armes vers l'Arabie saoudite et l'Egypte sont très minces en raison de la dépendance de ces pays par rapport à l'assistance américaine, explique Konstantin Makienko, du Centre russe d'analyse des stratégies et des technologies. Avec Israël, la Russie coopère et rivalise à la fois sur les marchés des pays tiers, par exemple en Inde, rappelle-t-il.

Des fournitures supplémentaires d'armes russes pourraient s'avérer utiles, car elles contribueraient à dynamiser le marché régional des armements, poursuit M. Makienko. Les projets russes prévoyant d'augmenter les exportations vers l'Arabie saoudite semblent aujourd'hui plus problématiques que jamais, même s'il reste un espoir d'y écouler certains types d'armements, par exemple des chars et des missiles sol-air, explique-t-il.

Début 2007, lors d'une visite de Vladimir Poutine en Arabie saoudite, le directeur général de l'exportateur officiel d'armements russes Rosoboronexport, Sergueï Tchemezov, a déclaré que la Russie était en train de négocier la livraison à Riyad d'une série de chars T-90 et de véhicules blindés pour un montant approximatif de 1 milliard de dollars. La Russie avait déjà exporté vers l'Egypte, pour un petit montant, plusieurs systèmes d'armes sol-air modernisés S-125 Petchora-2M et Tor-M1, avoue une source proche de l'industrie d'armement, mais elle est incapable d'en exporter plus, la politique militaire et technique égyptienne étant contrôlée par les Etats-Unis.

Le 27 juillet, le site israélien Debka annonçait que la Russie était en train de négocier la livraison à l'Iran de 250 chasseurs Su-30MK. Une source au sein du constructeur russe Sukhoi a qualifié cette nouvelle de "provocation". Pour le rédacteur scientifique de la revue Export Vooroujeniï (Exportations d'armements), Mikhaïl Barabanov, cette décision sauverait l'armée de l'air iranienne devenue obsolète, mais ni la Russie ni la Chine ne peuvent livrer à l'Iran autant de matériel de guerre dans le contexte politique actuel.

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

Moscou maintiendra ses relations avec les deux parties au conflit interpalestinien (Gazeta.Ru)

La Russie ne mettra pas fin aux contacts qu'elle entretient avec le Hamas, malgré la position du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas en visite à Moscou. Les dirigeants du Hamas ont même déclaré qu'ils prévoyaient d'effectuer une visite en Russie, conformément à une entente intervenue avec Moscou. Selon les experts, le Kremlin n'a pas l'intention de renoncer à ses contacts avec les deux parties engagées dans le conflit.

Une délégation du Hamas s'apprête à se rendre à Moscou aussitôt après la fin de la visite en Russie du président de l'Autorité palestinienne. Comme l'a déclaré lundi Abou Marzouk, membre du bureau politique du Hamas, le chef politique du mouvement, Khaled Mechaal, en a parlé par téléphone, jeudi dernier, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Au cours de l'entretien, la partie russe a confirmé à M. Mechaal son attachement à l'idée de "l'unité palestinienne", affirme le dirigeant du Hamas. Quant à cet entretien, les leaders du Hamas ont décidé de ne le révéler qu'à cet instant. "Rien n'a été décidé au cours de cet entretien mais nous espérons pouvoir en débattre prochainement, au vu des résultats du voyage de Mahmoud Abbas en Russie", a expliqué Abou Marzouk.

Pour l'instant, M. Abbas n'a rencontré que Sergueï Lavrov, mais, apparemment, la Russie ne l'a pas soutenu inconditionnellement. En tout cas, après la rencontre, le chef de la diplomatie russe n'a pas exclu la possibilité de l'arrivée d'une délégation du Hamas à Moscou. M. Lavrov a carrément déclaré que "le dialogue de toutes les forces politiques" palestiniennes et israéliennes représentait une issue à la situation actuelle en Palestine.

Selon Evgueni Satanovski, président de l'Institut du Proche-Orient, le fait que l'annonce d'une éventuelle visite du Hamas à Moscou ait été faite le jour des négociations avec Mahmoud Abbas témoigne du fait que la Russie n'a nullement l'intention de renoncer à ses rapports étroits avec les adversaires de Mahmoud Abbas, mais qu'elle tâchera de jouer sur les deux tableaux.

"La Russie a cessé de miser sur un seul cheval. Auparavant, nous nous sommes évertués à détériorer les rapports avec les deux parties au conflit. Cette période est révolue. Il est inadmissible de tirer sans cesse les marrons du feu, d'autant plus que personne ne s'en trouvera reconnaissant. La Russie traitera avec n'importe qui, estime l'expert. Ceux qui tentent d'isoler le Hamas sont suffisamment nombreux: de l'argent arrive d'Europe, des armements d'Egypte. A présent, on ne nous accuse pas de soutenir le Hamas et de lui livrer des armes".

Cet article est tiré de la presse et n'a rien à voir avec la rédaction de RIA Novosti.

Moscou appelle à prévenir la division de l'Autorité palestinienne (MID)

Le ministère russe des Affaires étrangères appelle à prévenir la division de l'Autorité palestinienne en deux formations indépendantes, indique la déclaration diffusée place Smolenskaïa à l'issue des négociations qui ont eu lieu lundi à Moscou entre le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et le président de l'Autorité nationale palestinienne (ANP), Mahmoud Abbas.

A la suite des affrontements entre Palestiniens survenus en juin dernier, seule la Cisjordanie est restée sous l'administration du leader de l'ANP. Quant à la bande de Gaza, elle est passée sous le contrôlé du mouvement palestinien radical Hamas.

"Dans la situation critique actuelle, il faut tout faire pour empêcher la division de l'Autorité palestinienne en deux formations isolées", souligne la déclaration du MID russe.

Lors des négociations, M. Lavrov a mis l'accent sur "la nécessité de rétablir l'unité palestinienne par la voie du dialogue entre toutes les forces politiques".

"Cela créerait des conditions nécessaires pour reprendre - sur une base juridique internationale stable - le processus de règlement palestino-israélien axé sur la création d'un Etat palestinien souverain, vital et territorialement uni", estime le ministère russe des Affaires étrangères.

Durant leur entretien, le chef de la diplomatie russe et le président de l'ANP se sont déclarés "préoccupés par la dégradation violente de la situation humanitaire sur les territoires palestiniens, surtout dans la bande de Gaza", constate le document.

Les participants à la rencontre ont souligné la nécessité de prendre d'urgence des mesures visant à améliorer cette situation et à régler les problèmes économiques et sociaux pressants qui se posent aux Palestiniens. La partie russe a réaffirmé sa volonté de continuer d'apporter à l'Autorité nationale palestinienne une aide multiforme, y compris humanitaire, indique la déclaration du ministère russe des Affaires étrangères.


Mardi 31 Juillet 2007


Commentaires

1.Posté par Maxwel le 31/07/2007 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci à alterinfos pour ces infos hors Lobby,
avec R Voltaire on peu avoir quelques apercus de la domination du lobby qui n'existe pas.
Merci

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires