Palestine occupée

Montée de l'Extrème-Droite en Israel


Par Gregory Levey

L'un des nominés de cette année pour le prix de "l'homme politique de l'année" des télévisions israéliennes ne parle pas hébreu.
Il est extrèmement riche et a un passé douteux. Il a par le passé, travaillé dans l'industrie du cirque. Ce n'est même pas un politicien, au moins pour l'instant.
Mais depuis plusieurs années, Arcadi Gaydamak, un énigmatique milliardaire russe-israélien, est parvenu à devenir une personnalité largement influente en Israel.


Gregory Levey
Vendredi 12 Octobre 2007

Photo Reuters/Jerry Lampen/File : Benjamin Netanyahu (à gauche) après son discours à Tel-Aviv, le 28 mars 2006; Arcadi Gaydamak lors d'une session d'entrainement au Beitar de Jérusalem en août 2005.
Photo Reuters/Jerry Lampen/File : Benjamin Netanyahu (à gauche) après son discours à Tel-Aviv, le 28 mars 2006; Arcadi Gaydamak lors d'une session d'entrainement au Beitar de Jérusalem en août 2005.
Et il est maintenant au centre d'une alliance politique de Droite -- comprenant le super-faucon israélien Benjamin "Bibi" Netanyahu – ce qui pourrait nettement influencer la direction du pays.

Si cette nouvelle alliance prend le pouvoir lors des prochaines élections, elle pourrait pousser Israel vers des confrontations armées avec l'Iran, la Syrie ou le Hezbollah, et anéantir les restes d'espoir du camp de la Paix israélien concernant les Palestiniens.

Gaydamak a récemment renforcé son influence en tant que décideur dans la politique israélienne. Il a utilisé sa richesse pour gagner de la popularité par des initiatives sociales et commerciales, tout en exploitant habilement la perception de corruption et d'incompétence du gouvernement du Premier Ministre Ehud Olmert, en particulier pendant la guerre désastreuse de l'année dernière au Liban.

Avec sa fortune et sa stratégie politique adroite, Gaydamak est un croisement entre George Soros et Karl Rove, avec en son cœur une propension d'oligarchie russe.

Dans un pays rempli de personnages politiques colorés, il pourrait être le plus coloré. Gaydamak est recherché en France pour trafic d'armes illégal. Lire le jugement

On lui prête des relations, via son ancien partenaire dans le trafic d'armes, avec Halliburton et les sociétés qui ont financé la campagne du Président George W. Bush en 2000.

Il possède les citoyennetés russe, israélienne, française et canadienne, ainsi qu'un passeport diplomatique angolais avec lequel il voyagerait pour éviter toute arrestation.

Il possède une équipe de football à Jérusalem avec une base de supporters notoirement racistes et anti-arabes. Et il aurait l'intention de briguer le poste de maire de Jérusalem.

Mais c'est dans la politique nationale israélienne que Gaydamak pourrait devenir maintenant une force puissante -- et, selon certains, dangereuse.

Avec son nouveau parti politique, Justice Sociale, formé en juillet, Gaydamak s'est allié à Benjamin Netanyahu, le chef du Likud et ancien premier ministre.

À cette alliance, Gaydamak apporte sa popularité rapidement croissante, en particulier parmi la population russe influente d'Israel, une base politique grandissante et des milliards de dollars.

Netanyahu apporte sa crédibilité en tant qu'ancien premier ministre, sa bonne foi belliciste, et une popularité renaissante aussi bien en Israel que de l'autre côté de l'Atlantique, où il bénéficie d'un fort soutien parmi les faucons de guerre de Washington et chez de nombreux membres de l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le puissant groupe de Lobby pro-israélien.

L'objectif de cette nouvelle alliance est de faire élire une nouvelle fois Netanyahu comme Premier Ministre, ce qui donnerait à Gaydamak un accès direct aux niveaux les plus élevés du pouvoir en Israel.

Non seulement, la coalition a le potentiel pour faire tomber la direction du gouvernement centriste d'Israel et de la remplacer par un gouvernement beaucoup plus à droite – précisément au moment où Israel pourrait se retrouver au bord de la guerre avec l'Iran -- mais certains observateurs pensent qu'il constitue une menace pour la "démocratie" israélienne.

En février dernier, Gaydamak s'est ouvertement présenté comme faiseur de rois israéliens. Il a annoncé qu'il soutiendrait la candidature de Netanyahu au poste de Premier Ministre, en déclarant, "Le politicien que je soutiendrai deviendra le premier ministre."

Et il pourrait avoir raison, en surfant sur une popularité grandissante qu'il a, par certains côtés, littéralement achetée.

Par exemple, en 2005, Gaydamak a acheté le Beitar de Jérusalem, une équipe de football extrèmement populaire, qui s'avère justement avoir également une base de supporters nationalistes juifs qui chantent régulièrement "Mort aux Arabes !" lors des rencontres de l'équipe.

Pendant la guerre d'Israel contre le Hezbollah l'année dernière, quand c'était la confusion à la tête du pays et que les citoyens se sentaient abandonnés et vulnérables, Gaydamak est intervenu et s'est positionné comme sauveur. Il a ouvert ses coffres et a établi une ville de tentes sur une plage de la Méditerranée pour les Israéliens qui fuyaient les villes ravagées par les combats du nord du pays.

Dans le sud, les habitants de la ville israélienne de Sderot, près de la bande de Gaza, se sont retrouvés sous le bombardement constant des roquettes palestiniennes, et le gouvernement israélien ne les a pas aidés de façon substantive.

Gaydamak a emmené des centaines d'habitants de Sderot dans une autre ville de tentes qu'il a construite dans un parc de Tel Aviv, dotée d'une scène de spectacle et d'un mini parc d'attractions pour les enfants.
Si le gouvernement ne protège et n'aide pas ses citoyens, Gaydamak semble dire que lui, il le fera.

De cette manière, il a aidé à faire passer pour faible le gouvernement d'Olmert aux yeux de nombreux Israéliens, ce qui lui a valu la colère du premier ministre en poste, et à se présenter comme une force politique sur laquelle il fallait compter.

En août, Gaydamak s'est opposé ouvertement à une commission parlementaire qui contestait ses actions pendant la guerre, en l'accusant d'avoir agi totalement pour des raisons politiques.

Cette année, alors que sa propre popularité continuait à monter, Gaydamak a modéré son soutien explicite à Netanyahu, mais on croit encore largement qu'il apportera son soutien à une candidature de Netanyahu au poste de Premier Ministre en échange d'un plus grand pouvoir.

Pour ses partisans, Gaydamak est simplement le résultat normal d'un establishment israélien qui est tellement impliqué dans la corruption et le copinage qu'il ne peut pas s'occuper de ses citoyens, et encore moins de faire progresser un processus de paix avec ses voisins ou de se concentrer sur des problèmes cruciaux de politique étrangère.

Gaydamak est, dans cette ligne de pensée, un phénomène positif, une personne pratique dans un endroit nécessitant désespérément des solutions pratiques.

Mais certains analystes et responsables du gouvernement israélien ont une opinion plus sombre. Un haut responsable israélien, qui a servi aux niveaux les plus élevés de l'appareil politique, m'a dit qu'il voyait la montée de Gaydamak comme un sous-produit terrible d'une situation déjà mauvaise.

"Certains pensent", dit-il, "que la démocratie ne fonctionne pas pour nous, et que nous devrions être comme le reste du Moyen-Orient -- que nous avons essayé la démocratie et nous avons échoué. Mais Gaydamak est autre chose. C'est un oligarque. N'oublions pas que beaucoup de ses partisans sont Russes. Ils ne sont pas vraiment au courant de la démocratie."

Gaydamak a tranquillement construit un réseau d'activistes en Israel et il a choisi des candidats pour représenter son parti aux prochaines élections à tous les niveaux. Il déterminera personnellement la plateforme de son parti, et chaque candidat aura l'approbation de ses collaborateurs les plus proches.

Bien qu'il ait fait allusion à sa candidature pour le poste de maire de Jérusalem, Gaydamak cherche à tirer les ficelles dans la politique nationale, sans se mettre dans une position vulnérable sur la liste de son parti.

Pour cette raison et aussi pour ses actions à l'étranger, certains observateurs ont qualifié Gaydamak d'antidémocratique.

Par exemple, en 2005, pour des raisons qui restent troubles, Gaydamak a acheté les Nouvelles de Moscou en Russie, a viré certains journalistes, et a changé la position du journal en une position fermement pro-gouvernmentale, en nommant un journaliste pro-Putin comme rédacteur en chef.

Cela a été largement considéré comme un acte hostile à la liberté de parole et a soulevé des questions au sujet des liens possibles entre Gaydamak et le Kremlin.

En Israel, selon un haut responsable israélien, Gaydamak exploite un sentiment répandu dans la population israélienne que la façon dont la démocratie israélienne fonctionne a privé de droits civiques des groupes importants de la population et a laissé le pays vulnérable à des attaques extérieures.

Et Netanyahu, en tant que responsable politique qui a longtemps exploité la vulnérabilité et la peur pour obtenir et utiliser le pouvoir, pourrait être le parfait complément de Gaydamak.

Il y a juste deux ans, quand l'ancien premier ministre Ariel Sharon a quitté le Likud pour fonder le parti Kadima, il a emmené avec lui beaucoup de parlementaires du Likud et une grande partie du cachet du parti.

Netanyahu a dû se contenter des restes, et a affronté une traversée du désert sur le plan politique.
Mais maintenant sa chance revient, avec le soutien de Gaydamak et dans son dos, les vents de l'insécurité politique israélienne. À la suite de l'échec de l'armée israélienne contre le Hezbollah l'été dernier, et de la prise de pouvoir à Gaza par le Hamas, l'espoir du gouvernement de Sharon a disparu.

Et beaucoup de personnes en Israel regardent maintenant avec anxiété à Droite, vers le Likud, et vers Netanyahu lui-même. Il y a même des rapports récents disant que plusieurs membres du propre parti d'Olmert auraient été réceptifs aux sirènes de Netanyahu qui pourrait essayer d'inciter les partisans d'Olmert à revenir au Likud. Parmi le public israélien, Netanyahu jouit de la plus forte cote de popularité, et beaucoup l'annoncent comme prochain premier ministre

Ce serait un développement bienvenu pour les partisans les plus bellicistes d'Israel aux Etats-Unis.
Netanyahu est un favori pour ceux à Washington qui favorisent une ligne dure de la politique israélienne, y compris une politique belliqueuse envers l'Iran.

En mars, alors qu'il se trouvait à Washington pour la conférence annuelle de l'AIPAC, Netanyahu a rencontré en privé le vice-président Dick Cheney à la Maison Blanche, où ils auraient discuté d'une intensification de la pression sur l'Iran, avec un oeil sur des options militaires.

Un lobbyiste de l'industrie de la défense américaine ayant des liens étroits avec Israel m'a dit qu'il pensait que Netanyahu était "absolument impressionnant", et que plusieurs de ses collègues étaient également des partisans dévoués.

Un autre lobbyiste de Washington impliqué dans des affaires au Moyen-Orient m'a dit récemment que bien que l'AIPAC refusait officiellement d'approuver un politicien israélien plus qu'un autre, certains de ses activistes "le feraient certainement".

En effet, quand j'ai couvert la conférence d'AIPAC pour Salon, beaucoup de délégués de l'AIPAC soutenaient ouvertement Netanyahu. Des dizaines d'entre eux m'ont dit qu'il était leur dirigeant israélien préféré, et bien que Netanyahu ne fasse pas officiellement partie du programme de la Conférence, quand on a appris qu'il ferait un briefing à huis clos devant des délégués choisis, une grosse bousculade s'est déclenchée pour y avoir accès.

L'AIPAC prend soin de ne pas interférer ouvertement dans la politique israélienne, mais il est très clair, même pour un observateur occasionnel, que les sensibilités de Netanyahu sont étroitement alignées sur celles de nombreuses personnes dans l'organisation, et que beaucoup de ses membres voudraient voir Netanyahu diriger Israel.

Mais tout le monde ne pense pas de cette façon en Israel, où Netanyahu est connu non seulement comme un faucon féroce mais également comme un opportuniste qui n'a pas honte.

Bien que la politique israélienne puisse être un sport sanguinaire, Netanyahu s'est attiré les critiques, tout comme Gaydamak, pour des manoeuvres considérées par certains comme antidémocratiques.

En 2005, Netanyahu a utilisé le retrait prévu de la Bande de Gaza comme prétexte pour tenter un putsch contre le Premier Ministre de l'époque, Sharon, et s'installer en tant que Premier Ministre.

A l'époque, un membre du bureau du Premier Ministre m'avait dit que si Netanyahu réussissait, il envisageait de démissionner du bureau, ainsi que certains de ses collègues. "Le problème", a déclaré le fonctionnaire, "c'est que non seulement Netanyahu est de Droite mais qu'il est également irréfléchi."

En effet, certaines des déclarations et des actions de Netanyahu ont été explosives, même selon les normes de la politique israélienne.

En 2003, il s'est attiré de vives critiques -- et, beaucoup d'éloges d'une partie de l'électorat israélien, -- quand il a déclaré que les citoyens Arabes d'Israel représentaient "une menace démographique".

Plus récemment, en faisant référence au débat sur le nucléaire iranien, il a déclaré, à plusieurs reprises : "Nous sommes en 1939", en se référant à l'agression imminente de l'Allemagne d'Hitler, et il a pratiquement dit qu'une attaque américaine ou israélienne contre l'Iran sera bientôt justifiée.

Quand Netanyahu était Premier Ministre de 1996 à 1999, sa coalition partageait le pouvoir avec des factions israéliennes plus modérées, ce qui l'a forcé à abandonner les éléments les plus extrêmes de son agenda. Cependant, son alliance avec Gaydamak pourrait rendre inutile cette sorte de compromis, en raison de l'argent de Gaydamak et d'un soutien politique croissant.

La date des prochaines élections israéliennes est incertaine, mais avec un gouvernement d'Olmert faible et un paysage politique volatil, elles pourraient avoir lieu dès l'année prochaine.
Une nouvelle coalition au pouvoir est formée quand le chef du parti qui a le plus de sièges à la Knesset est capable de rassembler un groupe de partis totalisant plus de 60 sièges.

Un récent sondage a montré que le parti Justice Sociale de Gaydamak gagnerait huit sièges aux élections, soit seulement deux de moins que gagnerait maintenant le parti au pouvoir, Kadima.

Le Likud de Netanyahu est constamment à 20 sièges ou plus. Ensemble, les partis de Gaydamak et de Netanyahu, avec 28 sièges ou plus, représenteraient un bloc presque imbattable. (Quand Kadima est arrivé au pouvoir en 2006, il avait 29 sièges.)

Quelques autres partis seraient alors nécessaires pour former une coalition au pouvoir, qui seraient probablement incorporés dans l'alliance Gaydamak-Netanyahu : Beaucoup de gens des partis religieux israéliens sont des partisans de Netanyahu, et ils lui apporteraient leurs sièges.

Il obtiendrait également le soutien des dirigeants laïcs de Droite tels que l'ultra-belliciste Avigdor Lieberman, un ancien chef d'Etat-Major de Netanyahu, qui dirige le parti ouvertement raciste, Yisrael Beiteinu.
Lieberman a réclamé le "transfert" de certains des citoyens arabes d'Israel à l'extérieur du pays, il a suggéré le bombardement des infrastructures civiles des Palestiniens dans les territoires occupés, et il a même plaidé ouvertement le bombardement de Téhéran.

Si de tels éléments rejoignaient les forces de Gaydamak et de Netanyahu, cela pourrait créer le gouvernement israélien le plus d'Extrème-Droite de ces dernières décennies.

La volonté apparente de Netanyahu de s'allier avec des personnalités marginales puissantes comme Gaydamak était peut-être prévisible.

Un ancien haut responsable israélien, qui a occupé divers postes dans le gouvernement pendant plus de 20 ans et qui a eu des relations avec Netanyahu à de nombreuses occasions, m'a dit, il y a un certain temps, qu'elle n'avait aucun doute sur le fait que Netanyahu travaillerait volontiers avec celui qui pourrait l'aider à gagner et à conserver le pouvoir.

"Il n'a pas de véritables principes", dit-elle. Un ancien collaborateur de Netanyahu évoque aussi ce sentiment : "La seule chose qui soit importante pour lui, c'est de devenir Premier Ministre, quels que soient les sacrifices."

Si Netanyahu réussit avec Gaydamak à ses côtés, ces sacrifices pourraient inclure une guerre régionale plus large et peut-être même l'érosion de la démocratie en Israel.

Source : http://www.salon.com/news/
Traduction : MG pour ISM


Vendredi 12 Octobre 2007


Commentaires

1.Posté par redk le 12/10/2007 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voilla encore un exemple de sioniste lache sans patrie ni honneur Il possède les citoyennetés russe, israélienne, française et canadienne, ainsi qu'un passeport diplomatique angolais qui lui permet d'aidé financierment a assassiné des familles palestinnienes entiere,a leurs retiré leurs terre et ils ne crain rien pendent que l'on traque et juges les sois disent financiers des groupes sois disent "islamiste teroriste",et lui c'es quoi sinon un financier sioniste de crime d'etat et contre l'humanité couvert par les pays dont il a les passports qu'atend t'on pour le juger? ha oui c'es vrai c'es ni un arabe,ni un noir,ni meme un convertis a l'islam c'es un juif sioniste qui comme la rapplé sarkosion se fait "un devoire de defendre son pays"

2.Posté par MIJEON Amaury le 12/10/2007 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il s'agit bien d'une personne qui incarne la corruption qui baigne dans les mouvances nationnalistes,dont le sionnisme;
Le sionnisme!Voilà une nouvelle idéologie raciste au mème degré que la xénophobie;je risque d'etre incompris mais ceci est normal à une époque ou les gens sont si bien mannipulés qu'ils ont du mal à connaitre la vérité.
Je déplore le fait qu'un bon nombre de personnes aux attachements juifs est rejoind cette erreure d'idéologie raciste et supérieure.
Ces etres humains ont souffaire du nazisme et voilà qu' un petit groupe d'individus crait le sionnisme!N'est-ce pas une contradiction parfaite et dons un ironisme de l'histoire?
Je déplore l'état d'israel car celui-ci est un Etat fondé par le sionnisme et non par un mouvement de l'humanité et de la paix.Cette Etat a été fondé sur les souffrance d'un peuple qui n'a pas été consulté par ceux qui les ont dominé:l'EUROPE.
Nous voyons O combien les hommes sont empraint de folie et O combien ils manquent de réflection.
Les extrémistes de toutes horizons,se retrouvent au pouvoir des états fondés par la folie:
-Les Etats-unis par les franc-maçons(les francs-maçons sont les successeurs de l'ordre des templiers);
-Israel fondé par les Etats-unis et par la communauté internationnale(celle-ci a bien réfléchi!!!!):
Voilà ce que je peut dire pour l'instant;alors,quand je vois celui dont ont parle dans ce merveilleux article_comme tous les autres_je peut qu'exprimer ma profonde colère et tristesse quant à la suite des évènements...
En tant que chrétien,je relègue tout mes mes frères extrémistes dans les oubliettes si ceux-ci ne recherchent pas la foi(ce qu'ils n'ont pas);
Et je voudrais dire toute mon admiration à ceux qui ont la foi:aux musulmans en premiers,puis à la meme pour les chrétiens ayant comme les musulmans la foi,et aux bouddhistes et surtout à mes compatissants frere de confession juive.
Rejetons tous ceux qui font le mal car nous tous le savons,le jugement viendra pour partager les bon des mauvais.
AMAURY

3.Posté par MIJEON Amaury le 12/10/2007 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Veuillez m'excuser pour les quelques erreures de frappe;celà ressemble à des fautes d'ortographe.
J'y veillerai pour le prochain commantaire.

4.Posté par MIJEON Amaury le 12/10/2007 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

orthographe!lol

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires