Croyances et société

Monsanto et BASF se retirent de l'Europe : Bonne nouvelle ou tour de passe-passe ?



Heidi Stevenson
Vendredi 3 Février 2012

Monsanto et BASF se retirent de l'Europe : Bonne nouvelle ou tour de passe-passe ?


Gaia Health Blog, Heidi Stevenson, 2 février 2012


      Disant qu'elles ont été battues par les manifestants, les compagnies Monsanto et BASF se retirent de l'Europe. Cela semble trop beau pour être vrai.


      Voici pourquoi.



Le coup monté


      Le 18 janvier, BASF a annoncé qu’elle déplace le développement et la commercialisation des organismes génétiquement modifiés d'Europe vers la Zunie et l'Amérique du Sud. Stefan Marcinowski, membre du Conseil exécutif de BASF, a décrit la raison ainsi :

      Il y a encore un manque d'acceptation de cette technologie dans de nombreuses parties de l'Europe – de la part de la majorité des consommateurs, des agriculteurs et des politiciens. Par conséquent, il n’est pas dans la logique commerciale de continuer à investir dans des produits exclusivement pour la culture de ce marché.


      Monsanto a retiré ses activités de semences céréalières de l'Europe depuis près de dix ans, apparemment à cause de la pression du public contre les OGM, mais en réalité parce que les essais de leur blé et maïs en Allemagne, en France, et en République tchèque ont été des échecs lamentables.


      Cela sonne comme si l'opinion publique opposée aux OGM dans l'UE l’emportait. Ce n’est malheureusement pas le cas. L'UE a manifesté sa volonté d'accepter les cultures génétiquement modifiées en approuvant deux variétés de pomme de terre :

      - L'Europe approuve la pomme de terre génétiquement modifiée résistante aux antibiotiques : La fécule de cette pomme de terre de BASF serait utilisée par l'industrie pour sa caractéristique collante. Toutefois, les épluchures serviront à l'alimentation animale.

      - Les pommes de terre génétiquement modifiées se dirigent vers les rayons des supermarchés d'Europe : Cette pomme de terre de BASF a été approuvée pour les tests – et elle est destinée à la consommation humaine.


      Tous ceux qui suivent la politique de l'UE concernant les cultures génétiquement modifiées et les problèmes alternatifs de santé, pour ne pas mentionner pratiquement tout ce qui est associé aux intérêts commerciaux, sont conscients que l'UE n'est pas particulièrement intéressée par ce que veulent les citoyens. La qualité de personne des entreprises fait partie intégrante de la constitution de l'UE. En fait, le seul but de l'UE est de renforcer les intérêts des compagnies. Après tout, elle a démarré sous le nom de Communauté économique européenne.


      C’est donc en termes économiques que nous pouvons comprendre pourquoi Monsanto et BASF se retirent de l'Europe.



Le processus


      Pour les compagnies, la nourriture n’est rien de plus qu’un produit commercialisable. Des changements majeurs ont lieu dans le système mondial de production et de vente des aliments. Dans un système capable de maintenir les clients dans l'ignorance de l’origine des aliments et s’ils sont génétiquement modifiés, l’endroit où les compagnies se développent, produisent ou commercialisent leurs produits, ne fait aucune différence. La majeure partie d’entre elles vendent à d'autres entreprises, et non pas directement au consommateur.


      Le fait est que les compagnies Monsanto et BASF ne se soucient pas vraiment du fait que le public ne veut pas de leurs produits. Par l’intermédiaire de traités, elles ont manœuvré pour bander les yeux du public sur l’origine de la nourriture et sa composition génétique. En manipulant – soudoyant – les agences gouvernementales de Zunie, elles ont obtenu quasiment carte blanche dans le développement, la production et la commercialisation de leur merde toxique.


      Grâce à l'Organisation mondiale du commerce, elles ont obtenu que presque toutes les nations du monde acceptent leur définition du libre-échange. En conséquence directe, nous sommes sur le point de perdre le droit de savoir où nos aliments sont produits – connaître l’origine de la nourriture n'est pas vos affaires, dit l'OMC. Parce que les consommateurs pourraient prendre des décisions d'achat en se fondant sur l’origine de la nourriture, l'indiquer sur les étiquettes est vu comme un obstacle injuste au commerce.



L'Arnaque


      Monsanto et BASF n’ont aucune raison de s’inquiéter que la population européenne – ou de partout ailleurs – ne veuille pas de leurs cochonneries génétiquement modifiées. Elles se sont retirées de l'Europe uniquement pour des raisons de business. Le climat et la quantité de terres agricoles en Chine et en Zunie sont dans l’ensemble de loin supérieurs à ceux de l'Europe. Elles ont des gouvernements qui coopèrent avec les accords commerciaux, et en Chine, elles ont une main d’œuvre qui peut être traitée à peu près comme des esclaves.


      Ces compagnies agro-alimentaires retirent d'Europe le développement et la production de leurs cultures d’OGM pour des raisons purement tactiques. Rendre responsable la réaction du public est un coup d'éclat. Ça donne l'impression qu'elles partent la queue entre les jambes, intimidées par une campagne victorieuse contre elles.


      Elles comptent sur ce sentiment de victoire pour rendre les gens aveugles à la réalité.


      Les aliments génétiquement modifiés apparaîtront sur les rayons des supermarchés. Cela se produira sans bruit. Tout en dégustant une apparente victoire, la population commencera à manger du poison génétiquement modifié. Génétiquement modifié ne sera pas indiqué sur les étiquettes. Importé ne sera pas étiqueté. Peu importe que des pays de l’UE aient individuellement adopté des lois interdisant les cultures et les produits génétiquement modifiés. L'UE a signé des traités. L'UE acceptera les importations d'aliments, sans l’indication du pays d'origine ou la composition génétiquement modifiée. Les pays ont convenu de cela en signant les traités.



Original : gaia-health.com/gaia-blog/2012-02-02/monsanto-and-basf-pull-out-of-europe-good-news-or-sleight-of-hand/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Vendredi 3 Février 2012


Commentaires

1.Posté par Patrice le 04/02/2012 01:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Peut-être que le diable est stupide, il doit tordre le bras des pays pour faire avaler sa pilule, preuve que les choses mauvaises sont mauvaises.

2.Posté par Rensk le 05/02/2012 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui me manque en tant que consommateur (et je pense aussi aux paysans) c'est le nom de la pdt... pour surtout pouvoir la laisser pourrir au magasin... Permettez-moi de choisir de ne pas "accidentellement" donner du fric pour eux (magasin, paysan qui a osé cultiver et BASF)

3.Posté par Sentinelle286 le 20/02/2012 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

]url:http://http://videos.arte.tv/fr/videos/x_enius-6405714.html[

En réponse à Rensk et autres consommateur : le lien ci dessus renvoit à un documentaire vidéo de l'émission X:enius (Arte+7). Il est question de la pomme de terre OGM citée dans l'article, Amflora

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires