Politique Nationale/Internationale

Mon Ortega à moi ! Ou : le Sandiniste et le Saddamiste



Raja Chemayel
Mercredi 8 Novembre 2006

Mon Ortega à moi ! Ou : le Sandiniste et le Saddamiste


Raja Chemayel

Traduit par Marcel Charbonnier


Et voici que Daniel Ortega redevient Président du Nicaragua
Après une élection tout ce qu’il y a de démocratique…
Déjà, il avait fait la révolution, et il avait triomphé,
Après quoi les USA firent de leur pire pour lui faire perdre la présidence de la République nicaraguayenne,
Au moyen de bulletins de vote en guise de balles.

Et voici qu’aujourd’hui – quinze années s’étant écoulées ! ! – Ortega utilise à nouveau les mêmes urnes électorales
Au grand dam des USA,
Et qu’il l’emporte
A nouveau…

Du grand art : la Démocratie à l’œuvre ! !



Alors, que diriez-vous de libérer le Président Saddam Hussein
Et de procéder à des élections, en Irak ?
Je vous fais le pari que Saddam remporterait ces élections haut la main,
Si et seulement si les USA et l’Iran débarrassaient le plancher, avant toute chose ! !


Comme un flingue, la Démocratie peut tirer dans toutes les directions…
Parfois, c’est dans la bonne direction, et d’autres fois, c’est dans la mauvaise…
Tout dépend des mains entre lesquelles elle est placée…

Ortega a vaincu selon les deux méthodes :
Il peut se targuer d’être tout à la fois un Démocrate Révolutionnaire accompli,
Et le parangon du Révolutionnaire Démocrate!…

Quant à mon Héros, à moi, le Président Saddam : c’était incontestablement un révolutionnaire,
Mais, malheureusement, il n’était pas particulièrement démocrate…

Si seulement les USA et l’Iran voulaient bien lui accorder une deuxième chance,

Je suis sûr que Saddam deviendrait : mon Ortega à moi ! !



Raja Chemayel

Le 7 novembre 2006





Commentaire de Gianluca Bifolchi (Tlaxcala)

Certes, Saddam est un sandiniste honoraire. Dans les années de la guerre contre la Contra financée par les USA au Nicaragua, le Raïs, sur indications de Ronald Reagan, accumula un petit million de morts dans la guerre contre l’Iran. À chacun son dû.

Réponse du traducteur
A un petit détail près : le scandal de l'Iran-Contra était une relation incestueuse à TROIS :le fric était donné à l'IRAN pour acheter des armes ISRAÉLIENNES, le
refinancement passant par la Contra...
Eh oui, mon pote, que veux-tu, c'est l'Histoire !...



Traduit par Marcel Charbonnier, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est en Copyleft pour tout usage non-commercial : elle est libre de toute reproduction, à condition de respecter son intégrité et de mentionner auteurs et sources.
URL de cet article


Mercredi 8 Novembre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires