Croyances et société

Moi Salafi, Je demande la parole ?


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 10 Septembre 2017 - 09:40 L'Imamat (Réfutations)



masjiddarwa@yahoo.fr
Lundi 27 Juillet 2009

Moi Salafi, Je demande la parole ?

Nous voilà donc une fois de plus dans « l’œil du cyclone », au cœur de la tempête médiatique et sociale. Les salafis, cette dangereuse secte de l’islam, sortie d’un autre temps, composée selon les « experts » d’anciens dealers de cité venus s’acheter une bonne conscience, de jeunes paumés à la recherche d’une identité, d’hommes en mal de masculinité, de femmes battues et soumises, de converties qui tentent de s’affirmer par une pratique extrémiste… la liste est longue et elle s’agrémente en fonction du domaine « d’expertise » et de la visée. Mais telle est la Loi universelle d’Allah : « La haine s’est manifestée dans leur bouche, mais ce que leur poitrine cache est pire encore. Voilà que Nous vous exposons les signes, si vous pouviez raisonner ! » (Âl ‘Imrân, v.118) [Ici l’expert notera l’utilisation de l’argument du complot et de la victimisation]



Celui qui regarde ce qui se dit dans les médias et les différentes études des pseudo experts et promoteurs de la peur ne reconnaît pas ses frères et sœurs – mais peut être sommes-nous trop aveuglés par le pouvoir de la « secte ». Bien évidemment, il peut exister des phénomènes d’entraînement, d’imitation, et parfois même de contrainte, des gens en recherche qui viennent à cette voie, d’autres qui veulent prouver des choses à leur personne ou aux autres, qui peut le nier ? Mais dire cela des salafis c’est mentir sur la quasi-totalité d’entre eux – et chacun peut témoigner pour lui-même et ceux qu’ils côtoient – qui ont choisi cette voie par conviction et y trouvent sérénité et équilibre. Et pour tous, Allah jugera de la sincérité des actes et de la démarche. « Si vous êtes endurants et pieux, leur ruse ne vous causera aucun mal. Allah connaît parfaitement tout ce qu’ils font. » (Âl ‘Imrân, v.120) Oui, il en est ainsi, la ruse, la médisance et le mensonge n’ont fait que grossir les rangs des salafis, et une fois encore il faut espérer que cela ne fera que renforcer la conviction de ceux qui sont sur cette voie, et amènera d’autres à s’interroger et chercher la vérité. « Cherchent-ils à ruser ? Mais ce sont les mécréants qui sont victimes de leur propre ruse. » (At-Tûr, v.42)



La stigmatisation et le mensonge sont-ils les meilleurs moyens de lutter contre la propagation de la foi ? Rien n’est moins sûr, et ainsi lorsque les polythéistes de Quraysh ont voulu décrier le Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam), ils n’ont trouvé que le mensonge : « Mais ils disent : « Voilà plutôt un amas de rêves ! Ou il l’a inventé ! Ou bien c’est plutôt un poète. Qu’il nous apporte donc un miracle comme les anciens messagers ! » » (Al-Anbiyâ’, v.5). 40. « Ce Coran est la parole d’un illustre Messager. Ce n’est pas la parole d’un poète. Pourtant, vous n’êtes que très peu à y croire. Ce n’est pas non plus la parole d’un devin. Pourtant, vous n’êtes que très peu à vous en souvenir. C’est une révélation du Seigneur de l’univers. » (Al-Hâqqah, v.40-43). Ceci car cet appel béni qu’est l’islam ne repose pas sur un quelconque profit mondain ou enrichissement personnel, c’est un appel raisonné à prendre conscience de la réalité de cette vie et cheminer vers le Seigneur de l’univers. Celui qui présente l’islam n’attend rien de celui à qui il prêche, il ne l’appelle qu’à le rejoindre dans l’état de sérénité dans lequel il vit : « Si vous vous détournez de moi, alors que je ne vous ai pas demandé de salaire, (sachez que) ma récompense n’incombe qu’à Allah. Et il m’a été ordonné d’être du nombre des soumis. » (Yûnus, v.72) Pas de vente pyramidale, pas d’impôts destinés à enrichir les puissants, pas de gourou, mais une simple conformation à la Loi d’Allah, le Seigneur de l’univers. Plus encore, combien sont nombreux ceux qui sont venus à la vérité parce qu’on leur a menti au départ. Combien d’entre nous avait des préjugés sur la voie des pieux prédécesseurs, voire tout simplement sur l’islam, et s’est aperçu en connaissant des musulmans sur cette voie que tout ce qu’on lui avait dit n’était que mensonges et insanités. Étrange secte que celle qui est apparue sur la plupart des zones peuplées par les musulmans, à toute époque depuis l’avènement de l’islam, sans que leurs adeptes se soient rencontrés ou concertés (bien que les « experts » les plus incultes disent que la voie des pieux prédécesseurs (as-salafiyyah) est née dans les années 30. Nous les appelons à venir s’instruire et lire les articles à ce sujet sur le site). Étrange secte que celle qui n’appelle pas à s’attacher à une personnalité mais à la vérité d’où qu’elle vienne, tant qu’elle reste conforme aux Textes. Étrange secte qui ne promet pas la félicité éternelle à ses adeptes, n’en fait pas des élus, des êtres supérieurs, mais les appelle à faire de leur mieux pour plaire à Celui en qui ils croient jusqu’à leur dernier souffle, afin qu’Il leur fasse miséricorde : « Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah sait tout et Il est Clairvoyant. » (Al-Hujurât, v.13.)



Les statistiques mentionnent globalement de 30 à 50 000 « salafistes » en France… S’ils savaient ! On pourrait leur répondre par la parole du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) : « As-tu ouvert son cœur (pour savoir) ? » Ceux qui suivent la voie des pieux prédécesseurs ne sont pas seulement ceux qui portent le voile intégrale pour les femmes et une tunique pour les hommes. Combien sont nombreux ceux qui, à tout niveau de la société, de tout âge, dans les institutions, les ministères, les grandes entreprises, à des postes importants, mais aussi des gens communs sont musulmans et savent que la voie des prédécesseurs est la vérité et en témoignent, même si parfois pour de multiples raisons cet attachement ne s’extériorise pas encore. Qu’on le veuille ou non, c’est une réalité avec laquelle la société doit désormais composer. Il n’y a pas, et il n’y aura pas, d’exception religieuse française concernant l’islam, et il n’y a aucune raison que la France échappe à ce mouvement mondial de retour aux valeurs religieuses, que l’on constate avec force y compris dans les pays musulmans. Certains s’en réjouissent et y voient un retour vers de vraies valeurs que le temps, l’ignorance, la colonisation et l’occidentalisation du monde avaient progressivement éludées ; d’autres s’en mordent les doigts et meurent de rage face à ce qu’ils considèrent comme une régression et une atteinte aux valeurs qu’ils prônent. Qu’importe, Allah jugera entre nous et Il est le meilleur et le plus équitable des juges.



Le simple fait – qui n’est qu’une coïncidence bien entendu – de nommer cela « l’affaire de la Burqa » dénote cette visée malsaine. Burqa n’est pas un mot français mais il renvoie dans l’imaginaire collectif à ce que « l’homme moderne » connaît de pire en terme de barbarie, le Bolchevik de notre temps, le monstre et mangeur d’enfants, le Taliban – terme qui ne renvoie lui aussi qu’aux fantasmes qu’on y a liés. La Burqa est donc ce qui dans l’imaginaire collectif renvoie à l’habit des femmes en Afghanistan, et donc à leur souffrance supposée ou effective. Le raccourci est donc facile, et c’est toujours la simplicité qui est recherchée : celle qui porte la « Burqa » est une femme en souffrance, humiliée, et contrainte ; et si elle est consentante, elle est extrémiste et endoctrinée. Bien entendu, on manque d’expliquer qu’en Afghanistan cet habit est antérieur à l’islam, de même qu’on manque d’expliquer la situation économique, sociale et culturelle de ces gens, leur organisation tribale ancestrale, les décennies de guerre qu’ils ont traversé, leur grande pauvreté économique, l’analphabétisme, et d’autres facteurs encore qui viennent mettre en lumière leurs coutumes et pratiques religieuses et sociales. Le terme Burqa’ est dérivé du verbe Barqa’a qui signifie voiler, cacher, et ainsi Burqa’ désigne un voile, un rideau, et le vêtement par lequel les femmes voilent leur corps et leur visage. De la même manière, le verbe Satara qui signifie également couvrir cacher, donne le terme Sitâr qui désigne le voile, le rideau, et le tissu par lequel les femmes voilent intégralement leur visage ; ou encore le verbe Hajaba qui signifie dissimuler, occulter et donne le terme Hijâb qui désigne couramment le voile. Les termes sont encore nombreux, comme le Niqâb ou Lithâm qui désignent le tissu par lequel les femmes voilent leur visage en laissant apparaître les yeux, ou encore Al-Jilbâb qui désigne la tunique ample qui couvre l’ensemble du corps. Ces termes sont employés différemment en fonction des régions et désignent des choses semblables ou différentes selon le cas. Donc si ces termes ont besoin d’être précisés selon le cadre d’usage, alors que dire en langue française ou leur simple translittération ne traduit que des fantasmes et conceptions prêtes à consommer concoctées par nos mandarins. La seule chose qui puisse faire sens dans l’esprit de qui n’a aucune connaissance de l’islam et de la langue arabe est « voile intégral ». En France, les modèles portés sont d’inspiration du Moyen Orient, d’Égypte, de Turquie ou du Maghreb. Ainsi, on trouve à la vente des Jilbabs « saoudiens », « égyptiens », « algériens ».



Au risque de froisser certains, le voile intégral est avant tout une question religieuse. Si on peut s’expliquer qu’une personne qui n’a rien à voir avec l’islam dise que le voile intégral n’est pas une question religieuse mais de dignité de la femme, on ne peut qu’être surpris de voir des musulmans acquiescer, ajouter de l’eau au moulin, et comme bien souvent se montrer plus incisifs et nuisibles aux musulmans que leurs pires ennemis. Comment une personne se réclamant de l’islam peut elle dire que le voile intégral n’a rien à voir avec l’islam, alors que cela apparaît en toutes lettres (et non par extrapolation) dans des propos authentiques du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) qui dit à titre d’exemple : « La femme en état de sacralisation (pendant le pèlerinage) ne doit ni se voiler le visage ni porter de gants. » (Al-Bukhârî). Ou encore ce que rapporte ‘Â’ishah lorsque lors d’un voyage elle perdit la caravane et attendit sous un arbre qu’on vienne la chercher : « Alors que j’étais assise à ma place, le sommeil m’a gagné et je me suis endormie. Safwân Ibn Mu’attal qui était à l’arrière de l’armée arriva au lieu où je me trouvais. Il vit une forme humaine endormie et me reconnut car il m’avait vu avant l’obligation du voile. Je me suis réveillée alors qu’il m’appelait après m’avoir reconnue, et je mis mon voile (Khimâr) » et dans une version du hadith : « Je me suis couvert le visage avec mon Jilbâb » Les Textes mentionnant le fait de couvrir son visage sont nombreux et cela fait donc partie intégrante de l’islam. Ne pouvant nier l’évidence, certains ont faussement prétendu que cela était spécifique aux femmes du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam), mais c’est un argument fallacieux qui ne repose sur rien et qui est balayé par le simple témoignage de nombreuses épouses de Compagnons qui rapportent comme Asmâ’  Bint Abû Bakr : « Nous couvrions nos visages devant les hommes. » La règle de base est que les Textes s’appliquent à tous les musulmans, sauf si exception est mentionnée dans le Texte, et plus simplement encore, Asmâ’ n’est pas une des épouses du Prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) et lorsqu’elle dit : « nous » elle désigne l’ensemble des femmes des Compagnons.



Ceux qui prétendent que c’est une pratique propre aux Wahhabites étrangère à l’islam font-ils semblant d’oublier les Textes ? Qu’ils reviennent aux plus anciens exégèses, comme celui de l’imam At-Tabarî, en commentaire du verset : « Dis également aux croyantes de baisser leur regard, de préserver leur chasteté, et de ne montrer de leur parure que ce qui en paraît. » (An-Nûr, v.31) ou encore « Et si vous leur demandez (aux musulmanes) quelque objet, demandez-le leur derrière un voile, c’est plus pur pour vos coeurs et le leur. » (Al-Ahzâb, v.53) et ils constateront que le fait de voiler son visage est mentionné, comme dans tous les exégèses des pieux prédécesseurs, bien avant l’existence de l’Arabie Saoudite. Que dire lorsque ce sont des « représentants » de l’islam qui affirment sans aucune honte que le voile intégral n’existe pas en islam ? Plus rationnellement, comment expliquer qu’une pratique « inconnue en islam » existe jusqu’à nos jours sous différentes formes sur toutes les terres d’islam ? À moins bien entendu de dire que la grand-mère du Maghreb qui porte son Hayik ou son Lithâm soit une wahhabite, de même en Turquie, en Inde… « Allah veut accueillir votre repentir. Mais ceux qui suivent les passions veulent que vous penchiez grandement (vers l’égarement). » (An-Nisâ’, v.27)  



Nous ne discutons pas ici le fait que couvrir le visage soit une obligation ou non, mais rappelons simplement que cela est présent depuis les débuts de l’islam. Plus encore, la question du fait de découvrir son visage n’est pratiquement pas présente dans les livres des pieux prédécesseurs, et elle n’a fait l’objet d’études spécifiques et conséquentes que depuis une centaine d’années. Ainsi, Al-Hâfidh Ibn Hajar (qui n’était pas wahhabite puisque mort en 853H) dit dans Fath Al-Bârî, son commentaire du Sahîh Al-Bukhârî : « Que ce soit dans le passé ou le présent, les femmes n’ont cessé de voiler leurs visages aux étrangers. » (9/235-236) Abû Hâmid Al-Ghazâlî (qui n’était pas non plus Wahhabite pour les mêmes raisons) dit : « Au fil du temps, les hommes n’ont cessé d’avoir le visage découvert, et les femme de se couvrir le visage. » (Sharh Ihyâ ‘ulûm ad-dîn, 6/159), et les paroles des imams de l’islam en ce sens sont nombreuses et forment une chaîne continue jusqu’à nos jours.



Puisqu’il est établi que le voile intégral fait partie de la religion et que la question de son obligation fait débat, il appartient à tout un chacun d’interroger en ce sens, de chercher, d’étudier, et d’adopter l’avis qui lui semble le plus en conformité avec la vérité. Le voile, dans son ensemble, intégral ou non, est une question de foi, de conviction profonde, c’est pourquoi on est à mille lieues des théorisations farfelues des experts de tout bord. Pas de soumission à l’homme, de déni de soi, de jeu de masque ou je ne sais quoi. La femme porte le voile en soumission envers Celui en qui elle croit. Ce qui est extraordinaire c’est qu’avant de porter le voile, intégral ou non, la femme est libre, belle, cultivée, intelligente, mais dès qu’elle fait le choix de la foi, elle devient cet être brimé, soumis, impotent, incapable de toute réflexion, incapable de prendre conscience de la « gravité » de son acte, bien entendu à son corps défendant puisqu’elle est sous l’influence maléfique de son mari, de son père, ou de coutumes barbares. Il faut défendre ses femmes, même contre leur gré : « Et Pharaon dit : Laissez-moi tuer Moïse. Et qu’il invoque son Seigneur ! Je crains qu’il ne change votre religion ou qu’il ne fasse apparaître le désordre sur terre. » (Ghâfir, v.26) De qui se moque-t-on ? Nous sommes dans un pays où un enfant peut, sur un simple coup de téléphone, demander de l’aide en cas de maltraitance, où des femmes âgées et illettrées ont pu se libérer de conjoints violents, alors que dire de ces femmes et jeunes filles instruites ? Pour eux, la foi a ce pouvoir extraordinaire de faire sombrer instantanément dans la folie et l’impotence quiconque l’embrasse. Ainsi on ne peut plus parler à ces femmes endoctrinées, et plus encore il faut parler pour elles, dire pour elles la souffrance (supposée) dans laquelle elles vivent, leur opposer systématiquement des « femmes libres » qui ont connu « l’enfer du voile ». Si une femme a le malheur de dire qu’elle se sent bien dans son voile, on lui rétorque qu’elle ne sait pas ce qu’elle dit et que c’est une honte pour elle face à toutes celles qui se battent dans le monde pour s’en libérer. Nous l’avons dit, le voile est avant tout une question de foi, et en France jusqu’à preuve du contraire (ou jusqu’à ce que cela change) on a encore le droit de choisir.



À la question : y a-t-il de plus en plus de femmes et de jeunes filles voilées, intégralement ou non ? La réponse est évidemment oui, comme partout dans le monde, et nous l’avons dit c’est se tromper que de prétendre qu’il puisse y avoir une exception française en cela. L’islam transcende la France, les pays et les époques. Si lorsque nos parents sont venus de leurs pays d’origine ont pouvait tabler sur une désislamisation rapide – ce qui a été le cas si on regarde le profil des premières générations issues de l’immigration – c’était sans compter avec l’explosion des moyens de communication qui ont permis d’entendre un autre son de voix que celui de Marianne et de Jules Ferry, une langue, des paroles, des idées qui ont trouvé résonance dans ces corps qui au fil du temps avaient perdu leur force spirituelle. Les plus jeunes, eux, ont pu voir arriver des traductions de plus en plus nombreuses de livres traitant de l’islam, son Prophète, ses piliers, ses manières. Et là tout s’enchaîne, un cercle vertueux (pour d’autres vicieux) s’enclenche, les gens voyagent vers leur pays d’origine et vivent ce renouveau religieux, ils se rendent au pèlerinage de plus en plus nombreux, de plus en plus jeunes, ils constatent la pluriethnicité de l’islam, sa profondeur, sa richesse, et combien, ô combien, il est éloigné de cet islam traditionnel, qui est très vite devenu folklorique, importé par les premiers (et ils ne sont nullement blâmable en cela puisqu’ils ont apporté ce qu’ils avaient). Cet islam folklorique si cher à nos représentants et dirigeants, cet islam façonné par des siècles de colonisation et d’ignorance, cet islam qui place la loi des hommes au-dessus de la Loi d’Allah, cet « islam du cœur » sans aucune manifestation extérieure, cet islam souple, malléable, « tolérant ». Il paraît que la France est en majorité Malékite, comprenez qu’ils se conforment aux coutumes du bled. Cela a-t-il un sens d’attribuer une école de jurisprudence à un pays qui ne dispose d’aucun juge et d’aucune institution pouvant statuer selon le rite malékite des cas qui se présentent aux musulmans ?



Nous entendons déjà les reproches : « Voyez ! Ils prennent leur islam extrémiste en Arabie qui est un pays Wahhabite. » Nous disons que si « la France est Malékite » l’Arabie Saoudite est elle Hanbalite et non Wahhabite qui n’est pas une école de jurisprudence, et si on l’accuse d’extrémisme et de littéralisme, on porte atteinte à une des quatre écoles juridiques les plus célèbres. Et rien dans les propos ou les actes de cet imam, n’est en contradiction avec les Textes et la compréhension des premiers. Ceci dit, oui les musulmans se tournent vers l’Arabie Saoudite qui est le berceau de l’islam, et le pays où la tradition religieuse et scientifique sunnite est la plus ancrée. Reprocherait-on à un catholique de se tourner vers le Vatican ? Et nous l’avons déjà dit, nous prenons la vérité en conformité avec les Textes, où qu’elle se trouve, ainsi le musulman ne se prive d’aucune source de vérité, et avant tout dans les livres anciens, puis parmi les contemporains, qu’ils soient en Arabie, au Koweït, au Yémen, en Égypte, en Jordanie, en Algérie, au Maroc… Que cela ne plaise pas à certains musulmans qui prônent une vision plus édulcorée (mais malheureusement moins conforme aux Textes) est une chose entendue, mais appartient-il à la France de choisir la vision de l’islam qui lui convient, tant que cela ne contrevient pas à la loi, à l’ordre et la sécurité publique ? Peut-on stigmatiser une frange non négligeable de la population et interdire par exemple l’accès au territoire aux prêcheurs salafis, comme cela est le cas depuis plusieurs années maintenant ? Si la volonté est de freiner ou d’empêcher la progression du mouvement, force est de constater que cela est manqué et que c’est l’inverse qui se produit. Si la volonté est de contrôler ce qui se dit et l’orientation du mouvement, là encore c’est tout le contraire, car ceux qui ne trouvent pas chez eux de quoi satisfaire leur soif de connaissance voyagent physiquement dans tous les pays d’islam, et virtuellement sur le nombre impressionnant de sites consacrés à l’islam, si bien que chacun fait son chemin et est beaucoup moins contrôlable.



Autre titre vendeur : « les salafistes sont en guerre contre l’occident et ses valeurs » L’occident n’est mentionné ni dans le Coran ni dans la Sunna, l’occident n’est pas non plus une entité éternelle aux valeurs universelles, et plus encore, reste à exposer ces valeurs communes et transcendantes. En France, la situation est encore plus compliquée, puisqu’on s’inscrit dans le cadre d’un État qui se dit laïque mais qui est en fait athée, en ce sens qu’il ne reconnaît pas l’existence de Dieu et s’organise de manière à ne pas permettre la cohabitation des religions. On pensait pourtant en avoir fini et avoir assez « bouffé de curés », mais l’essor de l’islam a réclamé de revoir la loi, et cela sera le cas aussi longtemps qu’on n’aura pas fermé toutes les portes à quelque expression religieuse que ce soit. Le voile, la barbe, (au même titre que la kipa, le turban, ou autre) sont une expression de la foi, une réponse visible (certains diront ostensible) à un ordre divin. Mais la loi dit : « si tu veux entrer dans le sanctuaire (une administration ou autre), renonce à tout signe de foi, sois comme tout un chacun – c'est-à-dire athée, du moins en apparence – si tu veux obtenir quelque chose. » ; « Ils sont semblables au diable lorsqu’il dit à l’homme : « Renie la foi ! » Puis, lorsqu’il renie la foi, il lui dit : « Je te désavoue car je crains Allah, le Seigneur de l’univers. » » (Al-Hashr, v.16) Cela a-t-il un sens de demander à un individu d’abandonner une chose qui est partie intégrante de sa foi pour entrer dans une administration ? Est-ce faire preuve de justice et de raison, ou est-ce une simple volonté d’humiliation et de rabaissement ? Et il en est ainsi de l’ensemble de la société façonnée par l’école athée de Jules Ferry, on ne supporte plus la différence, qu’elle quelle soit. Tous ceux qui empruntent le chemin de la foi peuvent témoigner de la manière dont les regards changent, dont les portes se ferment : « « Ô Sâlih, tu étais auparavant un espoir pour nous » (Hûd, v.62) Combien sont nombreux ceux qui parmi nous sont bardés de diplômes, auxquels on promettait un avenir brillant, et qui lorsqu’ils ont fait le choix de la foi, les portes se sont définitivement fermées, bien que leur compétence reste la même : « Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : afin que vous soyez comme eux ! » (An-Nisâ, v.89) Tant que l’on reste dans le cadre de l’islam folklorique, à la limite cela ne pose pas problème, et c’est même sympathique et signe de grande ouverture d’esprit : « J’ai un musulman dans mon équipe très pratiquant : il ne mange pas de porc et ne boit pas une goutte d’alcool ! » Mais si ce musulman ou cette musulmane a le malheur de ne pas s’en tenir à cela, à chercher plus en avant ce que lui inspire sa foi comme valeurs qui ne sont pas forcément celles qui étaient les siennes, alors il faut peu de temps pour voir tomber les sanctions, l’ambiance tourner vinaigre, et les appels à laisser la place libre se faire de plus en plus pressant. Et bien entendu on est tout de suite taxé d’extrémisme puisque d’autres musulmans folkloriques sont tout à fait cool et semblent ne connaître aucune interdiction ou prescription religieuse. Sachant cela, comment peut-on affirmer que les salafis vivent de façon sectaire, recluse, alors qu’ils n’ont pas choisi mais subi cette situation. Faut-il rester les bras croisés ou chercher à survivre en intégrant un modèle économique communautaire si c’est là la seule solution ? Combien ne demandent qu’à être, conformément à leurs qualifications, enseignants, ingénieurs, comptables, plutôt que de travailler dans une sandwicherie ou faire les marchés ? Mais on ne leur laisse aucune alternative : la religion ou le travail.



On entend souvent dire : « À Rome, vivons comme les romains » pour signifier qu’il faut se conformer aux coutumes du pays, et beaucoup disent : « Moi quand je vais dans un pays musulman je me plie aux coutumes. » Il n’y a qu’à traverser la Méditerranée pour constater la totale fausseté de cette affirmation : l’occidental est le plus impoli et le plus pervers des hôtes. C’est aussi mal connaître la manière dont vivent les expatriés dans les pays musulmans, dire qu’ils vivent « à la française » est un euphémisme et on ne leur connaît pas d’interdits, quels qu’ils soient. Mais malgré tout, ils ne sont pas ennuyés, et les gens se montrent bienveillants et accueillants avec eux. Pourquoi donc l’inverse serait-il impossible ? Pourquoi ne peut-on pas vivre normalement en France en vivant différemment ? En s’habillant différemment ? En pensant différemment ? Si on peut travailler dans ces pays, et aussi dans certains pays d’occident, avec une barbe et un voile, pourquoi cela reste si difficile en France ? Pourquoi ne peut-on pas respecter les valeurs de tout un chacun, tant qu’elles ne portent pas atteinte aux libertés d’autrui ? Si tel doit être le cas pour les étrangers venus en France, alors que dire de l’immense majorité qui sont français ?



Les salafis ne sont pas en guerre contre la France, et ils ne sont pas là non plus pour profiter du système comme cela est parfois dit ou sous-entendu. Personne ne renie qu’il y a de bonnes choses en France, dont nous avons tous profité par l’effort collectif que nos parents et nous avons produit au même titre que tous les citoyens. On ne peut tirer un trait sur toute une enfance, une scolarité et une vie en France, et ce n’est nullement l’objectif. On peut faire ce qu’on veut, on reste marqué par des comportements collectifs et individuels, des modes de réflexion, des valeurs et beaucoup d’autres choses qui constituent la personnalité de tout un chacun. Mais cela ne signifie pas que ces valeurs soient universelles et éternelles, et qu’on ne peut à un moment de sa vie en changer au gré des évolutions. Ainsi la conception même de la vie peut changer, de même que celle de la religion, de la famille, de la pudeur, du travail, des relations à autrui, des relations entre hommes et femmes. Adopter ces nouvelles valeurs ne doit pas faire de moi un citoyen de seconde zone, ce qui est malheureusement le cas actuellement. Le discours hypocrite consiste à se voir répondre : « Vous êtes libre de penser, dire, faire ce que vous voulez. » Certes, mais si on fait ce choix, on est exclu de toute sphère de travail et de socialisation. On n’exige de personne d’adhérer à l’ensemble des « valeurs de la France » (qui restent à définir), alors pourquoi ferait-on exception pour les musulmans ?



Dire qu’il doit y avoir un islam de France et non l’islam en France, que l’islam est incompatible avec la République et autres grandes déclarations de ce genre, en plus de ne recouvrir aucune réalité, ne font qu’augmenter les incompréhensions et les tensions. Il faut être pragmatique. Les musulmans, bon gré mal gré, vivent depuis toujours sous les régimes des pays où ils se trouvent, et en tant que citoyens de ce pays ou sujets de ce royaume, ils demandent qu’on leur accorde pleinement leurs droits. Si aucune loi n’est au-dessus de la Loi d’Allah, il est des choses qui sont possible en certains lieux et pas ailleurs, et le musulman se conforme à la loi du pays où il se trouve tant que cette loi ne l’amène pas à désobéir à Allah. Donnons un exemple pour que les choses soient claires. Un musulman dont la femme porte un voile intégral fait le choix, et personne ne l’y oblige, de se marier civilement. Arrivés à la mairie, la femme refuse, d’elle-même ou sur demande de son mari, de se dévoiler devant l’officier d’état civil. Incompréhensible. Ils font d’eux-mêmes le choix de se marier civilement, donc de se présenter devant un officier d’état civil qui doit s’assurer de l’identité des personnes qu’il marie, quelles qu’elles soient, musulmanes, chrétiennes, athées. La loi est claire et elle s’applique à tous. Et plus encore, la règle s’applique de la même façon dans les pays musulmans, ainsi Abû Bakr Ibn Al-‘Arabî Al-Mâlikî dit : « La femme doit être cachée, que ce soit son corps ou sa voix, et il n’est permis de dévoiler cela qu’en cas de nécessité ou de besoin, comme pour s’assurer de son identité ou en cas de maladie qui touche son corps. » (Ahkâm Al-Qur’ân : 3/616) Et c’est exactement ce qui se passe dans les pays musulmans, et on imagine mal quelqu’un faire scandale pour cela. De la même manière, certains refusent parfois que des médecins hommes auscultent leur femme, ce qui est compréhensible lorsqu’on a le choix, mais alors pourquoi amener son épouse dans un hôpital où la règle est connue et qu’on ne peut choisir le sexe, la religion ou toute autre chose du personnel soignant. De deux choses l’une : soit on possède un autre moyen de soigner son épouse en toute conformité avec ses convictions religieuses qui sont légitimes, soit on compose avec le système existant, et puisqu’on ne peut soigner soi-même, on s’en remet au médecin, même si c’est un homme, et c’est le cas partout dans le monde, même dans les lieux saints de l’islam, et tous ceux qui sont déjà entrés dans un hôpital peuvent en témoigner. Lorsqu’on interrogea Shaykh Muqbil sur cette question (comme cela apparaît dans Ghârat ul-Ashritah) il répondit avec une grande sagesse en disant qu’il ne fallait pas être excessivement strict sur ces questions, et que si on n’avait pas d’autre alternative, il n’y avait aucun mal à ce que la femme soit auscultée par un homme, et il ajouta avec beaucoup de clairvoyance que si cette maladie touchait ce frère, il irait se faire soigner n’importe où pour faire disparaître ce mal, que le docteur soit musulman ou non, homme ou femme. Il est vrai qu’on n’a pas entendu parler de cas inverses où un musulman aurait refusé les soins prodigués par une femme…



Une fois encore, il faut faire preuve de pragmatisme, c’est pourquoi nous appelons nos frères et sœurs à être au fait de leur religion, afin de savoir ce qui leur est permis et ce qui ne l’est pas. « Ô vous les croyants ! Cherchez secours dans la patience et la prière, car Allah est avec les patients. » (Al-Baqarah, v.153) Tenez-vous en fermement aux prescriptions d’Allah et ne transgressez pas. Demandez qu’on vous accorde vos droits, défendez votre religion et votre honneur dans le cadre de la Législation d’Allah, et ne transgressez pas, car Allah n’aime pas les transgresseurs. Expliquez de la meilleure manière ce qu’est votre religion à qui veut l’entendre, et que ce qui mène à la violence et la transgression n’est pas la foi, mais l’incompréhension, la frustration et l’absence de considération.



Ce qui précède n’engage pas l’ensemble des salafis, ce n’est que notre (res)sentiment et celui de nombreux frères et sœurs qui nous font part de leurs réflexions et expériences.



Et Allah est plus savant.



Lundi 27 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par adel le 27/07/2009 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Masha Allah !!!

2.Posté par said le 27/07/2009 21:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils faudrait que les salafis se desolidarises du gouvernement saoudien qui fais que des conneries
et c est meme a cause d eux que l islam est mal ils font des fatawa qui les interressent ils ont envoyes des enfants mourirs en afganistan pour le compte de la cia et ben laden l irak n en parlons pas il preparent meme une guerre contre l iran il y a une parole du prophete concernat
le mashrek arabe ou il dit (que la fitna est là et en montrant de son doigt la direction de tous le proche orient)voila comme ca ça sera dit et que celui qui veut me prouver le contraire qu il me reponde merci

3.Posté par fadi le 27/07/2009 21:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

exactement ALLAH est plus savant,surtout concernant le voile integrale qui couvre tous le corps et qui ne laisse rien apparatre de la personne qui le porte,cette question me fait penser au verset où dieu apelle les croyants à ne pas exagerer dans leurs religion.
quoi qu'il en soit,il n'appartient à personne d'imposer à celles qui portent le voile intégrale
comment s'habiller,c'est leurs choix et il devait etre respecter.

4.Posté par omar banjo le 27/07/2009 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article pue, les wahabites sont de grands égarés qui s 'attachent à toute outre chose qu'à la parole de Dieu, eux leurs faux dieux se nomment Boukhari, Muslim etc etc
Heureusement que leurs faux dieux sont venus compiler des chaines et des chaines de gens qui inventaient au grè des gouverneurs et de leur promotion dans la société de l'époque.
Il ont inventés le "verset caché de la lapidation", que le Prophète Mohammed saws avait soi disant lapidé, leurs sources multiples et multi-directionnelles se trouvent dans des hadiths que je qualifie volontiers de hadith-poubelle, ces gens se sont attachés à des costumes vieux de 1400 en voulant nous faire croire que c'est cela "la foi", que la foi c'est de suivre le style d'habillement de l'époque, vraiment ils sont en réalité les ennemis de l'islam, la honte de la Oumma, ils ont reçu le Coran qui les dégoutent d'ailleurs leurs crédos sont basés exclusivement sur un enseignement à base de hadith, ce sont des "hadithistes passionels", puisse Allah swt les guides, j'ai de la peine pour eux et les énormités qu'ils avancent le plus sérieusement du monde hélas...
Pour rentrer dans la secte, il suffit de laisser son cervau à l'inactivité, en effet chez le salafi lire le Coran et méditer dessus comme Allah swt nous exorte, c'est "haram" , nous devons suivre les "savants" disent ils, nous devons les suivre même si ils sont dans l'erreur, car il seront récompensés quand même, en effet chez eux voyez vous Allah swt récompense les menteurs.....
Qu' Allah swt guide tout le monde, vraiment ce monde part en brioche complètement....

5.Posté par omar banjo le 27/07/2009 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Autre imposture salafiste , quand ils donnent des verset ils en coupe la moitié pour suivre leurs passions , exemple :

« Et si vous leur demandez (aux musulmanes) quelque objet, demandez-le leur derrière un voile, c’est plus pur pour vos coeurs et le leur. » (Al-Ahzâb, v.53)

le verset dans son ensemble :

33.53. ش croyants ! N’entrez dans les demeures du Prophète que si vous êtes invités à un repas. ةvitez d’être là à attendre que le repas soit prêt. Quand vous êtes invités, entrez et après avoir mangé, dispersez-vous, sans vous livrer à des propos familiers. En vérité, cela offenserait le Prophète qui aurait honte de vous en faire part. Mais Dieu n’a pas honte de dire la vérité. Quand vous demandez quelque chose aux épouses du Prophète, faites-le derrière un voile. Vos cœurs et les leurs n’en seront que plus purs. Vous ne devez pas offenser l’Envoyé de Dieu ni épouser ses femmes après lui. Ce serait une énormité auprès de Dieu.

alors messieurs les "salafis", vos femmes sont elles les égales des femmes du Prophète saws ????
pour qui est ce que vous vous prenez à la fin?

6.Posté par Salam le 27/07/2009 22:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam


« Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, ET AUX FEMMES DES CROYANTS, de ramener sur elles leurs grands voiles (Jilbâb) : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
(Al-Ahzâb, v.59)

7.Posté par UMM le 27/07/2009 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dite- moi LES SALAFIS est ce que dans vos entourages vous avez des femmes INFIRMIERES? MEDECINS? PROFESSEUR? SAGE FEMME? DENTISTE? AVOCATE? PSYCHOLOGUE? FEMMES ACTIVES ASSOCIATIVEMENT? ....
Où bien ennenez-vous soigner vos femmes chez des "QUAFERS" comme vous aimer à appeler les gens qui ne sont pas comme vous.
Je suis une femme musulmane, pratiquante et surtout je suis voilée et si demain vous me prouvez que dans vos entourages que vous avez des femmes qui ont fait un minimum d'étude je suis prète à les rencontrer.
Mais je doute beaucoup, vous ne faites rien pour que vos femmes s'instruissent afin d'être indépendant des "QAFERS".
Vous vous contentez comme tout le monde des aides de la FRANCE et vous ne faites rien pour être autonomes.
Alors arrétons les hypocrisies et soyons sincères à qui profite le plus "LE SALAFISME" à la femme ou à l'homme?????

Merci de me répondre avec de vrai argument
Cordialement UNE MUSULMANE

8.Posté par Salam le 27/07/2009 22:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nos femmes ne sont pas égales aux Mères des croyants(radiAllahu 'anhoum),mais elles s'inspirent de leur excellence!

Omar Banjo,j'ose éspérer que tu n'attends pas être l'égal du Prophète (sallalahou 'alayhi wa sallam) pour suivre son modèle (qui n'est autre que l'excellence) !

Ou es tu du nombre de ceux qui copient l'avant dernier de la classe ,alors que tu es toi le dernier ?
J'ose éspérer que ton bon sens et ton envie d'excellence te pousse a suivre le premier !

9.Posté par AS le 27/07/2009 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salaam,

Bon article. Il y a cependant un fait que tous les shouyoukh qui se respectent et non ceux des sulutates et mukhabarates... personne n'a le droit d'introduire des sous divisions en Islaam, ni le prphet ni les koulafas rachidines, ni les tabiines tabioun ne se sont aapples fres musulmans ou soufis ou salafis ou je ne sais quoi d'autres... le Prophetes saws a utilise ces termes pour decrire les croyants mu'mines, muslim croyants oyu musulman ... aucun autre terme n'a jamais ete utilise... Ce fut le alim A Daruqtani qui introduisit le terme de athari ou salafi pour decrire les compagnons du prophetes et les proches du prophetes dans ses etudes sur les lignees sanad al hadith....

Il ya des 'salafis' pro-saudiens, la majorite d'entre eux l'est et il ya des gens qui ont appris la sunnah et l'ont enseigne, celle-ci est devenue el salafiyah... les oulamas et shouyoukh qui oeuvrent a l'etablissement de la'pplication de la tradition prophetique ne datent pas d'hier mais a l'origine ils sont tous anti-famille saoudiennes, il suffit juste de relire shubuhat al tawid du sheykh Ibn Al Wahab... ils ont ete infiltres et leur message completement deforme.... ceux-ci ne se sont jamais appele les salafis mais bien des musulmans... les al saud, famille de juifs arabes issus de la tribus medinoise des bani qunayqah' fianacent aujourd'hui ce mouvement qui n'a plus rien avoir avec ce qu;il etait il y a plusieurs siecles... n'introduisez pas de division et sous division sans savoir de quoi on parle... il n'existe ni hadith ni temoignage des compagnons qui fait mention de salafis... toute ces divisions apportent malheur et affaiblissent la nation...

les soeurs ont le droit de porter ce que bon leur semble, niqaab ou autre ils n'appartient pas a des racistes d'imposer aux musulmans ce qu'ils doivent faire... ou comment ils doivent s'habiller... la provocation raciste n'amenra que l'effondrment du gouvernement sarkosy... et bichonner son electorat d'extreme droite sur conseils de patrick buisson ne lui fera que pousser ce pays vers une veritable guerre civile... ca il le sait et c'est son plan... il appartient a tout le monde de comprendre les mangences de l'ennemi pour mieux l'abattre

wa Allah 'alam

10.Posté par fadi le 27/07/2009 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@UMM,
le salafisme idiot-logique profit aux enemis de la uma.

11.Posté par Ottoman le 27/07/2009 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé

12.Posté par aka le 27/07/2009 23:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

d'accord avec Ottoman mais bon c'est notre faute

13.Posté par aka le 27/07/2009 23:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

y a une fatwa de Shaykh Faraz Rabbani(qui est hanafite et donc pour son école se couvrir le visage est une obligation mais seulement en cas de fitna) ou il dit qu'il serait préférable aux musulmanes vivant en occident de se concentrer sur le port du hijab qui est obligatoire contrairement au niqab(avis minoritaire) et dautre son du meme avis et pour la da'wa sa peut etre un frein considérable vu que sa reconforte certain sur leur préjuge par rapport à l'Islam et le prophete (saws) n'a t'il pas dit : "Cherchez la facilité (facilitez) et évitez la difficulté (les choses dures et compliquées) (ne rendez pas les choses difficiles) ; et soyez des annonciateurs de la bonne nouvelle et ne rebutez pas les gens (ne les dégoûtez pas et ne les faites pas fuir)»"

14.Posté par sarah le 28/07/2009 00:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La foi ne se trouve pas dans le port de la barbe ou du voile aussi intégrale puisse t 'il être. Plus je me cache plus je me soumets à Dieu ? C'est ça le but ? Pourquoi cette mode tunique-basket chaussettes qui dépassent ? C'est franchement ridicule. En quoi est-ce être musulman ?
Le fait de se donner un nom spécifique de "salafiste" est aussi une mauvaise chose. Il n'y a que des musulmans, soumis à Dieu mais vous préférez vous diviser en sectes, chacun pensant que la sienne est dans la meilleure voie. Pour justifiez certaines pratiques vous ne faites références qu'aux hadiths (propos rapportés par des humains qui aussi pieux soient-ils on pu commettre des erreurs) qui n'est pas une science exacte et qui a plutôt tendance à mener les gens dans l'erreur, la preuve en est aujourd'hui où un grand nombre de musulmans est dans l'extrême qu'il soit d'un côté comme de l'autre et non dans le juste milieu comme Dieu nous demande de l'être dans le noble Coran.
Le niquab qui apparaît petit à petit (je trouve ça très bizarre d'ailleurs) est une aubaine pour l'occident, cela va l'aider à faire fuir les personnes tentées de s'approcher de l'Islam, de nous stigmatiser une fois de plus.
Le voile n'est pas une obligation, c'est une coutume, une tradition qui n'est pas que du ressort des pays musulmans. Dieu nous commande de rabattre le voile sur la poitrine et non sur la tête c'est pourtant clair. Lisez bien le Coran c'est la seule Vérité. Pourquoi transformez vous les choses selon vos désirs. Si Dieu avait voulut que toutes les femmes musulmanes à travers toutes les époques cachent leurs cheveux Il l'aurait clairement mentionné dans le Coran et en aurait fait un commandement clair et précis. Pourquoi alors ce flou que distille tous ces "savants" en mentionnant les hadiths alors que le Coran est très clair là-dessus ? Dieu n'est pas avare de mots, Il est la Source de toute chose. Ces personnes ne font que rendre le chemin vers Dieu tortueux.
Pourquoi ces mêmes savants traitent-ils la femme en la considérant comme source du mal (oui oui c'est bien cela) comme la tentatrice alors que Dieu demande à tous les croyants hommes et femmes de baisser leurs regards ?
Ouvrez les yeux la communauté à besoin d'un réel travail d'introspection car l'Islam est la meilleure des religions et une bénédiction de Dieu mais malheureusement beaucoup de ses représentants ne sont pas à la hauteur.


15.Posté par mebarak le 28/07/2009 01:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans la Sounna, vous n'auriez eu aucune possibilités de faire ni la prières, ni les ablutions, ni le pèlerinage etc...
Le Prophète (sws) était la "perfection humaine", exemple dont l'entourage s'est imprégné. Mais aujourd'hui, parasités par l'individualisme et la suspicion généralisée de nos tristes temps, vous en arrivez à douter des compagnons du Prophète (sws) qui pourraient mentir et douter... Vous omettez complètement cette foi inébranlable qu'il avait qui leur a permis de se retrouver 1 siècle après la mort de Muhammad (sws) à Poitiers, qui leur à permis de consolider un empire, de traverser les déserts pour aller dans les universités de Damas, du Caire ou de Bagdad .
La foi se consolide par la prières et par le savoir, par la science et non par le "cœur", la "spiritualité" et par l'enivrement musical.

Enfin pour finir, tout ce qui se passe aujourd'hui et prédestiné et il faut s'accrocher plus encore aujourd'hui au Prophète (sws) à ses habitudes et à ses gestes via les gens pieux qui l'ont côtoyé.
Et Dieu EST LE PLUS SAVANT

16.Posté par LibreCroyant le 28/07/2009 01:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article relativement intéressant

Je me permet de donner ce lien, afin de mieux comprendre le terme "salafis", l'article est écrit par le sheikh Anas Ahmed Lala

"Un message :

Cher frère, je lis attentivement tes articles. J’apprécie ton travail, même si, bien sûr, je ne partage pas tout ce que tu écris. Par contre il y a un point que tu as écrit et que je ne suis pas parvenu à comprendre jusqu’à aujourd’hui : tu as dit que tu n’es pas Salafi mais Hanafi. Pourtant Abû Hanîfa faisait partie des Salaf Sâlih. Et puis, se référer aux interprétations des Salaf Sâlih est une nécessité qui fait de quelqu’un un Sunnite. Alors que signifie que tu as écrit que tu n’es pas Salafi ?

-
Réponse :

La question que tu poses révèle une fois de plus les difficultés de la communication. En effet, une de ces difficultés est due à la pluralité de sens de nombreux termes que les uns et les autres utilisent.
Imagine ainsi que je me démarque d’un concept que je désigne sous le nom “A” ; or une personne m’entend ou me lit qui se réclame, elle, d’un autre concept, mais qui est lui aussi désigné par le même nom “A” : cette personne a donc coutume d’employer ce terme “A” en lui donnant un sens différent de celui que je lui donne ; lisant mon propos dans lequel je me démarque de “A”, qu’elle pense être essentiel, elle sera choquée.

Ibn Hazm a bien décrit ce problème quand il a dit que l’une des causes de polémiques est “le fait qu’un nom unique ait plusieurs sens ; la personne qui informe donne une information avec ce terme, et elle veut parler de l’un des sens que celui-ci recouvre ; celui qui l’entend le comprend dans un sens autre que celui que la personne qui informe a visé ; alors se produit le problème” (Al-Ihkâm, cité dans Nazariyyat ul-maqâssid, p. 191).

-
Deux propos différents, formulés par deux ulémas saoudiens :

– Propos de Ben Bâz :

Question : “Est-il correct que les Hanbalites seulement sont les Salafî (”as-salafiyyûn”) ? Quelle est la réalité de la Salafiyya ? Est-elle l’indice du rigorisme (tashaddud) et du puritanisme (tazammut) comme le diffusent certains ?”

Réponse : “Ce propos n’est pas correct. Les Salaf Sâlih sont les Compagnons et ceux qui ont suivi leur voie parmi les Tâbi’ûn et les Tab’ ut-tâbi’în : les hanafites, les mâlikites, les shâfi’ites, les hanbalites et les autres, parmi ceux qui ont cheminé sur la vérité et se sont attachés au Livre [= Coran] et à la Sunna dans le chapitre du Tawhîd, des Noms et des Qualités, et dans toutes les affaires du Dîn. Nous demandons à Dieu de faire que nous soyons d’entre eux [les Salafîs] (…)” (Majmû’ fatâwâ wa maqâlât mutanawwi’a, Ben Bâz, 9/238).

– Propos de Ibn ul-’Uthaymîn :

“(…) A la fin sont ensuite apparus des Ikhwânî, des Salafî, des Tablîghî et autres semblables. Tous ces groupes, place-les à gauche, et toi choisis d’avancer : il s’agit de (suivre) ce que le Prophète, que Dieu prie sur lui et le garde, a enjoint : “Choisissez ma Sunna et la sunna des califes bien guidés”. Et il n’y a pas de doute que ce qui est obligatoire sur tous les musulmans est que leur école soit celle des Salaf ; (mais) non s’affilier à un groupe précis (”hizb mu’ayyan”) qui s’appelle “les Salafîs” (”as-salafiyyûn”) . Ce qui est obligatoire est que la Umma, son école soit l’école des Salaf sâlif ; non s’affilier à ceux qui sont appelés “les Salafîs” (”as-salafiyyûn”). Soyez conscients de la différence : il y a là la voie des Salaf ; et il y a là un groupe qui est appelé “les Salafîs (”as-salafiyyûn”)”.
Qu’est-ce qui est demandé ? Suivre les Salaf.
Pourquoi ? Parce que les frères Salafîs (”as-salafiyyûn”) forment celui des groupes qui est le plus proche de ce qui est correct (swawâb), nul doute à cela.
Mais leur problème est le même que celui d’autres qu’eux : certains groupes traitent d’autres d’égarés, de gens de la bid’a, de mauvais (fâssiq). (…)” (sunnahonline).

Qui ne sait pas que le terme “salafî” possède plusieurs sens conclura à la contradiction entre le propos de Ben Bâz et celui de Ibn ul-Uthaymîn, le premier disant que les (premiers) ulémas hanafites, malikites, shafi’ites et hanbalites sont aussi des Salafs, et priant Dieu de faire que l’on soit Salafî, le second affirmant que ce n’est pas être Salafî qui est nécessaire mais suivre les Salaf.

Il n’y a pourtant pas de contradiction : c’est en référence au sens du mot “salafî” que nous allons désigner ci-dessous par “A” que Ben Bâz a utilisé ce terme. Par contre, Ibn ul-’Uthaymîn semble l’avoir employé en lui donnant le sens que nous allons décrire sous “B.b” (wallâhu a’lam).

-
Plusieurs sens au terme “Salafî” :

“Salafî” vient du mot “Salaf“, pour “Salaf sâlih”, “Pieux prédécesseurs” (les Compagnons, leurs élèves et les élèves de leurs élèves), par distinction par rapport aux “Khalaf“, “ceux qui viennent ensuite”. (Le hanafite Alî al-Qârî relate de Ibn Hajar : “Wa-s-salaf, wa hum ahl ul-qurûn ith-thalâtha, alladhîna hum khayr ul-umma bi shahâdati nabiyyihim sallallâhu ‘alayhi wa sallam“ : Mirqât ul-mafâtîh 1/32 ; “Al-khalaf hum man ba’d al-qurûn ith-thalâthat il-uwal“ : Ibid.)

Les “Salafîs” (en arabe : “as-salafiyyûn”, pluriel de “as-salafî”) sont “ceux qui se réfèrent aux avis des Salaf”. (On remarque que certains frères – qui ne se gênent pas pour émettre des jugements contre les uns et les autres – ne savent même pas de quoi ils parlent, au point de confondre “Salaf” et “Salafî” : ils disent de certains de leurs coreligionnaires : “Ils sont devenus Salaf !”. Non-sens complet, révélateur de l’ignorance de ceux qui s’expriment ainsi. Les “Salaf” sont, comme nous l’avons vu, les Compagnons (Sahâba), leurs élèves (Tâbi’ûn) et les élèves de ceux-ci (Tab’ ut-tâbi’în) ; comment pourrait-on être aujourd’hui un de ces personnages, morts il y a des siècles ?)

“Les “Salafîs” (en arabe : “salafiyyûn”) sont “ceux qui se réfèrent aux avis des Pieux prédécesseurs”, disions-nous. Certes, mais il y a plusieurs façons de s’y référer, d’où plusieurs sens donnés au terme “salafî”.

– A) Le terme “salafî”, pris en son sens littéral (lughawî), peut s’appliquer à tout sunnite.

En effet, les sunnites sont en fait “ahl us-sunna wa-l-jamâ’ah”, ce qui signifie qu’ils se réfèrent, en plus du Coran, à la Sunna aussi, et qu’ils restent attachés à la Jamâ’ah. Or ce dernier terme signifie, entre autres, le consensus des Salaf (le hanafite Alî al-Qârî écrit : “Wa-l-murâd bi-l-jamâ’ah : as-sahâba wa man ba’dahum min at-tâbi’în wa tâb’it-tâbi’în min as-salaf is-sâlihîn“ : Mirqât ul-mafâtîh 7/215) (j’ai cru comprendre que le consensus particulier à prendre en compte quand ce sont les Salaf qui en sont l’origine est le consensus tacite (ijmâ’ sukûtî) ; car le consensus explicite (ijmâ’ sarîh), lui, est valable à toute génération ; wallâhu a’lam). S’il y eu divergence entre les ulémas de ces trois générations à propos d’un point, c’est autre chose (et il est alors possible, d’après certains ulémas, que les mujtahids des “Khalaf” pensent un avis nouveau, non pensé par les “Salaf”, et reposant par exemple sur une synthèse inédite des textes de référence relatifs au point en question) ; mais quand il y a eu pareil consensus entre les ulémas des trois premières générations sur un point donné, on ne peut pas ne pas en tenir compte ; cela constitue un garde-fou dans l’interprétation des textes du Coran et de la Sunna et donc dans la possibilité de relativiser les règles qui y sont données en les renvoyant systématiquement au contexte de l’époque.

On voit que le sunnite étant celui qui se réfère à la Jamâ’ah aussi, et celle-ci désignant les Salaf sâlih, tout sunnite est “Salafî” au sens littéral de ce terme. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre le propos de Ben Bâz cité plus haut. C’est aussi ce qui ressort des propos de Dr. al-’Aql : il écrit d’une part que les sunnites sont appelés ahl “al-jamâ’ah” parce que, entre autres, ils suivent ce sur quoi les Salaf ont été unanimes (”li annahum (…) ittaba’û mâ ajma’a ‘alayhi salaf ul-umma“) ; et il écrit d’autre part que “toute personne de toute époque qui suit les Salaf et suit leur chemin, le terme “salafî” lui est appliqué, par établissement d’un lien vis-à-vis d’eux” (”wa yutlaqu ‘alâ kulli man-iqtadâ bi hâ’ulâ’i wa sâra ‘alâ nahjihim fî sâ’ïr il-’ussûr : “salafî”, nisbatan ilayhim“) (Mujmalu ussûli ahl is-sunna wa-l-jamâ’ah fi-l-’aqîda, p. 3).

A.b) Parfois le terme désigne celui qui s’en tient à la formulation des Salaf quant aux croyances, formulation originelle, et différente de celle connue sous le nom de “ash’arite” / “maturidite”.

– B) Cependant, dans l’usage conventionnel (istilâhî), le terme “Salafî” ne désigne pas tout sunnite : il désigne, au sein de l’ensemble des sunnites, celui d’entre eux qui, dans sa pratique personnelle, ne reste pas cantonné aux avis présents dans l’une des quatre écoles juridiques (hanafite, malikite, shafi’ite et hanbalite), ni exclusivement, ni même principalement (comme le faisait le savant indien Shâh Waliyyullâh et comme le fait aujourd’hui Cheikh Khâlid Saïfullâh). Ici, “Salafî” devient l’opposé de “Mutamadh’hib” (lequel est “celui qui, pour sa pratique personnelle, reste dans le cadre – exclusif ou principal – d’une école juridique donnée”).

Le “Mutamadh’hib” aussi est sunnite, considère le consensus implicite des Salaf sâlih comme un argument dont tout sunnite doit tenir compte, mais, personnellement, ne pratique que les avis d’une des quatre madh’hab, écoles juridiques classiques : hanafite, malikite, shafi’ite ou hanbalite.
Le “Salafî”, lui, ne demeure pas, même pour sa pratique personnelle, dans le cadre de l’une de ces écoles classiques : il pratique, concernant telle question, l’avis de Ahmad, concernant telle autre celui de Mâlik, concernant telle question encore celui de ash-Shâfi’î ou de Abû Hanîfa, ici l’avis de Ibn Jarîr at-Tabarî, là l’avis de ath-Thawrî, là encore celui de al-Awzâ’ï, etc., suivant l’avis qui repose sur des arguments qui lui paraissent plus fidèles aux textes du Coran et de la Sunna ; parfois encore, comme le fait al-Qardhâwî, suivant l’avis qui, tout en ayant été vérifié comme ne constituant pas une erreur par rapport aux textes du Coran et de la Sunna, correspond le plus à la réalité du contexte à un moment donnée en un lieu donné.

B.b) Ensuite, au sein de ce sens B, on a pris dans certains milieux l’habitude d’employer le terme “Salafî” dans un sens plus restreint encore : selon ce dernier, le salafî n’est plus seulement celui qui ne demeure pas dans le cadre d’une des quatre écoles classiques mais se réfère, pour sa pratique personnelle, à l’ensemble des avis de tous les Salafs ; c’est désormais “celui qui se réfère aux avis de tels et tels ulémas Salafis [sens B] contemporains tels que Ben Bâz, al-Albânî etc.”. La “Salafiyya” (c’est-à-dire “être Salafî”) est de la sorte devenue elle-même une sorte de groupe, comme l’a dit Ibn ul-’Uthaymîn (”Ce qui est obligatoire est que la Umma, son école soit l’école des Salaf sâlif ; non s’affilier à ceux qui sont appelés “as-salafiyyûn”. Soyez conscients de la différence : il y a là la voie des Salaf ; et il y a là un groupe qui est appelé “as-salafiyyûn”” ; je ne pense pas que ce soit les “Qutbistes” que Cheikh Ibn ul-’Uthaymîn ait voulu désigner ici par “as-salafiyyûn”, car plus loin il dit : “les frères salafiyyûn forment celui des groupes qui est le plus proche de ce qui est correct (swawâb), nul doute à cela” ; or quiconque connaît sa pensée conviendra qu’il n’aurait pas dit cela de “Qutbistes”).

Et chez certains frères de cette tendance B.b, on rencontre parfois le raisonnement suivant : “Cheikh Albânî suit la voie des Salaf Sâlih ; donc si tu ne suis pas ses avis, tu ne suis pas la voie des Salaf sâlih ; donc tu es égaré”. CQFD. Cela rejoint ce que Cheikh Ibn ul-’Uthaymîn déplorait, dans le propos relaté de lui plus haut (”Mais leur problème est le même que celui d’autres qu’eux : certains groupes traitent d’autres d’égarés, de gens de la bid’a, de mauvais (fâssiq)“).

Un exemple : selon al-Albânî, c’est le cœur et non le cerveau qui raisonne, et dans une discussion qu’il avait eue avec un médecin musulman soutenant, lui, que c’est le cerveau qui raisonne, le médecin avait eu recours à une ta’wîl du(des) verset(s) coranique(s) employant le terme “raisonner” à propos du “cœur” ; Cheikh Albânî avait alors observé que l’interprétation que le médecin avait faite ressemblait à celles de groupes égarés ayant eu recours à des ta’wîls de certains textes (cf. Silsilat ul-ahâdîth as-sahîha 6/468). Certains frères qui ont pris Cheikh Albânî comme référence sont dès lors persuadés que “suivre la voie des Salaf sâlih, c’est forcément dire que ce n’est pas le cerveau qui raisonne ; si un musulman le dit, il ne suit pas les Salaf sâlih, puisque Cheikh Albânî les suit, lui ; ce musulman est alors égaré”. Pourtant Abû Hanîfa et Ahmad ibn Hanbal disaient, eux, que c’est le cerveau qui raisonne (cliquez ici pour en savoir plus). Ces deux personnages ne font-ils pas partie des Salaf sâlih ? Est-on égaré (dhâll) si sur ce point on suit leur avis et non celui d’autres Salafs, qu’a repris al-Albânî ?

Le problème est bien là : un nombre grandissant de frères qui veulent se référer aux sources vives du Coran et de la Sunna se sont mis à croire que la voie (manhaj) des Salaf c’est forcément d’appréhender ces textes de façon littéraliste (zâhirî) ! Et ce n’est pas la takhti’a de tout avis différent qu’ils font, c’est sa tadhlîl. Parce que si tu as alors un propos non littéraliste mais un tant soit peu nuancé, c’est : “Lui il ne suit pas les textes mais sa raison”. A croire que ces frères n’ont jamais lu les avis et argumentations de Omar, de Ibn Mas’ûd, de Aïcha et de Ibn Abbâs (que Dieu les agrée), pour ne citer, parmi l’ensemble des Salaf, que ces illustres Compagnons…

– C) Enfin on remarque que dans l’esprit d’un certain nombre de personnes, qui ne sont que très superficiellement informées de ce dont elles parlent – elles sont souvent non-musulmanes, mais pas toujours –, “Salafî” signifie : “violent” ou, au moins, “qui porte en lui les germes de la violence”.

Il s’agit clairement d’une déviance de sens, fondée sur l’ignorance.

Cette déviance est due au fait qu’on a longtemps entendu parlé de groupuscules violents dans les noms desquels se trouvait le terme “salafî”, à l’instar du “Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat”. A force d’avoir reçu ces deux termes martelés ensemble (”Salafis” et “Combat”) pendant des mois, son cerveau a fini par créer un lien, une connexion, entre eux : “Salafi” égale donc désormais “Violent”.

Ainsi, après l’odieux assassinat d’Ilan Halimi, on a lu dans des médias que dans tel lieu on avait retrouvé “des prescriptions de caractère salafiste” (fin de citation). “Des prescriptions à caractère salafiste”… euh… en clair ça veut dire quoi ? terroriste ? Pourquoi ne l’avoir pas dit ainsi, alors ? Le grand public ne sait pas ce que ce terme “salafiste” désigne clairement ici (nous non plus d’ailleurs), mais il en retiendra que “Salafî” désigne décidément une tendance musulmane dangereuse, car violente et meurtrière…

Un autre propos, également déroutant :

A coté de ces personnes désormais convaincues que tout “Salafî” est un combattant en puissance, il en est d’autres qui pensent et disent que tout “Salafî” est forcément un rigoriste, ayant une vision rigidifiée des enseignements de l’islam, tandis que tout musulman qui reste dans le cadre d’une école (donc tout “Mutamadh’hib”) sait arrondir les angles. Quand on lit par ailleurs que ces mêmes personnes disent que les Talibans d’Afghanistan étaient, je cite, “des dangereux réactionnaires et des rigoristes”, on se demande si elles savent vraiment de quoi elles parlent : ces Talibans n’étaient pas des “Salafis” (au sens B) mais des purs hanafites, qui n’entendaient rien changer à tout ce que les anciens ouvrages de l’école hanafite enseignent, justement au motif que “Si un musulman ne suit pas à la lettre tout ce que les ouvrages classiques d’une des quatre écoles classiques contiennent, il devient Salafî [sens B], ce qui est dangereux”. “Dangereux” ? “Oui, confirment les musulmans habitués à cette façon de voir, “dangereux, parce que source de laxisme : ces Salafis suivent leur envie personnelle (hawâ / nafs) en choisissant celui des avis existants qui les arrange”.

Cliquez ici pour lire notre article montrant que chez les Mutamadh’hib comme chez les Salafis (sens B) il est plusieurs tendances.

Les violents ne sont donc pas tous les Salafis, mais seulement certains d’entre eux. Et des Mutamadh’hib aussi, il y en a de violents. Enfin, chez les non-musulmans aussi, qu’ils soient d’une autre religion que l’islam ou qu’ils soient agnostiques ou athées, il y a des violents et des terroristes. Préservons-nous des simplifications et des préjugés, et tout le monde sera gagnant inshâ Allâh. On voit que les choses ne sont pas simples…

-
Attention au piège de certains mots !

A la Réunion, bien que tu demeures globalement hanafite, pour peu que sur certains points tu suis des ulémas (comme Cheikh Khâlid Saïfullâh, Shâh Waliyyullâh, etc.) qui ont donné préférence à un avis qu’ils ont pris d’une autre école, tu es catalogué comme étant un Salafî [sens B] (!).

Certaines personnes (parfois musulmanes), entendant ce terme “Salafî” – qu’elles ne comprennent que comme signifiant le “violent en puissance” [sens C] – sont dès lors convaincues que tu es un rigoriste, voire un violent en puissance. Et si elles lisent ici ou là la fatwa de Ben Bâz reproduite plus haut et qui dit que tout sunnite est un Salafî [sens A], alors là elles n’y comprennent plus rien, si ce n’est que tout sunnite – voire même tout musulman pratiquant – est un violent endormi, et le réveil de sa violence n’est qu’une question de temps !

Attention, donc, au piège de certains mots…

-
Une note supplémentaire à propos du dire de Ibn ul-Uthaymîn :

Par son propos “les frères salafiyyûn forment celui des groupes qui est le plus proche de ce qui est correct (swawâb)”, prononcé juste après la phrase “Saisissez la différence : il y a là la voie des Salaf ; et il y a là un groupe qui est appelé “as-salafiyyûn”", Ibn ul-’Uthaymîn semble – wallâhu a’lam – avoir voulu donner préférence au fait de se référer, même pour sa pratique personnelle, aux avis de l’ensemble des Salaf et non pas seulement aux avis de ceux des Salaf qui appartiennent à une des quatre écoles classiques (comme le font les Mutamadh’hib) ; et il semble vouloir inviter à systématiquement considérer lequel des avis est le plus proche de la lettre des textes du Coran et de la Sunna. C’est sa position, mais on notera qu’il a dit que [selon lui] cela est plus proche de ce qui est correct (”aqrab ila-s-swawâb“) ; il n’a pas dit que cela constitue la seule voie de la droiture au sein du sunnisme, au point que ceux qui sont Mutamadh’hib sont égarés. C’est un point dont certains frères devraient se souvenir.

Lire par ailleurs notre article Pour une meilleure compréhension entre Mutamadh’hib et Salafî.

On se rappellera également que sa position est ici exactement l’inverse de celle de Shâh Waliyyullâh, qui écrivait pour sa part : “Aucun reproche ne peut être fait à celui qui ne considère permis que ce que Dieu et Son Messager ont déclaré permis, et interdit que ce que Dieu et Son Messager ont déclaré interdit, mais qui, se sachant manquer de connaissances pour connaître les nombreux Hadîths du Prophète (sur lui la paix), pour savoir comment concilier les Hadîths qui sont apparemment divergents, et pour savoir comment extraire des textes du Coran et des Hadîths les principes à appliquer dans les nouvelles questions, suit un âlim qu’il considère très compétent. Ce faisant, il garde l’intention de suivre ainsi le Coran et les Hadîths et de délaisser l’avis de ce âlim sans dénigrement s’il apparaît de façon sûre que cet avis contredit un Hadîth authentique et clair du Prophète” (Hujjat ullâh il-bâligha 1/446-447). “La Communauté du Prophète – ou suffisamment de ulémas parmi elle – s’est mise d’accord jusqu’aujourd’hui pour considérer qu’il est permis de suivre une de ces quatre écoles. Il y a en cela des bienfaits qui sont clairs, spécialement aujourd’hui où les ardeurs à l’effort ont diminué, où les âmes s’adonnent abondamment à la recherche du plaisir, et où chacun se complaît dans son avis personnel” (Ibid. 1/442).

-
Mot final :

J’espère avoir répondu à ta question et avoir éclairci ce que tu ne comprenais pas au sujet de ce que j’ai écrit. Quand j’ai dit que je ne suis pas “Salafî”, j’ai voulu dire que je suis “Mutamadh’hib” : je reste donc globalement, pour ma pratique personnelle, dans le cadre de l’école hanafite.

Wallâhu A’lam (Dieu sait mieux)."

source ==> http://www.maison-islam.com/articles/?p=466

Je me permet aussi de citer un verset du Noble Coran : "Et qui prononce plus belles paroles que celui qui apelle à Allah, fait des bonnes oeuvres et dit ; "Je suis du nombre des musulmans" ?" sourate 41 verset 33
(noter l'ordre des mots ==> apeller à Allah ==> faire des bonnes oeuvres ==> se dire musulmans ... aujourd'hui beaucoup ont tendance à bafouer cette ordre des choses ... à méditer !)

17.Posté par troisièmekhalifatinchaAllah le 28/07/2009 04:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je viens d'assister a un lynchage,
je ne suis pas salafia, je connais le dogme des salafis,
ils semblent d'après certains responsables des malheurs des musulmans.
Vous êtes en train de vous jeter dans la gueule du loup et jouez le jeu des médias sionistes,
dont la devises est
diviser pour mieux régner.
Je n'adhère pas a certaines pratiques des salafis, dois-je pour autant les insulter en public ?
Non, je reste une musulmane tot autant qu'eux et sais combien la fraternité entre musulmans est précieuse.
S'il vous plait ne tomber pas dans le piège qui est de se désolidariser d'une catégorie de musulmans aussi mal vue soit elle.

18.Posté par Moloch le 28/07/2009 05:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette article sent a plein nez la manipulation, ce monsieur est aussi salafiste que ma grand mère est la reine d'Angleterre, une sorte de false flag intelectuelle je pense

19.Posté par Abdkrim le 28/07/2009 07:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Assalamou 'alaïkoum

Propos assez légers pour un frère salafi. Conseil inshaAllah : continue à bosser ton Dîn avant de ligner sur des sujets comme cela. Même si je ne doute pas de la bonne intention. Par contre, faire attention aux références : Abû Bakr Ibn Al-‘Arabî Al-Mâlikî était connu comme étant ach'ari, est pas trop un Salafi.
Qu'Allah azawajal puisse nous guider dans cette voie bénie.
Wa Allahou A'lem.
Ma'assalam.

20.Posté par redk le 28/07/2009 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Poste 17, oui un lynchage, mis a part quelques postes intéressent, comme celui du frère AS, islamique intelligence qu'il n'usurpe pas, le reste c'est de la purée de poix, , amalgames, confusion, insultes, c'est ça être musulman?, "sales barbes", "habits de 1400", oui bien sur le musulman moderne se doit d'être biens mis en plis pour que les gens moderne l'accepte, donc gommage, creme du visage et du corps, épilation, manucure..etc et en second un habillement qui conviens, jeans 501 moulant, t shirt près du corps, fashion look ou gangsta avec bagy qui descend aux fesses, pour se présenter devant le créateur y'a pas mieux c'est vrai, et le costard me dirait vous, et bien avec tout les costards que l'Islam se fait taillé y'a de quoi l'habillée pour plusieurs hiver!!

Arrêtons la les divisions, respectons nous dans nos différences d'approche de l'Islam, chiites,sunnites, salafistes,...., pas une seule écoles ne peut se prévaloir d'être la seul détentrice de la vérité, si je suis dans l'égarement, seul Allah soubhanou le sait, si mon frère est dans l'egarement, je n'est pas a le juger, comme il na pas a me juger, oublions nous que nous n'avons de comptes a rendre qu'a Dieu, que lui seul est omniscient!!

La division ne profiteras qu'aux ennemies de l'islam, " regarder, ils se battent entre eux, profitons en, jetons de l'huile sur le feu et laissons les s'entre tuez", vola le résultat voulue, ne leur donnons pas cette chance, je ne suis pas un théologien de l'Islam, j'apprends chaque jours et je crois ne pas avoir assez d'une vie pour tout connaitre, mais franchement c'est si dur de s'entretenir entre nous, s'assoir a une table et discuté sans se charcutés ou se lancés des noms d'oiseaux?, si cela nous est impossibles, ils va y avoirs des lendemains sombres pour notre future et celui de la oumma qui se trouve déjà biens ébréché comme ça!!.
wa Allah al 'alam
Qu'Allah nous guide tous vers le droit chemin inchallah.

21.Posté par sasou le 28/07/2009 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai que ces gens là ne sentent pas l'amour de l'autre, la miséricorde, le pardon,la compassion, la modération ... enfin ce qui est pour moi le sens de toute spiritualité

22.Posté par Ottoman le 28/07/2009 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bjr,
POurk avoir supprimé mon message, si j'ai offensé quelqu'un je m'en escuse, mais bon il faut bien parler vrai . Oui j'insite ce courant salafiste est un pseudo wahhabisme, je ne suis pas contre la sunnah, estagfirrullah. Mais selon moi ce genre de mouvement est un frein, à l'acceptation de l'islam par autrui , je ne vois pas de sourire , d'aurat islamique dans leurs visages, hormis, leurs tenu en jelaba et la barbe et la naqba pour leurs femmes ( tradition wahhabite, saoudienne... sans respect de la femme) qui ne fait pas d'eux un dervish par leurs apparence .
Les salafistes sont des fatalistes, fondamentaliste arriéré, et heureux de toucher les aides sociales de la france, pour survivre, ce qui est une honte pour un musulman, et un très mauvais exemple ...
L'islam c'est d'abord une question de fois , une communication directe entre le coeur et le cerveau ( intellect ). Se soumettre à son seigneur, avec le coeur et l'esprit...et être un vivant dans l'action dans son temps, pour éléver sa communauté son pays, et non retranché dans un passé figé, il ya 1400 ans, mme le prophète saw ne, l'aurait pas admis...
Bref, que Allah augmente votre foi,science, et vous mènent vers le droit chemin d'un islam unique, unifié,,, et vous éloigne du la secte des maudits wahhabite et leurs ramifications

Un Ottoman




23.Posté par aka le 28/07/2009 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Redk si ton frere est dans l'egarement c'est ton devoir de le ramener dans le droit chemin, le fait de le juger ou non c'est de juger son intention, le contenu de son coeur ce que le musulman na pas le droit de faire. Par exemple une soeur portant un niquab je ne doute pas que son intention est bonne mais est-ce le meilleure moyen de vivre sa spriritualité? surtout dans un contexte occidental, dans un contexte hostile je veux dire. Et y a dautre moyen de shabiller modestement que la jelaba pour les hommes et l'habit ne fais pas le musulman.
Et c'est eux qui ce revendique de la mouvance salafi, ils marquent la division

24.Posté par redk le 29/07/2009 01:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam aka, oui je ne jugerais toujours pas,si il ne veux pas revenir a Ma raison!

S'il y avait un Coran à mettre les montagnes en marche, à fendre la terre ou à faire parler les morts (ce serait celui-ci). C'est plutôt à Allah le commandement tout entier. Les croyants ne savent-ils pas que, si Allah voulait, Il aurait dirigé tous les hommes vers le droit chemin. Cependant, ceux qui ne croient pas ne manqueront pas, pour prix de ce qu'ils font, d'être frappés par un cataclysme ou (qu'un cataclysme) s'abattra près de leur demeures jusqu'à ce que vienne la promesse d'Allah. Car Allah, ne manque pas Sa promesse.

Le Coran, sourate ar-Rad, verset 31

25.Posté par Djamazz le 29/07/2009 13:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

redk je souhaiterais pouvoir établir un contact perso avec vous si c'est possible
vous trouverez mon email et mon blog pour ce faire
étant entendu que vous ne donnez pas de lien permettant de vous contactez
qu'Allah vous bénisse
Salam
Djamazz

26.Posté par Lila le 29/07/2009 19:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En ce qui concerne les Hâdiths que certains placent au-dessus du Coran il y a une certaine ironie quand on sait qu'un de ses hadith rapporte que le prophète a dit "n'écrivez après moi rien d'autre que le Coran"...Suivre le prophète et le fait qu'il soit un exemple pour nous ce n'est pas dans la tenue vestimentaire où le moindre de ses faits et gestes mais dans le comportement agrée par Dieu. On sait tous que l'on doit porter une tenue décente et si Dieu dans sa Sagesse avait jugé bon que nous portions tous le même vêtement de pudeur à travers les âges Il nous l'aurait clairement indiqué dans le Coran.

Le jour du jugement il n'y aura qu'un Seul Juge, le Meilleur des juges, Dieu l'Unique, Extalté soit-Il et heureusement car si on remettait le sort final des Hommes aux Hommes personne n'entrerait le Paradis. Je m'en remet donc totalement en Dieu et place ma confiance en Lui uniquement.

Que Dieu nous Guide vers sa Lumière.

27.Posté par saif le 11/09/2009 04:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam 'aleikoum

ca fais mal aux coeurs de voir des freres et soeurs insulter leurs propres fréres et soeurs qui essaient comme ils peuvent de s'accrocher a la sounna authentique , renseignez vous un peu mieux sur le minhadj salafi et arrêtez de mélanger les rapports gouverneurs saoudiens et salafis , sinon on peut dire aussi tous les pays qui ne gouvernent pas avec la charia ne sont pas musulmans vous commencez a comprendre ?! , ne rentrez pas dans ce jeu ignorant !!, et les femmes peuvent travailler contrairement a ce qu'a dit oum ,seulement dans de bonnes conditions pour elles ! pour les proteger ,on tiens a nos femmes nous, ce sont les piliers de la société ce sont elles qui eduquent nos enfants ,la futur génération et qui s'occupent de l'ambiance de notre foyers on laisse pas nos femmes sortir dans un métro bombé d'hommes en chaleur qui rentre tard du travail a fais la bise a tout le monde puis qui rentre fatigué et va au lit soubhanallah , mais Allah guide qui Il veut .. bref merci à alterinfo d'avoir fais partager cet article ,ca fais plaisir qu'au moins certains arrive encore la distinction entre le vrai et le faux ,la bon rappel et l'hypocrite

28.Posté par Lina le 11/09/2009 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C' est Ramadan Karim, calmez-vous.... Le frère salafiste a le droit de dire ce qu' il pense, d' autant plus qu' il ne peut le faire que dans un des sites les plus visités, et des plus tolérants du net, comme Alterinfo.

On ne peut pas être d' accord avec tout ce qu' il écrit, ( en tout cas pas moi, qui suis femme!) cependant, il dit la vérité concernant le climat de persécution du voile en France.

Pourtant, il faut dire que le (ou la) burqa, avouons que c' est de l' EXAGERATION... VOIRE DE LA PROVOCATION!!! Pour mieux raviver la blessure islamophobe en France, on n' aurait pas mieux inventer, qu' exhiber le fantasme du symbole taliban en Occident, car qu' on le veuille ou pas, c'est cela le fond du problème du rejet viscéral contre cette "tenue"... pour ne pas dire nourrir cette espèce de "haine" de l' Islam que le sionisme-roi de l' opinion française actuelle, manipule à sa guise...

Dans le Coran, il est dit:« Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah sait tout et Il est Clairvoyant. » (Al-Hujurât, v.13.)

Alors, vivant en Occident, ne peut-on pas vivre en bon et bonne musulmane, pieuse, pratiquante, DECENTE, sûre de soi, de sa foi sans pour cela l' afficher dans un costume qui éveille plus la crainte ou le sarcasme... que le respect???

Mais encore, le frère salafiste, écrit:" le musulman se conforme à la loi du pays où il se trouve tant que cette loi ne l’amène pas à désobéir à Allah."... Comme les lois en Occident sont faites par des HOMMES, et non par Dieu, logiquement, il faudrait vivre dans un pays musulman... On peut pas , (excusez la trivialité de l' expression)- vouloir le "beurre et l' argent du beurre"!!!

Je sais que beaucoup vont me tomber dessus à coup de versets, ou de vociférations peu aimables, mais franchement, je crois qu' il est temps, de cesser toutes ces chicaneries autour de la tenue des femmes musulmanes en ce 3e millénaire, en relevant le défi de l' Islam des sciences, du progrès, de la raison et de la foi, pour plus d' humanisme, et de fraternité dans le monde. Nous devons en tant que BONS MUSULMANS, susciter le respect et l' admiration, et non la peur ou la diffamation chez les autres... c' est ainsi que nous servirons Allah Subhanu et l' Islam.

Ceci étant dit, je désaprouve le voile, mais je me battrais pour qu' elles aient le droit de le porter...

Salam

29.Posté par Djurdjura le 11/09/2009 10:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé

30.Posté par Victor le 11/09/2009 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Djurdjura
T'es pitoyable, si c'est pour écrire des truc comme ça vas sur français de souche.com.
Là tu te sentiras comme chez toi...

31.Posté par Moi, Salami, je demande la parole... le 11/09/2009 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le plus inquietant est quand meme le fait que ces foux furieux sont tellement surs d'etre dans le vrai, d'avoir raison, d'avoir la sagesse...que ces pauvres ames musulmanes "PERDUES" doivent revenir dans le droit chemin...

Franchement la presse est une grosse salope... L'ennemi n'est bni Sarko, ni bush, ni je ne sais qui encore....c'est les magnats de la TV que nous devons pendre!!!

32.Posté par Djurdjura le 11/09/2009 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé

33.Posté par victor le 11/09/2009 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Djurdjura
Tes proposque tu écrive d'Algérie ou de France sont dignes de français de souches,

"du moins chez les Kabyles"

étant marié avec une Kabyle je connais les positions des kabyles non évangélisés,

"mes propos sont très largement partagés ici au pays"

ensuite l'avis de la Kabylie ne peut pas refléter l'avis de toute l'Algérie

"Et j'ajoute, inchallah que toute l'Algérie se fasse chrétienne ou athée, ça leur fera les pieds aux va-nu-pieds en claquettes!"

Tu commence par les Salafis, et tu finis par vouloir éliminer tous les Musulmans d'Algérie, un peut de retenue mon brave.

Le bon coté dans tout ça c'est que tu t'es dévoilé.

Laisse moi établir un paralléle(c'est de l'humour je préfère prevenir)

Djurdjura région de la kabylie. Kabylie région d'Algérie très touchée par l'évangélisation.

France région d'europe très touché par l'Islamisation...

Je te laisse méditer sur cela...

34.Posté par ironwood le 11/09/2009 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

djamazz tu bosses tjrs pour les généraux tes amis?

35.Posté par Djamazz le 14/09/2009 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à ironwood

comme je ne suis pas intervenu sur ce débat commentaires
je suis d'autant plus surpris par votre sortie provocation hors sujet
mais apparemment ce doit être sur skype voir paltalk que vous glanez vos fantasmes émasculés !!!!
donc ... je vous mets au défi d'apporter l'once de l'ombre d'une preuve de ce que vous avancez là ....
ceci dit je côtoie dans mon job toute personne censée apporter un éclairage à mes investigations
je ne suis pas comme vous un expatrié qui vit dans la fange de l'ignominie avec le fiel comme sève de votre existence
j'aime mon pays et je le respect
je ne suis pas un apatride qui finira comme vous dans une fosse commune pour infra humain
maintenant et que je sache l'espace commentaire d'alter info n'est pas un lieu de flicage ou une antenne de services de contre espionnage pour avoir à répondre ....
d'où mon étonnement de voir le modérateur laisser passer un tel poste ????
enfin président généraux ministres ou citoyens lambda tous sont mes concitoyens avec qui je partage des relations et contacts comme bon me semble
quand on agit pour le mieux on ne s'interdit aucune approche ....
contentez vous de votre "RMI" et de votre piteuse existence au crochet d'une société qui ne peut pas honorer des gens qui ont vendus leur appartenance pour une bouchée de pain...
n'est ce pas ironwood alias andrew alias algore alias et la liste est longue !!!
demandez plutôt à ceux qui vous ont précédés dans cette attitude et qui sont au crépuscule de leur misérable vie ce qu'ils en pensent ...!!!!
Djamazz

NB : que je n'ai répondu à ce poste que sur la demande d'un ami qui en était interloqué

36.Posté par Bel oiseau le 18/09/2009 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"si ton frere est dans l'egarement c'est ton devoir de le ramener dans le droit chemin, le fait de le juger ou non c'est de juger son intention, le contenu de son cœur ce que le musulman na pas le droit de faire."

Il y a un hadith qui en parle, mais je ne parviens pas à le retrouver.
Quelqu'un pourrait-il m'aider ?

Merci

37.Posté par adil le 09/10/2009 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam 3alaykoum

Macheallah l'article , le frère a parlé avec preuves, qui sont le Q'uoran et la sunnah qui sont les sources de tout musulmans.
Seul les gens qui ont un voile sur le cœur ne peuvent pas comprend.
Ainsi beaucoup de commentaire sont tout simplement stupide et sans aucun fondement.
Les salafi ne touche pas le rmi beaucoup travail , désole pour toi l'ami.Ceux que tu dit s'appelle de mensonge .

38.Posté par Qutayba le 09/11/2009 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

machallah , Alhamdoulillah tout ceci montre bien que l islam et notamment la salafia sont en forte progression et ne cessera de l étre jusqu'a la victoire éclatante. Personne d'entre vous je dit bien personne et aucune loi humaine ne parviendra a stopper cet orre divin
"Ils veulent éteindre la lumière de Dieu avec leur bouche mais Allah parachévera Sa lumière n'en déplaise aux mécréants"

39.Posté par Ghyslaine ROC le 09/11/2009 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MOI, DU SALAF, JE DEMANDE LA PAROLE?

Assalamu ‘alaykum wa rahmatullahi ta’ala wa barakatuhu !

Même si je ne souscris pas à tout ce qui y est dit, cet article est superbe et de grande qualité, alhamdulillah, jazaakum Allahu Khayran, et qui sera très utile à ceux et celles qui se sont égarés du droit chemin et désirent vraiment et sincèrement y retourner. Mais, comme on le dit, on peut amener la bourrique à la source d’eau, mais pour arriver à l’y faire boire, c’est toute une histoire !


Je n’ai pas tout lu car je n’ai pas besoin d’être convaincue ; la vérité n’est que trop évidente. Cependant, j’ai quelques observations à faire en toute hâte, car, à force d’être censurée, mes écrits se font de plus en plus rares sur certains sites, et je n’ai plus aucun suivi de ce que j’écris.


1. Si les Musulmans pouvaient cesser de s’appeler autrement que comme Musulmans, on aurait moins de sottises à débiter ! Malheureusement, le Shaytaan, à travers les racistes et fascistes du monde entier, notamment les fanatiques laïques de France, ont choisi un certain vocabulaire arabe, persan, pashto (pas forcément islamique) dans l’unique but de faire de la propagande anti-islamique, anti-musulmane et anti-arabe. Certains termes sont très connus : hijâb, niqâb, tâlib, al-qai’dah, salaf, hamas, fatah, hizbullah, wahhabi, shari’a, fatwa, and so on. (Il faudra cependant vérifier la phonétique). D’autres termes de fabrication purement occidentale sont accolés au quotidien aux Musulmans, aux Arabes et à l’Islam dans tous les médias racistes et anti-islamiques : intégriste, fondamentaliste, terroriste, islamiste, radical, fasciste, barbare, rétrograde, obscurantiste, communautariste, fanatique, etc. Quoique l’article explique bien le problème, le titre « Moi, salafi,… » lui sied mal, car nous sommes toutes et tous DES MUSULMANS DU SALAF, mais cela ne fait pas de nous « DES SALAFIS », loin de là, quoique, dans un sens, Salafiya est bien traduit par salafi, mais qui est davantage un attribut qu’un nom de personne ! Quant au terme « salafiste », « salafisme », « islamisme », « wahabisme », ce ne sont que des termes de propagande raciste et fasciste des impérialistes occidentaux pervers (empruntés par les Slaves et les Hindouistes) dans leurs Croisades contre l’Islam, pour légitimer et faciliter la conquête des terres musulmanes, et réduire à l’esclavage toute une nation musulmane de plus d’un milliard de fidèles.

2. C’est fort dommage de voir des têtes brûlées au sein de la Ummah de Muhammad sallallahu ‘alayhi wassallam, ainsi que les hypocrites (et les ignorants) utiliser ces mêmes vocables dans leur expression courante. N’avez-vous pas remarqué que les médias sionistes de l’occident utilisent à tour de rôle ces termes. Quand cela ne marche toujours pas, ils en sortent d’autres. Nous avions eu un sérieux contentieux avec notre Frère Tariq Ramadan qui avait accusé à tort les « Salafis » et les membres du « Hizb ut Tahrir » dans un de ses livres pour la consommation occidentale. Autant que je me rappelle, le livre s’intitule « Comment être un Musulman européen ». Même le titre était mauvais car le Musulman devrait être le même partout où il va, sauf sa culture qui peut changer considérablement, mais tout en respectant scrupuleusement les fondements de l’Islam. Ce Frère est égaré car il mélange l’Islam à toutes les sauces : laïcité, féminisme, citoyenneté, démocratie, humanisme, etc. Au Canada et en Angleterre, certains Musulmans (collabos) y mélangent même l’homosexualité !


3. Ceci dit, il est vrai que certains Musulmans de ceux ou celles qu’on appelle á tort des « Salafis », observent certaines pratiques extrêmes alors que l’Islam prêche la modération en tout. Mais, ce problème existe chez tous les Musulmans en général. Il faudrait aussi signaler que nombre de nos coutumes provient de la période précédant l’Islam perfectionné d’Arabie ainsi que des cultures diverses car en embrassant l’Islam, ces nouveaux Musulmans n’avaient pas et ne pouvaient pas se défaire totalement de tous les éléments de leurs cultures, tout comme aujourd’hui nous sommes forcés de constater qu’une certaine culture occidentale ne peut qu’enrichir la culture des Musulmans en général. Cette culture occidentale totalement est compatible avec l’Islam et elle m’a apporté personnellement énormément, dans mon mode de vie ainsi que dans ma manière de penser ! Je sais que cela va choquer, mais, c’est la pure vérité, et je peux le prouver !

4. Mais, certaines choses doivent être portées à la connaissance de ceux et celles que cela intéresse à propos de ceux qui se disent à tort être « salafis ». Certaines de leurs pratiques viennent de l’Arabie occupée où les Saoudiens (je n’ai pas dit les Arabes !) observent l’Islam avec trop de rigidité, de coercivité et même d’injustice, ce qui leur donne une très mauvaise réputation même parmi certains Musulmans, moi comprise. Il est vrai néanmoins qu’il est impossible qu’on puisse pratiquer l’Islam comme il le faut sous une occupation permanente par des armées de Shaytaan !


5. Selon mes informations, ces Musulmans se disant « salafis » ne s’entendent même pas entre eux. Ils ont au moins deux filières. Par leur intermédiaire, les Saoudiens ont colporté une religion rétrograde en Europe à travers leurs librairies et autres institutions, et s’amusent à censurer les livres écrits par des Musulmans ou à les interdire carrément. Si vous visitez ces librairies « d’une pauvreté intellectuelle effrayante», vous seriez très déçus. Par exemple, au début, ils avaient interdit qu’on montre des photos d’êtres humains dans leur littérature, mais quelques années plus tard ils avaient changé d’avis.

6. Ensuite, une librairie interdisait la vente des ouvrages du Sheikh Hamza Yusuf Hanson alors que l’autre ne l’interdisait pas. Ce fut de même avec les ouvrages d’Adnan Oktar, « Harun Yahya », Martin Lings, Yusuf Ali (Traduction du Saint Qur’ân), Muhammad Asad (Leopold Weiss), Dr Kalim Siddiqui (Majlis Al Shura fi Britaniya), et autres. Les Musulmans, en général, ont beaucoup (presque tout !) à apprendre des non Musulmans. Il y a aussi plus de mercantilisme que d’Islam. Leurs ouvrages pédagogiques avaient plus de deux cents ans de retard sur les occidentaux, et souvent c’était une formidable escroquerie, et leurs gadgets « islamiques » ne furent que des pacotilles chinoises !


7. Il y avait encore ces Musulmanes (la plupart nées en Angleterre) respectant le principe du hijaab (en se couvrant même la tête !) qui travaillent dans les supermarchés (principalement appartenant à des Juifs et des Sionistes) vendant l’alcool, la cigarette, le porc, et des produits qui empoisonnent (aspartame, fluore, etc.), et qui ont le culot de refuser de prendre la monnaie directement de la main des clients parce que leur religion les empêchait de le faire, et voulaient qu’on mette l’argent sur le comptoir. Elles prenaient l’argent avec leurs mains engantées. Rien ne les empêchaient de travailler au marché pour gagner leur vie sans avoir à compromettre leur religion. Les Musulmans ont une grande bouche quand il s’agit de l’Islam, et citent à tout bout de champ des Ahadiith, mais ils trouvent dégradant le travail qu’effectuaient ceux et celles de la Salaf. Même les Khulafa (inclus les Khulafa Ar-Rashidun) ne rechignaient jamais devant la besogne !


Finalement, j’ai passé ma vie à parler à des sourds-muets et des aveugles qui n’ont aucune notion de la valeur des choses utiles. Bien sûr que Allah subhanahu wa ta’ala est plus Savant, mais la plupart des gens (y compris ceux et celles qui se disent musulmans) ne savent que faire de ce Savoir divin, alors ils adorent et se prosternent devant d’autres dieux, et prêchent la laïcité, les droits de l’homme des suppôts de Shaytaan, la démocratie des lâches et des assassins, le féminisme de Rothschild, et le pacifisme devant le génocide de la Ummah ! Ils sont même membre (TOUS !) de l’Organisation Mondiale de Shaytaan, l’ONU ! Certains vendent même de la drogue des Juifs et des Chrétiens disant que ce n’est pas HARAAM, mais seulement MAKRUH, et la plupart d’entre nous trouvent normal de payer une licence pour une télévision sioniste qui dit du mal du matin au soir de l’Islam et des Musulmans, et insulte le Saint Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam, sa famille et ses compagnons ! Plus de quatorze siècles plus tard, les Musulmans ne savent toujours pas ce qu’est l’Islam authentique ! Alors, comment voulez-vous qu’on respecte les Musulmans et l’Islam sur cette terre maudite !


Ghyslaine ROC
Ce lundi 9 novembre 6009
JOUR 318ème du dernier Holocauste de Ghazza (il y en eu plein d’autres !) sans que les Musulmans du monde entier n’aient déclaré la guerre économique et le boycott total des Kuffar et de leurs collaborateurs!

40.Posté par Ghyslaine ROC le 10/11/2009 01:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Assalamu ‘alaykum wa rahmatullahi ta’ala wa barakatuhu !

Je viens à l’instant de lire quelques commentaires au hasard. D’habitude, je n’en lis pas en raison de leur médiocrité, et des actes de sabotage par les Sionistes racistes (et sarkozistes) qui se font passer pour des Musulmans et qui polluent les sites islamiques. Cela me donne toujours envie de vomir, car il est pratiquement impossible de voir des Musulmans (ou ceux et celles qui se prétendent l’être) écrire convenablement, et apporter quelque chose de valable et de constructif en réponse aux articles. Ils n’ont pas appris à dire merci pour les efforts (le Jihaad) des autres !

Je n’avais nul besoin de lire l’article en question car je connais très bien ces Frères et Sœurs qui se disent à tort être des « Salafis ». Il ne faut pas oublier qu’ils sont de la Ummah de Muhammad sallallahu ‘alayhi wa sallam même s’ils ont hérité de leurs parents cette doctrine sectaire (interdite en Islam) comme bon nombre d’autres Musulmans d’ailleurs qui ont hérité de leurs prédécesseurs une religion qu’ils appellent Islam, mais qui est peut-être pire que celle des « Salafis ». Il ne faut pas prétendre que nous sommes meilleurs qu’eux (en matière de piété) sans pouvoir en donner la preuve. Nous avons, bien entendu, un différend concernant l’Islam, mais cela peut se discuter en utilisant l’étiquette islamique que peu d’entre nous semblent connaître. Il ne faut pas être obligatoirement musulman pour avoir de bonnes manières. Nous écrivons en français (pour ceux et celles qui savent écrire !), alors un peu de tenue et de savoir-vivre français, s’il vous plait !

Le Frère nous a donné son email, pourquoi ne pas lui écrire directement ?

masjiddarwa@yahoo.fr

Alors que nous ne connaissons pas les emails de ceux qui montent sur leurs grands chevaux pour dire des sottises. Cependant, j’ai apprécié la position du commentateur numéro 9. Posté par AS le 27/07/2009 22:54
http://islamic-intelligence.blogspot.com).

Son commentaire contient des informations très précieuses notamment sur la Guerre Civile que Sarkozy veut déclencher en France. L’article de « masjiddarwa » est de bonne qualité, je le répète, et il mérite qu’on y réponde aussi courtoisement que possible et ne pas se lancer dans des attaques personnelles comme des malpropres. L’article est trop long pour que je puisse y répondre en détail, et mes connaissances islamiques ne suffiront sûrement pas.

Pourquoi ne pas nous réunir et combattre les ennemis qui détestent l’Islam et les Musulmans au lieu de s’attaquer aux Musulmans de cette façon ? Si certains Musulmans sont dans l’erreur, faisons ressortir l’erreur ou les erreurs. S’il faut les condamner pour collaboration avec l’ennemi, faisons-le ! Mais, avant il faut le prouver ? Des Musulmans de tous bords collaborent avec l’ennemi.

Dans le quartier que j’habite, il n’y a aucune librairie islamique en dehors de la librairie des « Salafis ». Il y en avait deux : « Call to Islam » et « Darussalam ». Elles avaient apparemment chacun un masjid. La première librairie a dû fermer. Grâce à elles, de nombreux britanniques ont embrassé l’Islam. Je ne suis pas d’accord avec eux sur de nombreux aspects de leur entendement de l’Islam, mais ce sont mes Sœurs et mes frères de la Foi.

Je porte le Niqaab, ce qui n’est pas une obligation islamique ; mais, c’est une autre histoire. Je dois vous prévenir car j’ai vu le ton que prenait certains commentaires. Certains utilisent les mêmes arguments et vocabulaire que les racistes de France quand ils s’attaquent aux « Salafis » ou aux « Salafistes » ! Ils font le jeu des Kuffar qui doivent bien se marrer en voyant qu’ils ont réussi à semer la division et la dissension entre Musulmans !

Le gouvernement britannique utilise l’extrême droite pour contrôler le million (ou davantage) de Musulmans que nous avons ici. Sarkozy fait de même en France. Mais, avec plus de SIX MILLIONS DE MUSULMANS, il ne pourra jamais les contrôler. ALORS, CE SERA LA GUERRE CIVILE ! Aussi, ne vous laissez pas distraire par des différences entre Musulmans ! Il y a une secte qui se fait passer pour musulmane, mais qui est en vérité une cinquième colonne, et les occidentaux et les Yisraéliens de l’Apartheid les utilise pour semer la division et miner la Ummah de l’intérieur. C’est la Secte des Qadianis/Ahmadis du Punjab qui a ses quartiers généraux à Londres et en Yisraël ! Ils ont même des « Caliphes-Messies » dynastiques, des genres de Papes ! J’en ai connu un personnellement, l’avant dernier qui est maintenant décédé, Mirza Tahir Ahmad [1928-2003]. Alors, SOYEZ VIGILANTS !

Barakallah Fik

Ghyslaine ROC
10/11/6009


41.Posté par umm Kays le 14/02/2010 19:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam alaykum, pour repondre a UMM, je suis une jeune femme de 26 ans, j'ai BAC+2 et aujourd'hui j'ai fais le choix, de porter le jilbab et de me soumettre à ALLAH, pour te faire un petit rappel inchAllah, sache que musulman veut dire SOUMIS A ALLAH, donc si tu te dit musulman tu doit te soumettre au ordres divins et respecter les tiens, car nous avons les memes croyances, et adorons 1 DIEU UNIQUE!!

Aprés c chakun sa pratique, je suis salafiya, instruite, jai le permis la voiture, BAC + 2 jai bosser chez ORANGE, EDF... et mon mari ne me fait aucun mal que ce soit physique ou mental, je ne pas suis enfermer a la maison!!

sache que quiconque ce moque d'un musulman est soumis a la collére d'Allah et sera chatié, et pour finir, le prophéte salah alih wa salam a dit: "Si je devait obliger une personne a ce prosterner devant une autre, certe j'obligerai la femme a ce prosterner devant son mari"!!

salam alaykum

42.Posté par SHARAF le 14/02/2010 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lorsque vous voulez apprendre à bien conduire votre propre voiture pour l'obtention du
diplôme de conduite ou (permis) , vous choisissez la meilleure école , le meilleur moniteur, et si possible de prendre le Maximum d'heures de cours .
En Islâm comme dans tout , c'est presque la même chose !
Le but recherché ne doit pas être le diplôme et faire par la suite n'importe quoi ; mais plutôt la conduite avec son bien conduire et son très bien se conduire !
Renouvelons sans cesse notre foi( Jaddidû îmânanâ wa îmânukum ) svp!
Pour dire ce me semble; qu'il faut adorer Allâh Seul et non pas la religion ,les sectes,ou diverses écoles de bla bla à ne pas en finir.
اطلبو العلم و لو بالصين ( itlabû l'ilma wa law bissine-"chine"-) hadith de Muslim .
--------------Demandez la science ; voire jusqu'en Chine :

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires