Diplomatie et relation internationale

Mohammad Saeedi qualifie l’accord nucléaire entre les Etats-Unis et l’Inde de violation flagrante du TNP


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Dimanche 5 Octobre 2008

Mohammad Saeedi qualifie  l’accord nucléaire entre les Etats-Unis et l’Inde de violation flagrante du TNP
Le directeur de l'Organisation de l'Energie Atomique de l'Iran, Mohammad Saeedi, a exprimé dimanche ses inquiétudes après le régime dérogatoire dont bénéficie l’Inde dans le cadre de l’accord nucléaire qu'elle doit signer avec les Etats-Unis parlant de violation flagrante du TNP.



Interrogé par l'IRNA, il a averti que les pays qui ne sont pas des membres du TNP ne peuvent se servir des privilèges dont bénéficient exclusivement les pays membres du traité rappelant que le NSG (Groupe des 45 pays fournisseurs de technologies nucléaires) interdit formellement de vendre du matériel nucléaire à des Etats non signataires du TNP.


Pour que tous ces textes s'appliquent, il a fallu que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et le Groupe des 45 pays fournisseurs de technologies nucléaires (NSG) acceptent en juillet et en septembre la reprise du commerce nucléaire avec l'Inde.


Le NSG et l'AIEA ont de facto levé un embargo international imposé il y a 34 ans à cette puissance atomique militaire depuis ses essais en 1974, puis ceux de mai 1998, et qui refuse de signer le Traité de non-prolifération (TNP).


New Delhi dispose donc d'un régime dérogatoire, puisqu'en principe, le NSG interdit de vendre du matériel nucléaire à des Etats non signataires du TNP.


En contrepartie, l'Inde va séparer ses programmes nucléaires militaire et civil et placer sous surveillance internationale 14 de ses 22 réacteurs.


Ce pacte nucléaire dit "123" doit être formellement remis à la Maison Blanche pour que le président américain le promulgue sous forme de loi. Il fait suite à l'adoption le 27 septembre et le 1er octobre par la Chambre des représentants et le Sénat d'une législation amendée autorisant les Etats-Unis à vendre à New Delhi des réacteurs nucléaires, du combustible à usage civil et des transferts de technologies.


Cependant les Etats-Unis et l'Inde n'ont pas signé samedi leur accord de coopération dans le nucléaire civil, comme c'était pourtant prévu lors de la visite à New Delhi de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.


Mme Rice était pourtant venue à New Delhi pour apposer les derniers paraphes à ce texte historique annoncé en 2005 par le président Bush et le Premier ministre indien Manmohan Singh.


En fait, selon des sources du ministère indien des Affaires étrangères, New Delhi souhaitait que l'accord porte le sceau du président Bush.


Ce report de la signature de l'accord est une nouvelle anicroche dans les négociations âpres menées depuis trois ans à Washington et à New Delhi.


Par ailleurs, la Russie équipe déjà une centrale nucléaire du sud de l'Inde et un accord de coopération est prêt à être paraphé. Paris et New Delhi ont signé le leur le 30 septembre et la France est sur le point de signer également un accord de coopération nucléaire avec l’Inde.


L’organisme dénonce également l’initiative de la France, qui malgré le fait que l’Inde ne soit pas signataire du Traité de non prolifération (TNP), désire tout-de-même signer cet accord de coopération. «La France montrerait une fois de plus qu'elle ne recule devant rien pour vendre cette technologie complexe et risquée, quitte à conclure un accord avec un État qui n'est pas signataire du TNP».


Greenpeace a tenu à décrier cette initiative aujourd’hui. Selon l’organisme, cette entente éloignerait encore plus l’Inde des énergies propres et sûres.


«Le nucléaire ne va pas résoudre la crise climatique et la question de la sécurité énergétique de l'Inde. Cette technologie agit comme un mirage au milieu du désert: même si la totalité du programme dont rêve le gouvernement indien de construire 40 nouveaux réacteurs en vingt ans devenait réalité, cela ne permettrait au pays que de réduire très faiblement ses émissions de gaz à effet de serre», explique dans un communiqué Vinuta Gopal, responsable de la campagne Climat et Énergie de Greenpeace en Inde.


Enfin il est prévu que les emplacements nucléaires militaires resteront fermés aux inspections internationales de l’agence onusienne.

http://www2.irna.ir/ http://www2.irna.ir/



Dimanche 5 Octobre 2008


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires