Propagande médiatique, politique, idéologique

Mensonges et Virginité


Comme prévu, la une des journaux et l’ouverture des journaux télévisés français reprend avec une belle unanimité l’affaire de l’annulation d’un mariage par un juge lillois au motif qu’il manquait, selon la formulation du Code civil « une qualité essentielle » à l’épouse. Que cela signifie- t-il en l’espèce ?


mistertagines@yahoo.fr
Mardi 3 Juin 2008

Lors de sa nuit de noces, le nouveau marié découvre que son épouse n’est pas vierge. Il s’estime trompé. Sa femme avait eu manifestement, au contraire de ses déclarations antérieures, des relations sexuelles avant mariage. Devant le juge, l’épouse reconnaît avoir menti. La demande d’annulation, pour laquelle les deux conjoints s’étaient accordés, la précision s’impose aussi, a été décidée par le tribunal de grande instance de Lille le 1er avril dernier sur la base du mensonge reconnu par la jeune épouse. L’affaire aurait pu en rester là, s’il ne s’agissait d’un couple de musulmans et si l’origine de la tromperie ne résidait pas dans la non-virginité de l’épouse. Et ce que les observateurs – même pas particulièrement avertis – de la scène médiatique française attendaient avec un sourire amusé ne manqua pas de survenir.

Les premières salves sont lancées par le site web d’un hebdomadaire de « gauche » et l’émission d’information d’une chaine de télévision « culturelle ». Elles sont tirées par Madame Élisabeth Levy-Badinter, présentée comme philosophe et membre essentiel du conseil d’administration de Publicis, le très influent groupe de publicité dont le siège parisien jouxte l’Arc de triomphe.

La philosophe des beaux quartiers ouvre le bal
Vibrante d’indignation, cette dame déplore avec véhémence la « régression » de la justice française qui entérinerait ainsi une vision du monde archaïque, violemment attentatoire à la liberté des femmes. L’omniprésente philosophe des beaux quartiers s’émeut du sort fait aux jeunes musulmanes et s’alarme de l’afflux massif prévisible de ces dernières vers les hôpitaux dans le but de reconstruire des hymens perdus.

Dans un énergique mouvement de menton, Mme Badinter conclut qu’en France la sexualité des femmes est libre ! L’angle d’attaque est fourni par une autorité médiatique incontestée, une sorte de responsable de la question des femmes musulmanes au Commissariat Politique de la Bien-Pensance. Il est immédiatement repris sur tous les registres.

D’honorables représentants du peuple, des experts, des spécialistes, etc., expriment leur horreur devant cette atteinte insupportable au droit des femmes. Jusqu’à l’ineffable Mme Amara, sous-ministre des ghettos, qui n’hésite pas à parler de « fatwa » pour qualifier la décision de la justice républicaine.

Certains iront jusqu’à demander, comble de l’absurde, à ce que l’État se substitue à l’ex-épouse pour faire appel de la décision et annuler l’annulation… Les déclarations du porte-parole du ministère de la Justice, selon qui ce n’est pas la virginité mais le mensonge qui a été l’objet du jugement, sont repoussées avec mépris.

Dans ce tintamarre parfaitement orchestré, il faut en effet faire oublier que le fond de la chose jugée n’est pas la virginité mais réside bien dans le mensonge. Le mari se considérant comme trompé par les fausses déclarations de sa jeune femme. Le juge a estimé qu’au regard du Code civil ce mensonge était constitutif d’un manquement à ces fameuses « qualités essentielles » que chacun est libre d’apprécier à sa convenance dans le cadre d’une relation entre deux adultes. Mais l’affaire est trop belle pour ne pas être exploitée sur le ton de l’émotion, et tous les amalgames sont autorisés.

Contrevérités et stigmatisation
Les contrevérités les plus éhontées sont proférées avec une assurance impressionnante. Ainsi, seuls les musulmans sont désignés à la vindicte en tant qu’adorateurs pathologiques de la virginité féminine qui ferait partie du corpus de leur religion. Bien sur, il n’en est rien, aucune disposition du droit musulman ne fait état de l’obligation de virginité pour le mariage, il s’agit d’un héritage patriarcal en évolution. Il demeure néanmoins que la condamnation des relations sexuelles hors mariage est l’un des éléments que l’on peut déplorer mais qui est commun à de nombreuses traditions, la catholique n’étant pas en reste de ce point de vue.

Mais personne ne s’y trompe, dans cette fabrication polémique ce n’est pas la virginité qui est en cause. Ni la situation des femmes. Pas plus que le droit français, dont les dispositions relatives aux modalités de dissolution d’un PACS ont l’allure d’une répudiation en bonne et due forme. Il est intéressant de noter que le jour même ou cette « polémique » est lancée, l’INED – l’Institut français des études démographiques — publie un rapport accablant sur les violences faites aux femmes en France. Ce rapport est sobrement présenté dans la presse, personne ne s’attardant outre mesure sur un état des lieux particulièrement peu flatteur pour ceux qui présentent leur modèle social comme l’indépassable zénith de l’humanisme.

On l’aura compris sans grandes explications : l’objectif de cette nouvelle campagne de stigmatisation et d’amalgames, est le maintien d’un climat d’hostilité à l’endroit des musulmans. Par le recours au discours et aux techniques éprouvés de la mission civilisatrice et de sa compulsive propension au « dévoilement des mauresques ». Quels intérêts cela sert-il aujourd’hui ? On le comprend également sans peine.

source : Algerie-News

En guise d'ilustration :








Mardi 3 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Zorro m.d.s le 03/06/2008 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Autre possibilité aussi, c est une attaque contre madame Dati, celle ci s étant mis toute l institution de la justice à dos en programmant ses réformes, ne pouvait que soutenir ce jugement, sous peine d une légitimité encore affaiblie au sein de son ministère.A voir.

2.Posté par redk le 03/06/2008 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article 180 Modifié par Loi n°2006-399 du 4 avril 2006 - art. 5 () JORF 5 avril 2006:
Le mariage qui a été contracté sans le consentement libre des deux époux, ou de l’un d’eux, ne peut être attaqué que par les époux, ou par celui des deux dont le consentement n’a pas été libre, ou par le ministère public. L’exercice d’une contrainte sur les époux ou l’un d’eux, y compris par crainte révérencielle envers un ascendant, constitue un cas de nullité du mariage.
S’il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l’autre époux peut demander la nullité du mariage.

L'islamophobie ambiante fait de se texte de lois, (qui na pas étais crée par des musulmans) qu'il s'adresse a eux uniquement, rien que pour eux ont va le modifié, ont jette le discrédit sur cette communauté , pourquoi?, combien de couples d'autres confessions ou sans ont divorcées pour les mêmes raison sans que se la fait tache sur leurs comunautées? , sans que l'ont dises, fatwa, intégrisme, dénie de démocratie?, la deuxième religion de france se retrouve encore une fois mise a l'index, tout prétextes est bon pour la discrédité, mais les musulmans français ne seront pas les rebus de la république voués à être vilipendé par des masses sionisé, face a une france ou la régression social s'affirme de plus en plus, les bavures policiers au plus haut, la chasse a l'immigré prolifique, l'êcran de fumé de " l'intégrisme musulman" se rêvèle être parfait, pendent que l'ont vous invite dans l'intimité d'un chambre, votre frigo se vide, vos liberté bafoués, et vos enfants avec un avenir sombre ou se meurt !!!


3.Posté par Népios le 03/06/2008 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'approuve Redk et ce que vous dites Zorro est loin d'être sot... La vérité doit relever de vos deux approches complémentaires.

4.Posté par françoise le 03/06/2008 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

elle ne va pas par quatres chemin.le problème c'est l'islam.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires