FRANCE

Même les taxis soutiennent la grève…



Gilles Devers
Mardi 19 Octobre 2010

Même les taxis soutiennent la grève…
« Le gouvernement devrait négocier au lieu de passer en force, car il n’y a pas une seule manière de réformer. Il faut ouvrir les discussions avec les syndicats ». Ce n’est pas Jean mon vieux pote de la CGT des cheminots qui le dit, mais les six chauffeurs de taxi que j’ai rencontrés hier, à l’occasion d’un périple dans Paris. Du jamais vu : les taxis ne râlent pas et sont solidaires avec les grévistes. Même genre d’échos dans cette série de réunions et de rendez-vous : c’est le bazar de partout, des personnes ont du annuler des déplacements, mais la grève est bien acceptée. Idem avec les violences, accueillies par des propos bien modérés : « Ca arrive toujours, mais le mouvement est calme et digne ».

 

Alors, ça ira où, ce conflit social ? La France bloquée, pas bloquée ? Je n’en sais fichtre rien, et tant d’évènements peuvent intervenir.

 

La loi va être votée. Larcher, le bonnasse président du Sénat, tellement inquiet sur sa réélection, donne un peu de mou pour examiner la kyrielle des amendements, mais le vote est acquis, car la majorité de Droite n’a pas de marge de manœuvre. Le vote est in fine la loi du nombre.

 

Sarko voulait un vote plus rapide, pour casser l’opposition sociale, et ce délai de quelques jours peut changer beaucoup de choses, alors que l’on voit arriver en masse les transporteurs routiers, les pétroliers, les lycéens et les étudiants, avec des trains et des vols toujours aussi peu nombreux. La retraite, c'est la vie pendant des années, et chacun fait ses comptes. Tout cela pourrait bien faire une grosse embolie. Avec SMS et internet, les infos passent vite, dans des manifs très mobiles. Il faut aussi tenir compte de la popularité du mouvement social, qui se voit aussi avec le nombre de cortèges dans tout le pays, et de la popularité en berne de celui qui a l’image de président de riches.sarkozyurssstalinemd9.jpg 

 

Pour Sarko, l’affaire est déjà réglée et il organise la reconquête de l’après-vote : nouveau gouvernement, et barre sociale, jusqu’à flinguer le bouclier fiscal. En pensant que la marge de manœuvre des grévistes n’est pas illimitée côté porte monnaie.

 

Sur le fond, passe mal l’argument « il n’y a qu’une seule réforme, la mienne », alors que face à l’immense diversité des situations, il est impossible d’adhérer à des oukases du genre « tu l’aimes ou tu la quittes ». Tout le monde est d’accord pour réformer les retraites, et d’une manière ou d’une autre, tout le monde est d’accord pour revoir les durées de cotisation et les modalités du départ dans un contexte où on entre plus tard dans la vie active et où on vivra plus âgé. Mais au lieu de rechercher des compromis, Sarko veut passer en force, comme pour régler un compte.  

 

Cette manière de faire filer la société à la trique est franchement insupportable. J’écoutais encore ce soir les ministres démonétisés qui récitent leur leçon et croient que nous sommes nous aussi atteints par le syndrome du pantin. Cette grève contre les retraites est aussi un rejet du modèle Sarko. Comme telle, elle fédère tous les mécontentements, et les syndicats me semblent mieux trouver le ton de la réponse que notre PS chancelant.

 

Alors, on verra, mais les évènements de la semaine sont à suivre pas à pas.

 

Dans tout cela, une bonne nouvelle : un peu de répits pour les Roms. Il faut dire que nous faire le coup des Roms qui ruinent la société, ça ferait un peu zarbi, non ? Qu'est-ce que t'en dis, mon Brice ?

 

petite-fille-romWEB.jpg

 

C'est vrai ? Je ne suis plus une menace pour la société ?

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/ http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/



Mardi 19 Octobre 2010


Commentaires

1.Posté par le_tout_puissant le 19/10/2010 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout ceci est le fruit d'une mise en scène avec la complicité des divers syndicats de ce pays que nous savons à la botte de l'oligarchie politico-économique. L'objectif de ces troubles est de désamorcer les tensions sociales afin de se prémunir d'une véritable insurrection spontanée qui elle serait incontrôlable contrairement à ces grèves bidons actuelles. Après quelques semaines de grèves, de manifs stériles, brûlages de voitures et de divers bâtiments de-ci et de-là tout le monde fatigué rentrera gentiment à la maison et cela sera reparti pour un tour! Cette stratégie de désamorçage des tensions est l'un des rôles des syndicats corrompus dans nos sociétés; provoquer artificiellement une mini explosion afin d'éviter une grosse explosion spontanée difficilement contrôlable. Le système de l'autocuiseur dont on laisse s'échapper un peu de vapeur.Si nécessaire le gouvernement fera une concession sur la retraite et tout rentrera dans l'ordre!

Nous pouvons être sûr que cette affaire va finir de cette manière:
Scénario 1: le gouvernement ne cède pas, les grévistes et manifestants se lasseront, rentrerons à la maison et cela sera reparti pour un tour.
Scénario 2: les grèvistes et manifestants se montre plus coriaces que prévu. Le gouvernement les laisse s'énerver 2 ou 3 semaines pour ensuite faire l'annonce "vous avez gagnez! nous annulons notre réforme sur les retraites". Les masses crieront à la victoire, chanterons les louanges de la démocratie et cela sera reparti pour un tour!

En d'autres termes quelque soit les scénarios rien de fondamentale n'aura changé dans ce pays. L'oligarchie financière régnera toujours. Les multinationales continueront leur habituel lobbying...et les masses continueront leur lente descentes aux enfers...cela fait déjà plusieurs décennies que ce scénario se répète inlassablement!

Rappelez-vous les années Thatcher! Les mesures économique adoptées par la vieille sorcière avaient suscité des manifestations colossales. Des émeutes d'une envergures et intensité rarement vues avaient secouées la Grande-Bretagne. Or où en sommes nous aujourd'hui? L'oligarchie mondialiste a continué son petit bonhomme de chemin, ce pays est littéralement à l'état de ruine économique, culturel et spirituel.

Grèves et manifs n'ont jamais permis de changer fondamentalement les politiques des pays. En effet en général les revendications sont à côté de la plaque, ne s'adressent pas aux racines des maux mais demandent des mesurettes qui ne sont rien de plus qu'un emplâtre sur une jambe de bois. S'attaquer aux symptôme plutôt qu'à l'origine du mal n'a jamais permis de guérir qui que ce soit.
La seule solution pour un changement réel et profond de nos sociétés ne peut se faire qu'à condition que les gens comprennent où se situent le mal et modifient leur comportement et habitudes de vie afin de ne pas entretenir ce système corrompu.

2.Posté par tout à fait thierry le 19/10/2010 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tout à fait d'accord avec toi

les grèves et les manif ca dure qu'un temps

c'est plaisant de voir que ca bloque un peu mais je sais que ca durera pas

on es trop individualiste on pense qu'a notre gueule, diviser pour mieux regner

ils ont réussi leurs coup d'états cette bande salop (je trouverai jamais un adjectif qualificatif assez pourri pour les nommer ces crapules)

ils nous ont laisser prendre des crédits, de devenir de vrai consommateurs, s'endetter pour que une fois qu'ils font passer leurs loi injuste ben les jours de grève sont pas payer. et qui dis jours de grève pas payer dis moins de salaire, moins de salaire égal ne plus pourvoir payer ses traites et finalement ne plus payer ses traites reviens à perdre sa maison se retrouver dans la rue et sa le français de base en a peur.

on es pas prêt à se genre de sacrifice pour l'instant les gens de ce pays croient trop que le monde va continuer de tourner comme ça de cette manière.

ben ils rêvent et en 3d, je sais pertinemment que jamais je toucherai de retraites et personne d'autres c'est même pas la peine d'y penser avec les guerres à venir y en a ils croient encore qu'on va continuer de bosser et partir 5 semaines en vacance chaque année et ce 40 ans ben alors ils croient encore au gentil papa noël

retirer votre frique des banques on à pas attendu cantona pour savoir ça

la il auront peur cette bande de crétins dégénéré mais non dormez les petits moutons

j'en es marre de ces conneries ce pays ressemble plus à rien

vivement que ca pète

3.Posté par lye54 le 19/10/2010 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ tout a fait Thierry.

Bravo, je te tire mon chapeau pour ton commentaire. C'est exactement ce que j ai essayer de faire comprendre a ANGE sur un autre post.

4.Posté par tout à fait thierry le 19/10/2010 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salut dis moi quels post de quel article

faut faire tourner l'info que les gens arrêtent de croire les conneries,

manifester servira à rien il nous on à l'usure

comme dans la chanson d'amel bent

"arnaquer le peuple

ca nous fais pas peur

même à l'usure ils y croient encore et encore

les sacrifices jamais je n'en ferai

toujours arnaquer le peuple aime se faire voler"

petit remix du refrain




5.Posté par Astérix le 19/10/2010 18:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La SARKOLAND veut faire croire que le palais de l'Elysée va être attaqué par des groupes de jeunes incontrôlés. ITélé

6.Posté par Ara le 19/10/2010 23:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout à fait d'accord avec toi, le_tout_puissant.

Déjà quand on voit ce que c'est une manif...

On se croirait au carnaval, nan mais sérieux! Quelques camions de CRS (à la gay pride y'en a autant), des mecs qui font du biz' en te refourguant un tiers de baguette avec deux merguez pour 5€, des ballons au dessus des voitures des syndicats, des musicos et des fanfares (si, si j'en ai vu à République), bref c'est la fête quoi! Manquaient plus que des danseuses tiens...

Cependant je soutiens évidemment toute cette mobilisation et le blocage du pays, mais j'ai très peu d'espoir que ça fasse réfléchir les gens sur le fond quand je les vois se faire manipuler par les syndicats et la télé.

Ici, c'est la France, pas l'Amérique du Sud. C'est encore trop confortable pour certains et comme ils crèvent pas encore la dalle, ils ne se préoccupent pas du lendemain.

7.Posté par ange le 20/10/2010 00:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En plus dans C dans l'air, ils ont dit que , une fois cette réforme passée, cela ne serait pas suffisant pour l'avenir et il faudrait à nouveau prévoir une autre réforme (vous imaginez , encore pire bien sûr ! ) Voilà pourquoi ils ne veulent pas céder ! Parce que ce n'est qu'un escalier dans les réformes de monté alors ils ne veulent pas redescendre . Il faudra travailler encore plus tard . Il me semble avoir entendu 67 ans .Tout cela va mal finir pour le pays ! Remarquez cela ne les fera pas pleurer aux USA que la France chute ,bien au contraire !

8.Posté par tout à fait thierry le 20/10/2010 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ara tu a raison

ca prend une tournure festive et comme tu le dis si bien ils ne crèvent pas encore la dalle c'est pour ça qu'on sourit attend un peu que les prix continue de monter et les salaires de stagner ca changera peut être

la dans les médias ils nous parlent des autres pays et leur vision des grèves française

en nous disant les amerloques bosse jusqu'à 90 ans certains et il comprennent pas

ben avec les cochonnerie qu'ils leur mettent dans la bouffe pour les rendre docile c'est normal

ou bien le hortefeux et son discours musclé sur les casseurs alors que ce sont les flics qui font de la casse c'est magnifique

j'ai écouter ce matin morano chez bourdin elle se fout de la gueule du monde cette folle

ce qui me gonfle aussi c'est les non violent et les sois disant pacifiste

en face les flics hésitent pas à cogner, on nous à trop bourrer le crane avec la non violence

vider votre compte bancaire faut les vider ses salop j'ai les nerfs de devoir payer pour ces bankster de merde toi quand tu a 10 euro à la cave ils te saigne à blanc et eux quand il précipite le système on dois les sauver qu'ils crèvent tous les bankster je les hait et je leur es déjà dis c'est crétins

9.Posté par Michele le 20/10/2010 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il l'avait dit: "Je serai ignoble avec les faibles".
Par Lisa Sion2


" Je serais un président… ...servile avec les puissants » Être servicieux avec les puissants que j’aspire à devenir et même doubler, consiste à être disposé à payer à n’importe quel prix les services ou luxes auxquels je rêve depuis toujours, sans savoir que là haut chez eux, on se les donne ou les échanges de manière tacite, et cela d’autant plus que le prix sera payé par « les faibles avec lesquels je serai ignoble. »


Je tendrai un tapie rouge sous le nez des puissants et leur ferai de belles promesses même si je n’ai pas les moyens de les tenir, car je me servirai même d’eux pour combler celles que j’ai promises à d’autres et ferai des amis de mes amis les maillons qu’il me manque pour satisfaire les plus riches gravitant au sommet du zénith des parvenus. Pour obtenir d’eux les fonds destinés à arroser les différents promoteurs clés de ma campagne, je leur ai soutenu mordicus la seule « vraie » promesse que j’aie pu tenir, celle de leur assurer de devenir le gagnant final et atteindre à coup sûr, les manettes et pédales du grand vaisseau national. C’est donc assurés du retour sur investissements sur lequel ils comptent tous, que je leur ouvre les portes de la boite de Pandore. « Pandore apporta dans ses bagages une boîte mystérieuse qu’il lui fut interdit d’ouvrir. Celle-ci contenait tous les maux de l’humanité, notamment la Vieillesse, la Maladie, la Guerre, la Famine, la Misère, la Folie, le Vice, la Tromperie et la Passion, ainsi que l’Espérance. Une fois installée comme épouse, Pandore céda à la curiosité et ouvrit la boîte, libérant ainsi les maux qui y étaient contenus. Elle voulut refermer la boîte pour les retenir...trop tard ! Seule l’Espérance, plus lente à réagir, y resta enfermée. » en deux mots, j’ai filé le cancer fiscal à toute la clique et les contribuables payeurs n’ont qu’à se raccrocher à la bouée « espérance », la corde pour les pendre.


J’ai stimulé chez les premiers l’espérance de l’idée que j’aurai ainsi la clé de l’entrée privée de l’autoroute fiscale où il vont pouvoir mettre les pieds au fond du plancher et débrider leurs ferraris industrielles sans aucune limitation de vitesse ni aucun radar. Ils seront les derniers étages de la pyramide sociale constituée en un formidable château de cartes au sommet duquel je pourrai peser de tout mon poids sur les petits contribuables que je ferai cracher. Toutes mes bassesses les plus sordides seront voilées sous des tombereaux de fausses promesses que je ne sais même pas si je pourrai un jour les assumer, mais j’arriverai quand même à ma faim, ou ma fin, m’étant entouré des plus grands portefeuilles pour atteindre la dernière marche du pouvoir plutôt avec que sans les dents. Pour ce faire, je pratiquerai les pires trahisons en marchant sur les pieds des plus faibles et en reniant toute ma race. Car en fréquentant tous les plus riches, ceux qui ne payent plus rien, ce qui en passant est partie de la raison pour laquelle ils sont devenus ce qu’ils sont, j’apprendrai toutes les ficelles jusqu’au succès final du podium étatique. Lorsque j’aurai atteint cette marche et le droit sur la loi destinée aux étages inférieurs au dessous de ma personne, je saurai remercier tous ceux qui m’ont aidé à y parvenir en tirant pour eux sur tout ce qui peut bouger. La justice en premier pour préserver mes prédécesseurs, les passes droits internationaux après pour ravir les grands groupes, et enfin, tous les acquis sociaux des masses laborieuses pour démonter à la machette la solidarité sociale au profit de la compétition mondiale. Ainsi, je me servirai de ces puissants pour former le tampon derrière lequel plus personne ne pourra jamais m’atteindre et réformerai toutes les lois publiques jusqu’à ce que la jungle soit impénétrable comme une gros noeud bien serré dont plus aucun bout libre n’apparait.


Il est de mon intérêt évidemment de ne pas me séparer des meilleurs éléments ayant chacun les clés des cadenas dont est constituée la grande et belle chaine de solidarité parlementaire et législative, d’où ce dilemme épineux du remembrement ministériel à prévoir. En effet comment dire à toute cette clique d’avocats d’affaire hableurs, assureurs contractants les petites lignes, médecins charlatans veux tu en voilà, et autre prêcheurs patentés mais presque, que je vais devoir me passer de certains sans les vexer nullement ? Comment ne pas changer cette solide équipe qui gagne sans m’attirer de pires traitres dans ma toile, ni entrainer la rancœur de certains et surtout particulièrement du peuple en colère. Comment arriver à tenir encore dix huit mois jusqu’au prochaines échéances électorales sachant que plus aucune promesse ne sera crue par personne. Sachant que beaucoup des opportunistes déchus se chargeront de me mettre tous les bâtons dans les roues, c’est en raclant les fonds de tiroirs de tous les partis et micro partis par d’autre promesses sans lendemain que j’ai encore une chance d’égaler le front du plus fort des partis nationaux, et friser ainsi la majorité des scrutins du second tour négocié sans alliance. Mieux encore que des promesses obsolètes comme des cartes usées qui n’ont plus cours, il ne me reste plus que les rumeurs vénales et les coups médiatiques pour entraver la flottaison des autres concurrents et leur faire boire la tasse à chacune de leurs déclaration publiques. Mais pour y arriver de façon satisfaisante, il me faut être très rapide et ventiler immédiatement les contre feux avant que la vague ne retombe. Tout cela nécessite un tampon efficace de pompiers pyromanes alertes, amis et unis. Mais j’ai beau avoir arrosé les principaux sites internet influents de subventions a la presse en ligne, les principaux journalistes dominants les heures d’écoute les plus ouvrables de la journée par des enveloppes craft, subventionner tous les journaux de mes copains milliardaires avec des passe-droits légalisés, soudoyer les syndicats les plus représentatifs des travailleurs payeurs, et la sncf pour qu’elle fasse grève, sans raison puisqu’elle prend déjà sa retraite cinq ans avant les autres, et entrave ainsi le flot des manifestants désirant se rendre en train aux nombreux cortèges. Mais tous ces accords tacites ruineux avec des quantités d’élus serviles et aux ordres, si cela ne suffit pas toujours, alors... L’air de rien, cela ne manque pas les avides de pouvoir porter les casquettes des places disponibles, mais le cercle se restreint tellement que la moindre faute peut coûter très cher. Changer les lois et pratiquer les réformes sert surtout à fabriquer de nouvelles cartes toutes neuves et jeter les anciennes bien rodées à la poubelle, mais celle ci est bientôt pleine à ras bord et va déborder. Et puis des cartes neuves nécessitent d’être savamment talquées pour bien glisser entre les doigts et je n’ai que de la vaseline sur moi. Dans ce jeu de dupe, a raison sur tous celui qui joue le plus vite et maitrise l’attention en gardant la main, car les cartes qui changent de main peuvent revenir avec de la mayonnaise ce qui laisse des traces reconnaissables et finit par coller aux doigts.


Et puis, mépriser quelques semblables voire toute sa race proche n’est pas chose trop difficile, mépriser tout un peuple de soumis et non initiés aux nombreuses nouvelles lois incompréhensibles est simple avec un bon tampon de soldats de métier privés, nombreux et bien méchants, mais mépriser le bon grand peuple français, ces râleurs de comptoirs et révolutionnaires notoires, ces susceptibles j’m’en foutistes qui font semblant de rien en encaissant en silence jusqu’à l’heure de la paye, quand ils vont s’apercevoir que la facture est pour eux afin de payer la dette éternelle... ...et aussi ma retraite... Ca casse ou ça passe-droit, mais le méprix va-t-il payer ?

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires