Diplomatie et relation internationale

Mehdi Danesh-Yazdi: l'Iran nie l'implication de ses banques dans des activités illégales


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Dimanche 17 Août 2008

Mehdi Danesh-Yazdi: l'Iran nie l'implication de ses banques dans des activités illégales
Dans une lettre au président du Conseil de sécurité, la représentation permanente de l'Iran auprès des Nations Unies a rejeté les accusations formulées par l'Occident.

L'Iran a rejeté vendredi les accusations portées par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis selon lesquelles ses banques financeraient le terrorisme et favoriseraient un programme nucléaire illégal.


"La tentative des trois pays de restreindre les activités des banques iraniennes vise non seulement à exercer une pression injustifiée sur le gouvernement iranien, mais aussi à perturber les affaires et les financements de millions de déposants et de consommateurs", a estimé l'ambassadeur iranien en second auprès des Nations unies, Mehdi Danesh-Yazdi, dans un courrier.


"Les décisions issues de ce conseil dont la résolution 1.803 et les restrictions décidées sur l'activité des banques iraniennes ne reposent sur aucune légitimité", ajoute Mehdi Danesh Yazdi, dans sa lettre.


Dans cette lettre publiée vendredi, il est indiqué que le dossier nucléaire iranien qui porte sur les activités nucléaires pacifiques de la République Islamique d’Iran a été imposé par certains pays et de façon illégitime au Conseil de sécurité de l'ONU.


Ce mois-ci, Washington, Londres et Paris ont averti dans une lettre au Conseil de sécurité que des établissements bancaires iraniens essayaient de contourner les sanctions en réalisant des transactions secrètes.


L'Iran a rejeté cette accusation, affirmant que "les banques iraniennes n'ont jamais été impliquées dans aucune activité illicite (...) puisqu'il n'y a pas d'activités nucléaires non pacifiques en Iran".


Téhéran a également qualifié de "sans fondement et d’absurde" l'accusation selon laquelle les banques iraniennes serviraient à financer des activités terroristes, affirmant y voir "une tentative injustifiable visant à dissuader les autres de traiter avec des banques iraniennes".


Avec les trois résolutions que la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont fait adopter au Conseil de sécurité et les mesures restrictives qu'ils ont imposées aux établissements financiers iraniens, en piétinant le processus décisionnel établi aux Nations Unies, sur le dossier nucléaire, les Etats-Unis et les pays occidentaux ont effectivement révélé leur intention de politiser les choses et d'exploiter ainsi le Conseil de sécurité pour répondre à leurs propres objectifs.


Dans la déclaration finale adoptée lors de la XVème réunion ministérielle des pays du Mouvement des non alignés qui a eu lieu le mois dernier à Téhéran, les 118 états membres de ce mouvement ont réitéré leur appui au programme nucléaire iranien.


Entre temps, de nombreux analystes estiment que les propagandes anti-iraniennes de Washington ne produiront rien de sérieux. En ce sens, l'ex procureur général américain, Ramsey Clark a même reconnu que les Etats-Unis n'auraient d'autre choix que de reconnaître les droits nucléaires de Téhéran.

http://www2.irna.ir http://www2.irna.ir



Dimanche 17 Août 2008


Commentaires

1.Posté par Legrand le 17/08/2008 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est grand temps de dénoncer aussi :

Les Etats unis pour le 9/11
L'Angleterre pour la guerre en Géorgie
La France pour coalition avec les deux premiers .
Ces trois entités feraient mieux de faire le ménage chez eux dans leurs magouillent personnelle avant de vouloir donner des leçons de sérieux a d'autre puissances.
La source de financement de tout le terrorisme planétaire vient en grande partie de ces pays qui font tout pour s'approprier le bien des autres , au mépris des vies humaines .

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires