Palestine occupée

Mechaal : le peuple palestinien possède le droit de combattre l'occupation avec tous les moyens



Lundi 31 Mars 2008

Mechaal : le peuple palestinien possède le droit de combattre l'occupation avec tous les moyens
Le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal a rencontré à Damas, samedi 29/3, le secrétaire général de la délégation de l'organisation du congrès islamique, Dr. Akmal Eddine Ihssan Oghlo, en discutant clairement et profondément différents sujets et développements dans la région.

Mechaal a affirmé que le Hamas soutient fortement l'initiative yéménite qui avait résulté au document appelé "déclaration de Sanaa" pour la reprise du dialogue avec le Fatah, tout en insistant que certains dirigeants de l'autorité palestinienne fuient leur engagement à cette annonce, en soulignant que les interventions illégales israélo-américaines empêchent tout dialogue entre les palestiniens afin qu'ils ne réalisent pas l'entente nationale.

Mechaal a insisté également sur le droit du peuple palestinien à combattre l'occupation avec tous les moyens possibles dont la résistance militaire, en soulignant que l'opération martyre d'Al Qods, exécutée par Ala Abou Dhaim était contre des extrémistes sionistes qui soutiennent le terrorisme et les massacres sanglants contre les palestiniens innocents.

Le chef du bureau politique du Hamas a porté l'occupation israélienne responsable de l'échec des efforts arabes, régionaux et internationaux qui ont été déployés pour parvenir à une trêve générale, réciproque et simultané.

Mechaal : le peuple palestinien possède le droit de combattre l'occupation avec tous les moyens
Le Hamas dépasse la crise de la liquidation de ses chefs


Le mouvement de la résistance Hamas a dépassé la crise de la liquidation de ses leaders de premier rang, affirment des analystes politiques.

Les avions de l'occupation sioniste ont assassiné le cheikh Ahmed Yassine, le fondateur du Hamas et son premier chef. L'occupant avait voulu, avec ses missiles, éteindre le flambeau du djihad laissé par le cheikh dans les coeurs des générations, en vain.

Chef spirituel

Adnan Abou Samer, analyste politique, considère le départ du cheikh Yassine comme un très dur coup au mouvement. Le cheikh était, en plus de sa position de fondateur, un chef spirituel. Il fournissait au mouvement la volonté et la force nécessaires pour affronter les difficultés.

Mieux encore, le cheikh attirait autour de lui toutes les tendances, direction comme base. Une attirance difficile pour d'autres personnalités, ajoute-t-il.

En dépit du départ du cheikh, avec un charisme tellement fort, le mouvement du Hamas a pu dépasser la crise. Ses institutions consultatives ont mis en avant une nouvelle direction, avec une popularité grandiose, aussi bien à l'intérieur comme à l'extérieur. Les nouveaux chefs empruntent le même chemin du cheikh Yassine, brandissent ses slogans, appliquent ses principes pour lesquels il avait donné sa vie.

Quant à l'effet de la liquidation des leaders sur le travail des membres du mouvement, Adnan Abou Samer explique que les menaces de cette liquidation sont toujours présentes. Les leaders se trouvaient obligés de se montrer moins parmi les masses.

Parfois, l'absence causée par ces menaces, dit-il, laisse une lacune entre la direction et la base. De telles difficultés ont été résolues par le Hamas avec l'apparition d'un deuxième et d'un troisième rang de chefs, de chefs de terrain qui peuvent remplir tout vide directionnel.

Ainsi, la politique d'assassinat pratiquée par "Israël" a montré ses limites. Adnan Abou Samer attire l'intention sur le fait que chaque fois qu'un chef est assassiné, un autre plus dur prendra sa place.

Le Hamas, toujours fort

Quant à l’analyste Dr. Abdou As-Sattar Qassem, il remarque que le mouvement du Hamas n’a pas été affaibli après le départ du cheikh Yassine. En fait, la direction est toujours collective ; ce n'était pas le cheikh qui prenait les décisions. Des conseils consultatifs suggéraient les décisions, confirme-t-il.

Dans un entretien spécial donné à notre centre d'information CPI, Abdou As-Sattar Qassem dit que la direction du cheikh Yassine était plutôt symbolique et non effective. Le Hamas a pu continuer sans aucun problème après sa tombée en martyre.

Le Hamas fait partie des Frères Musulmans, la plus grande organisation du monde. L'absence de tel ou tel chef n'affecte pas tellement le mouvement.

Abdou As-Sattar Qassem remarque que non seulement l'occupation israélienne constate que sa politique de liquidation ne donne rien, mais de plus, elle regrette souvent son agissement. L'assassinat d'un chef pourrait en pousser un autre plus dur sur la scène.

Un large rang de chefs

Pour sa part, l'analyste politique Talal Okal croit que ce n'était pas pour rien que l'Etat d'occupation a assassiné le cheikh fondateur. Il avait voulu changer la ligne politique directrice du mouvement.

Il informe notre centre que le cheikh Yassine était un homme rationnel. Il réagissait selon l'idéologie et le programme du mouvement. Il avait un regard exhaustif des circonstances.

L'Etat d'occupation voulait, par l'assassinat du cheikh Yassine, en finir avec la génération fondatrice. Il croyait déconcerter les générations suivantes, jeunes, qui calculeraient autrement que les dirigeants fondateurs.

Mais, affirme Talal Okal, le Hamas reste fort, cohérent. Effectivement, sur le terrain, il devient même plus fort et plus influent. Des évolutions nouvelles se sont produites, qui ne pourraient pas se produire sous la première direction, croit-il.

Le mouvement du Hamas a alors dépassé toute crise engendrée par l'assassinat de ses leaders avec le renouvellement d'un vaste rang de chefs. Résultat de vastes et fortes relations sociales dans la société palestinienne.

En somme, la direction du mouvement de la résistance islamique Hamas, même étant la plus visée par les assassinats, reste une organisation forte et cohérente.

Mechaal : le peuple palestinien possède le droit de combattre l'occupation avec tous les moyens

Des négociations sécrètes entre l'équipe de l'autorité palestinienne à Ramallah et l'occupation

Des négociations sécrètes entre l'équipe de l'autorité palestinienne à Ramallah et l'occupation

Le journal Maariv a dévoilé dans son numéro, d'aujourd'hui dimanche 30/3, l'existence de négociations sécrètes depuis plusieurs mois entre l'équipe de l'autorité palestinienne et l'occupation israélienne pour arriver à un accord de paix, sous l'ombre du refus sioniste au droit des réfugiés palestiniens au retour et au report de la question de la ville occupée d'Al-Qods.

Le journal a déclaré que la ministre sioniste des affaires étrangères, Tzipi Livni, et le chef de la délégation palestinienne négociatrice, Ahmed Qurëa organisent des négociations, depuis plusieurs mois et loin des masses médias, autour des questions de la situation finale.

Il a ajouté que Livni et Qurëa organisent des rencontres fermées dans différents hôtels de la ville occupée d'Al-Qods.

Les négociations publiques et secrètes sont continuelles et que Livni répète toujours son refus à l'idée du retour des réfugiés palestiniens.

Mechaal : le peuple palestinien possède le droit de combattre l'occupation avec tous les moyens

Le gouvernement de Haniyeh exprime son regret envers l'échec du sommet arabe pour finir le blocus

Le gouvernement de Haniyeh exprime son regret envers l'échec du sommet arabe pour finir le blocus


Le gouvernement de l'unité nationale dirigé par Ismaïl Haniyeh à Gaza, a exprimé son regret envers l'échec du sommet arabe qui a fini ses travaux, hier dimanche 30/3, dans la capitale syrienne Damas sans mettre des moyens clairs pour finir le blocus sioniste imposé contre la bande de Gaza.

Dans un communiqué de presse, le porte-parole du gouvernement, Taher Al-Nounou, a exprimé son espoir que les efforts déployer pour mettre fin aux désaccords palestiniens réussissent afin de servir les hauts intérêts de la nation.

Al Nounou a dit que son gouvernement a salué les positions des leaders arabes qui soutiennent le peuple palestinien et sa question légitime à tous les niveaux pour faire face à l'occupation israélienne et ses politiques agressives ainsi que le soutien des ses droits légaux, notamment le droit des réfugiés palestiniens au retour en considérant que les pratiques de l'occupation représentent des crimes de guerre.

Le gouvernement de Haniyeh a ajouté que le mouvement du Fatah porte la responsabilité de l'échec des efforts qui visaient à reprendre le dialogue national palestinien sans conditions après avoir violé et abandonné l'annonce de Sanaa signée par son représentant, Azzam Al Ahmed, ainsi que sa continuation à mettre les conditions rédhibitoires devant le dialogue national, tout en saluant tous les efforts arabes, surtout le président yéménite, Ali Abdallah Saleh.

Au début de sa séance hebdomadaire, le gouvernement a discuté autour de la 32ème commémoration de la journée de la terre en insistant sur l'unité du peuple, l'histoire et la question palestinienne et en renouvelant son attachement aux principes et droits, ainsi que sa fidélité aux sangs des martyrs.

Le gouvernement a averti l'occupation de poursuivre ses politiques de judaïsation dont la confiscation des terres, la démolition des maisons, le nettoyage ethnique, le racisme, l'isolement et les tentatives pour expulser les palestiniens hors de leurs territoires pour imposer l'état juif.

Le gouvernement a discuté également des menaces sionistes continuelles contre le peuple palestiniens, notamment la bande de Gaza et la possibilité d'exécuter de vastes opérations d'agressions et d'invasions, tout en exprimant son pessimisme envers les rencontres répétées de certains responsables palestiniens avec les responsables sionistes, surtout les réunions secrètes d'Ahmed Qurëa avec Tzipi Livni et de Salam Fayyad avec le ministre de la guerre, Ehud Barak.

Il a averti d'imposer un nouvel accord d'Oslo contre le peuple palestinien pour renforcer les désaccords palestiniens internes et présenter d'autres abandonnements gratuits à l'occupation en considérant que ses rencontres s'opposent à l'unité nationale tout en soulignant que personne ne possède le droit d'abandonner les territoires palestiniens.

Le porte-parole du gouvernement de Haniyeh a dit que son gouvernement a discuté aussi des visites répétées des responsables américains dans la région en considérant que ces visites visent à imposer des conditions contre l'autorité palestinienne et provoquer contre la résistance palestinienne et le gouvernement de l'unité nationale dirigé par Ismaïl Haniyeh.

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Lundi 31 Mars 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires