Conflits et guerres actuelles

McCain, en Irak



Lundi 17 Mars 2008

C'est dans le cadre d'une tournée moyen-orientale que le candidat républicain à la Présidence des Etats-Unis, John McCain, est arrivé, à Bagdad, pour une série d'entretiens avec les autorités irakiennes et les responsables militaires américains. Cette visite, qui s'effectue à la veille du 5ème anniversaire de l'invasion de l'Irak, par les troupes américaines, a retenu l'attention des médias. John McCain est, en effet, un des partisans de la guerre en Irak. A ce sujet, ses positions sont la copie conforme de celles du Président Bush. Il avait même dit, récemment, que le retrait américain d'Irak provoquerait un génocide. Une phrase qui n'a rien à envier à celles de George W. Bush, dans ses tentatives de justifier la présence militaire américaine dans ce pays. Le Président américain prétend, rappelons-le, que l'Irak est le foyer du terrorisme et qu'un calendrier de retrait équivaudrait à donner carte blanche aux terroristes, pour y étendre l'insécurité et la violence. La visite du candidat républicain, John McCain, pourrait être interprétée comme le point de départ de sa campagne officieuse. Cependant, disent les analystes, ses positions sur la poursuite de l'occupation porteraient atteinte à sa campagne électorale, car, ajoutent-ils, la plupart des Américains réclament le retour de leurs soldats et la fin de la guerre en Irak et en Afghanistan; d'autant plus que les frais faramineux de ces guerres ont entraîné un déficit budgétaire et aggravé la crise économique aux Etats-Unis. L'opinion publique américaine, dans sa majorité, pense que la victoire de McCain à la Présidentielle équivaudra à la poursuite de la politique de l'administration Bush, notamment, en Irak. Pourtant, la tournée de John McCain coïncide avec la tenue des manifestations anti-guerre aux Etats-Unis, à la veille du 5ème anniversaire de la guerre en Irak. Ceci étant, la vision agressive de la politique étrangère du candidat McCain pourrait renforcer les positions des Démocrates, mais il est peu probable que ces derniers puissent apporter un changement radical dans la stratégie irakienne de Washington. Néanmoins, le camp démocrate a critiqué les pourparlers de l'administration Bush sur les accords de sécurité, en vue de renforcer la présence militaire américaine en Irak. Par conséquent, plus John McCain insistera sur la poursuite de la politique du Président Bush, plus les Démocrates en profiteront pour titiller les Républicains.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Lundi 17 Mars 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires