Conflits et guerres actuelles

Massacre en Irak: un juge fédéral rejette les accusations contre Blackwater



Vendredi 1 Janvier 2010

Massacre en Irak: un juge fédéral rejette les accusations contre Blackwater
Un juge américain a rejeté jeudi les accusations portées contre des agents de sécurité de la société Blackwater, qui, travaillant pour le département d'Etat américain en Irak, ont ouvert le feu sur des civils irakiens en 2007, tuant au moins 14 personnes.  
Le juge fédéral Ricardo Urbina a estimé que le ministère de la Justice, qui poursuivait cinq agents, a utilisé des preuves qu'il n'était pas censé utiliser.
"Dans leur zèle à accuser les suspects, les enquêteurs ont obtenu de façon agressive des déclarations que les parties de la défense ont été obligées de faire aux représentants du gouvernement juste après la fusillade", reproche le juge aux enquêteurs.
"Les explications offertes par les enquêteurs afin de persuader le tribunal qu'ils n'avaient pas utilisé ces témoignages forcés ont été trop souvent contradictoires et peu crédibles", prétend ce juge, en expliquant sa décision.
Le 16 septembre 2007, 17 civils irakiens non armés, avaient été tués lors d'une fusillade survenue à un carrefour très fréquenté de l'ouest de Bagdad, au passage d'un convoi diplomatique américain escorté par des employés de Blackwater. Vingt personnes avaient également été blessées.
Les témoins de la scène avaient assuré que les agents de sécurité avaient tiré sur des civils sans avoir été agressés.
Blackwater, la plus grande entreprise privée de sécurité utilisée par les Américains à Bagdad, a de son côté prétendu que ses gardes avaient ouvert le feu en état de légitime défense.
 
A en croire le parquet fédéral, les agents "avaient délibérément l'intention de tuer ou de blesser des civils irakiens". En se basant sur des dépositions, ce même parquet affirmait qu'un des accusés avait dit à un de ses collègues qu'il voulait tuer des Irakiens "pour leur faire payer les attentats du 11-Septembre". Il se serait même vanté d'avoir tué un nombre important d'Irakiens. S'ils avaient été reconnus coupables, les agents de Blackwater auraient encouru jusqu'à dix ans de prison pour chaque homicide.
 
Un rapport mené par le département d'Etat en 2007 a conclu que le gouvernement américain ne surveillait pas suffisamment d'assez près les firmes privées auxquelles il sous-traite les tâches de protection de diplomates ou de surveillance de ses installations en Irak.
 
La fusillade avait poussé Bagdad à annoncer la fin de la licence de Blackwater en Irak. Depuis la fusillade, l'entreprise a été rebaptisée Xe Corporation.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Vendredi 1 Janvier 2010


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires