MONDE

Massacre en Guinée : On fait quoi ?


Un massacre sous nos yeux, et le constat d’une immense impuissance : la Guinée, sous la direction de Moussa Dadis Camara part à la dérive. Le peuple paisible des guinéens est-il voué à la malédiction des dictateurs sanguinaires ?


Gilles Devers
Mercredi 30 Septembre 2009

Massacre en Guinée : On fait quoi ?
Que s’est-il passé ? Une grande manifestation populaire était prévue ce lundi 28 septembre, à l’appel de l’essentiel des forces de l’opposition. Le but était clair : refuser de voir le dirigeant actuel Moussa Dadis Camara se présenter aux élections présidentielles du 31 janvier 2010. Le capitaine Dadis était venu au pouvoir par un coup de force militaire le 24 décembre 2008, le lendemain de la mort du dictateur Lansana Conté, qui exerçait le pouvoir après un autre dictateur SekouTouré. Quarante de règne à eux deux. En décembre 2008, c’était un capitaine au discours moderne, avec de grands et nobles objectifs : restaurer l’autorité de l’Etat, reprendre le contrôle sur les richesses de l’économie et organiser une transition démocratique. La France, l’Europe, les Etats africains ont dit banco.

 

Les promesses n’ont pas duré. Cela a vite été le retour au népotisme, aux combines et à la spoliation, le tout dans le contrôle du trafic de la cocaïne. La France, l’Europe, les Etats africains n’ont pas réagi. Et, désormais bien installé,  contrôlant l’économie – alors que nombre de besoins vitaux manquent à la population –  la police et les médias, Moussa Dadis Camara, à la tête du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD) aisse entendre que, nouveau reniement, il pourrait bien se présenter aux élections présidentielles. Mais le peuple n’en veut pas, et les dirigeants de l’opposition savent qu’il faut réagir dès maintenant, avant que se mette en place un processus électoral qui ne serait qu’une farce, ouvrant sur de nouvelles décennies de dictature. dyn007_original_564_368_gif_2595555_0fa4033d8ecb5a5546c3f6a201bd3bce.gifLe 31 janvier 2010, c'est demain.

 

Malgré l’interdiction de la manifestation, les guinéens ont afflué par dizaines de milliers vers le stade de Conakry où devait se tenir le meeting, en présence des principaux leaders d’opposition, dont Aziz Diop, qui préside le Conseil national des organisations de la société civile guinéenne. Les forces de police ne pouvant contenir cette foule, les commandos du capitaine Dadis ont tiré. Ce mardi soir, l’organisation guinéenne de défense des droits de l’Homme (OGDH) annonce 157 morts par balles, et 1200 blessés, avec des tirs à bout portant. L'ONG fait état de viols de femmes par les soldats et d'actes de torture. Des témoins parlent de camions militaires qui ramassaient des morts pour les emmener vers des destinations inconnues.

 

Que faire ?

 

Qui peut réellement envisager une enquête sérieuse ? Dans l’immédiat, ce n’est même pas la peine d’en parler. Aider les forces d’opposition, qui ont su se monter unies, appelant à une vraie démocratie ? Oui, mais comment ? Et quel pays est près à s’impliquer pour la Guinée et ses 10 millions d’habitants, qui connaissent tous les signes de la grande pauvreté : espérance de vie à 54 ans, scolarisation d’un enfant sur deux, un PNB par habitant de 400 dollars.

 

Il n’y a pas trois jours, Kadhafi s’illustrait à la tribune de l’ONU, et stigmatisait le Conseil de sécurité, dénonçant la loi internationale des Etats puissants. Je veux bien prendre au sérieux Kadhafi, car son discours ne se résume pas aux pitreries passées en boucle sur nos écrans. Mais alors, c’est le moment pour ces responsables politiques africains, et pour l’OUA, de se manifester, de dire qu’on ne peut pas accepter cette impunité du crime. Je rêve, me direz vous…

 

arton579.jpgLa France et l’Europe semblent les plus à même de jouer sur la contrainte économique. Mais il sera difficile d’aller alors que la population manque de tout. Alors, il faudra entrer dans le marécage des relations avec la junte. Retour aux vieilles habitudes, mais il est difficile de croire que la France ait du attendre lundi 18 septembre et les tirs des commandos sur la foule pour comprendre que c’était à bas devenu n’importe quoi. Hélas, on retrouve le miasme français, avec Patrick Balkany, député maire UMP de Levallois-Perret et grand ami de Sarkozy, jugeant auprès de la presse de Guinée que la candidature à la présidentielle de Moussa Dadis Camara « ne pose pas de problème, car il est un guinéen comme un autre ».

 

L’ONU, sans doute par le Conseil des droits de l’homme, pourrait exiger une enquête. Au moins pour retirer au capitaine Dadis les insignes de respectabilité dont il veut se parer. Il doit être dit que le capitaine Dadis a pris la responsabilité de tirer sur son peuple, de cacher les morts et de refuser toute enquête, que sa place est devant un tribunal et que sa candidature, en sa qualité de chef de la junte et de sanguinaire, n’est pas recevable. Vous me direz qu’il n’en a que fiche. Je crois que ce n’est pas si simple.

 

CNDDadisTaureau_%202.jpg
Dadis à la tête du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD)

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/ http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/



Mercredi 30 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par Titus le 30/09/2009 16:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Où sont tous nos objecteurs de conscience qui se sont insurgés contre l'arrestation de Roman Polanski ? Je cherche, je cherche...


2.Posté par alangaja le 30/09/2009 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Titus, si tu parles de moi entre autres, hé bien je dirais :
"massacrer des innocents, c´est pas bien", et :
"il faut que justice se fasse" (comme pour Polanski... )
tu es content ?

je note dans l´article l´étrange déclaration de Balkany. ce type fait-il partie de la Francafrique ? je l´ai déja entendu défendre un autre tyran africain (Bongo peut-être), c´est troublant.

3.Posté par Titus le 30/09/2009 21:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne parlais pas toi, évidemment, puisque je ne t'ai pas cité. Je ne savais même pas que tu existes... Mais tu as droit à la parole, bien sûr.

4.Posté par romain le 30/09/2009 21:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

encore un sujet qui fera quelques secondes sur tf1& Co histoire de dire qu'il y a des massacres en afrique et surtout ne rien expliquer quoique ce soit en profondeur ..

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires