MONDE

Marée noire dans le golfe du Mexique : un Tchernobyl américain



le Comité politique du Parti de l'Egalité socialiste (Etats-
Jeudi 6 Mai 2010

Marée noire dans le golfe du Mexique : un Tchernobyl américain
Chaque jour qui passe accroît l'ampleur du désastre déclenché par l'explosion de la plateforme dans le golfe du Mexique. Entre 5.000 (chiffres officiels) et 25.000 (chiffres évalués par certains scientifiques) barils de pétrole s'échappent chaque jour dans le golfe. Jusqu'à l'arrêt de la fuite, des millions sinon des dizaines de millions de litres de pétrole se seront déversés sur le littoral et les zones humides côtières et marines. Onze ouvriers ont déjà trouvé la mort dans cette récente catastrophe industrielle de l'industrie énergétique américaine. A présent, l'on s'attend à la fermeture de l'industrie de la pêche et des fruits de mer le long des côtes pendant des années et peut-être même une génération entière. La destruction du fragile écosystème de la région pourrait se révéler être irréparable.
Impliquée dans le désastre on trouve l'une des plus grandes entreprises mondiales, British Petroleum, ainsi que ses partenaires et des sous-traitants tels Transocean Ltd., spécialisé dans les forages en haute mer, de même que Halliburton qui avait effectué, à peine une semaine avant l'explosion, d'importants travaux à la tête de puits.
Aucune des entreprises géantes qui ont provoqué ce désastre n'a de solution. Lorsqu'elle avait initialement entrepris le projet de forage en eau profonde il y a 15 mois, PB avait assuré qu'il était « improbable qu'un déversement accidentel de pétrole puisse survenir du fait des activités proposées ». Et même, dans le cas d'une fuite, avait affirmé l'entreprise, « en raison de l'éloignement du littoral (75 kilomètres) et des capacités de réaction qui seraient mises en ouvre, aucun impact négatif significatif n'est attendu ».
Les assurances données depuis l'explosion sont aussi peu crédibles. BP et ses partenaires ont affirmé tout d'abord que la plateforme était solide et que la sortie du puits était bouchée et ne comportait pas de fuites. Après que la plateforme a sombré et que le pipeline s'est rompu, BP a déclaré qu'il n'y avait eu qu'une fuite accidentelle de pétrole. Même après avoir reconnu l'existence d'une fuite, l'entreprise a cherché à minimiser la fuite et des estimations ont été corrigées vers le haut à plusieurs reprises. Dans le cas du scénario le plus pessimiste, le déversement du pétrole pourrait atteindre 100.000 barils par jour.
Entre jeudi matin et vendredi soir, l'étendue de la nappe de pétrole résultant de la fuite de pétrole a triplé pour atteindre près de 10.000 mètres carrés. En plus de souiller la Louisiane, l'Alabama et le Mississippi, la nappe pourrait progresser le long des côtes du golfe de Floride pour toucher les Florida Keys d'où le courant du golfe Stream répandrait le pétrole brut flottant jusqu'au bout de la péninsule et le long des littoraux de l'Atlantique.
Cette catastrophe représente la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis. Si les efforts déployés pour boucher ce qu'un observateur a qualifié de « volcan sous-marin » échouaient, la fuite pourrait se poursuivre jusqu'à ce que le bassin de pétrole tout entier touché lors du forage se soit vidé, ce qui en ferait de loin la plus grande marée noire de l'histoire.
Alors que des références sont d'ores et déjà faites au « Katrina d'Obama », une autre comparaison est peut-être plus appropriée : Tchernobyl. La fusion du cour du réacteur nucléaire en 1986 à Tchernobyl avait contaminé une vaste étendue de l'Ukraine et de la Biélorussie en faisant environ 50.000 victimes. L'événement avait montré qu'en dépit des affirmations de prospérité économique et de force militaire, le régime stalinien de l'URSS s'était paralysé et évidé.
La première réaction de la bureaucratie stalinienne avait été de dissimuler et de minimiser l'ampleur du désastre. Ce n'est qu'au fil du temps que son étendue réelle a été connue. Ce faisant, l'incompétence de la bureaucratie et son indifférence face au sort de la population furent révélées.
Pour le capitalisme américain, ces trois dernières décennies ont été une période de putréfaction - socialement, économiquement, culturellement et politiquement. Les Etats-Unis se sont accrochés à leur position de plus grande puissance mondiale militaire, mais la putréfaction intérieure n'a fait que s'aggraver.
Au nom du « Libérons-nous du gouvernement » et en déchaînant la puissance du libre marché, l'Amérique des grandes entreprises a obtenu le droit de piller tandis que l'infrastructure sociale du pays se dégradait de façon drastique - un fait qui fut révélé de façon dramatique par les défaillances des digues à la Nouvelle-Orléans à l'occasion du passage de l'ouragan Katrina en 2005.
Le gouvernement Obama n'a rien à envier au gouvernement Bush dans sa servilité à l'élite patronale et son indifférence face au bien-être de la population américaine. Le désastre du 20 avril est survenu à peine un mois après qu'Obama a accordé l'autorisation d'étendre le forage au large du golfe du Mexique et de la côte atlantique ; en affirmant que le forage était parfaitement sûr, il a fait la démonstration de sa servilité envers les entreprises pétrolières.
Depuis l'explosion, la principale préoccupation du gouvernement a été de détourner des monopoles pétroliers la colère de la population. BP a gardé la direction des travaux de forage, ce qui équivaut de fait à laisser à l'auteur du crime le contrôle de la scène du crime.
Le haut fonctionnaire gouvernemental sur place, le commandant des garde-côtes américains, Thad Allen, a pris vendredi la défense de BP contre les critiques formulées à son égard pour n'avoir rien prévu dans le cas d'une telle défaillance d'un équipement et qui semble avoir causé le désastre. « Il est difficile d'élaborer un plan pour un événement catastrophique qui est sans précédent, et c'est le cas ici, » a-t-il dit, « qu'aurait-on pu prévoir, pour un événement que l'on ne pouvait pas prévoir ? »
Qu'une telle déclaration puisse être faite n'est que la preuve de l'irresponsabilité de la classe dirigeante américaine qui n'est motivée que par son obsession pour les fluctuations déterminant les cours du lendemain à la bourse. En fait, une explosion comme celle qui vient de se produire était tout à fait prévisible. Des accidents identiques sont survenus ailleurs - y compris au large des côtes australiennes l'année dernière. Comme dans le cas de l'ouragan Katrina, depuis des années, les scientifiques redoutaient un incident vraiment grave (« big one ») - une fuite ne pouvant être colmatée provenant d'un puits en haute mer près des côtes américaines.
Après avoir en grande partie ignoré la catastrophe durant la première semaine, la Maison Blanche espère qu'une opération de relations publiques (« photo op ») pourrait en quelque sorte redresser la situation. La visite d'Obama sur la côte du golfe du Mexique ne peut toutefois pas cacher le fait que ni lui ni le gouvernement n'a rien à offrir pour empêcher une catastrophe imminente. Comme le reconnaît le gouvernement lui-même, cela pourrait prendre des mois avant qu'on ne trouve de solution à la nappe de pétrole.
Une fois de plus, il est présenté à la population du monde un rappel sobre de l'énorme potentiel destructeur que possèdent les grands groupes industriels qui contrôlent l'économie mondiale. A commencer par l'effondrement financier mondial, en passant par la destruction de l'environnement et le réchauffement climatique, à l'appauvrissement de masse et aux maladies - la subordination de la société de masse aux intérêts de profit de ces entreprises engendre un désastre après l'autre.
Ceux qui sont responsables de ce dernier désastre en date, y compris les dirigeants des groupes et les responsables gouvernementaux, doivent rendre des comptes et être traduits en justice. Ce qui est avant tout une nécessité pressante c'est la transformation de ces grands groupes en des entités devenant propriété publique démocratiquement contrôlée - permettant ainsi une régulation consciente de leur rapport à la nature et à la société dans le but de satisfaire les besoins de la société.

http://www.wsws.org/ http://www.wsws.org/



Jeudi 6 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par abeilles le 06/05/2010 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la Seule chose que je déplore,vraiment à en avoir des nausées est pour ces pauvres oiseaux ,qui vont mourir englué ,et la nature,les poisons,ensuite les pauvres pêcheurs ,
Mais c'est a se demander si cela est un accident volontaire ,ou involontaire,si cela provoque des maladies,les cercueils vont enfin servir ,Je pense avec aujourd'hui les tremblements de terre sont pratiquement quotidien ,La crise est un phénomène aussi provoqué celui-la volontairement pour nous faire accepter le NOM je crois que les Français sont prêt ,car ils auraient manifesté,leur soutien aux Grecs ,parce que nous sommes comme l'Amérique et TOUT les Pays Sur Surendetté et comment nous pourrions rembourser sans travail ,cette Catastrophe fait parti de leur JEU

2.Posté par Alcide le 06/05/2010 18:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Révélations du Huffington Post : Goldman Sachs, et oui encore lui ,était au courant la veille qu'il y aurait un accident sur une plate-forme pétrolière dans le Golfe du Mexique !!!
En bon gestionnaire, ces gens-là ont vendu toutes les actions la veille...
Ces gens-là ont une prémonition difficile à expliquer .Sont-ils complices ou dans la confidence?
Au minimum dans la confidence, c'est une complicité d'assassinat.
Je pense en réalité à un sabotage qui a mal tourné car maintenant le volcan de pétrole qui s'échappe du fond des mers est difficilement maîtrisable.
Ce sabotage , meurtrier , mais ce n'est pas ça qui les arrête, peut-être nécessaire à leur stratégie de coûts sur le pétrole. Leur job habituel , la fraude, l'arnaque , le meurtre.
Vous avez remarqué la proportion importante de personnes qui ont travaillé chez Goldman Sachs et qui maintenant sont dans l'entourage immédiat de Obama à la Maison-Blanche ?
http://www.huffingtonpost.com/andy-borowitz/goldman-sachs-reveals-it_b_558774.html

3.Posté par Alcide le 06/05/2010 22:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a un risque de catastrophe à l'échelle mondiale.

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=19001

4.Posté par dik le 07/05/2010 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le monde est de plus en plus pris en otage par les US. Dès lors que cette puissance n'a plus aucun compte à rendre, ne lésinant pas sur les menaces tant économiques que militaires, on doit s'attendre au pire et subir sinon comme des moutons de la bergerie, des terroristes !

5.Posté par djamel le 07/05/2010 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette catastrophe naturelle ,sans donc le concours de la sempiternelle Al Qaida/ AL Ciada , va avoir un coup financier double et même triple par rapport aux pertes financières liées au 11 septembre.
Aux grandes puissances arrogantes, les grands problèmes semble répondre la nature qui n'a pas besoin de d?explosif pour se faire entendre. Dommage pour les oiseaux , les poissons, la faune et la flore. Quant aux américains, ils ne sont pas indispensables à la vie...

6.Posté par Justice le 07/05/2010 15:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Leurs sâles guerres n'ont pas suffi voilà qu'ils s' attaquent aux océans rien que pour leur Dieu le petrole , que la mer les engloutisse à jamais , le monde vivra heureux sans leur arrogance et tout le mal qu'ils font subir aux damnés de cette terre

7.Posté par Arthur Gohin le 07/05/2010 20:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'information d'Alcide sur Goldman Sachs me confirme ce que je pensais: Il n'y a aucune raison pour qu'une explosion importante ait lieu sur une plate forme pétrolière. Les seules causes d'explosion sont un stockage d'explosif, ou une fuite de gaz (et encore, je n'y vois pas la puissance nécessaire).
Mais je ne vois aucun usage d'explosif sur une plate forme, et je ne vois pas non plus comment si gaz il y a l'installation ne serait pas sécuritaire. Cet incendie préliminaire a été lancé pour que... l'on n'y voit que du feu!

Certains désirent vraiment que le monde soit un chaos affolant. Je ne peux pas m'empêcher aussi de penser qu'Obama n'est pas bien obeissant à Israël.

8.Posté par Afterhuman le 17/05/2010 00:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tenez voici d'autres nouvelles de la marée noire, on devrait dire du remplissage
du golfe du mexique par le pétrole:

SA: d'énormes nappes de brut découvertes au fond du golfe du Mexique

romandie.com

LA NOUVELLE-ORLÉANS - D'énormes nappes de pétrole ont été découvertes à grande profondeur dans le golfe du Mexique, alors que les habitants de Louisiane s'accordaient une trêve dimanche sur le front de la marée noire pour assister à un concert géant organisé en soutien aux pêcheurs.



Des scientifiques ont découvert la présence de ces énormes nappes de brut, laissant supposer que la quantité de pétrole s'échappant du puits situé à 1.500 m de profondeur pourrait être bien pire que les précédentes estimations, a rapporté samedi soir le New York Times.



Les nappes, d'une épaisseur d'une centaine de mètres, font 16 km de long et 5 km de large, ont indiqué au quotidien des scientifiques travaillant à bord d'un navire de recherches.



"Il y a une quantité abominable de pétrole dans les profondeurs en comparaison avec ce vous voyez à la surface. Il y a une énorme quantité de pétrole sur plusieurs couches, qui s'étagent sur trois, quatre ou cinq niveaux", écrit le journal, citant une chercheuse de l'université de Géorgie, Samantha Joye.



Les nappes de pétrole sont en train de priver le golfe du Mexique d'oxygène, risquant de mettre "en danger la vie des animaux dans les deux mois", s'est inquiétée Mme Joye.



Quelque 800.000 litres d'or noir se déversent chaque jour dans le golfe du Mexique selon les estimations officielles, 5 à 20 fois plus avaient récemment évalué des experts.



Après avoir tenté vainement d'installer un "couvercle", le groupe pétrolier BP s'est replié sur la pose d'un tube relié à un pétrolier en surface. Mais le joint devant faire le lien avec le puits a dû être remonté samedi pour être ajusté.



La découverte de ces nappes à grande profondeur intervient alors que la polémique enfle à propos du recours à des dispersants pour désintégrer le pétrole.



Depuis le début de la marée noire, il y a plus de trois semaines, BP déverse des tonnes de produits chimiques à la surface de l'eau et vendredi l'Agence de protection de l'environnement (EPA) a donné son feu vert pour en répandre dans les abysses, notamment autour du puits.



Pêcheurs et écologistes jugent ce procédé très nocif. "Cela va entraîner un effondrement des pêches", a dit à l'AFP Clint Guidry, président de l'Association des pêcheurs de crevettes de Louisiane. "Ils monnaient une invisibilité à court terme, contre un désastre à long terme", fulmine-t-il.



"Cela pourrait avoir de graves répercussions sur la vie animale", abonde Aaron Viles, membre du Réseau de protection du golfe, un regroupement d'associations environnementales.



Pour Paul Horsnan, spécialiste du pétrole pour Greenpeace, BP a choisi cette solution afin de protéger son image: "Ca évite de grandes nappes noires" et ainsi, l'impact négatif auprès de l'opinion publique est beaucoup plus faible que "lorsque de grosses vagues noires arrivent sur les côtes".



A La Nouvelle-Orléans, les habitants se préparaient dimanche a assister à un concert géant à partir de 14H00 (19H00 GMT). Une trentaine de groupes devaient défiler sur une grande scène installée au coeur de la ville où est né le jazz.



"On s'attend à une importante participation", a dit à l'AFP Mary Mouton, porte-parole de l'événement qui réunit notamment la superstar Lenny Kravitz et l'ambassadeur de la culture cajun, Zachary Richard.



Les recettes du concert seront reversées à des organismes travaillant à la protection des bayous ainsi qu'aux pêcheurs sinistrés par la marée noire provoquée par le naufrage le 22 avril de la plateforme Deepwater Horizon, exploitée par BP.



http://www.romandie.com/ats/news/100516165231.o9819pu4.asp

9.Posté par pétale le 14/06/2010 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et il y a pire des gaz en grande quantité s'échappe avec le pétrole

sulfure d'hydrogène
benzène
chlorure de méthylène.........

http://changementclimatique.over-blog.com/article-apocalypse-now-52190609.html

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires