Palestine occupée

Manifestations de vaste envergure des Palestiniens, en guise de soutien au gouvernement de Hamas


A la suite de la poursuite des pressions américaines et du régime sioniste contre le gouvernement de la résistance du Hamas, pour empêcher la formation du gouvernement d'Union nationale, des dizaines de milliers de Palestiniens, en organisant des manifestations protestataires de vaste envergure, contre l'Amérique et Israël, ont fait part de leur soutien au gouvernement du Hamas et au Premier ministre palestinien, Ismaël Haniyeh.


irib
Jeudi 21 Septembre 2006




Au cours de ces manifestations de vaste envergure, le peuple palestinien a réitéré son soutien au gouvernement de la résistance, en demandant à leurs hommes d'Etat, de rester fidèles à leurs principes, en dépit des embargos et des pressions américaines.

Le gouvernement de la résistance s'est formé, rappelons-le, à la suite de la victoire du Mouvement Hamas, le 25 janvier 2006, aux élections législatives, leur permettant d'occuper la majorité des sièges.

Les dirigeants du Hamas, en réitérant le principe de la lutte contre le régime sioniste et la non reconnaissance de ce régime, sont, alors, entrés sur les scènes politiques.

Après plusieurs décennies d'occupation de leur patrie, et après la conclusion des Accords sans lendemain d'Oslo, le peuple palestinien, au cours des élections de janvier dernier, a choisi la voie de la lutte contre les usurpateurs.

Parallèlement, le gouvernement du Hamas a fait part de son engagement à défendre la cause et les droits des Palestiniens.

Dans ce droit fil, dès le début, le gouvernement de la résistance, en vue de neutraliser les complots du régime sioniste destinés à semer la discorde et afin de créer une union entre les groupes palestiniens, a proposé la création d'un gouvernement d'Union nationale.

Mais, à présent, 9 mois après l'entrée des dirigeants du Hamas, sur les scènes politiques de l'Autorité autonome, les complots américano-sionistes se sont accentuées, en resserrant davantage l'étau autour de la Palestine.

Et ceci, alors que le gouvernement du Hamas insiste, toujours, sur la formation d'un gouvernement d'Union nationale.

A noter que le processus des pourparlers entre les dirigeants du Hamas et ceux du Fatah a été facilité par la bonne volonté et la compréhension du mouvement Hamas.

Dans un tel contexte, la Bande de Gaza a été attaquée, de manière barbare, par l'armée du régime sioniste, pour permettre à Israël, en inaugurant un front militaire contre le gouvernement du Hamas, tandis que les pressions politiques américaines s'accentuaient, d'entraver le processus de la formation d'un gouvernement d'Union nationale.

Notons que, simultanément aux complots, fomentés, par Washington et Tel-Aviv, le Consul américain, à Beitolmoghadas, a, explicitement, menacé le Président de l'Autorité autonome de la Palestine, Mahmoud Abbas, qu'en cas d'une coalition du Mouvement Fatah avec le Hamas, l'Amérique le mettrait à l'écart.

Il n'y pas l'ombre d'un doute que l'échec de la formation d'un gouvernement d'Union nationale est, ardamment, souhaité, par la Maison Blanche, qui veut tirer le régime sioniste du bourbier dans lequel il s'est mis, car, en effet, la formation d'un gouvernement d'Union nationale aplanirait le terrain à la reconstruction des territoires occupés et à la consolidation de la situation des Palestiniens, au sein de la Communauté internationale, et, par voie de conséquence, conduirait à la création d'un Etat indépendant palestinien, chose, dont les Chefs du régime sioniste ne veulent, absolument, pas entendre parler.


Jeudi 21 Septembre 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires