Histoire et repères

Mandela , Armstrong : Deux destins hors norme, un même combat au service de l'humanité


«Vaincre la pauvreté n’est pas un geste de charité. C’est un acte de justice. Il s’agit de protéger les droits humains fondamentaux. Toute personne, partout dans le monde, a le droit de vivre dans la dignité, libre de toute crainte et de toute oppression, libérée de la faim et de la soif, et libre de s’exprimer et de s’associer comme elle l’entend.»

Nelson Mandela

«Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité.»

Neil Armstrong



vdida2003@yahoo.fr
Jeudi 23 Juillet 2009

Mandela , Armstrong : Deux destins hors norme, un même combat au service de l'humanité
Ce mois de juillet a vu plusieurs fêtes d’indépendance (Etats-Unis, Algérie,Prise de la Bastille , Revolutiuon egyptienne de Nasser) . Pour notre part nous voulons fêter deux héros du XXe siècle qui ont marqué cacun à sa façon la conscience humaine. Il s’agit de Neil Armstrong, le premier homme qui a marché sur la lune, il y a quarante ans et Nelson qui s’est batttu contre l’apartheid, a prôné la réconcliation, a dirigé l’Afrique du Sud le temps d’un mandat , s’est retiré très sagement gardant de ce fait , son aura intacte et son exemple toujours d’actualité .
 
 Ainsi, l’Amérique a fêté lundi 20 juillet les héros de la conquête lunaire avec, en point d’orgue, la réception à la Maison-Blanche des trois astronautes de la mission Apollo 11, Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins qui seront honorés par le président Barack Obama en personne. Ils seront suivis, jusqu’en 1972, par dix autres de leurs compatriotes. Pour réussir cet exploit, les Américains, forts de leur prospérité et de leur avance technologique, investiront dans l’ensemble du programme Apollo la bagatelle de 25,4 milliards de dollars, soit l’équivalent de 150 milliards de dollars actuels (106 milliards d’euros) ! Il y a 40 ans, Apollo 11 «démystifiait la Lune». Le 20 juillet, les États-Unis fêtent fièrement les 40 ans de leur conquête de la Lune par de nombreuses célébrations, festivités et expositions durant une semaine, au moment même où le pays s’interroge sur l’avenir de ses vols spatiaux habités.
 
 
 Le jour de l’anniversaire, le lundi 20, l’équipage d’Apollo 11 sera reçu à la Maison-Blanche par le président Barack Obama. Depuis 1969 et l’exploit accompli par Neil Armstrong, les Etats-Unis consacrent un budget de plus en plus conséquent pour la Nasa. L’objectif Lune est toujours en vue. 40 ans après les premiers pas sur la Lune, le 21 juillet 1969, la National Aeronautics and Space Administration (Nasa) continue d’investir beaucoup d’argent dans la conquête spatiale. Son budget atteindra 18,7 milliards en 2010 contre 17,8 milliards en 2009. A titre de comparaison, le budget de l’Agence spatiale européenne (ASE), créée en 1975, est aujourd’hui d’environ 2,95 milliards d’euros, ce qui représente un peu plus de 4 milliards de dollars.(1)
 
 
 Qui est Neil Armstrong?
 
 
 «Avant la fin de cette décennie, un homme posera le pied sur la Lune et retournera sur Terre en toute sécurité.» C’est par ces mots prononcés le
25 mai 1961 que le président John Fitzgerald Kennedy donne naissance au plus fabuleux programme spatial du XXe siècle : Apollo. En pleine guerre froide, il s’agit de répondre au défi lancé par les Soviétiques qui ont déjà envoyé dans l’espace le satellite Spoutnik en 1957, puis le premier homme, Iouri Gagarine, un mois avant ce discours. Iouri Gagarine à bord de Vostok 1, le 12 avril 1961, devint le premier homme à voyager dans l’espace. John Glenn avec Mercury sera le premier Américain, le 20 février 1962. Le Russe Alexi Leonov sera le premier à faire une sortie dans l’espace avec Voskhod 2 le 18 mars 1965. Le premier Américain s’y retrouvera le 3 juin 1965 avec Edward White à bord de Gemini 4. Huit ans plus tard, le 21 juillet 1969, à 2 h 56 GMT, Neil Armstrong sera le premier homme à fouler le sol lunaire. Un exploit qui n’aurait jamais été possible sans le travail acharné de plusieurs centaines de milliers d’ingénieurs stimulés par la folie du projet. Une voix nasillarde, celle de Armstrong, déformée par la liaison radio, annonce : «Ici la base de la Tranquillité.» Des hommes sont sur la Lune.(2)
 
 
 Au moment de faire leurs adieux à la Lune, Armstrong et Aldrin avaient collecté 22 kilogrammes de roches lunaires, soit de quoi remplir une petite valise. Les cinq missions Apollo suivantes ont encore augmenté cette collection, qui totalise aujourd’hui 382 kilogrammes, répartis en 2200 échantillons. Les chances de découvrir une forme de vie sur Mars ont encore augmenté, car de l’eau à l’état de glace a été découverte sous la surface de la Planète rouge. Mais l’eau ne suffit pas. Mars peut-elle fournir les ressources nécessaires à une éventuelle installation de colonies humaines? Autrement dit, peut-elle être colonisée par les hommes?(3)
 
 
 
 Nul doute que l’effervescence médiatique qui règne autour du quarantième anniversaire de son premier pas sur la Lune doit laisser Neil Armstrong de marbre. Véritable héros de la conquête spatiale, l’astronaute américain au destin hors normes est à la ville un homme discret, voire taiseux. ´´Je ne mérite pas toute cette attention´´, évacue-t-il aux journalistes qui le sollicitent. Depuis le 20 juillet 1969, il est célèbre. Il est - pour l’éternité - le premier être humain à avoir posé le pied sur une planète autre que la Terre. L’auteur aussi de : ´´Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité´´. Et pourtant, quarante ans après l’alunissage du module lunaire Eagle suivi par près d’un milliard de téléspectateurs, et ses deux heures et demie passées à marcher sur la Lune, Neil Armstrong demeure un mystère. Car, peu de temps après le retour d’Apollo 11 et une tournée mondiale triomphale de quarante-cinq jours, le héros s’en est allé. Boudant honneurs, argent et sollicitations, Neil Armstrong a accepté un modeste poste de professeur de génie électronique à l’université de Cincinnati, dans l’Ohio, où il n’a émis qu’un voeu :
qu’on ne lui demande plus d’autographes. Neil Armstrong raconte aussi qu’il a souffert. Ce héros que le monde enviait, que la postérité invitait, a connu la déprime, le divorce, l’isolement, l’endettement et même l’effroi quand il a su que son coiffeur revendait 3000 dollars ses mèches de cheveux. (...) Neil Armstrong avoue s’être sauvé en devenant prof, en gérant dans l’ombre sa PME, en mangeant au fast-food du coin. «Je ne suis qu’un habitant de la Terre», écrit-il. En quarante ans, l’astronaute américain n’a livré que deux interviews télé et n’a consenti à une biographie qu’à condition de ne pas avoir à y étaler ses sentiments :
´´Je ne mérite pas toute cette attention.´´
 
 
 «Né il y a presque soixante-dix-neuf ans à Wapakoneta, au fin fond de l’Ohio, Neil Armstrong obtient sa licence de pilote à 16 ans. Avant même son permis de conduire. Il devient pilote de chasse à 21 ans pendant la guerre de Corée. Lors d’une sortie, son avion sera criblé de balles avant de perdre une partie de son aile. Il devient pilote d’essai sur la base d’Edwards, en Californie. Là où sont réunis les meilleurs. (...) En 1969, il est choisi en tant que premier ´´astronaute civil´´ avec Edwin Aldrin Jr et Michael Collins pour prendre les commandes du vol Apollo 11. Qui n’était pas destiné à être historique. Une énigme, cet homme qui s’est rué un soir dans les flammes de sa maison en feu pour sauver son fils Rick coincé à l’intérieur?
(...) Un technocrate à sang-froid qui, après avoir - encore une fois - échappé à la mort lors d’un crash aérien, plia son parachute avant de se rendre à son bureau pour rédiger un rapport? Un extraterrestre, lui qui dut alunir à la main, avec moins de vingt secondes au compteur, lorsque les ordinateurs de bord se mirent en alerte "code 1202" - un code inconnu des astronautes pourtant surentraînés?»(4)
 
 Nelson Mandela : La légende  
 
 Un autre personnage qui a marqué le siècle est sans conteste Nelson Mandela.
Il n’est pas allé sur la Lune mais il a promis la lune aux combattants de l’apartheid et il a tenu parole. Il rentre dans la légende pour n’avoir jamais transigé avec la liberté, pour avoir tenté et réussi la réconciliation entre les Noirs et les Afrikaners et enfin pour avoir quitté le pouvoir d’une façon élégante. Pour Aminata Traoré, ancienne ministre de la Culture au Mali «Mandela est un grand homme. Un homme de conviction et de courage qui a su libérer son pays. Un homme qui a redonné confiance à son peuple et à l’ensemble des peuples opprimés, malgré les résistances.
Nelson Mandela est aussi un grand homme qui a su quitter le pouvoir au moment opportun. Cela est important, parce que les héros des luttes de libération nationale qui s’accrochent à leur projet finissent comme Mugabe (...) Aujourd’hui, on cherche à faire la comparaison entre Mandela et les dirigeants africains actuels. Je ne poserai pas le débat dans ces termes. Parce que l’histoire de l’Apartheid et la nature du combat ont changé.
Aujourd’hui, nous avons affaire à un ennemi invisible. Avec l’Apartheid, vous êtes en face de l’oppresseur. Vous êtes maltraité du fait, tout simplement, de la couleur de votre peau ».
 
 
 « L’Apartheid est maintenant mondial. Les murs qu’on érige devant les migrants africains et nos pays sous-développés, les directives de retour des immigrés que l’Union européenne vient d’adopter et l’incapacité de cette Union européenne, donneuse de leçons, de reconnaître le droit des peuples d’Europe à revendiquer une construction européenne autre que le tout-marché, prouvent qu’on n’est pas en démocratie, ni chez eux ni ici.
Les notions de démocratie, de bonne gouvernance et de droit de l’homme, ne sont instrumentalisées que pour nous endormir. (...) On ne peut pas ne pas admirer Mandela en raison de son itinéraire. Mais la question de l’exemplarité, la force de l’exemple, exige des circonstances identiques.
La nature du capital mondial, prédateur et violent, ne permet d’être autre chose que des béni-oui-oui. Mandela est parti au bon moment. (...) Donc, on ne peut pas se pencher sur la nature du pouvoir, sans tenir compte de l’environnement global dans lequel nous évoluons. Et cet environnement est uniquement tiré par le marché et la logique du profit. Tout dirigeant africain qui ne joue pas cette carte dans l’état actuel des rapports de force est montré du doigt».(5)
 
 
 Quand Amnesty International lui discerna en novembre 2006 le prix «Ambassadeur de la conscience», il fit un discours tout en finesse où on sent la profonde conviction : «Dans une atmosphère chaleureuse, en compagnie d’amis comme Nadine Gordimer, je suis devenu Ambassadeur de la conscience pour Amnesty International. Le fait que cette distinction ait été inspirée par un poème du grand écrivain irlandais Seamus Heaney, De la république de la conscience, qui nous rappelle à tous notre devoir, me touche particulièrement.
Mon souhait est que cette distinction puisse aider les militants partout dans le monde à maintenir une lueur d’espoir pour les prisonniers oubliés de la pauvreté. Comme l’esclavage ou l’apartheid, la pauvreté n’est pas naturelle. Ce sont les hommes qui créent la pauvreté et la tolèrent, et ce sont des hommes qui la vaincront.(...) Tant que la pauvreté persistera, il ne saurait y avoir de véritable liberté. Amnesty International a raison de s’élever contre les violations des droits humains qui engendrent et aggravent la pauvreté.» «Ce que je veux arriver à voir, c’est un environnement dans lequel les jeunes gens de notre pays ont une chance réelle de développer les possibilités inhérentes qu’ils ont en eux pour inventer une vie meilleure pour eux-mêmes. C’est de cela qu’il s’agit lorsqu’on parle de
développement.»(6)
 
 
 Lors de son 90e anniversaire le 18 juillet 2008, une pluie d’hommages a salué Nelson Mandela, symbole de liberté et de réconciliation, illustrant la vénération mondiale intacte pour «un vieil homme sans pouvoir ni influence» comme il a plaisanté lui-même. Les messages, émus, qui emplissaient les médias sud-africains ou le site www.happybirthdaymandela.com, dédié à l’anniversaire, se sont amplifiés au jour de ses 90 ans.(7)
 
 
 De tous les secteurs de la société, «une nation (a) dit son amour», comme l’a résumé un titre du Johannesburg Times. Autre message fort, celui du Frederik de Klerk, dernier président blanc et colauréat du prix Nobel de la paix (1993) qui voit en Mandela «l’une des plus grandes personnalités du XXe siècle», alliant «assurance, grâce et humilité», «discipline et persévérance», «sagesse et connaissance de l’être humain». Hors Afrique du Sud, le président américain George W.Bush a souhaité vendredi un bon anniversaire à Mandela, «grand exemple de courage, d’espoir et du pouvoir de la liberté», quelques jours seulement après l’avoir retiré des listes terroristes américaines. «J’applaudis le rôle de premier plan qu’il joue sur des questions essentielles en Afrique du Sud et dans le monde. M.Mandela est un grand exemple de courage, d’espoir et du pouvoir de la liberté», a écrit M.Bush.
 
 
 Le président russe Dmitri Medvedev a félicité dans un télégramme l’homme d’Etat «devenu pour des millions de gens dans le monde un symbole de la résistance au racisme et à l’apartheid, une légende vivante».
L’ancien président américain Bill Clinton a loué «la puissance de l’exemple» de Mandela qui «donne aux gens partout dans le monde une source de force, sur leur propre long chemin vers la liberté», clin d’oeil au titre de l’autobiographie de Mandela. La chancelière allemande Angela Merkel lui a écrit une lettre de voeux : «Comme peu de gens, vous représentez l’idéal de la liberté, de la justice et de la réconciliation par-delà tout ce qui sépare.» En une pirouette caractéristique, Mandela a répondu à tous ces honneurs en un bref message radiodiffusé vendredi : «Nous sommes honorés de votre volonté de souhaiter un joyeux anniversaire à un vieil homme à la retraite, qui n’a plus ni pouvoir ni influence», a-t-il déclaré, feignant d’ignorer sa popularité.
 
 
 Pour son 91e anniversaire fêté par un mégaconcert à...New York, des grands de la chanson tels Aretha Franklin, Gloria Gaynor, Steevie Wonder ont chanté.
Pour sa part, l’ancien président a demandé à la population de l’Afrique du Sud de fêter l’événement en faisant de bonnes actions. Ce samedi a été proclamé «Journée Mandela» en Afrique du Sud. Il s’agit d’une première édition, puisque la fondation qui porte son nom entend répéter l’événement chaque année. Nous aussi en tant qu’Algériens, mettant à profit la présence de l’Afrique à Alger à l’occasion du 2e Festival panafricain, nous adressons au président Mandela un message de reconnaissance pour son combat pour l’Afrique, pour l’avoir faite «rentrer dans l’histoire» n’en déplaise à Hegel et à ses émules, et pour lui avoir redonné dignité. Puisse son sacerdoce pour la justice, la paix et l’alternance au pouvoir servir d’exemple de par le monde. Bon anniversaire monsieur le président !
 
 1.Marc Mennessier : Il y a 40 ans, l’Amérique décrochait la Lune Le Figaro
20/07/2009
 
 
 2.Jean-Luc Goudet : Apollo 11 : des hommes sont sur la Lune Futura-Sciences Le 20 juillet 2009
 
 
 3.Dana Mackenzie  Un grand pas pour la recherche spatiale . New
Scientist21.07.2009
 
 
 4 Neil Armstong, le silence du héros Le Grand Journal 19/07/2009
 
 
 5.Aminata Traoré : Et si Mandela… 22 juillet 2008 http://www.alterinter.org/article2324.html
 
 
 6.Prix Ambassadeur de la conscience : Propos de Nelson Mandela A.I n° : 285 ÉFAI 3 11 2006
 
 
 7.AFP Mandela, vieil homme "sans pouvoir ni influence", mais salué comme un
géant18/07/2008
 
 
 Professeur Chems Eddine Chitour
 
 Ecole Polytechnique Alger
 



Jeudi 23 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par Lina le 24/07/2009 02:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

N.Mandela a-t-il dit un mot en faveur de la Palestine? Il est vrai, qu`au moment de l`invasion US en Irak, il avait écrit une lettre émouvante dans laquelle il exprimait son indignation contre cette guerre à l`Irak, que le N.Y.Times avait publié. Mais pour le reste...... le Liban, Gaza, ( le sujet de l`Afghanistan étant tabou parce qu´ étant "fief d`Al Qaieda auteur du 11-sep" tout est permis là-bas...) donc on ne peut lui demander de s´y interesser... Mais a-t-il condamné un fois le massacres des Palestiniens par l`armée d`Israël??? Pourtant le cas de la Palestine est unique au monde......... pire que celui de l ´apartheid en Afrique du sud!!!

Quand un homme, comme Mandela, a tant de pouvoir moral, est érigé en "conscience du monde" et tant vénéré par les stars ainsi que les leaders des super puissances qui dirigent le monde, ne devrait -il pas utiliser son influence pour défendre les plus pauvres en dignité humaine, en liberté, en justice, en DROIT À LA VIE, QUE SONT LES PALESTINIENS CREVANT SOUS LE JOUG ISRAËLIEN?... Bon, on sait qu`il aimait bien Arafat, et qu`il avait envoyé des messages à Sharon pour lever l`infâme confinement de Abu Ammar dans son réduit de Ramallah! Mais ça, n`importe quel chef d´état au monde, l`avait fait.

Certes, c´est noble de faire des speechs contre la pauvreté dans le monde, de consacrer un fondation à la lutte contre le sida, d`appeler doctement les gouvernants à plus de justice etc. Mais cela ne suffit pas, lorsqu`on a tant "d`aura" et de reconnaissance internationale!

Quant à l`article de Mr Chitour, je le trouve comme un cheveu sur la soupe!!! Il faut lui rappeler que dans les années 60, quand Mandela était un paria pour le monde entier, et oublié dans sa cellule, l`Algérie de Ben Bella, à Boumediène, dénonçait du haut de toutes les tribunes internationales, le sort fait à Mandela, tout en étant à cette époque là, le SOUTIEN FINANCIER le plus important des militants sud-africains contre l`Apartheid.

Ils étaient tous accueillis, protégés, avec des bureaux, des appartements..... Mandela a- t- il manifesté qq reconnaissance à ce pays? ( si je me trompe, que quelqu`un me corrige en nous informant sur ce fait s´il a eut lieu)... a- t- il fait une visite en Algérie? Mais là encore, on lui pardonne, car sans doute l`état de l`Algérie après la mort de Boumédiène, avec tous les problématiques présidents qui lui ont succédé ne correspondait plus aux critères de Mandela... Mais quand même, je trouve l`article de Mr Chitour.....un tantinet brosse à reluire de je ne sais quel égo! Le sien pour se mêler à la grande messe Mandela entonnée par ces locomotives mondiales de la morale sélective??

Ma critique n´entame pas mon admiration et mon respect pour l`homme qu`a été Mr Mandela, le lutteur infatigable pour la CAUSE DE SON PAYS, le militant sans tâches, le président honnête, incorruptible de son pays.

En effet, NMandela est tout un exemple politique et moral par rapport à ceux qui gouvernent de nos jours, l`Afrique, le Maghreb et le reste dans le monde... Mais IL N´EST PAS L`HOMME JUSTE, SANS PEUR NI REPROCHE QUI OSE DÉNONCER LES IGNOBLES MÉFAITS SIONISTES... ET DONC pour moi, PAS UNE ICÔNE de liberté et de justice dans le monde, mais seulement un vieil homme "usé" par les flatteries, le strass des mondanités humanitaires... Tel un lion à qui on a limé les dents et les griffes, et qui n´est plus qu`une résistance démantelée. Dommage...

2.Posté par ken le 24/07/2009 03:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour, Mandela s'est fait lui mème, armstrong a été fabriquer ainsi que ça fameuse phrase.

3.Posté par Tarik le 24/07/2009 04:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Lina

Chittour est juste UN VERBIEUX , j'ai lu tous les articles qu'il "pond" comme une poule frappée de grippe aviaire car non consommables ! il ecris du n'importe quoi en utilisant cet imfame titre de "professeur " car s'il en est vraiment un il ferait mieux de motiver ses etudiants a descendre dans la rue afin de defendre uniquement et je dis uniquement : L'ENSEIGNEMENT EN ALGERIE pas plus rien juste ça !
si savoir resoudre une equation mathematique aussi ardue soit elle fait de vous un "Penseur " alors là , va falloir s'aligner !
Chittour a l'instar de l'autre compere Metboul qui'est aussi professeur et expert en relations internationales (rien moins que ça ) on s'attribue le titre qu'on peut dans l'Algerie d'aujourd'hui , de meme ,ce compere "ramasse " pour ainsi dire ( n'assemble meme pas ) au gré de internet des articlesou fait du copy -paste de certains ouvrages pour ensuite les presenter comme fruit d'une grande reflexion genre summum de la pensée économique , oubliant juste que de l'autre coté de la barriere se trouve la "Lumiere de l'économie" j'ai nommé Temmar Ministre Algerien des Privatisations, l'ami , le copain de Bouteflika ,ou l'homme du FMI des Americains et des françozis, c'est ainsi que je n'ai pas souvenance d'une critique émanant soit de Chittour soit de Metboul envers le Maitre et Destructeur des Lieux qu'est le grand Mogol en l'occurence Bouteflika le enieme ; alors pour reprendre votre expression ces deux là ne sont rien moins que l'Expression d'une Brosse a Reluire .........
Quand a Mandela , ce n'est pas le premier qui succombe a l'ivresse des medias et du Touintouin ( et surtout a t-il été ou est-il reellement comme on nous le presente?? ) ce qui fait penser au fait que si quelqu'un est adulé par les Medias Occidentaux ,alors dans ce cas precis il vous faut toujours vous en mefier : c'est UNE REGLE D'OR

4.Posté par Lina le 24/07/2009 19:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Exactement TARIK! Bien trouvé votre formule:"RÈGLE D`OR, dès que quelqu`un est adulé par les médias occidentaux, il faut toujours s´en méfier! " ... Et aussitôt qu`un président arabo musulman......... en Algérie, ou ailleurs, se fait élire par "son peuple" avec un score de70.........97%, faut hurler au loup!!!

En attendant lisez cette bonne nouvelle, (pas encore publiée dans les médias aux ordres)
"DES RABBINS PRIS LA MAIN DANS LE TRÉSOR AMÉRICAIN"
]url:http://litanie-de-la-mer.blogspot.com
reprenant une nouvelle de reuters: "Mayors, rabbis arrested in NJ corruption probe"

5.Posté par alibaba le 24/07/2009 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mandela n'est plus ce qu'il était. Peut être c'est la vieillesse ???

6.Posté par FABE37520 le 24/07/2009 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OUI 41 RABBINS PRIS LA MAIN DANS LE SAC ET L4AFFAIRE JULIEN DRAY UNE VRAIE NEBULEUSE LOL

7.Posté par Prof.C.E. Chitour le 31/07/2009 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La critique est aisée mais l'art est diffcile !
Nicolas Boileau


A Tarik et Lina qui croient qu'ils ont le monopole du coeur et de l'Algérie
Tout d'abord un titre de professeur n'est pas octroyé par une quelqconque administration sute à une allégeance. Il se mérite au quotidien. Je ne suis peut être pas parfait, loin s'en faut mais depuis plus de trente ans j'ai le tableau derrière moi et non pas devnt moi (j'enseigne) . Où etiez vous les donneurs de leçon quand on allait enseigner out les matins pendant la decennie rouge en n'eant pas sur de rentrer cez nous OTout ceci pour montrer que l'Algérie était debout
Quand à la façon d'écrire chacun peut avoir lejugement qu'il veut , mais croyezmoi , il n'est pas facile de synthetitser des idées et rapporter les réferences scurpuleusement comme je le fait.
QUand vous dites qu'il fautdescendre dans la rue avec mes éudiants, il me semble que mon rôle st de former les générations futures capables dns le calme et la sérénité de relever le pays
S'agissant de la position de Mandela là vous avz raison je n'avais pas fait le rapprochement avec la cause palestinienne
En définitive je vous invite à mon Laboratoire à l'Ecole Polytechnique vous verrez comment au quotidien on forme l'élite de demain. LEcriture d'article outre le fait qu'elle me permet en tant qu'intellectuel de m'indigner et j'ai des raisons de le faire ,sur des sujets qui méritent débat me mermet d'une certaine façon et j'ai la faiblesse de le croire être le porte parole des universitaires et autrs intellectuels qui ont la rage de voir e pays installé dans les temps morts
Rassurez vous je ne suis ni un littéraire, ni un économiste au sens trivial que vous lui donnez. Disons que je suis un professeur de Thermodynamique et du pétrole qui utilise 10 %de son temps à écrire dans les journaux zet 90 % à provue au quotidien par sesp ubliuvations ses soutenances et ses enseignements qu'il mérite le titre de professeur
De grâce ne tmbez pas dans l'invective conte productive

Prof;C.E. Chitour

8.Posté par Lina le 01/08/2009 02:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain : elle attire l'attention sur ce qui ne va pas. [Winston Churchill]

@Prof Chitour,
Pour ma part, je vous demande pardon, si j`ai pu vous blesser. Croyez-moi, je déteste l`idée d´être injuste dans mes jugements. En ce qui me concerne, ce n´était pas la personne (sûrement honorable que vous êtes) que je critiquai, mais vos écrits qui me semblent prôner un libéralisme genre FMI qui a fait tant de mal à nos peuples dit "en voie de développement"... Mais, sur ce point, (économique, politique et financier) chacun a le droit de défendre ses idées, surtout comme vous le faites courageusement en les exposant publiquement. Tout comme nous, lecteurs, avons le droit à la critique, puisque en publiant vous interpellez notre opinion. Donc, vos idées, sont aussi légitimes, que nos critiques. On peut être d`accord ou pas, mais ensemble sommes indispensables pour faire avancer, sinon renforcer l`espace de la liberté d`expression.

Mais là, où franchement, où vous avez raté « l`occasion de vous taire », c´est lorsque vous avez joint votre voix à l`hymne de la morale sélective (que j`appelle jet-set humanitaire) pour encenser Mandela ! Comment un algérien, de votre niveau intellectuel, de votre âge (dans le sens d`un vécu et d´une mémoire des évènements politiques des années 60, quand l`Algérie était le terreau, et l`asile de tous les mouvements de libération d`Afrique, jusqu´en Amérique latine, y compris les US avec les Blacks Panthères) puisse montrer si peu de discernement morale, pour ne pas dire, lacune de culture politique ??

Mandela tel qu`il est devenu, ou s´est laissé devenir aujourd´hui, n´a rien d`admirable, pas seulement pour la cause Palestinienne, ............. mais arabe en général (n´avez-vous pas entendu SON SILENCE ASSOURDISSANT durant les grands massacres d`Irak, au Liban, en Afghanistan ??), encore moins africaine, ou de quoi que ce soit dans la grande question du droit et de la dignité des peuples. Mandela est un HAS BEEN dans l`histoire des héros des mouvements de libération de leur pays……..qui n`est plus qu`une icône de pacotille, un pauvre alibi AlzheimerIZÉ par les lobbies qui font tant de mal à nos peuples. Et vous, pour être ce que vous laissez paraître : un algérien, et professeur de renom – n`aviez pas le droit à ce genre d´erreur d`appréciation.

Quand à votre réflexion sur le « monopole du cœur et de l`Algérie » que vous m´accolez pour sous entendre une prétention vaniteuse que je suis loin de mériter, permettez-moi, de vous faire remarquer que ce n´est pas moi, qui l`ai jamais prétendue (mes critiques ne sont que celles d`une simple et anonyme internaute)… mais plutôt vous, qui avez pris cet engagement dans l`idolâtrie de Mandela à l`occasion de son anniversaire, au nom de l`Algérie – donc aussi de son peuple. Hé bien, non, PAS EN MON NOM ! Et, il fallait que vous le sachiez !

Cela dit, mes propos n´entament en rien, le respect que j`ai pour votre personne, pour vos travaux, ainsi que ma conviction de votre sincérité morale. Car, quelqu`un qui se donne tant de mal pour « penser » l`Algérie( sans ironie de ma part) , l`écrire et le dire, ne peut que mériter tout mon respect, même s`il se trompe parfois…de combat !

La critique est humaine.....le pardon est divin!
Que la paix soit sur vous et les vôtres, ainsi que sur les âmes sincères de ce forum.



Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires