Palestine occupée

Malgré ses promesses, Israël continue à interdire l'entrée des ressortissants étrangers dans les territoires palestiniens occupés


Dans la même rubrique:
< >

Malgré un communiqué du Coordinateur militaire israélien des activités du gouvernement dans les territoires (CoGAT) annonçant le 28 décembre 2006 qu'Israël avait modifié sa politique de refus de laisser entrer les ressortissants étrangers dans les territoires palestiniens occupés, la Campagne pour le droit d'entrée/rentrée continue à recevoir des informations venant de ressortissants étrangers qui ont été refoulés.


Par Right to Enter > info@righttoenter.ps


info@righttoenter.ps
Jeudi 8 Février 2007

Tampon "Refus d'entrer" utilisé de plus en plus souvent par les autorités israéliennes à l'égard des non-juifs
Tampon "Refus d'entrer" utilisé de plus en plus souvent par les autorités israéliennes à l'égard des non-juifs
Pour chaque personne qui prend contact avec la Campagne, beaucoup d'autres cas ne sont pas révélés. Les cas ci-dessous représentent la partie visible de l'iceberg :

Mahmmoud M. Alie, 70 ans, palestinien US de Chicago, essaie d'entrer en Cisjordanie depuis 9 mois pour rejoindre sa femme de 70 ans. La dernière fois qu'il a été refoulé, c'était à la frontière jordanienne le 20 janvier. On lui a dit que c'est parce qu' "il était sur une liste dans l'ordinateur".
(Tél. Chicago : 001-4147593558).

Nader Rahwan Hadallah, 43 ans, palestinien US de Floride, est allé avec sa femme à Amman et il a été refoulé à leur retour, le 18 janvier.
(Tél. Dubai : 00971-508250067).

Dr. Dirgham Abu Ramadan, palestinien allemand, est, depuis 2001, l'un des rares chirurgiens à cœur ouvert de Cisjordanie occupée. On lui a refusé une extension de visa les 15 et 25 janvier et a été menacé de déportation. Après une intervention légale, il a reçu un visa de 3 mois au lieu de l'autorisation de longue période qu'il demandait.
(Tél. : 0599-412274).

Suzy Salamy, palestinienne US de New York, qui venait pour réaliser un film documentaire sur les militants juifs américain du camp de la paix, a été refoulée et déportée, à l'aéroport Ben Gourion, le 5 janvier.
(Tél. NewYork : 001-6462494435/Email :rohee43209@yahoo.com).

Abdel Jamal Wadoud Ali, 67 ans, et sa femme Kuthar Khuri Ali, 52 ans, tous les deux américano-palestiniens de Floride, sont venus voir leurs filles et s'occuper de la mère de Kuthar, 80 ans. Ils ont été détenus pendant 7 jours à l'aéroport de Ben Gourion et ensuite déportés vers la Jordanie le 16 janvier.
(Tél. Amman : 00962-53990934).

Mrs. A. et sa fille de 2 ans, palestiniennes US, a essayé de rejoindre son mari six fois au cours de l'année passée, sans succès. Elles ont été refoulées le 8 janvier sans raison.

Riad Sharma, palestinien US de Géorgie, a deux filles qui vivent à al-Bireh, en Cisjordanie. On lui a refusé l'entrée le 3 janvier 2007. Il a au total dépensé environ 40.000 NIS (7.300€) pour les services d'un avocat israélien et les frais de justice, dont une caution de 25.000 NIS (4.550€) qui ne lui sera rendue que si/quand Mr. Sharma quittera le pays, où il a une autorisation de séjour de 2 semaines. Après une nouvelle procédure coûteuse, il a obtenu à la dernière minute une extension de visa de deux mois et demi.
(Tél. West Bank : 972-2-2403551/ email :lena_shrm@yahoo.com).

Dans leur réponse à un rapport récent que CoGAT a présenté à la communauté internationale, dans lequel sont rappelés les changements israéliens supposés de politique d'entrée pour les citoyens étrangers, le groupe israélien de Droits de l'Homme B'Tselem note :

"Tous les aspects des politiques israéliennes concernant la population civile palestinienne sont caractérisé par l'arbitraire et un manque total de transparence. Le rapport de CoGAT ne fait état d'aucun mécanisme établi pour assurer que même les améliorations présentées seront mises en œuvre.
De tels mécanismes sont cruciaux pour garantir que la population palestinienne bénéficie des mesures décrites. Aujourd'hui, des dizaines de milliers de familles sont forcées de rester séparées, et ne peuvent même pas obtenir des visas de visite de courte durée.


Israël continue de violer gravement les lois internationales et humanitaires en empêchant ses familles de se réunir et les force ainsi à déménager. La politique d'obstruction des nationaux étrangers à rejoindre les territoires palestiniens occupés cause des dommages majeurs à tous les secteurs de la société palestinienne, en particulier à l'enseignement, aux affaires et la société civile."


Lire le rapport du CoGAT sur les principales Mesures pour faciliter la vie quotidienne de la population palestinienne



Jeudi 8 Février 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires