Opinion

Mais jusqu'où ira madame Sarkozy?


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe


Médiatrice. Emissaire. En mission humanitaire. Mère. Ces derniers jours, le service de presse de l'Elysée a cherché et trouvé d'urgence tous ces termes pour définir son statut.


Vladimir Simonov
Vendredi 27 Juillet 2007

Mais jusqu'où ira madame Sarkozy?
Par Vladimir Simonov, RIA Novosti


En pantalon noir et tennis blanches, cette femme des plus efficaces, qui attire le regard, qui a raccompagné mardi dernier à Sofia les cinq infirmières bulgares et le médecin palestinien enfermés dans une prison libyenne depuis huit ans, accusés d'avoir inoculé le virus du sida à 438 enfants, cette femme-là n'est autre que Cécilia Sarkozy, première dame de France. Elle s'est rendue à Tripoli avec la commissaire européenne aux relations extérieures.

Et voilà que maintenant, elle apparaît quasiment comme la chef de file des libérateurs des six martyrs.

Bien sûr, en amont, tout le travail de préparation de cette libération a été mené par Benita Ferrero-Waldner, la commissaire européenne en question. Elle a signé un mémorandum avec la Libye, qui prévoit une pleine normalisation des relations de ce pays du nord de l'Afrique avec l'Union européenne. Ce document est une mine de bonnes nouvelles pour la Libye: le marché européen va s'ouvrir à ses produits issus de l'agriculture et de la pêche, les étudiants libyens pourront bénéficier de bourses pour étudier dans de grandes universités européennes, et les grands sites archéologiques du pays seront désormais restaurés par les meilleurs spécialistes européens.

Bien sûr, la libération des Bulgares, décidée par Tripoli, a été largement influencée par d'énigmatiques compensations financières. Enigmatiques, car l'UE et la France n'ont pas révélé qu'elles avaient versées aux familles un million pour chaque enfant malade. Reconnaître la provenance de cet argent aurait été reconnaître la culpabilité des condamnés. Alors cet argent a été dépersonnalisé en passant par la fondation Kadhafi, dirigée par Seif el-Islam Kadhafi, le fils de l'excentrique leader libyen.

Mais le léger effet de cette préparation minutieuse a été balayé d'un coup par un tout autre effet, celui de la navette de madame Sarkozy.

Ils étaient bien peu nombreux à attendre ça de l'ancienne juriste qui n'a pas bouclé son cursus universitaire, mais qui a, en revanche, eu beaucoup de succès en tant que mannequin couru des grands couturiers français alors qu'elle était étudiante. Cecilia Sarkozy a posé ses bagages à l'Elysée à contrecoeur. On se souvient encore d'une interview, avant les élections, dans laquelle elle soupirait. Non, elle n'était pas prête à troquer de suite ses jeans préférés et ses bottes de cowboys contre des robes de soirée griffées Dior, plus habituelles pour les réceptions d'une première dame.

Mais voilà que soudain, sous les yeux du monde entier, c'est précisément elle qui a donné le dernier coup de pouce, décisif, à la libération des prisonniers bulgares. Ce qui agace l'Union européenne et la Grande-Bretagne qui tentent de résoudre ce problème depuis de longues années. Et l'opposition française reprend en choeur: mais pour qui elle se prend cette Cécilia? Pour le ministre des Affaires étrangères et le premier ministre en même temps?

En revanche, cela a créé un superbe fond politique pour la visite à Tripoli de son mari, le président Nicolas Sarkozy, prévue pour le lendemain.

En 2003, Mouammar Kadhafi avait banni le terrorisme et renoncé à l'arme nucléaire. Il ne comptait cependant que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis au rang de ses amis. Maintenant, dans les palais libyens, où le nez le plus fin pourrait encore sentir le parfum de son épouse, le président Sarkozy tente de reconquérir une place pour la France. Ce qui signifie des accords avantageux pour atteindre les ressources énergétiques libyennes et pour obtenir l'aide de Tripoli dans l'endiguement du flot d'immigrants illégaux qui inonde le sud de l'Europe.

M. Sarkozy a mis du temps pour conquérir son aide de camp. Nicolas et Cécilia se sont connus avant son mariage avec sa première femme, une autre Cécilia, fille d'un pharmacien corse. La Corse était alors enceinte d'un journaliste célèbre, dans son neuvième mois de grossesse. Le journaliste avait brusquement été mis de côté. Et Nicolas Sarkozy avait eu ce qu'il cherchait. Et puis... la première Cécilia a longtemps refusé de divorcer, même quand il vivait avec la seconde. Les Corses sont têtues...

Les secondes noces du président aussi ont connu leurs frontières. Mais, peu importe le paradoxe, il n'est pas dans les traditions de la presse française de se délecter de la vie privée des hommes politiques. Le rédacteur en chef de Paris Match a d'ailleurs payé de sa place la curiosité qu'il avait manifestée lors du mois d'escapade de Cécilia et de son amant à New York.

Aujourd'hui, la France a une première dame que l'on appelle déjà la Diana française pour ses élans humanistes. On ne sait pas bien pourquoi, mais on croit que les succès diplomatiques de Cécilia Sarkozy ne s'arrêteront pas à la libération des infirmières bulgares. Et c'est le coeur défaillant que l'on va attendre le moment où elle prendra en mains le problème du système de défense antimissile américain en Europe de l'Est.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Vendredi 27 Juillet 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires