Diplomatie et relation internationale

Mahmoud Ahmadinejad : la cour pénale de la Haye n’est qu’un instrument aux mains des superpuissances pour en supprimer d'autres


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Lundi 6 Octobre 2008

Mahmoud Ahmadinejad : la cour pénale de la Haye n’est qu’un instrument aux mains des superpuissances pour en supprimer d'autres
Le président Mahmoud Ahmadinejad a dénoncé dimanche l'action injuste et honteuse du tribunal de la Haye qui a porté des accusations contre le président soudanais.

« La réputation de la cour pénale de la Haye est souillée par de telles actions et il a été démontré que non seulement cela ne sert pas la justice ni ne défend les droits des nations mais aussi qu’elle n’est qu’un instrument aux mains des puissances arrogantes pour se débarrasser d'autres pays »a affirmé le chef d’Etat iranien.


Mahmoud Ahmadinejad a fait cette déclaration lors d'une rencontre avec le nouvel ambassadeur soudanais à Téhéran Suleyman Abdut-Tawwab Az-Zain qui a remis ses lettres d’accréditation dimanche.


« Les liens qui kient Téhéran et Khartoum sont profondément enracinés » a souligné le président Ahmadinejad qui a prôné l’élargissement des relations entre les deux pays et la résistance face aux obstacles élevés par des puissances corrompues dans le monde.


« Nous sommes témoins aujourd’hui des ingérences politiques et culturelles étendues aux niveaux régionaux et internationaux » a déclaré le président iranien avant d’ajouter que puisque ces mêmes puissances corrompues ne veulent pas même d’un pays islamique développé et puissant, elles essayent continuellement de lever des obstacles. L'élargissement des coopérations, de la solidarité et de la résistance entre les nations permettra de mettre un terme à de tels agissements.


Le nouvel ambassadeur soudanais, pour sa part, a évoqué avec le chef d’Etat iranien les derniers développements dans son pays et a souhaité également le renforcement des relations avec la République Islamique d'Iran.

Le président vénézuélien s'allie à l'Iran, la Russie et la Chine

Mahmoud Ahmadinejad : la cour pénale de la Haye n’est qu’un instrument aux mains des superpuissances pour en supprimer d'autres
Le président vénézuélien Hugo Chavez a affirmé dimanche que son pays mettait en place «un nouveau système financier» fondé sur une alliance avec l'Iran, la Russie et la Chine, ses partenaires stratégiques, et avec l'aide des conseils de son proche allié, le Cubain Fidel Castro.

Hugo Chavez a annoncé l'élaboration en cours «d'un nouveau système financier au Venezuela» pour affronter les turbulences des marchés.


M. Chavez a révélé en outre que son ministre des Affaires étrangères Nicolas Maduro se trouvait dimanche en visite à Téhéran, où il gérait la création d'une banque binationale irano-vénézuélienne, qui ajouterait ses opérations à celles déjà en œuvre avec la Chine et prochainement avec la Russie.


Le président vénézuélien a fait cette annonce, pendant une visite d'un complexe pétrochimique dans l'État de Carabobo, à 100 km au sud-ouest de Caracas.


L'Iran, la Russie et la Chine sont les «alliés stratégiques» du gouvernement de M. Chavez qui maintient une ligne intransigeante face aux autorités américaines qu'il tient pour responsables de la crise internationale actuelle.


«Mon conseiller Fidel, il est mon père politique», a souligné M. Chavez, après avoir précisé que le révolutionnaire cubain lui «envoyait des lettres presque tous les jours» afin de le «guider» et de lui «ouvrir les yeux» sur l'évolution de la crise mondiale et sur les moyens d'éviter que son pays n'en soit la victime.



Les relations Téhéran-Moscou en pleine croissance

« Les relations irano-russes suivent une courbe ascendante », ‎a indiqué le vice-président de la Douma, Valery Iazev. ‎
Au seuil de son voyage en Iran, il a déclaré dimanche soir au ‎correspondant de l'agence de presse IRNA à Moscou qu'il n'existait ‎aucune entrave ou restriction dans la coopération des deux pays. ‎Pour ce qui est de la position russe envers les activités nucléaires ‎iraniennes à vocation pacifique, Valery Iazev a souligné que la ‎Russie soutenait le droit de l'Iran de bénéficier du au savoir-faire ‎nucléaire à des fins civiles. ‎
La Russie, a-t-il ajouté, tient à collaborer avec l'Iran dans le ‎domaine énergétique, notamment gazier. ‎
En ce qui concerne les tentatives de certains pays visant à ‎détériorer les relations Téhéran-Moscou, il a réitéré que la Russie ‎était bien consciente de telles démarches partiales et partielles. ‎
Par ailleurs, il a ajouté que l'Iran et la Russie disposaient de 40% ‎des gisements gaziers du monde, ce qui inquiète les Etats-Unis. Le ‎vice-président de la Douma et chef de la Société russe du gaz, s'est ‎rendu dimanche soir à Téhéran à la tête d'une délégation, pour ‎assister à la commission de l'Association des parlements asiatiques ‎pour l'énergie. ‎

Source IRIB

http://www2.irna.ir/ http://www2.irna.ir/



Lundi 6 Octobre 2008


Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires