Opinion

Mahmoud Ahmadinejad : G.W. Bush n’a pas réussi à semer la division dans la région


Dans la même rubrique:
< >


Vendredi 18 Janvier 2008

Mahmoud Ahmadinejad : G.W. Bush n’a pas réussi à semer la division dans la région
Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a estimé hier que le président américain George W. Bush, qui vient d’achever une tournée au Proche et Moyen-Orient, avait échoué à semer la division au sein des peuples de la région, n’hésitant pas à la qualifier « d’échec ».

M. Bush "voulait semer la division entre les peuples de la région, mais sa tournée, qui était destinée à (...) la société américaine en raison de la prochaine élection présidentielle, n'a pas eu l'effet escompté", a estimé M. Ahmadinejad, dans une interview à la chaîne de télévision satellitaire arabe Al-Jazira, basée au Qatar dont les propos en persan étaient traduits en arabe.


"Les Américain n'ont pas réussi. Cette tournée est un échec", a-t-il ajouté, en référence à la visite de M. Bush dans la région, qui s'est achevée mercredi.


"Cette tournée n'a fait qu'encourager l'entité sioniste à commettre des crimes plus atroces contre le peuple palestinien", a ajouté le président iranien, en allusion aux opérations israéliennes dans la bande de Gaza qui ont fait, depuis mardi, plus de 30 morts.


Il a par ailleurs jugé qu'Israël n'aurait "pas l'audace d'agresser l'Iran parce qu'elle sait que toute agression contre le territoire iranien comportera une riposte violente et fulgurante".


"Cette entité sioniste n'obtiendra pas de légitimité par les menaces", a averti Mahmoud Ahmadinejad.


S'agissant de la question nucléaire, il a estimé que ce problème était une "affaire politique" sans "aucun fondement légal".


"Le temps est venu aujourd'hui pour le Conseil de sécurité (de l'ONU) de corriger ses résolutions", a-t-il dit, assurant que les activités nucléaires iraniennes avaient "toujours été transparentes".


"Pour nous, l'affaire nucléaire est une question réglée car tous ont réalisé qu'ils avaient tort", a-t-il dit.


La Cour des comptes américaine (Government Accountability Office, GAO) a par ailleurs émis des doutes sur l’efficacité des sanctions américaines visant le régime de Téhéran, dans un rapport publié sur Internet. Le GAO souligne au contraire que Téhéran a signé des contrats d’une valeur globale estimée à 20 milliards de dollars avec des compagnies étrangères pour exploiter ses ressources énergétiques, « même s’il n’est pas sûr que ces contrats seront réalisés ».


Cet échec de G.W.Bush est d’ailleurs commenté dans un récent numéro de l'hebdomadaire Times qui estime que la tournée de Bush au Moyen Orient n'a fait qu'à attiser les ressentiments et la haine contre les Etats-Unis.


« Le périple moyen oriental de Bush a été un grand échec, ajoute l'article. « Aussi bien les opposants que les alliés des Etats-Unis ont mis en cause la sincérité du président Bush en ce qui concerne la création d'un état palestinien indépendant, a poursuivi le texte.


« Times » critique également la politique et le discours anti-iranien de Bush : « certains dirigeants arabes se sont même opposés à la rhétorique de Bush avant qu'il ne quitte leur pays, remarque l'hebdomadaire.



Plusieurs pays du Golfe persique ont réagi à cette rhétorique guerrière et simpliste. Le chef de la diplomatie koweïtienne cheikh Mohammad Sabah Al-Salem Al-Sabah a affirmé à Téhéran que son pays était l’« ami » de l’Iran.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al-Fayçal, avait jugé la veille que l’Iran était « un pays important dans la région », précisant que l’Arabie n’avait « bien sûr rien contre l’Iran ».




Vendredi 18 Janvier 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires