Politique Nationale/Internationale

Mahmoud Ahmadinead à Abdelaziz Bouteflika : « l'hégémonie des Etats-Unis appartient au passé »



Mardi 12 Août 2008

Mahmoud Ahmadinead à Abdelaziz Bouteflika : « l'hégémonie des Etats-Unis appartient au passé »
Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, s’est entretenu aujourd'hui lundi avec son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika, à qui il a affirmé : « l'hégémonie des Etats-Unis appartient déjà au passé ».

Au cours de cet entretien qui a eu lieu après la réception officielle, Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que le Conseil de la Sécurité de l'ONU était « un simple instrument de l'hégémonie américaine qui lui permet de régir le monde » et « Washington et les grandes puissances, se préoccupent de sauvegarder la réputation du Conseil de sécurité bien plus que d’arrêter notre programme nucléaire. »

« Malgré les pressions et les sanctions imposées par quelques grandes puissances, notre peuple continue avec courage et détermination son chemin
et ils ne pourront pas empêcher le progrès de ce peuple», a-t-il ajouté.


« Dans les secteurs de la politique et de l'économie les Etats-Unis ont été confrontés à de nombreux échecs ; ses politiques ont cessé déjà d'influencer le monde parce que son rôle pour parvenir à une solution face aux problèmes de la région, comme en Irak, en Afghanistan et au Liban, a été un échec » a-t-il déclaré.


« L'Amérique du Nord recule sur toutes les scènes politiques du monde ; ils ne sont déjà pas capables de résoudre les problèmes de leur propre pays, ce qui signifie qu'ils appartiennent au passé» a-t-il précisé.


RELATIONS BILATÉRALES

Mahmoud Ahmadinejad a qualifié « d’historiques » les relations entre l’Iran et l'Algérie et a assuré que les deux pays « partagent des points de vue communs sur d'importantes questions touchant aux questions régionales et internationales. »

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika est arrivé dimanche à Téhéran pour une visite d'Etat de deux jours.


Elle répond à celle qu'avait effectuée son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad en Algérie en août 2007.


La présidence algérienne a expliqué mercredi que ce déplacement s'inscrivait "dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale et de la concertation entre les deux pays sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun".


Des accords douaniers et sur les régimes fiscaux seront signés à cette occasion, a dit l'ambassadeur d'Iran en Algérie, Hossein Abdi Abyaneh.


Le président algérien qui s'est déjà rendu à Téhéran en octobre 2003, a rencontré lundi, outre Mahmoud Ahmadinejad, le guide suprême l'ayatollah Ali Khamenei et le président du parlement Ali Larijani.


Il est accompagné de ses ministres des Affaires étrangères, de l'Energie, de l'Education, du Logement et de la Santé.


Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki a discuté avec son homologue algérien Mourad Medelci de la coopération bilatérale dans différents domaines, dont la construction automobile et de logements.


M. Medelci a déclaré que la participation des compagnies iraniennes à des projets de logements et industriels en Algérie servaient "les intérêts des deux nations".


Alger et Téhéran ont signé en juillet un contrat de 220 millions d'euros pour la construction d'une cimenterie en Algérie, et un accord portant sur la réalisation d'une unité de fabrication de wagons dans la région d'Annaba dans l'est de l' Agérie.


Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays reste modeste. Estimé à 25 millions de dollars en 2007, il devrait atteindre 50 millions USD fin 2008, selon le président de la Chambre algérienne du commerce et de l'industrie Brahim Bendjaber.


M. Abyaneh a laissé entendre que les deux pays pourraient aussi discuter du projet d'un cartel des pays exportateurs de gaz, sur le modèle de l'Opep, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.


"Des délégations d'experts de pays disposant de réserves de gaz comme l'Iran, l'Algérie, la Russie, le Qatar, le Nigéria et l'Egypte ont discuté de la question de former une Opep du gaz", selon lui.


Le président russe Dmitri Medvedev avait fait état en juillet de "différentes propositions pour discuter de la création d'une telle organisation".


En 2006, M. Ahmadinejad a proposé l'aide de l'Iran à l'Algérie dans le nucléaire civil, à l'occasion d'une visite du ministre de l'Energie algérien Shakib Khalil.


L'Algérie qui un membre influent du mouvement des non-alignés, soutient le programme nucléaire iranien, qui vaut à Téhéran des sanctions de l'ONU du fait des interrogations sur sa nature.



Mahmoud Ahmadinead à Abdelaziz Bouteflika : « l'hégémonie des Etats-Unis appartient au passé »

Ali Larijani : la rhétorique anti iranienne des Etats-Unis émane de leur faiblesse

La rhétorique anti iranienne des Etats-Unis émane de la faiblesse de Washington vis-à-vis de Téhéran », a affirmé lundi le président du parlement iranien, Ali Larijani.

Ali Larijani a précisé que les Etats-Unis ont trouvé une situation différente dans la région du Moyen-Orient que celle de l'Iran qui s'est transformé en Etat influent dans la région.


Prononçant un discours devant des responsables du ministère de l'Education Nationale, le président du parlement iranien a déclaré que la promotion du statut régional de l'Iran est le résultat des réalisations nationales et scientifiques du pays.


Ali Larijani a dénoncé l’attitude des Etats-Unis et des puissances occidentales qui n'ont pas voulu voir l'Iran comme un pays possédant des technologies modernes et uniques.


« Ils considèrent la science comme leur propriété et essayent de préserver leur propre monopole concernant les technologies modernes » a-t-il souligné.


« Leur problème c’est que le peuple iranien a fait une percée et progresse de manière endogène au moins et dans plusieurs domaines scientifiques en plus de celui de la technologie nucléaire »a poursuivi Ali Larijani.


http://www2.irna.ir/ http://www2.irna.ir/



Mardi 12 Août 2008


Commentaires

1.Posté par galinette le 12/08/2008 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hélas il a raison rien qu'un exemple simple pour montrer qu'on est devenu des nullards, la grande majorité de la production manufacturière et technologie de pointe à été déplacé en chine.
Actuellement dans le conflit déclenché en Ossétie les Russes peuvent livrer tout ce que I'Iran désire et augmenter leur production d'une manière bien plus rapide que l'occident.
En plus si les iraniens n'ont rien cédés alors les russes encore moins et ils vont arriver à nous berner en déplaçant les grands pôles économique vers l'Asie
La finance en crise avec un dollar plombé une production manufacturière réduite nous a affaiblit d'une manière très préoccupante et définitive.

2.Posté par tonyboy le 12/08/2008 22:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En bon français, galinette :

Hélas il a raison, rien qu'un exemple simple pour montrer qu'on est devenu des nullards : la grande majorité de la production manufacturière et technologie de pointe à été déplacée en Chine.
Actuellement dans le conflit déclenché en Ossétie les Russes peuvent livrer tout ce que I'Iran désire et augmenter leur production d'une manière bien plus rapide que l'occident.
En plus si les iraniens n'ont rien cédé, et les russes encore moins, ils vont arriver à nous berner en déplaçant les grands pôles économique vers l'Asie
La finance en crise avec un dollar plombé une production manufacturière réduite nous a affaibli d'une manière très préoccupante et définitive.

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires