Histoire et repères

MEURTRE PAR DÉCRET dans les Pensionnats pour Indiens (USA) de 1820 à 1980



Mercredi 19 Juillet 2017

MEURTRE PAR DÉCRET dans les Pensionnats pour Indiens (USA) de 1820 à 1980

Dossier à relier à Meurtre Par Décret ► Le crime de Génocide au Canada de 1840 à 1996

Dossier que je tiens régulièrement à jour avec les billets ad hoc, sachant que vous pouvez retrouvez, sur ce blog, tous les billets traitant des Natifs, des peuples autochtones de tous les continents dans la catégorie PEUPLES PREMIERS.

Et comme le précise plus bas R71, c’est grâce à la ténacité de Kevin Annett et   son énorme travail d’investigation depuis plus de 20 ans pour faire éclater la vérité. Annett est un véritable « lanceur d’alerte » mais surtout un chercheur de vérité. Vous pouvez sur ce blog grâce à Résistance71 qui a entièrement traduit son livre « Truth Teller’s Shield : A Manual for Whistle Blower & Hell Raisers » et en accord avec l’auteur car j’ai pu ainsi réaliser la version PDF {N°2} « Le Bouclier du Lanceur d’alerte » ; Lire, télécharger ou encore imprimer  gratuitement cet indispensable ouvrage qui nous permettra de devenir, TOUTES et TOUS des « lanceurs d’alertes et des diseurs de vérité » car il ne suffit pas de chercher la vérité si nous n’en faisons rien, par peur de perdre notre petit confort bien illusoire qui disparaitra, de toute façon, avec la prochaine crise économique « manipulée » qui arrivera tôt ou tard… N’attendons pas qu’elle nous dépouille, nous laissant totalement démuni. N’attendons pas que les grilles totalitaire se referment sur nos tronches. Organisons-nous, dès maintenant, affutons notre conscience politique, nous les peuples, non pour déclencher une insurrection, mais un tsunami d’une révolution sociale qui emportera tout sur son passage… Car comme il est mentionné dans le bouclier du lanceur d’alerte de Kevin Annett : Un homme et la vérité font une majorité, Thomas Paine, 1778.

Un seul grain de sable peut enrayer la machine à nous tuer et quelques grains de sable à sa suite positionnés à des endroits stratégiques peuvent la stopper voire la faire imploser…

Comme le Poème de Percy Shelley, dans le livre de KA le dit en conclusion : Vous êtes nombreux, ils sont peu…

Je tiens à préciser que tous les PDF que j’ai réalisés et que vous trouverez dans cette page dédiée ► LES PDF DE JBL1960 ; sont en lecture, téléchargement et impression gratuits. La recherche de la vérité n’a pas de prix, et ici, comme chez R71 et quelques autres, je pense à la Revue Ballast par exemple, ou Contre-temps… Nous estimons que LA VÉRITÉ libèrera les peuples à tout jamais et que ce n’est pas monnayable !


Résistance au colonialisme : La procédure d’enquête sur la disparition de dizaines de milliers d’enfants des pensionnats pour Indiens se lance à Yankland…

Enfin il semblerait qu’une procédure d’enquête prenne forme pour rechercher le crime génocidaire contre les enfants autochtones des nations originelles aux États-Unis, enfants qui furent, comme au Canada, arrachés à leurs familles et incarcérés dans des pensionnats gérés par le gouvernement fédéral et les églises. Des dizaines de milliers d’entre eux ont « disparu » entre 1820 et les années 1980.
Il est important qu’une enquête soit menée de manière indépendante sans s’en remettre ni aux autorités fédérales qui masquent le crime depuis plus de 100 ans, ni à l’ONU, inféodée à l’empire par le financement de ses divers commissions et groupes de « recherche ». Quoi qu’il en soit, il ne faut plus lâcher l’affaire.
A lire : « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada » [NdJBL : version PDF  {N°1} de 58 pages de l’essentiel de l’original Murder By Decree, 400 pages ► MàJ le 30/05/2017 avec derniers billets ad hoc et connexes]  par le TIDC, Contre-rapport de la farce de la Commission Vérité & Réconciliation canadienne,  qui ne fut qu’une entreprise de blanchiment d’un crime contre l’humanité, toujours impuni aujourd’hui parce que ceux qui « jugent » sont ceux-là mêmes qui ont commis le crime sur plus d’un siècle
Voir le travail au Canada de Kevin Annett et des associations de survivants des pensionnats, on ne peut que souhaiter qu’un tel mouvement se mette enfin en place aux USA…

~ Résistance 71 ~

Avez-vous des informations au sujet de parents qui ont été dans les pensionnats pour Indiens ?

Quatre organisations ont besoin d’aide en regard des personnes ayant des parents ayant disparu dans les pensionnats pour Indiens aux États-Unis

Rick Kearns |16 juillet 2017 | URL source : https://indiancountrymedianetwork.com/history/people/information-relatives-attended-boarding-schools/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/17/resistance-au-colonialisme-la-procedure-denquete-sur-la-disparition-de-dizaines-de-milliers-denfants-des-pensionnats-pour-indiens-se-lance-a-yankland/
Les leaders natifs en appellent à tout le monde en pays indien, ils demandes des informations au sujet d’enfants qui ne seraient jamais retournés chez eux et disparurent après avoir été envoyés dans les pensionnats pour Indiens aux États-Unis.
Les leaders veulent réunir ces informations et ensuite forcer le gouvernement des États-Unis à fournir toutes les archives au sujet des pensionnats et des enfants qui y ont été incarcérés, incluant les enfants disparus, à leurs familles.
La National Native American Boarding School Healing Coalition (NABS), le Native American Rights Fund, le National Congress of American Indians, et le International Indian Treaty Council rassemblent des documents et éléments pour être présentés au groupe des Nations-Unies de l’United Nations Working Group on Enforced and Involuntary Disappearances (UNWGEID).
Les groupes, par l’UNWGEID, demanderont aux États-Unis de “fournir une comptabilité complète des enfants autochtones qui furent envoyés dans les pensionnats pour Indiens et dont la destinée et la localisation demeurent inconnues”, d’après la déclaration de presse effectuée.
“Le gouvernement des États-Unis  n’a jamais accepté la responsabilité des impacts inter-générationnels qu’a eu la politique et le programme des pensionnats pour Indiens, programme qui a retiré des milliers d’enfants indigènes de leurs familles et communautés entre 1869 et jusqu’à une période aussi récente que les années 1980 et ce pour l’objectif déclaré de l’assimilation forcée. Les États-Unis n’ont toujours pas donné de chiffres précis au sujet du nombre d’enfants qui sont morts alors qu’ils étaient détenus par les autorités gouvernementales sous cette politique, ils n’ont pas non plus fournis de preuves montrant que les familles impliquées furent informées de manière consistante du décès ou de la disparition de leurs enfants et ce malgré un grand nombre de tentative d’obtenir ces informations par le biais du Freedom of Information Act (FOIA) ou loi sur la liberté de l’information, dont des demandes furent dûment enregistrées par la National Native American Boarding School Healing Coalition, the Native American Rights Fund (NARF) et le International Indian Treaty Council (IITC),” déclare le communiqué de presse.
“NABS, IITC, NARF et le NCAI demandent respectueusement que les familles  et les tribus rassemblent tous les témoignages possibles et partagent l’information, le cas échéant, afin de documenter tout cela auprès de l’ONU.”

Chacun des groupes a fait des demandes de demandes d’information officielles, d’après Christine McCleave de la nation Ojibwe, directrice du bureau de la National Native American Boarding School Coalition,  qui a enregistré des demandes d’information sous le FOIA en février 2016.
Dans sa demande officielle, le NABS a demandé ceci :

  • Le nombre de pensionnats établis pour des élèves autochtones entre 1819 et 1972, soutenus par un budget et/ou une politique fédéraux
  • Le montant du budget qui fut alloué par le gouvernement fédéral à l’opération des pensionnats et l’identité de chacune de ces écoles, églises, missions ou autres récipiendaires de ces fonds fédéraux.
  • L’endroit géographique de chacune de ces écoles, le nombre de leurs élèves pour chaque année en opération et l’identité de chacun des élèves emmené dans ces pensionnats incluant leur affiliation nationale (incluant les Pueblos et les villages d’Alaska) et
  • Ce qu’il est advenu de chacun de ces élèves, s’ils sont retournés chez eux, s’ils ont été transférés dans d’autres endroits pour plus de formation ou s’ils sont décédés et ont été enterrés dans ces pensionnats ou dans tout autre cimetière.
McCleave nota que le NABS a été en contact avec le Bureau des Affaires Indiennes (BIA) mais n’a reçu aucune des archives demandées.
Cette dernière décennie, il y a eu plusieurs découvertes de tombes anonymes, masquées dans plusieurs de ces pensionnats à travers les États-Unis. En 2015, la chercheuse universitaire Marsha Small a trouvé plusieurs tombes anonymes sur le site du cimetière de la Chemawa Indian School dans l’état de l’Oregon* après avoir recherché cette zone au moyen d’un radar de pénétration.
L’historienne et experte de la tristement célèbre Carlisle Indian Industrial School**, Barbara Landis, a remarqué des tombes anonymes tout comme le fait que des élèves disparus y sont des affaires toujours non résolues.
“Des 14 pierres tombales que nous avons découvertes, nous avons trouvé les noms de toutes sauf deux. Le gouvernement fédéral s’occupe d’obtenir les archives de la Cumberland County Historical Society et du Dickinson College pour un projet de numérisation en ligne.”
Le nombre total d’enfants autochtones disparus n’a pas (encore) été établi aux États-Unis (NdT : il est de plus de 50 000 au Canada, cf. notre traduction de “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, le contre-rapport de la CVR canadienne qui fut une véritable farce et parodie de justice..), mais un universitaire natif, Preston McBride, a estimé que le chiffre pourrait être bien au-delà des 10 000 enfants disparus.
McCleave a aussi dit que le NABS n’a pas non plus collecté toutes les données.
“Nous avons quelques indices, mais nous sommes toujours dans le processus de la collecte de témoignages officiels. Nous savons que des enfants ont disparu parce que la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) canadienne a trouvé les noms de 6000 enfants (NdT : chiffres bidouillés par la commission en question, un chiffre conservateur est de 50 000 enfants morts/disparus certainement plus, au Canada, entre les années 1860 et 1996, date de fermeture du dernier des pensionnats…) qui moururent ou disparurent lors de leur séjours dans les pensionnats,” a dit McCleave.
“Il y a aussi des preuves s’accumulant concernant des tombes anonymes dans les cimetières de pensionnats aux États-Unis”, a t’elle ajouté. Dans leur demande officielle de FOIA de 2016, le NABS a estimé qu’il a pu y avoir jusqu’à 500 de ces pensionnats pour les enfants autochtones aux États-Unis.
Le NABS et les institutions coopérantes espèrent rassembler le plus de témoignages possibles au sujet des enfants disparus en août pour la réunion de l’UNWEIGD se tenant en septembre à Genève, mais ils pourront étendre la date limite si nous estimons que nous avons besoin de plus de temps pour rassembler plus de témoignages” a dit McCleave.
“Aidez-nous à contacter des familles et parents qui pourraient avoir des informations ou des témoignages plus spécifiques et désirant partager cette information concernant des membres de leurs familles ayant été dans les pensionnats et qui sont aujourd’hui toujours disparus et dont on ne sait pas ce qu’ils sont devenus,” a t’elle ajouté.


*Oregon : J’ai traité à fond l’affaire Bundy des fermiers de Malheur dans l’Oregon par de nombreux billets tous regroupés en lien dans ce tout dernier ► Oregon de Malheur !
Cette affaire est significative de l’esprit de l’homme blanc à l’origine de la Loi Fédérale Indienne (USA) comme vient de nous le rappeler, et de manière magistrale, Steven Newcomb avec son dernier billet ► L’esprit de l’homme blanc à l’origine de la Loi Fédérale Indienne par Steven Newcomb
**Pensionnat pour Indiens Carlisle : Parce que la seule motivation depuis octobre 1492  sans cesse rappelée en ces termes par tous les fondateurs de Pensionnats pour Indiens, comme Richart Pratt fondateur de l’École Pensionnat pour Indiens de Carlisle [NdJBL : traité en lien dans ce billet de blog] était de TUER L’INDIEN POUR SAUVER L’HOMME blanc et de surcroit chrétien.
C’est pourquoi vous pouvez en complément de lecture, prendre connaissance de ce billet de blog majeur ► Tuer l’Indigène pour sauver l’Homme ;
Mais également du tout dernier article de la Nation Mohawk que j’ai complété par des billets et PDF connexes, qui inclut la vidéo de la Crise d’Oka en 1990 et dans lequel je fais un focus sur Crazy Horse, chef Amérindien Lakota ► Convaincre et non vaincre…
Car nous pouvons, par nos relayages, amplifier les Voix anticoloniales autochtones, et faire tomber l’empire en lui retirant notre consentement, en disant NON !
Nous ne sommes pas coupables, ni responsables de l’organisation du génocide amérindiens par les hommes en jupe, mais nous serions complices dès lors que nous connaissons les faits, les coupables, les responsables et que nous ne ferions rien pour les empêcher de continuer le génocide passif qui a toujours cours aujourd’hui, notamment avec les Réserves Indiennes, et la vente à la découpe de l’île de la Grande Tortue que tentent d’organiser Trump et Trudeau ; Avec la Loi Fédérale Indienne (USA) ; l’INDIAN ACT au Canada et au Québec et dans tous les pays du Commonwealth ; Et tout pays soumis à la doctrine chrétienne de la découverte, comme en Australie, Nouvelle-Zélande…

« Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice »

Extrait de « J’accuse » d’Émile Zola

OUVRONS-LA ne soyons plus complices des mensonges et crimes d’État et au N.O.M. de leur dieu voire en France d’un demi-dieu

Nous sommes la solution !

JBL1960

L’illustration du billet est issue de l’article original de Rick Kearns sur ICTMN : Courtesy Oregon Historical Society Research Library – This photograph was taken in 1882 at an Indian Training School in Forest Grove, Oregon.



Mercredi 19 Juillet 2017


Commentaires

1.Posté par ALGIERS le 19/07/2017 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Triste réalité

L'histoire ne ment jamais.......USA, CANADA, AUSTRALIE, New ZELAND.... la nouvelle Calédonie etc ....c'est l'oeuvre du blanc qui rase .............
Le blanc est un être qui lit, et retient les leçons....il sait qu'on décimant les autres, personne ne viendra revendiqué le bien.....
Patrice de Mac Mahon gouverneur d'alger qui voulait décimer les autochtones, Heureusement que Napoléon III lui a répondu Par Un NON.......

2.Posté par JBL1960 le 19/07/2017 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lorsqu'on lit le Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation Meurtre Par Décret, on comprend pourquoi l'Église ne peut être inquiétée pour ces crimes.
Actuellement, on reparle des viols d'enfants dans la chorale gérée par Georg Ratzinger, frère de Benoit XVI.
Comme le dit Résistance71 en préambule de l'article de Kearns : ceux qui « jugent » sont ceux-là mêmes qui ont commis le crime sur plus d’un siècle…
L'Église a toujours pris les devants, puisqu'elle a édictée une lettre "crimen solicitationnis" qui interdit toutes poursuites judiciaires à l'encontre des prêtres, des bonnes sœurs etc y compris pour fautes graves (et cela inclus, le viol, la torture, le meurtre). Cela est argumenté, pour la 1ère fois dans ce CR.
Page 38 du CR Meurtre Par Décret : Crimen a pris effet en tant que politique de gouvernance sur tout le clergé catholique romain depuis 1929 et sur l’ensemble des catholiques depuis 1962. C’est une lettre encyclique, qui ne fut révélée qu’en Août 2003 par le journal de Londres “The Observer”, obtenu au travers d’un contact avec les archives de la librairie du Vatican où elle était archivée. Crimen impose un serment de “secret perpétuel” sur toutes les victimes de viols d’enfants par des prêtres et les noms des violeurs sous peine d’excommunication. L’encyclique interdit également de rapporter le crime à la police empêchant ainsi les violeurs d’être traduits devant un tribunal civil. Grâce à la lettre Crimen Sollicitationis, tout le clergé catholique, perpétrateur principal de ce crime, est automatiquement protégé de manière institutionnalisée pour tout acte de viol ou de violences, abus sur des enfants. Crimen personnifie une énorme conspiration criminelle à l’échelle mondiale.
Et en lien avec les dernières affaires de pédophilies et autres, en appui du livre "Église la mécanique du silence" aux Éditions Lattès ce billet complémentaire ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/21/dans-le-silence-des-eglises/ Qui a été publié ici-même, et que j'ai complété en section commentaires avec les dernières affaires.

3.Posté par Bina le 19/07/2017 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Impossible de remettre la main sur la vidéo de Harlyn Geronimo invité du grand journal de canal + en 2008 ! Vraiment dommage.....ça se comprends puisqu'il compare le cinéma hollywoodien traitant de la sh*ah à toutes les sauces sans jamais parler du génocide Amérindien par ???? dont le chiffre est bien plus important.....

J'avais eu la chance de voir en direct les réactions et l'atmosphère qui émanait du téléviseur....

4.Posté par Bina le 19/07/2017 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

(suite)

On peut comprendre en s'amusant....
https://www.youtube.com/watch?v=0Dn3woQXe-w

5.Posté par Bina le 19/07/2017 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le blanc est un être qui lit, et retient les leçons....il sait qu'on décimant les autres, personne ne viendra revendiqué le bien.....
Patrice de Mac Mahon gouverneur d'alger qui voulait décimer les autochtones, Heureusement que Napoléon III lui a répondu Par Un NON.......

Je dirai qu'il lit sans comprendre et ne sait pas retenir ses leçons, il saura toujours, par la violence, provoquer des guerres en pleurnichant leur légitimité tout en réclamant des biens qui ne lui appartienne pas quitte à les voler sans scrupule.

Malgré plus d'un million de morts, valeureux combattants, et avec l'accord ou non de napoléon 6, 9 ou 2.0 vous seriez jetés hors de nos terres avec vos traitres et vos harkis.

N'en déplaise.......aux agents de subversion, les barbouzes aux services des nazis.....

Faudrait arrêter de prendre pour des c*ns, n'est-ce pas ? Après tout un peu de clownerie ne fait pas de mal......

6.Posté par issa le 20/07/2017 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aimé Césaire a écrit que le nazisme n'était pas un accident de l'histoire mais l'aboutissement européen de ce qui fut réalisé ailleurs. La " nation " indienne, riche de son harmonie avec la nature fut " génocidée " et sa mémoire effacée par le dominateur blanc. Comble de l'ignominie, les rares traces de cette nation fut folklorisée à souhait par le cinéma. Je ne connaissais pas leur histoire mais m’intéresse depuis peu à l'histoire des Ottawa, des Hurons et je découvre des groupes humains bien plus civilisés que l'homme qui les a anéanti.

7.Posté par JBL1960 le 21/07/2017 10:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ issa = Aimé Césaire que je cite très souvent, est largement repris ici ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/06/25/tuer-lindigene-pour-sauver-lhomme/ dans ce billet majeur en appui de l'article de Chem Eddine Chitour qui je crois est paru ici-même. Et que j'ai complété, notamment avec toutes les publications (en liens) en hommage à l'anthropologue Pierre Clastres, disparu accidentellement le 29 juillet 1977 et qui a énormément travaillé sur les sociétés primitives (et sur le terrain), anthropologue, ethnologue anarchiste son travail, inachevé, est à considérer. J'ai d'ailleurs réunie les publications de R71 dans un PDF que nous publierons conjointement le 29 juillet prochain.
En complément de Césaire, sur l'Amérique moderne, il faut lire Franz Fannon qui a fort justement défini ceci ; “Les Américains sont le seul peuple, à l’exception des Boers, qui, de mémoire d’homme, ont totalement balayé la population autochtone du sol où ils se sont installés.”
C'est pourquoi, je pense, modestement que nos rêves valent mieux que leur cauchemar non ?
https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/08/12/nos-reves-valent-mieux-que-leur-cauchemar/

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires