PRESSE ET MEDIAS

MAX GALLO, LE FANATIQUE ?


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective


Un révisionniste, un islamophobe, un néo-inquisiteur, un réactionnaire, un impérialiste néo-conservateur et parfois, occasionnellement ‘’historien’’?

Mais surtout, un crypto fanatique qui se cache derrière la laïcité prétendument républicaine.

Après avoir affiché et revendiqué sans pudeur ses affinités idéologiques sous prétexte de nous éclairer l’histoire (médiatique et médiatisée), notre homme dans une vision romanesque et romantique, impose ses propres perceptions et appétences et non l’histoire authentique. Comme rien n’arrive par hasard, le titre de son dernier ‘’chef d’oeuvre’’ est ‘’Les fanatiques’’, en digne héritier de ses précédents livres ; avec son lot d’assertions, d’allégations, de provocations ciblées, de points de vues sans intérêts, constater les évidences et dénoncer les symptômes comme il le fait, ne font pas de lui et de ces écrits une référence et encore moins un modèle de pensée saine. Au lieu de critiquer les fondements historiques et sociaux injustes de cette société, il nous fait la démonstration de son incurie et de son incapacité à analyser les réalités objectives de notre société, il se fait un acteur de la propagande néo-conservatrice.







Hartemisse
Vendredi 23 Juin 2006

 

 

Nul besoin de décrire le parcours de cet individu, puisque les médias généralistes et complaisants le font si bien, d’autant plus que notre historien est en tournée promotionnelle pour son livre‘’Les fanatiques’’. Dans ce roman, qui est censé démontrer une incompatibilité entre l’Islam et la (sa) République, il dévoile son propre fanatisme et sa propre frustration face aux conversions de Français à l’Islam.

Bien que Max gallo soit un homme de convictions, cela ne fait pas de lui un homme digne, puisque par des contorsions intellectuelles et dialectiques, il feint la tolérance et le respect de l’autre, il n’ose afficher ouvertement son aversion de l’Islam. Il se défend en critiquant les musulmans seulement et non l’Islam et esquive ainsi toute accusation d’islamophobie.

Il dénonce le fanatisme islamique, alors qu’il occulte son propre fanatisme impérial.

 

Réputé pour ses positions révisionnistes concernant la période coloniale de la France , il l’est un peu moins pour son islamophobie latente. Bien qu’il se défende de toute accusation islamophobe, il suffit juste de l’écouter à défaut de le lire. Il est un propagandiste notoire, il participe à la propagation de la doctrine du ‘’clash des civilisation’’ puisqu’il dit: «Ecartons les hypocrites, les habiles, les aveugles qui récusent l'évidence : il y a bien un choc de civilisations»

 Cette théorie née d’un esprit malsain que pouvait être S. Hungtington dont les néo-conservateurs US en ont fait la source de leur inspiration philosophico politique.

 

 

Mes propos ne sont pas là pour remettre en cause son érudition de l’histoire, s’il y a ?

Certes, connaître l’histoire ne suffit pas à être un homme digne et juste. Tout ceux qui ont participé au formatage de l’histoire connaissaient les vérités historiques, mais cela ne les a pas empêchés de détourner l’histoire selon leurs convenances idéologiques.

Il y a une parabole théologique qui résume bien cette situation, puisque M. Gallo revendique son appartenance au Christianisme : l’imaginaire accepte facilement l’idée que le savoir et la connaissance sont intrinsèquement liés à l’honnêteté et la probité intellectuelle. Pourtant, la notion d’honnêteté découle non pas de la connaissance, mais d’une motivation liée à une dimension métaphysique, d’un respect de la création par égard à son Créateur.

Ainsi, si la connaissance était le corollaire de l’honnêteté ou la probité la conséquence du savoir, Satan n’aurait sans doute pas fait le choix que nous connaissons ?

 

Cette allégorie biblique n’est pas choisie pas hasard, puisque Max Gallo se dit croyant, il devrait éviter la compromission et le mensonge sous prétexte de connaître l’histoire.

Comment peut-on se dire respectueux des enseignements de Jésus et porter en soit une telle haine de l’autre ?

Comment Max Gallo peut-il être aussi lâche intellectuellement quand il se cache derrière la laïcité tout en revendiquant son appartenance à une faction d’individus qui dénient le droit à autrui de ne pas croire comme lui ?

Comment cet historien, au nom de la République et de ses valeurs qui plus est, peut-il insidieusement porter atteinte à la dignité et aux convictions de la principale minorité de ce pays ?

 

La République ne dit-elle pas que les citoyens sont égaux dans leur choix spirituel et nul ne peut être inquiété pour ses convictions politiques ou religieuses ?

 

Comment un homme qui occupe, et plus que de raison, les plateaux télés et les colonnes de la presse, et qui ne peut contenir sa diarrhée verbale et en même se donner le rôle de l’homme intègre et honnête dont il veut donner l’illusion?

 

Il était certes prévisible qu’après le 11 septembre les choses allaient évoluer. Que l’Islam allait devenir la cible principale des attaques politiques et médiatiques. Dans la droite ligne des propagandes antisoviétiques, qui jadis, autorisaient tout comportement indigne sous prétexte de lutte contre le communisme.

Les intellectuels, les élites politico médiatiques et l’establishment ont trouvé le nouvel alibi, celui qui autorise les insultes, la restriction des pratiques religieuses et des libertés individuelles.

Cette dérive fasciste et fascisante est la résultante de la propagande qui remplace l’information. La propagande existe et a existé de tous temps. Cependant, les périodes de crises internationales comme celles qui ont marqué l’avant seconde guerre mondiale sont propices aux propagandes les plus acharnées et qui sont imposées aux peuples de manière aussi violente qu’aujourd’hui.

 

Comment expliquer le comportement de Max Gallo, sans comprendre ses motivations réelles ?

Une fois que la notoriété médiatique vous est acquise, vous pouvez dire tout et son contraire comme le font toute la clique d’historiens, de philosophes, écrivains et journalistes, sans oublier les écervelés du show-biz qui imposent leur médiocrité et inculture. Ainsi, M. Gallo à ce privilège médiatique, il peut impunément être révisionniste, islamophobe et s’attribuer le rôle du Bon, le dernier rempart avant la nouvelle invasion barbare.

Il peut avoir des affinités idéologiques avec un certain ministre de l’intérieur, tout en s’affichant comme Socialiste, il peut aussi occulter des vérités historiques pour justifier à défaut de prouver le bien-fondé de ces mensonges, le tout, sous couvert de lire l’histoire par les yeux d’un Historien. Comment peut-il avoir des ancêtres romains et revendiquer une culture gaullienne, et être plus Français que les descendants directs de cette dynastie, si cette notion a encore un sens ?    

 

Comment un historien républicain comme lui, peut-il défendre l’idée d’une République où la prédominance d’une religion ferait partie de ses valeurs ?

"On peut aussi envisager une capitulation rampante qui se donnerait la bonne conscience de la sagesse et de l'esprit de responsabilité. Pour acheter la paix, pourquoi s'encombrer de ces mauvais caricaturistes, de ces irresponsables ? Ont-ils du pétrole les adeptes de la liberté de pensée ? Sont-ils capables de défendre au péril de leur vie les grands principes qu'ils proclament ? Pour ne pas payer l'essence trop chère et garder nos parts de marché, pourquoi ne pas cesser de résister ? Va-t-on se battre pour douze caricatures sinistres ? Et allons au bout : l'Empire romain a été conquis par le christianisme ; pourquoi l'islam ne serait-il pas la nouvelle religion conquérante ? On s'adaptera. On se convertira. Il faut oser regarder ces choix en face. Que voulons-nous défendre de ce que nous avons acquis, siècle après siècle ? Que sommes-nous prêts à abandonner ? Par réalisme ? Par sagesse ? Ou par lâcheté ? Au temps de Munich, en 1938, ce dernier mot avait un synonyme, employé par les diplomates : apaisement."

 

 

M. Gallo ne doit pas se rendre compte de ses propres paradoxes ou alors il n’en a cure, et en bon propagandiste qu’il est, lui et ses acolytes, la clique de philosophes et autres penseurs et menteurs, pratiquent la politique du pas vu pas pris. Ils peuvent sans peine, dire tout et son contraire, porter des accusations sans fondements, puisque nos médias bienveillants, sans doute par soucis de qualité d’émission, évitent tout débat contradictoire ?

 

Quoi qu’il en soit, les propagandistes participent activement à la désinformation, véhiculent des mensonges accusatoires, se font les échos d’une propagande qui insidieusement change la perception des réalités sociales et économiques, distillent une pensée fasciste sous couvert de patriotisme ou ouvertement de nationalisme affiché.

 

En fait tout le problème ne vient pas de l’Islam, mais d’une aversion prononcée des musulmans qui sont présentés comme les icônes de la paresse, de la violence, de la haine… La représentation subliminale des valeurs judéo-chrétiennes qui sont en principe à l’opposé des vices intrinsèques des reproches fait aux musulmans.

 

Etant donné que les opinions ne sont pas encore disposées à entendre des propos ouvertement racistes, et même si quelques précurseurs se sont fait les ‘’courageux’’ inspirateurs du discours ‘’franc’’ où au nom du ‘’courage’’ intellectuel quelques uns comme le psychopathe de  Michel Houellebecq, de son vrai nom Michel Thomas porte atteinte à la dignité de tous les musulmans en insultant l’Islam. D’autres comme Claude Imbert ou des politiciens démagogues comme De Villiers sans oublier notre ministre de l’intérieur et présidentiable…

Bref, tous sont des lâches et des ennemis de la Républiques et de la laïcité, qui pourtant, sont présentés comme des hommes courageux et honnêtes, derniers garants des valeurs républicaines.  

Souvenez-vous quant des voix s’élevaient contre la loi scélérate contre le port du foulard, certains mettaient en garde contre un manque de courage politique : cette interdiction du foulard à l’école devait être précurseur d’autres lois qui visent à restreindre nos libertés individuelles. Aujourd’hui Eric Raoult, déjà connu pour ses positions haineuses, tente l’aventure en s’attaquant aux strings des jeunes élèves. Non pas que je sois un défenseur de ce genre d’accoutrement, mais les dérives sont bien là, quitte à chacun de les constater et des les dénoncer. Car, ceux qui aujourd’hui s’attaques aux libertés des musulmans sous des prétextes fallacieux, rien ne les empêchera de poursuivre la politique de ‘’la tolérance zéro’’.

‘’Donnez-nous certaines de vos libertés, et nous, nous vous préserverons de la violence et du chaos que nous contrôlons’’.

 

 

Dans cette politique du tout sécuritaire, certains ont trouvé une faille, où ils se sont glissés subrepticement. Ils ont trouvé un fond de commerce utilisé par tous les extrémistes. A défaut de prouver le bien fondé des accusations et autres assertions à l’encontre d’une religion, ils se sont auto proclamés derniers gardiens des valeurs occidentales. Et, cette posture Max Gallo n’a pas hésité à l’adopter et de se comporter comme un nazi avec la franchise en moins !

 

 

 
 

Cliquez sur play



Vendredi 23 Juin 2006


Commentaires

1.Posté par MAZERAN Benjamin le 07/07/2007 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En réaction de l'article sur l'ouvrage " les fanatiques " de Max Gallo je pense bon de vous signaler qu'il m'a parut plus un défouloir, qui prend prétexte d'un livre pour faire le faux proçés de certains libres penseurs, qu'une critique construite sur un sujet sensible.
En simplifiant la complexitée des questions sur ce sujet il m'a semblé que cet article fraule l'intolérance intellectuelle en basculant dans une sorte de populisme qu'il stigmatise par ailleurs.
Ces questions peuvent être traitées dans le respect des points de vue de tous et donner des discutions constructives sans tomber dans le débat passionnel improductif.

2.Posté par Ahmed le 09/04/2008 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Citer Voltaire et Tabari au tout début du livre prouve bien la méconnaissance qu'a Gallo de l'Islam et qu'il suit là la tendance islamophobe post 11 septembre. Je ne le qualifierai pas de penseur libre, mais de penseur peu critique.
Tabari ne fait pas l'unanimité chez les Musulmans, il s'agit d'un texte qui mêle légendes et faits rééls.
Voltaire, lorsqu'il parle de fanatisme et cite expréssément la religion révélée à Mahomet selon les Musulmans, il dénonce le fanatisme justifiée à tort par une religion quelconque. Il suit là encore une mode de son époque qui est de se défouler sur le grand ennemi, le Turc. D'ailleurs lorsqu'il parle de pouvoir absolu, tout comme Montesquieu, il cite l'exemple turc, il ne dit pas que la France à cette époque est un grand modèle de partage des pouvoirs.
Max Gallo deviendrait-il un deuxième Bernard Henry Lévy ?

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires