Croyances et société

Luttons plus que jamais contre l’islamophobie !


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 13 Janvier 2019 - 12:42 3eme temple et sympathiques rabbins !



Lundi 26 Janvier 2015

Luttons plus que jamais contre l’islamophobie !
Le Prophète Muhammad a été attaqué dès le début de la Révélation. Il nous faut définir tout de suite la conception islamique de l’islam qui diffère de la conception chrétienne, où la religion (ou la religiosité) n’est identifiée ni par un prophète, ni par une règle. L’islam se présente comme un acte de foi ; c’est la reconnaissance d’une adhésion consciente à l’Être suprême.
 
Pour les musulman-e-s, appréhender la dimension du Transcendant signifie se libérer de toute manifestation du contingent. On retrouve ainsi l’idée de la reconnaissance de l’Unique pour se libérer de tout ce qui relève des contingences de la vie ; reconnaître ce qu’Il est, c’est se libérer de toute soumission à ce qu’Il a créé : influences des être humains, modes, tensions personnelles, émotionnelles ou matérielles. L’islam se définit donc par cet état de reconnaissance.
 
Quand, au XVIIIème siècle, certains penseurs comme Montesquieu ou Voltaire commencent à s’intéresser à la question de l’islam, on les entend parler de « mahométans ». Cette appellation en soi est une grave erreur car elle fait référence, par analogie, à ce que l’on connaît pour le christianisme et le Christ. Or, dans la tradition musulmane, on se réclame d’un acte de reconnaissance du Créateur de tous les hommes, et non pas d’un être humain, même s’il est le modèle des musulmans, même s’il est celui qui va leur permettre de se rapprocher de Dieu. C’est un aspect fondamental, car ici le rapport du Créateur à sa Création est déplacé et se différencie de la conception chrétienne.
 
Certes, ces aspects peuvent paraître secondaires, voire des évidences, mais il faut savoir les dire dans un contexte qui a en quelque sorte enraciné dans l’inconscient collectif des représentations faussées qui remontent au Moyen Âge.
 
L’islam étant la dernière des religions, il ne pouvait manquer de susciter un courant d’hostilité qui, au cours de l’histoire, a revêtu des formes diverses : la force armée avec les expéditions militaires, les attaques par l’écriture, une législation ressentie comme agressive et discriminante et enfin, les blasphèmes.
 
L’islam est d’abord attaqué par l’épée. Les Croisades débutent en 1095 pour se dérouler sur trois siècles, avec l’objectif de chasser les musulmans de la ville de Jérusalem. L’islam sort finalement renforcé de cette épreuve, avec la constitution de l’Empire ottoman qui va embrasser le Proche-Orient, l’Europe des Balkans, l’Afrique du Nord et une bonne partie de l’Europe de l’Est.
 
L’islam est ensuite attaqué par la plume, avec des écrits comme « la Chanson de Roland » (l’auteur représente l’islam comme le grand ennemi de la chrétienté), « la divine Comédie  » de Dante. Dans la croisade intellectuelle qui se poursuit, des figures de la littérature se distinguent. Citons en vrac Pascal (dans ses pensées, on trouve le chapitre : « contre Mahomet »), Voltaire (avec son « le Fanatisme ou Mahomet le Prophète  »), Salman Rushdie et les fameux « Versets sataniques  », Michel Onfray pour qui « l’islam est un problème  », etc.
 
La législation va même être utilisée contre l’islam. En France, c’est la loi de 2004, appelée pudiquement « loi encadrant le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics », qui interdit de facto le port du voile islamique, dénoncé comme symbole d’oppression, de soumission, de manque de respect à l’égard de  la femme. C’est ainsi que de jeunes musulmanes qui se couvraient la tête ont été exclues de leurs écoles alors que certaines de leurs camarades y sont toujours admises avec des tenues dénudant le nombril. Comment peut-on imaginer que l’imposition du dévoilement pour rester scolarisée puisse se dérouler sans provoquer un sentiment de négation, de mépris et d’humiliation alors que, dans la plupart des établissements, les petites croix portées en pendentifs sont tolérées (car hypocritement considérées comme « non ostentatoires ») ? Les témoignages présents dans le livre « les Filles voilées parlent  », paru en 2008, sont significatifs.
 
Les derniers dérapages de Charlie hebdo ont constitué en quelque sorte la cerise sur le gâteau. Olivier Cyran (qui a travaillé de 1992 à 2001 à la direction de l’hebdomadaire satirique) n’y va pas par quatre chemins. « Le pilonnage obsessionnel des musulmans auquel Charlie hebdo se livre depuis une grosse dizaine d’années a des effets tout à fait concrets. Il a puissamment contribué à répandre dans l’opinion « de gauche » l’idée que l’islam est un « problème » majeur de la société française. Que rabaisser les musulmans n’est plus un privilège de l’extrême-droite », mais un droit à l’impertinence sanctifié par la laïcité, la république, le « vivre ensemble ». Et même, ne soyons pas pingres sur les alibis, par les femmes – étant largement admis aujourd’hui que l’exclusion d’une gamine voilée relève non d’une discrimination stupide, mais d’un féminisme de bon aloi consistant à s’acharner sur celle que l’on prétend libérer. Drapés dans ces nobles intentions qui flattent leur ignorance et les exonèrent de tout scrupule, voilà que des gens qui nous étaient proches et que l’on croyait sains d’esprit se mettent brusquement à débonder des crétineries racistes. À chacun ses références : la Journée de la Jupe, Elisabeth Badinter, Alain Finkielkraut, Caroline Fourest, Pascal Bruckner, Manuel Valls, Marine Le Pen ou combien d’autres, il y en a pour tous les goûts et toutes les « sensibilités ». Mais il est rare que Charlie hebdo ne soit pas cité à l’appui de la règle d’or qui autorise à dégueuler sur les musulmans. […] Ils ne manquent jamais de se récrier quand on les chope en flag : mais enfin, on a bien le droit de se moquer des religions ! Pas d’amalgame entre la critique légitime de l’islam et le racisme anti-arabes ! ». Olivier Cyran a écrit ce texte en décembre 2013, soit à peine plus d’un an avant l’attentat qui a décimé la direction de Charlie hebdo.
 
Bien entendu, on n’aura pas échappé à une récupération politique de cette affaire. Les débats médiatiques et politiques n’ont eu de cesse de stigmatiser ces dernières années les musulmans en les amalgamant fréquemment à l’intégrisme, au djihadisme, au terrorisme, etc. Pourtant, les frères Kouachi et Coulibaly ne sont pas la production d’un produit étranger ou d’un certain islam (toutes les explications exclusives à une communauté sont inévitablement racistes). Ils sont au contraire le résultat des carences, des inégalités, des humiliations et des contradictions de la société française. Alors qu’un arsenal juridique impressionnant forme le dispositif français de lutte contre l’antisémitisme, alors que les formations de la droite extrême ont remplacé celui-ci par l’islamophobie, alors que les grands partis de droite et de gauche laissent régulièrement percer leur haine de l’islam et défendent les mesures prises par l’État (au nom de la laïcité ou de la défense des femmes), ce racisme ne rencontre pas la riposte qu’il mérite.
 
Capitaine Martin
 
http://www.resistance-politique.fr/article-luttons-plus-que-jamais-contre-l-islamophobie-125435258.html
 


Lundi 26 Janvier 2015


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 26/01/2015 13:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article, assez pertinent, mérite malgré tout deux rectificatifs. Le premier fort peu connu et encore moins compris et le deuxième en rapport avec un phénomène interprétatif erroné de la doctrine de l'Islam.

Aujourd'hui, il est courant de parler des religions, quelles qu'elles soient. Pourtant, tant leurs détracteurs que leurs fidèles ne semblent pas se poser cette question élémentaire : si, au moins pour les trois religions monothéistes, il y a la croyance en un Dieu unique et Absolu et que c'est LUI qui a fait en sorte que soit connu Son Existence par le moyen de Sa Révélation faite par l'entremise de prophètes, pourquoi, au point de vue des fidèles, n'a t-Il pas fait en sorte que cette religion soit universelle depuis les origines et sans aucun changement et adaptée à tous les peuples ?

Autre question formulée différemment, pourquoi Dieu a t-Il éprouvé le "besoin" de faire en sorte qu'il y ait plusieurs religions, surtout qu'elles concourent toutes au même but ? Cela reviendrait à dire qu'Il n'est pas parfait, ce qui est une contradiction formelle de Sa nature divine.

En réalité, la réponse à ces questions est simple. Dès l'origine de l'humanité, qui, assurément, ne descend pas d'un animal ou encore pire, d'une cellule frustre dans un océan primordial, a reçu, ou si on on veut, a été guidée vers le divin à travers une Tradition spirituelle que l'on appellera la Tradition Primordiale, et qui, au fur et à mesure du temps a été adaptée selon les époques et les peuples qui ne pouvaient plus la comprendre afin qu'ils puissent malgré tout rester reliés au divin.

Selon les époques, elle a porté le nom d'Hindouisme, de Taoïsme, de Bouddhisme, de Judaïsme, de Christianisme et il y a environ quinze siècles, d'Islam. Et la raison pour laquelle il n'y en a plus maintenant tient au fait que l'Islam et la Révélation coranique ont été structurés de telle façon que la nécessaire adaptation selon les époques et les peuples pouvaient se faire automatiquement. Donc elle est parfaitement adaptée au temps d'aujourd'hui. Il faudrait aussi prendre en compte le fait qu'il y a eu pas mal d'altérations, de déformations du message originel, y compris dans les adaptations selon les époques, qui ont fait qu'un nouveau réajustement a été nécessaire. On peut dire sans hésiter que ce ne sont que des "querelles de chapelle" du genre "ma religion est la meilleure" , pour telle ou telle raison, assez irrationnelle, d'ailleurs, qui ont fait et font les incompréhensions et les tensions entre fidèles des religions.

Chacun doit se sentir libre de suivre la religion qu'il veut, simplement, cela dépend en grande partie de ce qu'il cherche. Si ce n'est que le simple réconfort d'appartenir à une communauté religieuse, pas de problème, à ce point de vue, elles se valent toutes ; par contre si c'est le fait d'établir le contact, le cheminement vers le divin, là c'est une toute autre histoire. En effet, toutes les possibilités existent dans toutes les religions, puisqu'elles ont une source unique, mais bien sur, une religion qui n'est plus parfaitement adaptée à notre époque rendra ce cheminement plus difficile à faire, plus lent. Dans son principe, il serait plus logique de suivre la voie la plus facile, maintenant, encore une fois, chacun est libre. Mais en tout cas, on l'aura compris, il n'y a pas plusieurs religions. C'est le même message universel transmis à l'humanité selon les époques et les peuples, c'est tout. Et c'est sur ce point précis qu'il peut y avoir un accord et un échange profond entre tous.

Le deuxième rectificatif concerne une interprétation erronée de la doctrine musulmane et qui a justifié cette absurdité d'une loi. Je veux parler du trop fameux "voile islamique". Il n'y a pas et il n'y a jamais eu de "voile islamique". Ce n'est qu'une coutume ancestrale chez certains peuples en Orient respectable en tant que telle, mais qui n'a rien à voir avec l'Islam. La différence est que la mouvance wahhabite, qui n'est qu'une hérésie mortifère et obscurantiste de l'Islam, a répandu cette coutume en disant que l'Islam oblige que la femme ait les cheveux voilés par décence. Et bon nombre de musulmans influencés plus oui moins à leur insu par cette doctrine obscurantiste prétendent que c'est écrit dans le Coran et comme, bien sur, ça ne l'est pas, vont faire une interprétation de certains versets coraniques pour justifier cette assertion.

Pour ce qui est de la loi, le gouvernement qui sait très bien que c'est la mouvance wahhabite qui est derrière cette affaire de "voile islamique", l'a utilisée pour faire voter une loi liberticide à l'intention manifeste des musulmans. Toute occasion pour remettre en cause cette religion est saisie. Cherchez à qui cela profite, vous aurez peut-être une idée de ce qui est là derrière. En tout état de cause, cette loi est une loi d'une stupidité insondable. En quoi le fait que des femmes se couvrent les cheveux, peut bien être un danger pour la société ? C'est d'une absurdité sans nom.

Il y a un adage qui dit que le démon peut aller jusqu'à imiter les Anges et les saints, mais au bout du compte, il se trahit toujours par une sottise. Voilà, si je puis dire, un cas d'école avec cette loi anti voile !

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires