PRESSE ET MEDIAS

Loppsi Sarkozy, Hortefeux et leur filtrage du Net ? Les pédophiles leur disent merci !



Olvier Bonnet
Lundi 15 Février 2010

Loppsi Sarkozy, Hortefeux et leur filtrage du Net ? Les pédophiles leur disent merci !

Après la vidéo"protection" et l’espionnage de l’ordinateur de "suspects" ouvrant la voie au flicage généralisé, notre troisième billet sur la calamiteuse Loppsi concerne le filtrage d’Internet, censé lutter contre la pédopornographie. Une mesure non seulement inefficace mais contreproductive. Hortefeux ? Les pédophiles lui disent merci.


hortefL’article 4 de la Loppsi ("loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure"), voté le 10 février dernier, oblige les fournisseurs d’accès à filtrer les sites pour bloquer ceux contenant de la pédopornographie. Une mesure qui semble a priori louable, ainsi justifiée par le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, à la tribune de l’Assemblée nationale : "Le défi à relever est le suivant. En 2009, la plate-forme de signalement du ministère de l’intérieur a enregistré 10 900 signalements à caractère pédopornographiques. Cela signifie que 10 900 internautes ont visionné involontairement – je dis bien involontairement - de telles images, et ont décidé de le signaler aux autorités. Ces signalements portaient très souvent sur des sites hébergés à l’étranger et gérés par des trafiquants de l’internet. L’objet de l’article 4 vise à protéger les internautes contre l’accès fortuit à des sites pédopornographiques. Cet article 4 organise une procédure permettant d’établir une protection que les fournisseurs d’accès devront mettre en œuvre pour que les internautes ne puissent, même fortuitement, accéder à des sites pédopornographiques mis en ligne depuis l’étranger." Ne cherchez pas d’autre raison officielle à ce filtrage, le ministre ne l’explique qu’ainsi. Or, problème, l’intervention hortefesque relève du grand n’importe quoi sur tous les points, ce qui invalide totalement la justification avancée. Commençons par l’argumentation par les chiffres du ministre, balayée par Numérama  : "il est faux de prétendre qu’un signalement équivaut à un internaute qui visionne par erreur un contenu pédopornographique. Combien de contenus ont été signalés par erreur comme étant pédopornographiques ? Brice Hortefeux n’en dit rien. L’Association des Fournisseurs d’Accès et de Services Internet (AFA), qui publiait la semaine dernière les chiffres de sa propre plateforme de signalement, montrait que le nombre de contenus signalés "présentant un contenu pornographique accessible aux mineurs potentiellement illégaux" avait baissé, alors que le nombre de signalements avait au contraire augmenté. Sur 4573 sites signalés à l’AFA comme pédopornographiques par les internautes en 2009, 987 avaient selon l’association un caractère "potentiellement illégal". Ce qui ne veut pas dire que les 987 sites restants étaient pédopornographiques, mais simplement qu’il était sûr que les 3786 autres étaient des signalements erronés. Rappelons qu’au premier semestre 2009, sur 26 222 signalements de tous types reçus par le gouvernement, 3 500 seulement ont fait ensuite l’objet d’une fiche de délit, et 762 l’objet d’une enquête." Dès le début, Hortefeux déraille donc : 10 900 signalements n’équivalent bien sûr nullement, comme il le prétend, à 10 900 visionnages effectifs de contenus pédopornos.

signalezFabrice Epelboin, éditeur du blog de référence ReadWriteWeb, tord le cou à la suite de la démonstration, qui insiste lourdement sur le caractère involontaire de l’accès (présumé) à ces contenus : "Tomber “par hasard” sur des contenus pédophiles de nos jours en surfant sur le web est une vaste plaisanterie, assène-t-il dans 20 minutes. (...) cela n’a aucune chance de vous arriver “par hasard". Reprenons : Hortefeux commence par mettre en avant un chiffre relativement important, mais on voit qu’il représente en réalité une énorme exagération des faits, basée sur le postulat, clairement démenti par les statistiques de l’AFA, que tout internaute signalant un contenu pédoporno l’aurait vraiment visualisé. Conclusion : le phénomène est très largement plus marginal que ne le dit le ministre. Mais pire, puisqu’on ne peut pas tomber involontairement sur ce type de contenus (sans les chercher) et que le filtrage ne sert qu’à empêcher de tels affichages fortuits, cette mesure vise à lutter contre un risque purement imaginaire ! Voilà établi qu’en tous les cas, elle ne pourra servir son but affiché. Empêcher l’accès volontaire, alors, aux contenus pédopornos ? Raté : le filtrage est inefficace, comme l’analyse Le Monde : "Publiée durant l’été 2009, et réalisée par deux cabinets d’étude, Marpij et Insight, l’étude d’impact sur le filtrage de la Fédération française des télécoms, démontre ainsi que toutes les techniques de blocage, "sans exception aucune, sont contournables". Utilisation de sites miroirs, changements fréquents d’adresses IP, utilisations de réseaux anonymes... De nombreux dispositifs de contournement pourraient se généraliser avec l’instauration d’un dispositif de filtrage. L’étude note également que "tous les contenus diffusés sur des réseaux peer-2-peer, des réseaux anonymisants, par des services de messagerie instantanée ne sont pas inscrits dans le périmètre de blocage, alors même qu’ils sont les principaux supports d’échange d’images pédopornographiques". Le filtrage ne sert donc absolument à rien. Si ce n’est à introduire le ver de la censure dans le fruit d’Internet, comme le dénonce la Quadrature du Net : "Durant l’examen de la Loppsi, le gouvernement s’est opposé à tous les amendements visant à minimiser les risques de dérives dans la mise en œuvre de la censure du Net. Le refus de rendre ce dispositif expérimental et temporaire montre que l’exécutif se moque de sa prétendue efficacité pour lutter contre la pédopornographie ainsi que de ses conséquences néfastes. Il s’agit donc bel journalet bien de permettre au gouvernement de contrôler Internet, la porte étant désormais ouverte à l’élargissement du dispositif". Le porte-parole du collectif, Jérémie Zimmermann, formule clairement l’accusation : "La protection de l’enfance est honteusement instrumentalisée par Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux pour mettre en place un dispositif ouvrant la porte à d’importantes censures collatérales et aux pires dérives. Après l’Hadopi, la Loppsi  : la machine sécuritaire gouvernementale se met peu à peu en place pour tenter de contrôler Internet, au mépris des libertés."

On commence ainsi par la pédopornographie pour étendre ensuite le filtrage au téléchargement illégal d’œuvres culturelles, ce qu’a déjà annoncé Nicolas Sarkozy le 7 janvier dernier, cité par Bug brother : "plus on pourra dépolluer automatiquement les réseaux et les serveurs de toutes les sources de piratage, moins il sera nécessaire de recourir à des mesures pesant sur les internautes. […] Il faut donc expérimenter sans délai les dispositifs de filtrage". Bug brother parle de "boîte de Pandore". Développons : après le pédoporno et le piratage, pourquoi ne pas normaliser l’information disponible sur Internet, en invoquant la lutte contre les sites propageant des rumeurs ou des calomnies ? La solution tentante serait alors d’interdire toute production de contenu éditorial à quiconque n’exerçant pas la profession de journaliste. Fin de la liberté d’expression pour tous !

En attendant ces prévisibles évolutions futures, reste que le filtrage en matière de pédopornographie s’avère contre-productif : La Loppsi fera la fortune des réseaux de pornographie infantile, titre ainsi Fabrice Epelboin sur Eco89. L’exposé est imparable : "Le filtrage aura comme conséquence d’éradiquer les communautés basées sur le partage et l’échange de pédopornographie sur Internet, et laissera le champ libre aux professionnels de la distribution qui, eux, ont mis au point depuis longtemps des dispositifs technologiques et marketing parfaitement à l’abri du filtrage. Un véritable réseau parallèle, isolé de l’Internet que nous connaissons, constitué de milliers de machines relais, toutes louées sous de fausses identités et parfaitement résilientes à toute attaque (...), sert à distribuer des contenus pédopornographiques depuis déjà de nombreuses années. Des sites éphémères, d’une durée de vie se comptant en heures, servent de passerelles vers ce réseau parallèle, et disparaissent avant que tout filtrage ne puisse être effectif. Pour y générer du trafic et attirer des consommateurs, la solution est, elle aussi, parfaitement à l’abri du filtrage : le spam. (...) La première conséquence du filtrage des contenus pédophiles aura comme effet, en France comme ailleurs, de professionnaliser sa distribution. Mais ce n’est pas, loin s’en faut, le plus grand danger que le filtrage représente. (...) Les seuls à disposer aujourd’hui de ces technologies, éprouvées depuis maintenant longtemps, sont les cybermafias qui vendent aujourd’hui de la pornographie enfantine. Le filtrage est pour eux une excellente nouvelle : il va faire en quelques années leur fortune de la même façon que la prohibition, il y a presque 100 ans, a fait la fortune et la puissance de la mafia italo-américaine." Il y a encore pire : les schémapédophiles seront à l’abri de la police, comme l’explique le même Epelboin, cette fois sur Le Post : "Il faut avant tout comprendre comment s’organise la pédopornographie, vaste question qui est l’objet de l’étude co-rédigée par Fabrice Epelboin. Pour résumer, il convient de distinguer deux espaces. D’un côté, "un espace non marchand, le partage", explique Fabrice Epelboin. Espace difficile à trouver mais bel et bien réel, surveillé par les forces de l’ordre qui parviennent ainsi à faire des arrestations. D’un autre côté, la pédopornographie commerciale. Et on en arrive au vif du sujet. Certains distributeurs d’images pédopornographiques (qui n’ont rien à voir avec le marché du porno pour adultes, précisons-le clairement) ont anticipé le filtrage du Web il y a des années et ont les moyens de le contourner. "Ils ont mis en place un Internet parallèle pour arriver à des serveurs cryptés qui contiennent des images pédophiles", explique Fabrice Epelboin. D’où sa conclusion alarmante : "Si on filtre les contenus pédopornographiques, tous les distributeurs vont se rabattre sur ces espaces protégés, et les flics vont les perdre de vue". Sarkozy, Hortefeux et leur filtrage ? Les pédophiles leur disent merci !

http://www.plumedepresse.net/ http://www.plumedepresse.net/



Lundi 15 Février 2010


Commentaires

1.Posté par simon le 15/02/2010 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Evidemment que c'est inefficace, ce n'est pas Internet qui viole les gosses.

Et ce n'est pas en trouvant les vidéos qu'on trouve les acteurs ... la police est sans cesse bloquée car leurs supérieurs francs-maçons sont là pour empecher de faire tomber le réseau pédophile, protégé par les Cohn-Bendit, Kouchner, Polanski et autres.

C'est comme du Hadopi, une pression dans les médias pour la forme, et après quelques bidouilleurs qui font croire que c'est possible de filtrer le net.

Malheureusement fallait s'y prendre avant, les piratages de box sont devenus courants, les chan IRC refleurissent.

Toute cette mascarade pour censurer pierre hillard, jovanovic et les quelques dissidents, qui eux n'ont pas besoin d'armée pour faire pression.

2.Posté par Le crocodile le 15/02/2010 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La pédophilie doit être combatue c´est tout à fait mon point de vue et le point de vue de la plupart des citoyens normaux . Seulement , je pense que le gouvernement se sert de la pédophilie et du partage de musique et de films , pour de contrôler le net . Ce n´est qu´une bonne excuse comme le 11/9 est une bonne excuse pour les USA pour contrôler le monde .
Pour les gens au pouvoir , le net et surtout les bloggs constituent une menace . On discute de leurs magouilles , de leur perfidie , de leurs mensonges et cela , les empêche de dormir , cela les emmerde d´une façon incroyable . C´est pourquoi , ils veulent à tous prix arriver , à controler TOTALEMENT le net .

3.Posté par Hentai le 15/02/2010 18:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est plus grave que ça: cette loi est un encouragement aux agressions sexuelles.
Moins les pédophiles soulageront leurs pulsions virtuellement, plus nos enfants seront en danger, c'est mécanique:


''10 percentage point increase in internet access is associated with a decline in reported rape victimization of around 7.3%. ''

4.Posté par said le 15/02/2010 20:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

une question a tous les commentateurs c est possible de controler le net et si oui comment s y prendraient ils?

5.Posté par Pravda le 15/02/2010 21:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Said
Il est assez simple de diminuer la visibilité d'un site (google affichera le résultat en dernière page), on peut noyer une information dans un flot ininterrompu de désinformations, un Etat peut interdire un site sur son territoire (on parle beaucoup de censure en Australie, New-Zeland et en Albion...ou en Chine et ailleurs)...mais il me semble techniquement difficile de faire taire d'un seul coup d'un seul tous les bloggeurs et chateurs de la planète...Le Net est un réseau - indestructible - et au village mondial, tout finit par ce savoir ! Alors soit sage parce qu'on te surveille;-)

6.Posté par Don Vito Corleone le 15/02/2010 23:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'ils voulaient lutter contre contre les pedos, ils auraient pas soutenus polanski et virer miterrand.

7.Posté par Hentai le 16/02/2010 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans parler du docteur coute cher et de son grand ami sounalet !

8.Posté par Vikingur le 16/02/2010 17:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Said
Au pire on ira ouvrir des blogs en Islande :-)

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires