ANALYSES

« Limiter la population pour sauver la planète »


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »



redaction@mecanopolis.org
Jeudi 18 Juin 2009

« Limiter la population pour sauver la planète »
Par Régis Mex La première partie de cet article se trouve ici.

Il me semble approprié de développer davantage ce qu'est le malthusianisme avant de continuer, et d'expliquer pourquoi cette « doctrine » est fausse. Ce qui suit est repris de notre article « La surpopulation est-elle une fatalité malthusienne ? » : « Économiste anglais et néanmoins pasteur, Robert Malthus (1766-1834), contemporain de Smith, est connu pour avoir donné du problème économique une vision pessimiste et de sa solution une vision simple, mais radicale et tout aussi pessimiste. Les hommes sont soumis à une malédiction : leur nombre a naturellement tendance à augmenter selon une suite géométrique (2, 4, 8, 16, 32...), alors que la production de biens, notamment alimentaires, progresse, dans le meilleur des cas, selon une suite arithmétique (2, 4, 6, 8, 10...). « Au bout de deux siècles, écrit Malthus, la population et les moyens de subsistance seront dans le rapport de 256 à 9 ; au bout de trois siècles, de 4096 à 13 ; après deux mille ans, la différence sera incalculable. » (Essai sur le principe de population, 1798). Il en conclut que si les hommes ne font rien pour limiter les naissances, l'humanité va droit dans le mur : la nature se chargera d'ajuster le nombre d'homme aux ressources disponibles par la famine.


Cette approche a été sévèrement et justement critiquée. D'après André Piettre (1906-1994), l'économiste et académicien français, le malthusianisme est « le plus barbare des contresens ». La majorité des contemporains de Malthus tenaient pour vraie les affirmations de Jean Bodin (1530-1596) : « Il n'y a richesse, ni force que d'hommes », « Il ne faut jamais craindre qu'il y ait trop de sujets, trop de citoyens » (Les Six Livres de la république, 1576). La réalité de l'histoire a montré, et avec quelle évidence, que la malédiction de Malthus n'était qu'une chimère. La réalité est tout autre. Le problème de la population a été pris à l'envers. Cela arrive souvent en économie.

Mais si Malthus s'est trompé, pourquoi des millions d'hommes meurent-ils de faim ? L'économie affronte beaucoup de problèmes, mais celui-ci, même s'il ne fait la une des journaux qu'en cas de catastrophe spectaculaire, est probablement le premier qu'un économiste digne de ce nom doit essayer de comprendre et que les responsables de tous niveaux devraient essayer de résoudre. Est-ce réellement le cas ? Tous les ans, entre 10 et 20 millions d'hommes meurent de faim dans le monde. Un milliard souffrent de sous-alimentation ou de malnutrition. L'exercice qui consiste à chiffrer ce qu'il en coûterait pour faire cesser cette abomination est aussi facile que désespérément stérile.

Il en est de la faim comme de la soif. Ce n'est pas un problème de richesse globale, mais de répartition de celle-ci. Ce n'est pas l'eau qui manque sur terre, mais l'eau n'est pas forcément là où on en a besoin. Les 250 hommes les plus riches du monde disposent de la même part de la richesse mondiale que les 3 milliards les plus pauvres. Pendant que les uns meurent de faim, d'autres souffrent d'obésité. On peut même constater qu'un animal domestique dans un pays riche consomme quotidiennement plus que chacun des 2,8 milliards d'hommes les plus pauvres, qui disposent de moins de 2 dollars par jour pour vivre, ou, a fortiori, que le milliard qui dispose de moins de 1 dollar. Mais ça serait sans doute une faute de goût.

Tenons-nous-en à des données simples. Selon l'organisation de l'ONU pour l'alimentation, la FAO, les disponibilités énergétiques alimentaires par personne et par jour sont de plus de 3 300 kilocalories dans les pays développés, de 2 500 dans les pays sous-développés, et de 2 700 pour l'ensemble du monde. Cela veut dire, mais en théorie seulement, que le monde produit déjà de quoi nourrir l'humanité tout entière.

La thèse de l'économiste danoise Ester Boserup (1910-1999) dans son livre « The Conditions of Agricultural Growth » (1965) se situe aux antipodes du spectre malthusien. Pour l'économiste danoise, l'augmentation de la population exerce une « pression créatrice » qui a toujours été le moteur de l'innovation agricole depuis l'invention de la charrue jusqu'à celle de la culture en terrasses. Peter Drucker ou Simon Kusnetz (1901-1985) voient d'ailleurs dans la pression démographique le ressort principal de l'innovation en général.

Nous ne connaîtrons certainement plus une augmentation de la population d'une ampleur comparable à celle de la deuxième moitié du XXème siècle. Est-ce que cela signifie que le moment le plus difficile est passé ? Probablement. »

Nous avons vu que la démographie se stabilise à un taux de croissance où le taux de natalité est proportionnel au taux de mortalité une fois que les conditions de vie du pays observé sont suffisantes pour permettre ce phénomène. Nous venons de voir, à la lumière de l'extrait précédent, que contrairement à ce qu'on nous dit souvent, il y a, en substance, assez de nourriture et d'eau pour nourrir toute l'espèce humaine. Ces denrées fondamentalement nécessaires à la survie de chacun sont tout simplement si mal réparties qu'un milliard d'habitants en ont bien trop, que trois milliards en ont juste assez et que les trois milliards restant en manquent cruellement. Mais la « surpopulation » n'a qu'un rôle très mineur dans cette grande problématique, et n'en est aucunement la cause primordiale.

En effet, nous sommes souvent tentés d'appréhender le problème de la famine à travers le Tiers-Monde en pensant que ce qui se passe dans le règne animal lorsqu'il y a trop de représentants d'une espèce doit ressembler à ce qui se passerait chez les êtres humains dans la même situation. En effet, si, pour prendre un exemple simple, il y a trop de loups à un endroit donné, nous remarquerons rapidement que la population des moutons vivant au même endroit diminuera plus qu'en temps normal, puisqu'ils serviront de nourriture à leurs prédateurs. Peu de temps après, nous remarquerons à nouveau que cette diminution excessive du nombre de moutons provoquera un manque de nourriture pour tous les loups de la région, qui seront alors touchés de famine. Le nombre qui sera obtenu par la différence entre le nombre de loups et le nombre de moutons nous dira alors combien de loups mourront de cette famine engendrée de façon purement automatique, de sorte à rétablir l'ordre naturel. Outre la famine, dans l'ordre naturel, le nombre de représentants des espèces est aussi souvent maintenu à la norme par les effets des maladies. Voilà résumée de façon simpliste la problématique généralement acceptée de l'anticipation du manque de ressources causé par la surpopulation.

Mais cette logique ne peut être appliquée à l'être humain, puisque la seule survie de l'être humain tel que nous le connaissons aujourd'hui s'inscrit en dehors des lois naturelles élémentaires. Il bouscule effectivement les équilibres naturels dans chacune de ses actions, et est de moins en moins soumis aux mécanismes de régulation naturelle de sa population (famines, maladies). Il n'a pas non plus de prédateur en dehors des autres représentants de sa propre espèce. Or, pour assurer sa survie, il est capable de faire ce que les animaux ne peuvent faire, à savoir faire produire à la Terre et aux animaux les éléments qui lui sont nécessaires pour subsister. L'agriculture et l'élevage ont ainsi été à la base de toute civilisation. L'Homme est donc capable de « créer » plus de ressources que la Terre ne peut en produire par son fonctionnement naturel. Mais il est évidemment tenu de ne pas demander plus que ce que la Terre ne peut offrir, ou ne pas consommer abusivement d'une espèce, sans quoi il causerait la disparition de plusieurs de ces mêmes espèces, directement ou par effet en chaîne, et pourrait bien arriver à causer sa propre disparition à terme.... Et c'est ce qui se passe actuellement.

Mais qui en est à l'origine ? Les six milliards d'êtres humains qui font partie d'une classe moyenne basse ou d'une classe pauvre, ou bien le dernier milliard d'habitants, formé par les habitants des plus riches pays de l'Union Européenne, des États-Unis, de Chine, et du reste des personnes aisées de tous les autres pays. Il semble qu'il n'y ait pas lieu d'hésiter... Ce milliard d'habitants n'a d'ailleurs pas tellement besoin de ce qu'il consomme à outrance, que ce soit dans l'alimentaire ou dans tout autre domaine matériel, et gaspille énormément, soit par sa gourmandise (au sens propre comme au figuré), soit par sa dépendance envers l'esprit de société de consommation qui le manipule, soit par un goût du luxe inutile autant qu'exagéré. Ainsi avons-nous, par exemple, tellement vidé nos propres mers et océans que nous sommes désormais obligés d'aller vider ceux des autres, en Afrique notamment, pour que nous puissions continuer de nous délecter de délicieux poissons de toute sorte. Et nous avons tout de même le culot de nous inquiéter sur les menaces que font courir la future « surpopulation » des pays du Tiers-Monde sur les ressources de la planète, apeurés à l'idée que nous n'en ayons plus assez pour nous, pendant que les autres n'en ont pas assez, alors que nous sommes les seuls à consommer à outrance ces mêmes ressources...

La seule menace qui résulte de l'accroissement de la population des pays du Tiers-Monde est tout simplement un danger pour ce Tiers-Monde lui-même, qui a déjà du mal à nourrir les habitants qu'il comprend actuellement. Mais généralement, les conditions de vie des pays et leur richesse ont tendance à s'améliorer avec l'augmentation de la population, et sont souvent portés par cette dernière. Par exemple, l'Inde a été victime de famines jusqu'à la fin des années 1960, avant de devenir exportatrice nette de blé et de céréales dix ans plus tard, ce qui ne l'a pas empêché de passer de 400 millions d'habitants à 1 milliard entre 1950 et 200, et ce sans que la famine ne réapparaisse, au contraire. Il y a donc peu de chance que cette menace en soit réellement une.

On pourrait par contre se dire que lorsque les pays du Tiers-Monde se seront modernisés au point d'égaler nos pays occidentaux, ils commettront les mêmes erreurs que nous, à savoir surconsommation et « surpollution ». Encore faudrait-il qu'une dangereuse quantité d'entre eux y parviennent un jour, ce qui a peu de chance d'arriver étant donné qu'il y a aura toujours des riches et des pauvres, que ce soit au sein d'une société ou à l'échelle du monde. De puissants « philanthropes » tout comme de braves institutions internationales font d'ailleurs tout leur possible pour que les pays qui acceptent leurs offres ne se développent jamais, car les politiques qu'ils leur dicte et que ces pays mettent en place ont des conséquences désastreuses pour eux et les plongent dans la catastrophe. En effet, l'encouragement à privatiser toute une série de secteurs rentables, de dévaluer sa monnaie pour se rendre compétitif sur la scène internationale, et d'ouvrir son marché à la concurrence mondiale détruisent tout à fait les pays qui les acceptent sans même être suffisamment fort pour ne pas être déstabilisé par les différentes concurrences qui régnaient à l'intérieur de leur pays. Il est donc évident que leurs agriculteurs, entreprises et autres n'en mènent pas large face à la concurrence des multinationales. Ces pays alors détruits économiquement ne servent plus qu'à fournir des matières premières aux multinationales venues les piller sur leur propre sol, selon le concept de néocolonialisme. Certains pays ont toujours eu la sagesse de refuser ces « aides », d'autres se sont relevés des effets destructeurs qu'eurent chez eux les conseils américano-européens, et nourrissent un certain mépris pour ces derniers. D'autres ne s'en sont jamais sortis ou ne se hissent pas bien haut dans leur niveau de développement même sans être troublé par de quelconques malveillances extérieures... Il est donc probable qu'une certaine partie du Tiers-Monde ne se développe tout simplement jamais significativement, comme si une certaine proportion sur la scène internationale de pays riches, de pays moyennement riches et de pays pauvres devait être une fatalité. Pour ce qui est d'une éventuelle surconsommation de nourriture, elle n'aura sans doute pas lieu et tous les pays pourront avoir de quoi alimenter leurs habitants pour peu qu'ils aient de l'argent. Mais des solutions seront sans doute trouvées si besoin, et de nouvelles « révolutions vertes » comme celle de l'Inde ne sont pas à exclure.

Reprise de chiffres intéressants postés par un lecteur (aladin):
Le rapport World Food de la FAO donne ces chiffres et affirme que l’agriculture mondiale, dans l’état actuel de développement de ses forces de productions, pourrait normalement (soit à raison de 2700 calories par jour et par adulte) nourrir 12 milliards d’êtres humains. Nous sommes aujourd’hui 6,7 milliards sur Terre. Conclusion: Il n’existe aucune fatalité. Un humain qui meurt de faim est un humain assassiné.

Pour ce qui est de la pollution, d'ici à ce qu'elle soit produite dans des proportions significatives par les pays pauvres actuels, le pétrole et le gaz auront probablement disparus et nous aurons recours à de nouvelles énergies, à espérer qu'elles soient vertes et renouvelables. Je parle là de pollution dans le sens de destruction et de mortification de l'environnement, notamment par l'utilisation d'hydrocarbures et le rejet de déchets toxiques, et non pas dans l'optique d'un rejet excessif de CO2 dont je doute sincèrement de l'impact significatif sur le réchauffement du climat, bien que le réchauffement existe effectivement.

Bref, on se demande bien ce qu'une limitation de population pourrait bien changer dans tout ça, d'autant plus que se contenter de prendre des mesures pour la limiter est inefficace et causera sûrement des effets négatifs à long terme dans le pays qui les met en application. On se demande donc où Sustainable Population Australia veut en venir. Ce dont nous pouvons être sûr, c'est que cette ONG n'a pas rédigé ce rapport par pure intention altruiste. Le fait de prétexter que la limitation de la population aura un impact positif sur la diminution des effets de serre est tout à fait stratégique, puisque nous disions à propos de l'instrumentalisation de l'écologie et de la situation énergétique de nos sociétés dans « Qui a peur de Claude Allègre ? » :

« Alors que le chemin devrait être tout ouvert devant ces alternatives, de nombreux lobbys dont les intérêts se trouvent dans le commerce des hydrocarbures rachètent les brevets des inventions qui pourraient causer du tort à leur entreprise, et freinent donc la recherche. Ils ne permettent pas que les événements les dépassent et qu'ils puissent perdre leur mainmise sur l'énergie à cause de l'une ou l'autre invention permise par le progrès, mais ils seront forcés, un jour ou l'autre, de se convertir à d'autres types d'énergie que ceux dans lesquels ils font actuellement fortune, car la disparition du pétrole et du gaz est bel et bien inéluctable. C'est pourquoi il est permis de chercher mais pas de trouver ni de mettre en place des projets vraiment significatifs trop tôt : il faudra attendre que ces magnats du monde financier soient prêts à faire migrer leurs intérêts vers les nouvelles énergies, de sorte à ne pas disparaître ni faire trop de pertes, pour que des nouvelles techniques puissent émerger sur le marché. Mais, étant donné qu'ils iront sans doute jusqu'au bout de leurs moyens, c'est-à-dire attendre aussi longtemps que ces 30-50 ans de longévité des ressources le leur accordent, beaucoup de mal qui aurait pu être évité sera fait à la planète. Malgré tout, l'hypocrisie et le manque de scrupules sont poussés jusqu'à ce que certains fonds d'investissement tentent de faire de l'écologie un business lucratif ; ces fonds se spécialisent dans l'achat et la vente de droits à polluer dans l'objectif de faire du profit avec ce type de produits, exactement comme ils le font avec le pétrole, avec les produits alimentaires, avec les crédits immobiliers, etc. Ces droits de polluer induits par les Protocoles de Kyoto semblent donc faire des heureux. Protocoles qui sont un retentissant échec, puisque outre le fait qu'ils n'ont même pas été ratifiés par la première puissance mondiale que sont les Etats-Unis, l'émission des gaz à effet de serre a augmenté de 35% au niveau mondial entre 1997 et 2007, et on conçoit mal ce que les États ont le pouvoir de faire pour contraindre des entreprises qui les dominent complètement à baisser leurs émissions de gaz à effet de serre. Ces derniers ont d'ailleurs été si généreux avec les entreprises que le prix de la tonne de carbone est quasiment d'un niveau 0, leur permettant ainsi de polluer autant que cela leur chante."

L'hypocrisie consiste donc à donner l'illusion aux citoyens qu'ils ont le pouvoir d'avoir un impact sur la situation environnementale alors qu'en fait, ils ne l'auront que lorsque nos sociétés seront décidées à le lui donner. Pour l'instant, on semble préparer lentement la transition entre modes d'énergie basés sur les hydrocarbures et le nucléaire à des énergies vertes dans les mentalités. Mais tout laisse à penser que ce délai, qui s'annonce long, permet aussi aux magnats de l'énergie de se convertir petit à petit de sorte à conserver en définitive leur monopole, ne laissant la recherche s'effectuer qu'au rythme qu'ils veulent bien lui accorder.

L'idée est aussi de rejeter systématiquement la responsabilité des pires tragédies sur le pauvre citoyen. Ainsi, pense-t-on, si on arrive à faire en sorte qu'il croie sincèrement être celui qui doit faire changer les choses, on pourra instrumentaliser la façon dont il agira aux façons que l'on choisira, puisqu'il suit le chemin tout tracé par la propagande de masse. On pourra alors, entre autre, leur faire accepter plus facilement leur propre asservissement s'ils sont convaincus que c'est pour le bien de la planète. Joseph Goebbels, ministre du Reich à l'Éducation du peuple et à la Propagande sous le Troisième Reich (1933-1945), indissolublement lié à l'emploi des techniques modernes de la manipulation des masses et de la démagogie, disait que la meilleure façon de persuader le public de la véracité de quelque chose, c'était de le lui répéter ce quelque chose de façon massivement répétitive. Continuellement. Et finalement, le public croit que ce quelque chose est vrai, même s'il n'est appuyé par rien de tangible. Le sujet du réchauffement climatique répond à ses critères, et sa diffusion est largement permise par des lobbys tels que le GIEC (Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat). Á noter également que les fonds investis dans la recherche pour l'écologie et le climat sont passés de 170 millions de dollars par an avant Bush père à 2 milliards de dollars par an. D'où de nouveaux investissements et des créations d'emplois qui en ont fait un secteur rentable. »

La façon dont l'écologie est instrumentalisée, telle une religion obscurantiste qui repose sur des bases pseudo-scientifiques, permet, comme il est dit dans l'extrait ci-dessus, de faire plus facilement accepter des choses démentielles à la population à laquelle on s'adresse, comme leur proposer leur propre esclavage ou une réduction (je dis bien maintenant réduction et non plus limitation) de la population mondiale, si cela permet de « sauver la planète » et leurs conditions de vie. Ils n'auront pas beaucoup de scrupules à accepter que des millions de gens périssent si toutes les voix qui ont un poids d'influence sur eux (gouvernement, scientifiques, médias) leur assurent que la situation ne serait plus tenable sans ce « sacrifice ». En effet, puisque toutes les méthodes imaginables de limitation de la population ne sont pas suffisamment efficaces, il faudra se faire plus radicale et passer à l'étape suivante : la réduire. Parler de la limiter en usant d'arguments écologiques n'est qu'un premier pas dans la préparation des mentalités visant l'acceptation de mesures de réduction de population, bien que beaucoup de personnes s'estimeraient d'ores et déjà heureux de la voir réduite.

Rappelons que la CIA et des membres du CFR avaient déjà invoqué, il y a deux ans, la nécessité d'une réduction drastique de la population, considérant l'accroissement de cette dernière comme « le plus grand danger à l'horizon d'ici 2050 ». Il est donc logique que ceci s'appuie progressivement sur une base populaire pour en arriver à une réalisation on ne peut plus concrète et soutenue par l'opinion publique, plus ou moins directement. Or, il semblerait que nous soyons au début d'une propagande en ce sens sur une base écologique, donc « morale » en aspect, bien que cela fasse déjà quelques temps que le débat porté sur la surpopulation aille bon train et qu'il ait déjà fait de nombreux adeptes de la réduction de la population, que ceux-là considèrent comme seul remède. Pourquoi le gouvernement et la CIA se gêneraient-ils alors d'exécuter ce qu'un nombre croissant de gens demande avec de plus en plus d'insistance ; réduire la population ? Certes, on ne dira sans doute pas clairement à l'opinion publique que l'on est en pleine préparation de plans pour une réduction efficace de la population mondiale, mais on les habituera à l'idée que c'est une nécessité. Voyons... Qu'est-ce qui peut faire baisser significativement le nombre d'êtres humains sur Terre ? Les guerres, les grandes famines, les maladies... Hmmmm... Il me semble bien qu'une pandémie s'est déclarée il y a peu de temps. Quelle étrange coïncidence.

Mais quels seraient les avantages de réduire la population mondiale pour les gouvernements américain et européens, voire japonais, si l'Europe et le Japon sont en manque de relance démographique et qu'une future surpopulation causée par le Tiers-Monde ne les menace pas ? Et bien, peut-être tout simplement parce qu'un virus est un tueur aveugle et qu'il est facile d'en faire dégénérer les effets à l'échelle mondiale, servant ainsi des intérêts nationaux en éliminant certains types de personnes à l'intérieur de nos pays, à l'insu des citoyens qui n'auront toujours pas conscience que la pandémie a en fait été volontairement provoquée. Mais quel genre de citoyen pourrait-on vouloir supprimer ? Ceux qui, globalement, coûtent plus qu'ils ne rapportent à l'État tout au long de leur vie et ne contribuent pas non plus à contribuer à fournir à cet État une production abondante de ressources ? La classe moyenne, autrement dit ? Possible...

Aperçu de la troisième partie avec deux extraits de l'excellent documentaire Sicko de Michael Moore :

Premier extrait:
Deuxième extrait: La troisième partie de cet artcile sera publiée vendredi. Régis Mex, pour Mecanopolis Facebook Badge END Facebook Badge START



Jeudi 18 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par alderan le 18/06/2009 01:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Ceux qui, globalement, coûtent plus qu'ils ne rapportent à l'État tout au long de leur vie et ne contribuent pas non plus à contribuer à fournir à cet État une production abondante de ressources ? La classe moyenne, autrement dit ? Possible... "

Cette dernière affirmation est absurde. La classe moyenne ou ce qu'il en reste est le seul réel facteur de production de richesse dans les pays occidentaux.
D'un point de vue cynique, même éliminer les pauvres de ces pays n'a absolument aucun sens. Tout simplement car si on les tuaient tous tout en conservant le système sociaux-économique actuel, il y aurait instantanément reconstitution de la même masse de pauvres en proportion.
Pour la simple raison qu'il faut au système capitaliste un différentiel permanent (riches/pauvres, terres cultivées/non cultivées, pays de droits/pays anarchiques etc...) pour pouvoir s'auto-entretenir.

2.Posté par dino le 18/06/2009 02:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pauvres américains entre les mains de ces démons!!!

3.Posté par Visiteurs le 18/06/2009 07:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alderan, tu es bien mal renseigné, et c'est ton commentaire qui est absurde. Les classes moyennes n'existent presque plus. Elles sont absorbée depuis plus de 20 en par les classes populaires, c'est à dire pauvres. Il suffit pour s'en convaincre d'en analyser le chiffres : http://fr.wikipedia.org/wiki/Classes_moyennes://

4.Posté par TORQUEMIERDA le 18/06/2009 07:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Formatage des esprits, préparation à la pauvreté et au génocide, fausses analyses qui partent du postulat d'exploitation capitaliste et de rentabilité jusqu'à l’absurde.
Encrage au fond des consciences de la parousie et de la fin des temps, exploitation éhonté de la culpabilité et du surmoi exploitation de la haine de soi et des autres.
L’homme ne doit pas être considéré comme un déchet, mais comme une chance, car enfin si le destin de l’humanité est à la foi nature et hors nature de par son esprit.
Rien de pertinent au niveau de l'emploi des populations à la préservation de la nature avec une organisation des société complètement différente et des moyens financiers dans la recherche de technologies propres et respectueuses.
On ne peut pas d’un côté parler de bouches inutiles à génocider soit les 2/3 de l’humanité et de l’autre continuer à produire des tonnes de pesticides et de déchets industriels et humains non recyclés, pourquoi pas transformer les villes en jardins ?
Pourquoi pas créer de nouvelles formes d’emplois qui vont dans le sens de la préservation et de l’équilibre ?
Pas question de tout ça et en vérité et les puissants ne veulent qu’une chose continuer les affaires point barre.
mais en revanche, continuer la politique des pillards avec instauration de nouvelles taxes, pour engraisser toujours les mêmes.
Ce qui menace en premier lieu la planète c’est cet état d’esprit de catastrophe imminente, voulu par les puissances financières.
Il s'agit simplement de faire place nette, afin que le capital puisse poursuivre tranquillement sa transformation des ressources naturelle, bois, minéraux en ORDURES et pollutions diverses et ses magouilles.
Il conviendrait de faire l'histoire de la genèse du capital financier et de ses ravages planétaire.
Car enfin, pour sauver la planète c’est sûrement pas avec la solution libérale, politique du désastre qu’on y arrivera…

5.Posté par nemo le 18/06/2009 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour
Juste un peu d'analogie: vu du ciel et Y.A.B ne me démentira pas l'espèce humaine se comporte comme un cancer. un petit groupe de cellules s'installe dans un secteur, elle le colonise, le déstructure, le détruit et lorsque le groupe est trop important ou la zone devenue impropre à sa survivance une partie de ces cellules migre vers une zone vierge pour y recommencer le même scénario. Chaque zone étant reliée à la précédente par un réseau de communications. Cela reproduit la méthode de propagation du cancer. Nous faisons preuve de la même stupidité que cette maladie en détruisant l'hôte qui nous porte. La terre est un organisme vivant à par entière avec ses centres nerveux, ses circuits énergétiques, son système veineux et surtout SON SYSTEME IMMUNITAIRE. Alors désolé de déplaire aux humanistes mais une maladie ça s'éradique. Essayez de parlementer avec vos cellules cancéreuses pour leur expliquer qu'elles doivent changer de comportement . Il en est de même de notre pauvre espèce : nous ne sommes pas assez intelligents pour comprendre que nous devons changer AUJOURD'HUI. Et aucun mouvement ni aucune institution n'a les moyens d'y arriver. Alors allez y laissez vous aller, incinérez moi sur l'hôtel du politiquement correcte , l'inquisition n'aurait pas fait mieux. Ce n'est pas moi qui appuierai sur le bouton , c'est certain. Mais c'est nous tous , vous aussi qui me considérez comme un adepte du NOM ou de je ne sais quelle secte (et Dieu sait que je les déteste l'un comme les autres). Nous sommes une des espèces animales les plus fragiles et les moins adaptables de l'écosystème, notre bonne vieille maman n'aura pas grand chose à faire pour faire redescendre notre nombre à quelque chose d'acceptable . Nous avons fait assez de mal, détruit assez d'espèces, empoisonné suffisamment de terres et d'océans, nous allons récolter les fruits de notre stupidité que cela vous plaise ou non. Je ne suis pas millénariste et l'apocalypse de St Jean ne fait pas parti de ma bibliothèque.Pour voir les choses en face, il suffit d'arrêter de se gargariser de termes galvaudés, nous ne sommes pas l'espèce supérieur de cette planète, nous sommes juste les plus nuisibles et beaucoup trop nombreux. Que l'on soit riche ou pauvre, blanc ou noir, du nord ou du sud n'y changera rien, ce jour là il n'y aura pas de sélection.

6.Posté par Madame Marie Adélaïde DUGLAN le 18/06/2009 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



5 étoiles pour cet excellent article de mecanopolis.org

ce jeudi 18 juin, jour de la Pelle !


L' IRAN MONOPOLISE LA UNE DE LA PRESSE EN EUROPE ! ! !
( adaptation et dernières minutes )

AUJOURD'HUI EST ENCORE UN JOUR D'UNE GRANDE ACTUALITE MONDIALE A SOULIGNER !

Nous attendons toujours les félicitations de tous les " Etats Démocratiques " au peuple Persan qui vient de nous donner une belle leçon de démocratie !
Les Persans sont un superbe exemple des valeurs démocratiques adaptées au Moyen Orient.

Les "Fientes" des Pays Arabes du Proche Orient et d' Afrique, Vassaux et Satellites " eux aussi " des U.S.A , des Sionistes et Pro-Sionistes du monde entier, seraient bien inspirés de s'incliner devant le Peuple de Perse.

La force des Persans est d'être devenus une jeune République Islamique qui a fait une excellente alternative.
Les preuves depuis déjà trente années sont là, sous nos yeux .

La société Iranienne a évolué à son rythme et c'est le choix des Iraniens et nous Français nous nous devons de le respecter car c'est avant tout leur légitimité qui est mise en cause aujourd'hui depuis l'extérieur.
L' Iran va très vite évoluer par la puissance de sa jeunesse, dans une ouverture de dialogue et d'évolution démocrate ce qui est bien-sur la légitimité souveraine du peuple iranien.

La mission du Président dans son deuxième mandat et après probablement ensuite dans son troisième est aussi de savoir avec finesse, fédérer les forces démocratiques de son pays, afin d'instaurer une démocratie Moyenne Orientale toujours plus ouverte au peuple et d'assurer la meilleure conciliation nationale dans cette rentrée de la Perse dans le troisième millénaire.
Mais pour ce faire, il faut une véritable osmose pour le peuple ; Afin d'affronter cet avenir, qui est aujourd'hui complètement manipulé a grand coup de renforts depuis l'extérieur, par de nombreux pays qui se reconnaîtrons tous eux même, c'est cette manipulation que nous appelons de l'ingérence !
L'Iran fait appel aux États du monde pour compenser les politiques passées
Téhéran.Irna. ce 18 Juin 2009.
Le représentant de l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Asghar Soltanieh a invité mercredi les Etats du monde à mettre un terme aux politiques agressives pour tenter de compenser leurs erreurs commises par le passé.
Il a tenu ces propos dans un discours prononcé devant le conseil des Gouverneurs de l'AIEA.
Le responsable iranien a déclaré que tout changement de politique extérieure des Etats devrait se baser sur l'honnêteté et éviter de répéter les erreurs du passé.
Il a en outre proposé que ces Etats adoptent une approche rationnelle basée sur le dialogue et évitant toute menace s'apparentant aux vieilles attitudes provocatrices et intolérables.
Il a également conseillé à ces Etats de saisir l'occasion actuelle unique pour corriger leurs erreurs passées.
La République Islamique d'Iran a toujours soutenu l'idée d'entretiens constructifs et de foire basés sur le respect mutuel sans condition préalable quant aux défis régionaux et internationaux et aux armes nucléaires, a ajouté le diplomate iranien.
Il a souligné que les armes nucléaires constituent une menace grave pour la paix et la sécurité internationale.
"La majorité des pays membres attendent de voir ces changements annoncés dans les points de vue et les conduites vis-à-vis de l'AIEA afin que les préjudices portés au prestige et à l'indépendance de l'Agence soient réparés", a conclu Ali Asghar Soltanieh
.( Iran.AIEA.Etats.Ali Asghar Soltanieh.Attitudes.Erreurs.)

Depuis des mois l'Iran est attaqué de toutes parts sur la scène internationale et le comportement de certains pays est des plus lamentable, ce qui a finalement d'ailleurs fortement contribué à ré-élection de son Président dès le 1er tour au suffrage universel !
Dieu Merci !

Heureusement, l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution conduira les prières de demain vendredi sur le campus de l'université de Téhéran. Ce rassemblement massif de la nation iranienne de Téhéran traduira la solidarité et l'unité de la totalité des couches sociales du peuple iranien .

Pour ce qui est de la Politique Internationale de l'Iran, dans la situation actuelle que nous connaissons, c'est l'Occident qui doit s'ouvrir à l'Iran pas l'inverse !

Mohammad Reza Shah Pahlavi, sur lequel beaucoup de choses ont été écrites, notamment concernant la brutalité des méthodes de la SAVAK, le faste ostentatoire, la sclérose démocratique, et surtout la misère de son peuple etc....

Il est illusoire de penser à un autre retour de la lignée de cosaques d'un Reza Pahlavi qui appelle à la désobéissance civile en espérant une révolte populaire depuis l'étranger et aussi sur des chaînes de télévision française !
Permettez moi de douter que les Iraniens veuillent toujours d'une famille Shahanshah
( "Roi des Rois") , amie des Rockefeller, et dont ils n'ont sûrement pas oublié les fastueuses cérémonies à Persépolis en 1971, et en outre, la répression des opposants au Shah pendant les festivités ce qui contribua à ternir fortement son image aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur etc........



LA FRANCE PUNIE EST EN MARCHE !

" La Démocrat'ouille ou le Sang Froids des Sodomisés "

LE GUANO ARLESIEN DE L' ELYSEE

Monsieur Henri Guaino, conseiller spécial de l'Elysée s'est démarqué de la prudence de la communauté internationale en jugeant la réélection du président iranien Mahmoud Ahmadinejad en déclarant :
"Ce n'est une bonne nouvelle pour personne, ni pour les Iraniens, ni pour la stabilité et la paix du monde".

Monsieur " le guano arlésien de l'Elysée ", pour qui vous prenez vous ?
Vous parler ainsi, au Nom du Peuple de France, est-ce cela votre démocratie ?
Un appel à mots couverts à l'instabilité et à la guerre !

" Pas plus la France, que quelque autre pays ne se trouve dans une posture lui permettant d'émettre le moindre doute sur la régularité de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad ".

Cette ingérence est scandaleuse et inacceptable pour la souveraineté du peuple iranien et ce n'est pas rien, car cela l'est aussi pour le respect de la souveraineté de notre peuple!

La France porte un lourde responsabilité sur l'évolution des évènements en Iran et devra répondre elle aussi, des morts en Iran qui vont sans suivre !

Nous vous n'en avez peut être que faire ce qui compte pour !

Nous avons eu l'occasion de voir dans les six derniers mois, comment vous respectiez
" Nos Droits de l'Homme " quand il s'agit de le Terre Sainte ! C'est toujours à géométrie variable et nous assistons à la même participation scandaleuse de notre pays !

Imaginez-vous la situation inverse, que penserait le peuple de France ?

La France est en très mauvaise position pour donner des leçons sur le sujet.
Elle qui qui est la Reine depuis 220 ans des Magouilles Electorales, dans tous les partis politiques !
En France, même les morts ont voté !!!
Nous n'arriverions même plus à compter le nombre d'hommes politiques impliqués depuis seulement l'avènement de la Vème République !

LA LISTE DES MALVERSATIONS, CORRUPTIONS, DETOURNEMENTS, EXACTIONS, ET SURTOUT PREVARICATIONS SERAIT BEAUCOUP TROP LONGUE !!!

Et, Elle manipule et donne toujours des leçons de démocratie quand cela l'arrange !

Nous observons très bien où les Persans en sont après 30ans de Révolution et nous, nous devrions au bout de 220ans de Révolution avoir beaucoup plus de décence, plus de pudeur et de bienséance...

A moins d'un mois de l'anniversaire des 220ans de la République, ( toujours dans un grand silence officiel et historique ) , le mariage a été consommé le 7 juin 2009 entre tous les partis politiques et donc il y a aujourd'hui deux France dans le paysage politique du corps électoral d'aujourd'hui.

en 1- CELLE DE LA DEPENDANCE RIPOUBLICAINE !

L' Anti-France de l'ensemble des 36,31% d'électeurs sionisants et va t'en guerre qui ont peut être, pour certains, péché par ignorance, compte tenu de la Dépendance Totalitaire Médiatique et Gouvernementale qui leur donne tous les jours leur petite dose de came à la télévision et dans les média bien inspirés.
Cette substance qui est plus nocive et plus dangereuse que toutes les accoutumances est l'avilissement de l'Etre !
De par ce fait elle est intrinsèquement perverse, car en déposant son bulletin dans l'urne une partie du peuple se trouve aujourd'hui à son insu, avec du sang sur les mains.
avec 17 165 358 voix sans compter bien sur les blancs et les nuls

C'est ce que j'appellerai la naissance du N.P.G
où le " Nouveau Parti Génital " !!!


en 2- CELLE DE LA MAJORITE SILENCIEUSE !

Cette Superbe France de la Légitimité Souveraine du Corps Electoral et des 63,69% de l'abstention, du blanc,du nul et du ras le bol des politicards !

Elle est le fruit de la plus Grande Hérésie Républicaine Démocratique de tous les temps qui véhicule depuis des décennies par l'intermédiaire des media et fait croire au peuple que les français qui pratiquent le Vote d' Abstention ont une Aversion et ne font pas de Politique ! C'est quand même un comble dans un Pays, dit de Droit !
Car c'est sans aucun doute les abstentionnistes qui font le plus de politique non politicienne et leur pourcentage ne cesse de monter malgré la très forte évolution du nombre des inscrits et continuera inexorablement d'augmenter.
C'est ce que j'appellerai la naissance du P.M.S
où le " Parti de la Majorité Silencieuse " !!!

Les Elections Européennes de juin 2009 ont vu monter l’abstention dans tous les pays de l’Union a 56,76 % "sans compter les blancs et les nuls ".

( Le Parlement de Strasbourg est donc élu sur une base démocratique des plus étroite, voir sans aucune " Légitimité Souveraine, " ce qui pose la question de sa capacité à représenter vraiment les peuples. )
Vous êtes tous les cocufiers de L'HISTOIRE !

Pour nous qui avons préféré l'abstention européenne, le résultat de l'Iran est encore plus important, que notre grand bonheur à l'heure concernant les résultats ce 7 juin 2009 pour cette victoire discrète et tant attendue que nous avons bien fêté !
" Notre Grande Victoire Incontestable aux Elections Européennes ".

Aujourd'hui nous sommes la première force de la pensée française et le premier parti de France.
avec 24 millons 240 237 voix soit 7millions 74 879 d'avance ! ( une très grosse paille! ) Plus de 2 fois et demi la population de la Ville de Paris soit 2,73%.
Compte tenu de notre aversion envers la politique politicienne de copains et de faquins, nous ne voulons en aucun cas être représentés dans vos chambres et nous nous satisferons de bien continuer à vous observer, cela restez-en certains !

Si vous voulez juger de la puissance et de la souveraineté des abstentionnistes c'est très simple et je vais vous donner une très grosse clef !

Faites un Référendum sur cette question des plus simples,
( Etes vous pour ou contre le fait que nous touchions à l'âge de la retraite ? )

C'est la seule chance que vous auriez pour battre le pourcentage de l'Iran dans la participation aux urnes !
Car au final c'est grâce à la Perse que cela va devenir une compétition Mondiale de la Participation Electorale Démocratique,

WORD DEMOCRACY AWARD !
Le Trophée Mondial de la Démocratique !

Pour ce qui est de vos sondages républicains, demandez à chaque commune, à chaque bureau de vote de vous donner l'éventail complet de la diversité dans l'électorat abstentionniste et vous allez être croyez-moi très surpris !

Sans parler de la masse des français qui ne veulent " à aucun prix " être inscrits sur vos listes électorales !

Chers compagnons vous remerciant de votre attention,
je vous renvoie à vos commentaires sur ce très bel article.

Polémique de Madame Marie-Adélaïde DUGLAN
marie.adelaide.duglan@hotmail.fr

M.A.D

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires