MONDE

Lieberman: Wishing for World War III?


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 11:41 La guerre à la vérité de l'Ouest


We have already become accustomed to the brazen statements of Israeli Foreign Minister Avigdor Lieberman. And it is certainly no surprise that Israel considers the US to be firmly in its political pocket. So it is but a mild irritation to read Haaretz reporting that Lieberman, confident that “the Obama administration will put forth new peace initiatives only if Israel wants it to,” has stated publicly “Believe me, America accepts all our decisions.” (Lieberman: U.S. to accept any Israeli policy decision).

WRITTEN BY BRENDA HEARD


Vendredi 24 Avril 2009

Lieberman: Wishing for World War III?

 

What is most interesting about Lieberman’s first comprehensive interview on foreign policy since taking office is his view of Russia.  Lieberman, Haaretz points out, granted his first major interview not to an Israeli newspaper, but to Alexander Rosensaft, the Israel correspondent of one of the oldest Russian dailies, Moskovskiy Komosolets.  Courting favour with the Slavic world power? 

 

Russian immigrants are a dominant part of Israeli society.  And Russia, according to the Jewish Virtual Library, is ranked number six in “Countries with Largest Jewish Populations.”* Countries ranked 2—5 (US, France, Canada, UK) are already reliable friends of Israel.  On the other hand, Russia has in recent years demonstrated an independent character in its foreign relations.   

 

Lieberman is looking for another ally.  In his interview, he stated “Russia has a special influence in the Muslim world, and I consider it a strategic partner that should play a key role in the Middle East.  I have argued for some time that Israel has insufficient appreciation for the ‘Kremlin factor’; I intend to mend this gap.”

 

Another openly brazen admission to manipulating others for the sake of Israel.  When coupled with another assertion made by Lieberman, though, we begin to see what he means by “key role.”  Lieberman proclaimed that Afghanistan and Pakistan are now considered jointly as the greatest strategic threat to Israel.  Iran has been downgraded to second place threat, and Iraq falls in third place.  Afghanistan and Pakistan “form a contiguous area of radicalism ruled in the spirit of Bin Laden,” says Lieberman, and “are a threat not only to Israel, but to the global order as a whole.”  

 

Now take a good look at the regional map below.  And think of President Obama's recently announced Afghanistan-Pakistan (AFPAK) Strategy (27/03/09)—two countries, one challenge, Al Qaida, more American troops, bringing Russia on board—and Lieberman’s cheerful offer of Israel’s role of bringing the US and Russia closer.  With the US already having rendered Iraq ineffectual and vulnerable, the envisaged key role of Russia—big, big Russia—would be to assist in crushing Afghanistan and Pakistan as well . . . in order to maintain “global order,” of course. 

 

 

 

The Iranian borders would then offer not obstacles, but exploitables.  Iraqi, Afghani and Pakistani borders would be under the watchful eye of US/Israel and their would-be partner-Russia.  That leaves just Turkey and Turkmenistan.  Despite a few public tiffs, Turkey and Israel maintain a working relationship and military cooperation.  And as troubled Turkmenistan is of little threat to anyone but itself, this new state of political power would enable Israel to more realistically envisage overwhelming its formerly declared arch nemesis.  Once Israel and its partners were able to break Iran, they could, they presume, cut off the lifeblood to Hezbollah in Lebanon, thus killing two birds with one proverbial stone. 

Is it over-reaching to imagine such map-sweeping military operations? Consider the size of Hamas.  Look at the map again just to keep perspective fresh—right, Hamas is not even on the map.  What was Lieberman’s proposal (13/01/09) for quieting this thorn in his side? 

“We must continue to fight Hamas just like the United States did with the Japanese in World War II.  Then, too, the occupation of the country was unnecessary.” 

What, then, was the secret to US success?  After having already killed over a million Japanese 1941—1945, the US was able to set aside its plans for a ground invasion and occupation of Japan because the Japanese surrendered.  They relented because the US carried out atomic bomb attacks on the cities of Hiroshima (killing 140,000 Japanese) and three days later on Nagasaki (killing 80,000 more Japanese).  Quicker and cheaper than an occupation, says the businessman.  Lieberman apparently appreciates the logic.  A chilling thought, considering that for all its finger-pointing accusations, Israel is the Middle Eastern power that has maintained nuclear weapons and has consistently demonstrated its willingness to use “disproportionate force.” 

 

But Russia is no one’s fool.  With a long, difficult history stretching back nearly 500 years, the Russians have proven their ability to endure.  They haven’t succeeded by catering to someone else’s interests.  By way of example, Russia may have recently purchased surveillance drones from Israel, but it is also still considering selling a strategic air-defence system to Iran, despite Israel’s clear objections to the deal.  Said one Israeli official on the Russian rejection of conditions, “the Russians don't make promises of this kind.”  The Russians will, however, stand their ground.   

 

Even as the UN Durban Review Conference on Racism drew criticism from some (primarily from the Israeli camp), Russia accepted the position of vice-chair of the Preparatory Committee working on the declaration and the conference’s agenda. Russia maintained its high profile participation, regardless of the boycotting actions taken by others.  As Andrei Podoplekin, political scientist at the leading Russian school Pomor State University, said, “This is a way for Russia to show that it can be an independent player. By agreeing to participate and serve as a moderator at an event boycotted by others, it proved that it could act independently, most importantly from the Western states.”  

 

Where does Lebanon fit into all this?  As always, there is a political and military tug-of-war.  Four months ago, for instance, Moscow gave 10 MiG-29 fighter jets to Lebanon, free of charge, as assistance in building the Lebanon Army.  The New York Times was quick to characterise the gesture as a “slap to the United States.”  Not to be outdone then, the US has announced (14/04/09) that it “will provide the Lebanese Armed Forces (LAF) with twelve Raven unmanned aircraft in the coming months.”  This comes with a training course, “funded by the U.S. Department of Defense (DOD), [and] is one part of the comprehensive, robust U.S. military assistance program to Lebanon. 

 

It must be remembered, though, that the Obama administration has confirmed that the world financial crisis would not jeopardise its promise of $30 billion in military aid alone to Israel over the next 10 years.  In 2007 the US had announced that it would continue military aid to Egypt at $13 billion from 2009 to 2018, and would increase military aid to Israel by 25% — $ 30 billion from 2009 to 2018.  US Undersecretary of State for Political Affairs Nicholas Burns, who signed the memorandum of understanding governing the aid package, stated the aid would 

“allow Israel to plan its defense expenditures in a way that's rational, in a way that takes into account its own appreciation of its situation in this region.  So we look at this region and understand that a secure and strong Israel is in the interest of the US.”

As the Jerusalem Post paraphrases, this means that “there were no strings attached to the aid - no special annexes - and that it was not dependent on Israeli policy. Burns underlined that the aid was coming at a time when Iran ‘is resurgent,’ and was both seeking nuclear weapons and expanding its conventional power in the region. He said Iran and Syria were funding and arming terrorist organizations fomenting violence in every part of the Middle East, be it Hamas, Hizbullah or Shi'ite groups in Iraq.”  Perhaps Burns, back in August 2007, didn’t think Afghanistan would hold out as long as it has, or that Pakistan would be a nice addition to the target list.  


 

 

 

 

 

 

 

 

 

On 22 April 2009, Foreign Minister Lieberman cemented another “strategic

partner”: Egypt.  Despite tensions due to Lieberman’s past offensive statements regarding Egypt, diplomatic relations seem to be improving between the formerly warring countries.  Egyptian Intelligence Chief Omar Suleiman met with PM Netanyahu, President Peres and FM Lieberman.  According to Israeli media, Lieberman “repeatedly stressed his appreciation of Egypt as a strategic partner.”  

 

Meanwhile, relations between Egypt—Palestine and Egypt—Lebanon have been strained.  Perhaps that is what a “strategic partner” is for: reinforcement of Israel’s game plan.  Perhaps that is what Lieberman has in mind as he courts such a partnership with Russia.  Stack up the friends on one side, the enemies on the other.  But in the end, you don’t get a gang war.  When you add billions of dollars worth of weaponry, you get world war.   

 

The irony is, though, that amid all the massive global players in this drama, the sticking point for Israel is that it has never been able to defeat Lebanon.  Israel has tried and tried to pound Lebanon into submission and has failed, no matter how many strategic partners it stacks up.  Look at the map again.  You need a magnifying glass to see the two of them.  Yet the world seems intent on setting their agendas by what transpires there.  A bit ridiculous, really.    

 

Russia is not apt to fall for Lieberman’s lure.  Again, Russia is no one’s fool.  It has been less than a year since Russia resolutely quashed an aggression by Georgia—backed by US-Israel—to overtake South Ossetia.   Israel may now be anxious to have Russia as a partner; however, it is highly unlikely that Russia will find itself needing Israel as a partner.  And Russia does stand its ground. 

 

 

 

 

 

 

Like Russia, Lebanon, for all its faults, knows how to stand its ground as well.  Every Lebanese child knows the politics of being Lebanese.  Every adult has lived through the wars and the global chicanery.  Who else but Lebanon could manage to defeat Israel and then still rake in $1 billion total post-2006 conflict assistance and $410 million post-2006 in military aid from America, Israel’s favourite ally?  The Lebanese might just be more clever than Lieberman is counting on.   

 

Lebanon will not be intimidated.  Syria will not be schmoozed.  Russia cannot be reduced to what Lieberman has dubbed the ”Kremlin Factor,”  as though he fancies himself a Jason Bourne.  Lieberman stated that he intends to mend the gap between the Knesset and the Kremlin.  But a gap is mended at both ends.  In half a century, Russia has weathered wars far worse than those plotted by Lieberman.  If Russia decides to adjust its alliances, it will do so not at the behest of tiny Tel Aviv, but when and if it chooses, on its own Russian terms.   

 

By Brenda Heard

Founder Friends of Lebanon

 

www.friendsoflebanon.org

 

 *please note that it is Israel’s own insistence on distinguishing people by their faith, Jewish or otherwise, that necessitates the topic.  FOL prefers to view people as individuals—not as representatives of a particular religion. 

 

Guest Post is the author as indicated in the tagline. He/she (or the source that is indicated within the post) reserves the rights to the material published.
Email this author | All posts by Guest Post

http://palestinethinktank.com/2009/04/24/lieberman-wishing-for-world-war-iii/



Lundi 27 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par hamou le 24/04/2009 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous cherchez l anti-christ et bien le voila enfin devoile.

2.Posté par jourdain le 24/04/2009 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce n'est même pas ça !! ce n'est qu'un vulguere videur de boite de nuit !! pas plus

3.Posté par anna le 24/04/2009 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est surtout un sale con.

4.Posté par -*REZ le 24/04/2009 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Lieberman: Désireux de la Troisième Guerre mondiale?

Dans la même rubrique:

- Jeudi 23 Avril 2009 - 10:23 - Hugo Chavez offre une île au président Obama

- Mardi 21 Avril 2009 - 18:57 - Une plainte pour crimes de guerre contre Israël sera déposée en Norvège
Nous nous sommes déjà habitués à des déclarations de l'effronté ministre israélienne des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. Et ce n'est certainement pas une surprise Israël considère que les États-Unis à être fermement dans sa politique de poche. Il est donc, mais une légère irritation à la lecture des rapports que Lieberman Haaretz, convaincu que "l'administration Obama sera mis de l'avant de nouvelles initiatives de paix que si Israël le veut», a déclaré publiquement "Croyez-moi, l'Amérique accepte toutes nos décisions." (Lieberman : États-Unis à accepter toute décision de la politique israélienne).

ÉCRITE PAR BRENDA ENTENDU
[1] [2] [3] [4] [5]
Notez


Lieberman: Désireux de la Troisième Guerre mondiale?



Ce qui est le plus intéressant à propos de Lieberman de la première grande interview sur la politique étrangère depuis sa prise de fonction est son point de vue de la Russie. Lieberman, Haaretz souligne, a accordé sa première grande interview à un journal israélien, mais à Rosensaft Alexander, le correspondant en Israël de l'un des quotidiens les plus anciens de Russie, Moskovskiy Komosolets. La cour à la faveur du monde slave pouvoir?



Immigrants russes sont une partie dominante de la société israélienne. Et la Russie, selon le Jewish Virtual Library, est classé numéro six dans les pays avec la plus grande des populations juives. "Classement des pays * 2-5 (États-Unis, France, Canada, Royaume-Uni) sont déjà fiables amis d'Israël. D'autre part, la Russie a montré au cours des dernières années un caractère autonome dans ses relations étrangères.



Lieberman est à la recherche d'un autre allié. Dans son interview, il a déclaré "La Russie a une influence dans le monde musulman, et je considère que c'est un partenaire stratégique qui devrait jouer un rôle clé au Moyen-Orient. J'ai plaidé en faveur d'un certain temps qu'Israël n'a pas suffisamment de satisfaction pour le «facteur Kremlin"; j'ai l'intention de réparer cette lacune. "



Un autre ouvertement à la manipulation éhontée admission d'autres pour le bien d'Israël. Couplé avec une autre affirmation de Lieberman, mais, nous commençons à voir ce qu'il entend par «rôle essentiel». Lieberman a déclaré que l'Afghanistan et le Pakistan sont désormais considérées conjointement comme la plus grande menace stratégique pour Israël. L'Iran a été déclassé à la deuxième place la menace, et l'Irak tombe à la troisième place. Afghanistan et Pakistan "forment une zone contiguë de radicalisme a statué, dans l'esprit de Ben Laden», dit Lieberman, et "constituent une menace non seulement pour Israël, mais de l'ordre mondial dans son ensemble".



Maintenant, regardez bien à la carte ci-dessous. Et pense que le Président de Obama a récemment annoncé l'Afghanistan-Pakistan (AFPAK) stratégie (27/03/09)-deux pays, un défi, Al Qaida, plus les troupes américaines, ce qui porte la Russie à bord et Lieberman de l'offre de joyeux Israël rôle de rapprocher les Etats-Unis et la Russie. Avec les États-Unis ayant déjà rendu inefficace l'Iraq et des groupes vulnérables, le rôle clé de l'envisagées Russie-gros-Russie serait d'aider à l'écrasement en Afghanistan et au Pakistan ainsi. . . afin de maintenir "l'ordre mondial», bien sûr.







La frontière iranienne alors offrir non pas des obstacles, mais exploitables. Irakien, afghan et pakistanais frontières seraient sous l'œil vigilant de l'US / Israël et leur soi-disant partenaire de la Russie. Cela laisse simplement la Turquie et le Turkménistan. Malgré un peu de tiff, de Turquie et d'Israël de maintenir une relation de travail et de la coopération militaire. Et, comme le Turkménistan en difficulté est de peu de menace pour personne, mais lui-même, ce nouvel état du pouvoir politique permettrait à Israël de manière plus réaliste d'envisager son écrasante auparavant arch nemesis. Une fois en Israël et ses partenaires ont réussi à briser l'Iran, ils pourraient, ils présument, couper le moteur au Hezbollah au Liban, tuant ainsi deux oiseaux avec une pierre proverbiale.

Est-il plus de portée à imaginer la carte de balayage des opérations militaires? Tenir compte de la taille du Hamas. Regardez la carte juste pour maintenir la perspective de nouvelles droite, le Hamas n'est même pas sur la carte. Quelle a été la proposition de Lieberman (13/01/09) pour apaiser cette épine dans son côté?

"Nous devons continuer à lutter contre le Hamas, tout comme les États-Unis a fait avec les Japonais durant la Seconde Guerre mondiale. Puis, aussi, l'occupation du pays a été inutile. "

Quel est donc le secret de la réussite des États-Unis? Après avoir déjà tué plus d'un million de japonais 1941-1945, les États-Unis a été en mesure de mettre de côté ses plans pour une invasion terrestre et de l'occupation du Japon, car les Japonais se sont rendus. Ils ont cédé parce que les États-Unis effectué des attaques à la bombe atomique sur les villes d'Hiroshima (Japon tuant 140.000) et trois jours plus tard sur Nagasaki (Japon tuant plus de 80.000). Plus rapide et moins coûteux que d'une profession, dit l'homme d'affaires. Lieberman apparemment apprécie la logique. Un refroidissement de pensée, en considérant que pour l'ensemble de ses doigt accusations, Israël est la puissance du Moyen-Orient qui a maintenu les armes nucléaires et a constamment démontré sa volonté d'utiliser "une force disproportionnée."



Mais la Russie n'est pas l'un imbécile. Avec une longue et difficile histoire remonte à près de 500 ans, les Russes ont prouvé leur capacité à endurer. Ils n'ont pas réussi par la restauration de l'intérêt de quelqu'un d'autre. À titre d'exemple, la Russie mai ont récemment acheté des drones de surveillance en provenance d'Israël, mais il est également toujours en train d'examiner la vente d'une stratégie du système de défense aérienne de l'Iran, Israël est clair, malgré les objections de la transaction. A déclaré un responsable israélien de la Russie des conditions de rejet ", les Russes ne font pas de promesses de ce genre." Les Russes, cependant, tenir leurs positions.



Même les Nations unies Conférence d'examen de Durban sur le racisme a suscité des critiques de certains (surtout du camp israélien), la Russie a accepté le poste de vice-président du Comité préparatoire de travail sur la déclaration et l'ordre du jour de la conférence. La Russie a maintenu son haut niveau de participation, quel que soit le boycottage des actions prises par d'autres. Comme Andrei Podoplekin, politologue à l'école russe Pomor l'Université de l'État, a déclaré: «C'est une façon pour la Russie de montrer qu'elle peut être un acteur indépendant. En acceptant de participer et de servir de modérateur lors d'un événement boycotté par d'autres, elle a prouvé qu'elle pouvait agir indépendamment, le plus important de l'Ouest du pays. "



Où va le Liban dans tout cela? Comme toujours, il existe une politique et militaire des remorqueurs de la guerre. Il ya quatre mois, par exemple, Moscou a donné 10 MiG-29 avions de combat au Liban, gratuitement, comme l'aide à la construction de l'Armée du Liban. Le New York Times a été rapide pour caractériser le geste comme une «gifle pour les États-Unis." Ne pas être en reste là, les États-Unis a annoncé (14/04/09), qu'il "fournira les Forces armées libanaises (LAF), avec Raven midi des avions sans pilote dans les mois à venir. "Cela vient avec un cours de formation, financé par l'US Department of Defense (DOD), [et] est une partie de la complète, solide programme d'aide militaire américaine au Liban.



Il ne faut pas oublier, cependant, que l'administration Obama a confirmé que la crise financière mondiale ne remettrait pas en cause sa promesse de 30 milliards de dollars dans la seule aide militaire à Israël au cours des 10 prochaines années. En 2007, les États-Unis a annoncé qu'il continuera de l'aide militaire à l'Egypte à 13 milliards $ de 2009 à 2018, et permettrait d'accroître l'aide militaire à Israël de 25% - $ 30 milliards de dollars de 2009 à 2018. Sous-secrétaire d'État américain aux affaires politiques, Nicholas Burns, qui a signé le mémorandum d'accord régissant l'ensemble des aides, a déclaré l'aide

"Permettre à Israël de planifier ses dépenses de défense d'une manière rationnelle qui, d'une manière qui tient compte de sa propre appréciation de sa situation dans cette région. Donc, nous nous penchons sur cette région et de comprendre que la sécurité et la forte Israël est dans l'intérêt des Etats-Unis. "

Comme le Jerusalem Post paraphrases, ce qui signifie que "il n'y avait pas de cordes attachées à l'aide - pas d'annexes - et qu'il n'est pas dépendant de la politique israélienne. Burns a souligné que l'aide a été à un moment où l'Iran est la résurgence, et était à la fois la recherche d'armes nucléaires et l'élargissement de ses centrales électriques conventionnelles dans la région. Il a dit que l'Iran et la Syrie de financer et d'armer des organisations terroristes fomentent la violence dans toutes les régions du Moyen-Orient, que ce soit le Hamas, le Hezbollah ou les groupes chiites en Irak. "Peut-être Burns, de retour en août 2007, ne pense pas que l'Afghanistan se tenir aussi longtemps que cela a, ou que le Pakistan serait un bon ajout à la liste des cibles.




















Le 22 avril 2009, le ministre des Affaires étrangères Lieberman cimenté un autre "stratégique

partenaire: l'Égypte. Malgré les tensions en raison de Lieberman dans le passé en ce qui concerne les déclarations offensantes à l'Egypte, les relations diplomatiques semblent s'améliorer entre les anciens pays belligérants. Chef du renseignement égyptien Omar Suleiman a rencontré PM Netanyahu, le président Peres et FM Lieberman. Selon les médias israéliens, Lieberman "à maintes reprises, souligné sa satisfaction de l'Egypte comme un partenaire stratégique".



Pendant ce temps, les relations entre l'Egypte et la Palestine et l'Égypte et le Liban ont été tendues. Peut-être que ce qui est un "partenaire stratégique" est pour: le renforcement d'Israël du plan de match. Peut-être que c'est ce que Lieberman a en tête comme il tribunaux d'un tel partenariat avec la Russie. Empilez les amis d'un côté, les ennemis de l'autre. Mais à la fin, vous n'obtenez pas de guerre des gangs. Lorsque vous ajoutez des milliards de dollars d'armes, vous aurez la guerre mondiale.



L'ironie est, cependant, que parmi tous les acteurs du massif au niveau mondial dans ce drame, le point de friction pour Israël, c'est qu'il n'a jamais été en mesure de vaincre le Liban. Israël a essayé et essayé de la livre et le Liban dans la présentation a échoué, quel que soit le nombre de partenaires stratégiques, il les piles en place. Regardez la carte. Vous avez besoin d'une loupe pour voir les deux d'entre eux. Pourtant, le monde semble sur la fixation de leur ordre du jour par ce qui se passe là-bas. Un peu ridicule, vraiment.



La Russie n'est pas de nature à l'automne pour Lieberman leurre. Encore une fois, la Russie est un pas de sot. Il a été moins d'un an depuis que la Russie a annulé résolument une agression de la Géorgie, appuyée par les États-Unis-Israël à dépasser l'Ossétie du Sud. Israël mai maintenant être impatients d'avoir la Russie comme un partenaire, mais il est très peu probable que la Russie se trouve elle-même besoin d'Israël comme un partenaire. Et la Russie ne se son terrain.













À l'instar de la Russie, le Liban, pour tous ses défauts, sait de terrain aussi. Chaque enfant sait libanais de la politique libanaise. Chaque adulte a vécu la guerre et de la chicane. Qui d'autre que le Liban parvient à vaincre Israël, puis encore de râteau dans $ 1 milliards de total de post-conflit de 2006 d'assistance et de 410 millions $ post-2006 dans l'aide militaire de l'Amérique, Israël, allié de prédilection? Le Liban peut-être plus intelligents que Lieberman est le comptage.



Le Liban ne se laissera pas intimider. La Syrie ne sera pas schmoozed. La Russie ne peut pas être réduit à ce que Lieberman a surnommé le «Kremlin Factor", comme si il aime lui-même un Jason Bourne. Lieberman a déclaré qu'il avait l'intention de réparer le fossé entre la Knesset et le Kremlin. Mais un écart est recommandé aux deux extrémités. En un demi-siècle, la Russie a résisté à la guerre bien pire que celles tracées par Lieberman. Si la Russie décide d'adapter ses alliances, il le fera pas à la demande du petit Tel-Aviv, mais quand et si elle décide, sur ses propres conditions de Russie.



Par Brenda Heard

Fondateur des Amis du Liban



www.friendsoflebanon.org



* s'il vous plaît noter que c'est Israël lui-même insistance sur la distinction entre les peuples par leur foi, juive ou autre, qui nécessite le sujet. FOL préfère voir les gens en tant qu'individus et non pas en tant que représentants d'une religion particulière.


ShareThis

Guest Post est l'auteur comme l'indique le slogan. Il / elle (ou de la source qui est indiqué dans le post) se réserve le droit de la documentation publiée.
Envoi de l'auteur | Tous les postes par Guest Post

http://palestinethinktank.com/2009/04/24/lieberman-wishing-for-world-war-iii/

Vendredi 24 Avril 2009

5.Posté par -*REZ le 24/04/2009 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lieberman: Désireux de la Troisième Guerre mondiale?

Dans la même rubrique:

- Jeudi 23 Avril 2009 - 10:23 - Hugo Chavez offre une île au président Obama

- Mardi 21 Avril 2009 - 18:57 - Une plainte pour crimes de guerre contre Israël sera déposée en Norvège
Nous nous sommes déjà habitués à des déclarations de l'effronté ministre israélienne des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. Et ce n'est certainement pas une surprise Israël considère que les États-Unis à être fermement dans sa politique de poche. Il est donc, mais une légère irritation à la lecture des rapports que Lieberman Haaretz, convaincu que "l'administration Obama sera mis de l'avant de nouvelles initiatives de paix que si Israël le veut», a déclaré publiquement "Croyez-moi, l'Amérique accepte toutes nos décisions." (Lieberman : États-Unis à accepter toute décision de la politique israélienne).

ÉCRITE PAR BRENDA ENTENDU
[1] [2] [3] [4] [5]
Notez


Lieberman: Désireux de la Troisième Guerre mondiale?



Ce qui est le plus intéressant à propos de Lieberman de la première grande interview sur la politique étrangère depuis sa prise de fonction est son point de vue de la Russie. Lieberman, Haaretz souligne, a accordé sa première grande interview à un journal israélien, mais à Rosensaft Alexander, le correspondant en Israël de l'un des quotidiens les plus anciens de Russie, Moskovskiy Komosolets. La cour à la faveur du monde slave pouvoir?



Immigrants russes sont une partie dominante de la société israélienne. Et la Russie, selon le Jewish Virtual Library, est classé numéro six dans les pays avec la plus grande des populations juives. "Classement des pays * 2-5 (États-Unis, France, Canada, Royaume-Uni) sont déjà fiables amis d'Israël. D'autre part, la Russie a montré au cours des dernières années un caractère autonome dans ses relations étrangères.



Lieberman est à la recherche d'un autre allié. Dans son interview, il a déclaré "La Russie a une influence dans le monde musulman, et je considère que c'est un partenaire stratégique qui devrait jouer un rôle clé au Moyen-Orient. J'ai plaidé en faveur d'un certain temps qu'Israël n'a pas suffisamment de satisfaction pour le «facteur Kremlin"; j'ai l'intention de réparer cette lacune. "



Un autre ouvertement à la manipulation éhontée admission d'autres pour le bien d'Israël. Couplé avec une autre affirmation de Lieberman, mais, nous commençons à voir ce qu'il entend par «rôle essentiel». Lieberman a déclaré que l'Afghanistan et le Pakistan sont désormais considérées conjointement comme la plus grande menace stratégique pour Israël. L'Iran a été déclassé à la deuxième place la menace, et l'Irak tombe à la troisième place. Afghanistan et Pakistan "forment une zone contiguë de radicalisme a statué, dans l'esprit de Ben Laden», dit Lieberman, et "constituent une menace non seulement pour Israël, mais de l'ordre mondial dans son ensemble".



Maintenant, regardez bien à la carte ci-dessous. Et pense que le Président de Obama a récemment annoncé l'Afghanistan-Pakistan (AFPAK) stratégie (27/03/09)-deux pays, un défi, Al Qaida, plus les troupes américaines, ce qui porte la Russie à bord et Lieberman de l'offre de joyeux Israël rôle de rapprocher les Etats-Unis et la Russie. Avec les États-Unis ayant déjà rendu inefficace l'Iraq et des groupes vulnérables, le rôle clé de l'envisagées Russie-gros-Russie serait d'aider à l'écrasement en Afghanistan et au Pakistan ainsi. . . afin de maintenir "l'ordre mondial», bien sûr.







La frontière iranienne alors offrir non pas des obstacles, mais exploitables. Irakien, afghan et pakistanais frontières seraient sous l'œil vigilant de l'US / Israël et leur soi-disant partenaire de la Russie. Cela laisse simplement la Turquie et le Turkménistan. Malgré un peu de tiff, de Turquie et d'Israël de maintenir une relation de travail et de la coopération militaire. Et, comme le Turkménistan en difficulté est de peu de menace pour personne, mais lui-même, ce nouvel état du pouvoir politique permettrait à Israël de manière plus réaliste d'envisager son écrasante auparavant arch nemesis. Une fois en Israël et ses partenaires ont réussi à briser l'Iran, ils pourraient, ils présument, couper le moteur au Hezbollah au Liban, tuant ainsi deux oiseaux avec une pierre proverbiale.

Est-il plus de portée à imaginer la carte de balayage des opérations militaires? Tenir compte de la taille du Hamas. Regardez la carte juste pour maintenir la perspective de nouvelles droite, le Hamas n'est même pas sur la carte. Quelle a été la proposition de Lieberman (13/01/09) pour apaiser cette épine dans son côté?

"Nous devons continuer à lutter contre le Hamas, tout comme les États-Unis a fait avec les Japonais durant la Seconde Guerre mondiale. Puis, aussi, l'occupation du pays a été inutile. "

Quel est donc le secret de la réussite des États-Unis? Après avoir déjà tué plus d'un million de japonais 1941-1945, les États-Unis a été en mesure de mettre de côté ses plans pour une invasion terrestre et de l'occupation du Japon, car les Japonais se sont rendus. Ils ont cédé parce que les États-Unis effectué des attaques à la bombe atomique sur les villes d'Hiroshima (Japon tuant 140.000) et trois jours plus tard sur Nagasaki (Japon tuant plus de 80.000). Plus rapide et moins coûteux que d'une profession, dit l'homme d'affaires. Lieberman apparemment apprécie la logique. Un refroidissement de pensée, en considérant que pour l'ensemble de ses doigt accusations, Israël est la puissance du Moyen-Orient qui a maintenu les armes nucléaires et a constamment démontré sa volonté d'utiliser "une force disproportionnée."



Mais la Russie n'est pas l'un imbécile. Avec une longue et difficile histoire remonte à près de 500 ans, les Russes ont prouvé leur capacité à endurer. Ils n'ont pas réussi par la restauration de l'intérêt de quelqu'un d'autre. À titre d'exemple, la Russie mai ont récemment acheté des drones de surveillance en provenance d'Israël, mais il est également toujours en train d'examiner la vente d'une stratégie du système de défense aérienne de l'Iran, Israël est clair, malgré les objections de la transaction. A déclaré un responsable israélien de la Russie des conditions de rejet ", les Russes ne font pas de promesses de ce genre." Les Russes, cependant, tenir leurs positions.



Même les Nations unies Conférence d'examen de Durban sur le racisme a suscité des critiques de certains (surtout du camp israélien), la Russie a accepté le poste de vice-président du Comité préparatoire de travail sur la déclaration et l'ordre du jour de la conférence. La Russie a maintenu son haut niveau de participation, quel que soit le boycottage des actions prises par d'autres. Comme Andrei Podoplekin, politologue à l'école russe Pomor l'Université de l'État, a déclaré: «C'est une façon pour la Russie de montrer qu'elle peut être un acteur indépendant. En acceptant de participer et de servir de modérateur lors d'un événement boycotté par d'autres, elle a prouvé qu'elle pouvait agir indépendamment, le plus important de l'Ouest du pays. "



Où va le Liban dans tout cela? Comme toujours, il existe une politique et militaire des remorqueurs de la guerre. Il ya quatre mois, par exemple, Moscou a donné 10 MiG-29 avions de combat au Liban, gratuitement, comme l'aide à la construction de l'Armée du Liban. Le New York Times a été rapide pour caractériser le geste comme une «gifle pour les États-Unis." Ne pas être en reste là, les États-Unis a annoncé (14/04/09), qu'il "fournira les Forces armées libanaises (LAF), avec Raven midi des avions sans pilote dans les mois à venir. "Cela vient avec un cours de formation, financé par l'US Department of Defense (DOD), [et] est une partie de la complète, solide programme d'aide militaire américaine au Liban.



Il ne faut pas oublier, cependant, que l'administration Obama a confirmé que la crise financière mondiale ne remettrait pas en cause sa promesse de 30 milliards de dollars dans la seule aide militaire à Israël au cours des 10 prochaines années. En 2007, les États-Unis a annoncé qu'il continuera de l'aide militaire à l'Egypte à 13 milliards $ de 2009 à 2018, et permettrait d'accroître l'aide militaire à Israël de 25% - $ 30 milliards de dollars de 2009 à 2018. Sous-secrétaire d'État américain aux affaires politiques, Nicholas Burns, qui a signé le mémorandum d'accord régissant l'ensemble des aides, a déclaré l'aide

"Permettre à Israël de planifier ses dépenses de défense d'une manière rationnelle qui, d'une manière qui tient compte de sa propre appréciation de sa situation dans cette région. Donc, nous nous penchons sur cette région et de comprendre que la sécurité et la forte Israël est dans l'intérêt des Etats-Unis. "

Comme le Jerusalem Post paraphrases, ce qui signifie que "il n'y avait pas de cordes attachées à l'aide - pas d'annexes - et qu'il n'est pas dépendant de la politique israélienne. Burns a souligné que l'aide a été à un moment où l'Iran est la résurgence, et était à la fois la recherche d'armes nucléaires et l'élargissement de ses centrales électriques conventionnelles dans la région. Il a dit que l'Iran et la Syrie de financer et d'armer des organisations terroristes fomentent la violence dans toutes les régions du Moyen-Orient, que ce soit le Hamas, le Hezbollah ou les groupes chiites en Irak. "Peut-être Burns, de retour en août 2007, ne pense pas que l'Afghanistan se tenir aussi longtemps que cela a, ou que le Pakistan serait un bon ajout à la liste des cibles.




















Le 22 avril 2009, le ministre des Affaires étrangères Lieberman cimenté un autre "stratégique

partenaire: l'Égypte. Malgré les tensions en raison de Lieberman dans le passé en ce qui concerne les déclarations offensantes à l'Egypte, les relations diplomatiques semblent s'améliorer entre les anciens pays belligérants. Chef du renseignement égyptien Omar Suleiman a rencontré PM Netanyahu, le président Peres et FM Lieberman. Selon les médias israéliens, Lieberman "à maintes reprises, souligné sa satisfaction de l'Egypte comme un partenaire stratégique".



Pendant ce temps, les relations entre l'Egypte et la Palestine et l'Égypte et le Liban ont été tendues. Peut-être que ce qui est un "partenaire stratégique" est pour: le renforcement d'Israël du plan de match. Peut-être que c'est ce que Lieberman a en tête comme il tribunaux d'un tel partenariat avec la Russie. Empilez les amis d'un côté, les ennemis de l'autre. Mais à la fin, vous n'obtenez pas de guerre des gangs. Lorsque vous ajoutez des milliards de dollars d'armes, vous aurez la guerre mondiale.



L'ironie est, cependant, que parmi tous les acteurs du massif au niveau mondial dans ce drame, le point de friction pour Israël, c'est qu'il n'a jamais été en mesure de vaincre le Liban. Israël a essayé et essayé de la livre et le Liban dans la présentation a échoué, quel que soit le nombre de partenaires stratégiques, il les piles en place. Regardez la carte. Vous avez besoin d'une loupe pour voir les deux d'entre eux. Pourtant, le monde semble sur la fixation de leur ordre du jour par ce qui se passe là-bas. Un peu ridicule, vraiment.



La Russie n'est pas de nature à l'automne pour Lieberman leurre. Encore une fois, la Russie est un pas de sot. Il a été moins d'un an depuis que la Russie a annulé résolument une agression de la Géorgie, appuyée par les États-Unis-Israël à dépasser l'Ossétie du Sud. Israël mai maintenant être impatients d'avoir la Russie comme un partenaire, mais il est très peu probable que la Russie se trouve elle-même besoin d'Israël comme un partenaire. Et la Russie ne se son terrain.













À l'instar de la Russie, le Liban, pour tous ses défauts, sait de terrain aussi. Chaque enfant sait libanais de la politique libanaise. Chaque adulte a vécu la guerre et de la chicane. Qui d'autre que le Liban parvient à vaincre Israël, puis encore de râteau dans $ 1 milliards de total de post-conflit de 2006 d'assistance et de 410 millions $ post-2006 dans l'aide militaire de l'Amérique, Israël, allié de prédilection? Le Liban peut-être plus intelligents que Lieberman est le comptage.



Le Liban ne se laissera pas intimider. La Syrie ne sera pas schmoozed. La Russie ne peut pas être réduit à ce que Lieberman a surnommé le «Kremlin Factor", comme si il aime lui-même un Jason Bourne. Lieberman a déclaré qu'il avait l'intention de réparer le fossé entre la Knesset et le Kremlin. Mais un écart est recommandé aux deux extrémités. En un demi-siècle, la Russie a résisté à la guerre bien pire que celles tracées par Lieberman. Si la Russie décide d'adapter ses alliances, il le fera pas à la demande du petit Tel-Aviv, mais quand et si elle décide, sur ses propres conditions de Russie.



Par Brenda Heard

Fondateur des Amis du Liban



www.friendsoflebanon.org



* s'il vous plaît noter que c'est Israël lui-même insistance sur la distinction entre les peuples par leur foi, juive ou autre, qui nécessite le sujet. FOL préfère voir les gens en tant qu'individus et non pas en tant que représentants d'une religion particulière.


ShareThis

Guest Post est l'auteur comme l'indique le slogan. Il / elle (ou de la source qui est indiqué dans le post) se réserve le droit de la documentation publiée.
Envoi de l'auteur | Tous les postes par Guest Post

http://palestinethinktank.com/2009/04/24/lieberman-wishing-for-world-war-iii/

Vendredi 24 Avril 2009

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires