Conflits et guerres actuelles

Liban : Israël utilise des armes chimiques, par Wayne Madsen - WMR.


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 15:38 OBAMA VEUT À TOUT PRIX LA GUERRE


De sources provenant du renseignement militaire des Etats-Unis ont indiqué à WMR que l’obus d’artillerie montré ci-dessous, utilisé par les Forces Israéliennes de Défense au Liban, est un type d’arme bi et multi-usage que les néoconservateurs ont faussement accusé Saddam Hussein de détenir.


Lundi 24 Juillet 2006

ADM (Arme de Destruction Massive) bi/multi-usage et petite fille libanaise dont le corps a été gravement brûlé, manifestement par une attaque au phosphore blanc (interdit pas le droit de la guerre de la Convention de Genève, depuis un protocole entr
ADM (Arme de Destruction Massive) bi/multi-usage et petite fille libanaise dont le corps a été gravement brûlé, manifestement par une attaque au phosphore blanc (interdit pas le droit de la guerre de la Convention de Genève, depuis un protocole entr




Bien que l’engin soit commercialisé comme une bombe anti-mine à explosion différée, sa charge utile peut aussi inclure des produits chimiques utilisés dans les bombes thermobariques (mélanges explosifs), les armes au phosphore blanc, et les armes chimiques.

Les bombes thermobariques contiennent des explosifs chargés de polymère ou d’ explosifs FAE ("Fuel Air Explosives", à savoir engins à explosion diffuse) comme charges utiles. Les Thermobariques utilisent des détonateurs FMU ("Fuse Munition Unit", made un USA) tel que ceux qu’on voit sur la pointe de l’obus israélien. L’obus pénètre dans les constructions, dans les abris souterrains, ou dans les tunnels, créant un tel souffle explosif que tout l’oxygène est aspiré des espaces et des poumons de quiconque se trouve à proximité. L’utilisation par Israël de telles armes "aspirantes" est établi en ce qui concerne le Liban.

La pièce d’artillerie, avec son détonateur FMU, peut également contenir des armes chimiques, dont l’usage a été constaté au Sud-Liban. En plus, elle peut contenir du phosphore blanc, une substance qui littéralement fond en traversant la peau tout en laissant les vêtements relativement intacts. A Falloujah et partout en Irak, les forces étasuniennes ont utilisé du phosphore blanc sur des civils, laissant des cadavres grotesques comme un élément de la guerre psychologique pour obliger la population civile à se soumettre ou à évacuer la zone.














Wayne Madsen est journaliste d’investigation, auteur d’éditoriaux, d’articles et de livres publiés aux États-Unis.
Depuis 1994 il enquête sur des sujets tels la politique de Washington, la sécurité nationale, et le monde du renseignement. Il a écrit pour The Village Voice, The Progressive, CAQ, Counterpunch, et pour l’Intelligence Newsletter (basée à Paris).

Madsen, ancien officier de la Marine américaine, avait été affecté à la NSA (National Security Agency, « agence de sécurité nationale ») sous la présidence de Reagan. Il a aussi 20 ans d’expérience en matière de sécurité informatique et de protection des données. En outre, il a travaillé pour le NAVDAC (Naval Data Automation Command), le Départment d’État, RCA Corporation, et CSC (Computer Sciences Corporation).

Madsen est l’auteur de Genocide and Covert Operations in Africa 1993-1999 (« Génocide et opérations secrètes en Afrique de 1993 à 1999 »), co-auteur de America’s Nightmare : The Presidency of George Bush II ( « Le cauchemar de l’Amérique : La présidence de George Bush II ») et de Jaded Tasks : Big Oil, Black Ops & Brass Plates (« La routine : pétrole à gogo, opérations clandestines et plaques commémoratives », à paraître). Madsen est également l’auteur de The Handbook of Personal Data Protection (London : Macmillan, 1992) (« Manuel de protection des données personnelles »), un livre qui traite de la législation internationale sur la protection des données et qui a remporté un vif succès.
Catherine-Françoise Karaguézian.

- Source : Wayne Madsen Report www.waynemadsenreport.com

- Traduction : Gérard Jugant pour Le Grand Soir.



La photo ci-dessous prise à Saïda (3e ville du Liban) d’une petite fille libanaise brûlée et gravement défigurée est un indicateur révélateur de l’usage de phosphore blanc par les Israéliens. Des photos similaires de Falloujah nous ont été
La photo ci-dessous prise à Saïda (3e ville du Liban) d’une petite fille libanaise brûlée et gravement défigurée est un indicateur révélateur de l’usage de phosphore blanc par les Israéliens. Des photos similaires de Falloujah nous ont été
Les experts des services de renseignement militaire des Etats-Unis pensent que la facilité avec laquelle le soldat israélien manie l’obus d’artillerie est une indication que la charge utile se compose d’un gaz de faible poids et non d’un mélange combustible-air ou de composants d’une bombe thermobarique. WMR continue de recevoir des informations du Liban indiquant des obus chargés d’uranium appauvri sont utilisés par les Israéliens. Le New York Times rapporte aujourd’hui que les Etats-Unis intensifient la fourniture de nouvelles bombes à téléguidage de haute précision à Israël (voir ici l’article concernant le pré-planning de l’administration Bush au sujet des invasions israéliennes du Liban et de Gaza)

http://www.legrandsoir.info/ http://www.legrandsoir.info/



Lundi 24 Juillet 2006


VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires