Palestine occupée

Liban : Combats dans le nord


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?



Dimanche 11 Mai 2008

Liban : Combats dans le nord
Des combats à l’arme lourde opposaient partisans du gouvernement et de l’opposition dimanche matin dans le nord du Liban, où les tensions restent vives malgré le début d’apaisement la veille dans le capitale.

Une femme a été tuée lors de ces combats à Tripoli, la grande ville côtière du nord, et plusieurs personnes ont été blessées, a annoncé à l’AFP un responsable des services de sécurité. Quelque 7.000 personnes ont fui les accrochages, qui se produisent dans le nord de la ville, a-t-il dit.

Les combats à la mitrailleuse et au lance-roquette, opposent des partisans de la majorité au pouvoir à Beyrouth et des Alaouites, branche dissidente des chiites, loyale au Hezbollah.

La veille, le Hezbollah et ses alliés de l’opposition avaient pourtant donné un signal de conciliation en commençant à retirer leurs combattants des quartiers ouest de Beyrouth conquis la veille, à l’appel de l’armée, à qui le gouvernement s’en est remis pour rétablir "la paix civile". L’armée avait annoncé qu’elle gelait les récentes décisions du gouvernement contre le Hezbollah, à l’origine de violences entre partisans de la majorité et de l’opposition qui ont fait depuis jeudi 37 morts, les pires depuis la fin de la guerre civile (1975-90).

"Le mouvement Amal annonce que ses partisans ont commencé à se retirer des rues de Beyrouth", a déclaré un responsable de ce parti, allié du Hezbollah. Il a cependant ajouté que l’opposition poursuivrait son mouvement de "désobéissance civile".

A un journaliste qui lui demandait si le gel de ces décisions ne constituait pas une humiliation pour la majorité, un de ses leaders, Walid Joumblatt, a dit qu’il était "dans l’intérêt de la préservation de la paix".

L’armée, traditionnellement chargée du maintien de l’ordre, n’est pas intervenue dans les combats, de crainte de scissions. Samedi, les militaires étaient fortement présents sur les principaux axes de la capitale.

La vie avait timidement repris samedi dans l’ouest de Beyrouth, les commerces avaient rouvert et les habitants s’aventuraient dans la rue. La route menant à l’aéroport international de Beyrouth, où aucun vol n’était prévu dimanche, était toujours bloquée. Un responsable de l’opposition a déclaré à l’AFP que cet axe ainsi que d’autres routes resteraient bloquées. Les étrangers ont continué samedi de quitter le pays par la route, via la Syrie, alors que la Turquie et le Koweït évacuaient leurs ressortissants.

http://www.aloufok.net http://www.aloufok.net



Dimanche 11 Mai 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires