Palestine occupée

Liban-Beqaa : Coup de filet contre le Mossad


Dans sa guerre ouverte contre l’ennemi israélien, l’armée libanaise a réussi un coup de filet à inscrire dans les annales du contre-espionnage libanais.
En effet, elle a démantelé un important réseau d’espionnage dans la région de la Beqaa, au nord du Liban, dont le passé avec les services de renseignement israéliens (Mossad) ne fait aucun doute.


Dimanche 2 Novembre 2008

Liban-Beqaa : Coup de filet contre le Mossad

Ghada Houballah


Ainsi, dans son communiqué, le commandement de l'armée libanaise confirme que la direction des renseignements, dans la région de la Beqaa, est parvenue à arrêter deux individus. Ces derniers sont des membres d'une bande d'espionnage et de terrorisme, en relation avec l'ennemi israélien. Il apparait des informations collectées que cette bande d’espionnage opérait au Liban depuis les années quatre-vingt.
Selon des sources judicaires et sécuritaires citées par le quotidien libanais as-safir, l’armée avait dessiné, après la guerre des 33 jours, une cartographie de personnes soupçonnées d’être en relation avec l’ennemi israélien.

Ensuite, après avoir surveillées toutes les régions libanaises, les autorités libanaises chargées de l’affaire ont découvert un important réseau d’espionnage israélien dans un village libanais situé à l’ouest de la Beqaa. L’enquête a abouti à l’arrestation d’un suspect connu sous les initiales (A-J), qui opérait sous couverture de membre d’un parti politique libanais.
Selon les données collectées par les services de renseignements militaires libanais, le suspect A.J effectuait des missions de surveillance sur la route internationale de Damas, entre la Beqaa et la région frontalière de Masnaa. Il garait sa voiture qui était équipée d’une caméra hypersophistiquée, et enregistrait toutes les allées et venues des convois de personnalités politiques, photographiait les plaques d’immatriculation et les visages.

Suite à son arrestation, le suspect A.J a avoué qu’il avait été recruté par le Mossad avec une bande de palestiniens.
Dans sa maison, on a découvert des preuves tangibles sur son implication avec le Mossad notamment un équipement de haute surveillance très sophistiqué et des documents secrets . M.A.J a également avoué que son cousin l’aidait dans ses missions d’espionnage et de reconnaissance en particuliers dans la plaine de la Beqaa.
Toujours selon les mêmes sources, le « réseau de la Beqaa » n’avait pas seulement pour mission de surveiller les agissements du Hezbollah dans la Beqaa, mais aussi il avait des missions d’espionnage en Syrie, en particuliers dans des régions dites sensibles ou de sécurité. Comme la région de Kafarsousa, là où a été assassiné le commandant en chef de la Résistance islamique, Imad Moughnieh en février 2008.
A ce sujet, les enquêteurs tentent de trouver un lien entre le réseau en question et cet assassinat ainsi que d’autres, que ce soit au Liban ou en Syrie comme l'assassinat de l'agent syrien, le général de brigade Mohamed Souleimane.

Et comme par hasard, le jour où les services de renseignements de l’armée libanaise ont démantelé ce réseau, douze avions militaires israéliens ont violé l'espace aérien libanais lors de missions de reconnaissance au nord et au sud du pays, a annoncé l'armée libanaise dans un communiqué.
Six avions israéliens ont survolé le village d'Alma al-Shaab et d'autres villes plus au sud pendant environ 30 minutes vendredi, précise le communiqué cité par l'agence de presse officielle du pays.
Six autres avions israéliens ont longé la côte méditerranéenne entre la ville de Batroun et d'autres villes situées plus au nord pendant environ une heure, ajoute le communiqué.

http://www.almanar.com.lb/ http://www.almanar.com.lb/



Dimanche 2 Novembre 2008


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires