Palestine occupée

Liban: Après un feu vert saoudo-syrien… un gouvernement d’union nationale bientôt ?


Dans la même rubrique:
< >


Samedi 3 Octobre 2009

Liban: Après un feu vert saoudo-syrien… un gouvernement d’union nationale bientôt ?
La scène libanaise politique est le témoin d'une atmosphère baignant d’optimisme pour ce qui est de la naissance du premier gouvernement de Saad Hariri, le premier.
 
En effet, après un retour à la normale dans les relations syro-saoudiennes, le pays est rentré dans une période d’accalmie marquée par des réunions périodiques entre les responsables des deux pays, des réunions qui certes finiront par porter leur fruit surtout après une rupture qui a failli entraîner le pays dans une guerre civile sans précédent..  
 
Ainsi, quand les deux parties -Syrienne et  Saoudienne- se sont convenus à l'idée que leur relation n'est pas soumise à l'évolution du dossier libanais, feu vert a été donné aux Libanais pour former un gouvernement d’union nationale..
 
Et donc au niveau du processus de création du gouvernement, il ya des noms et des portefeuilles ministériels qui sont laissés au bon vouloir des Libanais !
 
 
Dans le cadre donc d’un climat régional plutôt , un certain nombre de députés qui ont participé à  la réunion Mercredi i, ont rapporté que Nabih Berri, a affirmé : "L'ambiance générale est positive à la lumière  des rencontres », l’essentiel est de communiquer toujours » . Il a décrit l'atmosphère comme « ensoleillé » voire  des sources proches de Berry ont évoqué la  promesse d’un nouveau gouvernement prochainement.
Selon le quotidien libanais As-Safir, citant des sources proches de l’opposition, « la réunion prévue aujourd'hui entre le premier ministre désigné Saad Hariri et le chef du CPL le général Michel Aoun revêt une importance extrême, car si les deux parties parviennent à se mettre d’accord sur l’essentiel en mettant les points sur les i alors la naissance d’un gouvernement d’union nationale est imminente.
D'autant plus que le fait de nommer  Gebrane Bassil ministre, est une question que tant Hariri que Aoun ont reglé,  surtout après la garantie par le président de la république libanaise d’une couverture politique.
 
 
Reste un point sur lequel Hariri et Aoun ne se sont pas encore mis d’accord à savoir le portefeuille du ministère des Télécommunication : Aoun insiste pour l’avoir  alors que Hariri a proposé de l’atribuer à une personnalité neutre  c’est-à-dire de l’entourage du président de la république ( autre que Ziad Baroud ou Elias Murr).
 
Pour sa part, le Premeir ministre désigné a déclaré a mis le Président de la République, le général Michel Souleimane, au courant de ses consultations parlementaires et les défis que le pays fait face.
Suite à son entrevue avec Souleimane au palais présidentiel de Baabda, il a annoncé qu'il poursuivra ses consultations avec les parties politiques, à compter de ce soir.
 
 "Ces consultations s'étendront jusqu'à demain, ou après-demain, pour que nous puissions élaborer une version gouvernementale le plus tôt possible", dit-il.
 
Hariri a assuré  par ailleurs que la priorité est de s'occuper des divers besoins du peuple, précisant: "Nous avons entamé un dialogue profond avec toutes les parties, concernant tous les sujets essentiels". Optimiste, il qualifie ce dialogue de "positif".
Selon le chef de la majorité, "le problème essentiel est le manque de confiance entre les divers groupes".
Et de déclarer: "Nos liens ont été rompus tout au long des trois dernières années, et le dialogue actuel doit rétablir cette confiance, avant de pouvoir former le prochain gouvernement".
Hariri a conclu en affirmant qu'il veut être "le Premier ministre de tout le Liban" et qu'il coopèrera avec toutes les parties.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Samedi 3 Octobre 2009


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires