Tribune libre

Lettre ouverte aux peuples des États-Unis



Nguyen Van Ky, historien
Mardi 14 Septembre 2010

Lettre ouverte aux peuples des États-Unis
"A chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l'Amérique
fera ceci ou fera cela. Je veux te dire une chose très claire : ne t'inquiète
pas des pressions américaines sur Israël. Nous, le peuple Juif, contrôlons
l'Amérique, et les Américains le savent ".
Ariel Sharon, 3 octobre 2001 à Shimon Pérès, comme cela est rapporté sur
Kol Yisrael Radio.

Chers Citoyens du Monde,

Nous allons inexorablement vers la guerre, la guerre globale, à moins que …

L'heure est grave. Le sort de l'humanité est suspendu aux décisions prises
par les gouvernements occidentaux en collusion avec les milieux industriels et
financiers.
Sans revenir au passé lointain ni à ce qui s'est passé ces dernières
décennies, vous avez été témoins, et pour certains, partie prenante de la
guerre faite à l'Afghanistan puis à l'Irak pour des motifs qui se sont
révélés totalement faux, car le but de ces guerres n'était pas ce qu'on
disait à longueur de journée à la radio, à la télévision, à longueur de
colonnes dans les journaux "combattre le terrorisme". En ce qui concerne
l'Afghanistan, les deux têtes de Turcs de l'époque, pour ne pas dire le
Diable, étaient le mollah Omar et Ben Laden qu'on voulait ramener morts ou
vivants. On n'en parle plus depuis longtemps puisque le Diable s'est selon les
circonstances métamorphosé en la personne de Saddam Hussein puis en celle de
Moqtada Al-Sadr, qui a osé mobiliser ses troupes pour défendre la ville sainte
de Nadjaf. Et actuellement on le fait incarner en la personne du président
iranien Ahmadinejad. Avant de faire la guerre à l'Irak on accusait le régime
de Saddam Hussein :
d'entretenir des liens avec le terrorisme musulman qui aurait attaqué les
deux Tours Jumelles de New York et le Pentagone ;
de posséder des "armes de destruction massive" ;
Ces accusations ne constituaient que des prétextes pour légitimer aux yeux
du public l'intervention. Saddam Hussein a été par la suite capturé, puis
pendu le jour de l'Aïd, jour sacré pour les musulmans, après un simulacre de
procès éhonté. Imaginez l'inverse et vous comprendrez les ressentiments, la
haine du monde arabe contre l'Amérique de Bush. Mais cette haine a été
voulue, provoquée car on voulait prouver que les musulmans sont des gens
affreux, des terroristes en puissance qui veulent détruire l'Occident
chrétien. Comme ils ne sont pas de nature terroriste on va les aider à le
devenir en les provoquant jusqu'à ce qu'ils réagissent par des actes
condamnables : qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. La théorie du
« choc des civilisations » dont a accouché Samuel P. Huntington est
justement fabriquée pour cela : l'Islam est responsable du conflit
civilisationnel qui va éclater dans un avenir proche car c'est une religion
intolérante qui prône l'obscurantisme notamment envers les femmes (le port de
la burqa n'en est-il pas une preuve ?), qui hait l'Occident avec ses valeurs
universelles telles que la liberté, la démocratie, le progrès, etc. Cette
théorie cherche à ce qu'on assimile tout Arabe à un terroriste effectif ou
potentiel (on entend dire déjà dans les milieux sionistes que : « Tous les
Arabes ne sont pas des terroristes mais tous les terroristes sont des
Arabes ». Quand un peuple est à tel point maltraité, mis à l'index on peut
s'attendre au pire dans un avenir proche si la conjoncture tourne mal.

La fabrique de l'ennemi à sa convenance

Nous avons vu les marionnettistes de cette théorie à l'œuvre : l'affaire
des caricatures du prophète Mahomet, le 11 septembre dont les auteurs
désignés par le FBI sont tous d'origine arabe (les fameux 19 "terroristes"
qui ont pris le contrôle des 4 avions et dont au moins 5 d'entre eux étaient
encore vivants après le 11 septembre), le voile islamique et dernièrement la
burqa. Rappelons tout simplement que les attentats du 11 septembre qui ont fait
plusieurs milliers de morts sans parler des victimes collatérales, n'ont
débouché sur aucune poursuite judiciaire, aucune mise en accusation, bref
aucun coupable presque dix ans après. Malgré de nombreuses alertes aux
attentats venant de toutes parts, le Rapport de la Commission d'enquête a
donné son avis : l'Administration Bush n'était pas responsable en aucune
manière de ces actes criminels odieux, la défense aérienne a été
innocentée.
Toutes ces manœuvres de désinformation visaient simplement à diaboliser
l'ennemi avant de l'attaquer. Au XIXe siècle les Britanniques, puissance
coloniale dominante à l'époque, ont procédé exactement de la même façon
avant d'attaquer la Perse. "Dès que la Compagnie [des Indes Orientales] jette
un regard cupide sur n'importe lequel des États souverains indépendants ou
n'importe quelle région dont les ressources politiques ou commerciales ou dont
l'or et les joyaux sont prisés, la victime est accusée de violer telle ou
telle convention fictive ou réelle, de transgresser une promesse ou une
restriction imaginaire, de commettre quelques nébuleuses offenses, et la guerre
est déclarée, et l'éternité du mal, la perpétuelle actualité de la fable
du loup et de l'agneau teignent de sang une fois encore l'histoire nationale
anglaise."1 L'histoire se répète aujourd'hui avec les États-Unis à la
place de l'empire britannique. Rappelons également quelques faits historiques
dans les relations irano-états-uniennes depuis les années 1950 : les
États-Unis ont fomenté en 1953 un coup d'État pour renverser le gouvernement
Mossadegh qui prônait la nationalisation de l'exploitation du pétrole, pour
mettre à la tête de l'État le Shah pro-états-unien lequel par la suite
s'est révélé un dictateur. Vers la fin des années 1970, les États-Unis ont
été pris de court dans la tentative de déstabiliser l'Iran en chassant le
même Shah devenu incontrôlable, par les mouvements de masse qui réclamaient
le retour aux valeurs traditionnelles. Nous en serions donc à la troisième
intervention états-unienne en Iran en moins d'un siècle.  
Le gouvernement états-unien est en train de ressortir le même scénario en
changeant cette fois juste d'accusé : Iran, puisque la calomnie a marché avec
l'Irak. La résolution 1929 votée le 9 juin par le conseil de sécurité de
l'ONU est un acte qui relève de la loi du plus fort, autrement dit les
États-Unis usent encore une fois de leur position de super-puissance pour
imposer leur point de vue aux autres États du monde. Le président brésilien
Lula da Silva le dit avec d'autres termes plus accusateurs : les sanctions
étaient imposées par "ceux qui croient à la force, et non au dialogue".
Pour les États-Unis, cette résolution va servir de cadre pour légitimer les
"frappes préventives" à venir.
Qu'a fait l'Iran pour mettre la sécurité des États-Unis en danger ?
Absolument rien, il n'en possède pas les moyens ! Et pourtant l'Iran est
accusé de menacer la paix mondiale parce qu'il est dit-on, en train de
fabriquer des armes atomiques. Une accusation gratuite ! L'Iran a signé le TNP
et lors de la dernière conférence sur le nucléaire se déroulant à l'ONU,
l'Iran, soutenu par le monde arabe, a proposé de dénucléariser tout le
Moyen-Orient, mais cette proposition, la seule raisonnable qui mettrait le
Moyen-Orient à l'abri des armes nucléaires d'origine régionale, a été
passée sous silence, pire l'Israël s'y est opposé. L'Iran a même fait une
proposition allant dans le sens de la recherche de solution négociée pour
pouvoir disposer de l'énergie nucléaire à but pacifique, proposition qui est
soutenue par le Brésil et la Turquie, membres du CSONU. D'un autre côté, les
experts sont unanimes pour dire que l'Iran n'a pas les moyens de produire des
armes atomiques dans un avenir proche; or le seul État qui possède
effectivement des armes nucléaires dans la région est l'Israël qui, lui,
n'a pas signé le TNP. Aucun pays dans le monde ne se sent menacé par l'Iran
y compris ses voisins, sauf l'Israël qui voit tout le monde arabe comme
l'ennemi potentiel. Au lieu de contraindre l'Israël, État hors la loi, on en
vient à accuser un innocent qui doit payer à sa place. La résolution 1929 du
CSONU n'a par conséquent aucune valeur de justice, d'équité et d'égalité
pour la communauté internationale, car le jeu est faussé : c'est le plus fort
qui parle et sa parole devient la loi, c'est donc la loi du plus fort en armes
et non en valeur humaine. On se retrouve dans une situation où les États-Unis
sont à la fois juge et partie. La suite logique de cette accusation sans
preuve, de cette calomnie, de cette désinformation propagandiste, de cette
diabolisation de l'Iran, de cette politique de deux poids deux mesures qui
reflète un parti pris pro-Israël, serait la guerre, autrement dit du
gangstérisme à l'échelle étatique et les gangsters sont les hommes
politiques, les hommes d'affaires, les industriels et tous ceux qui ont à
gagner à ce que cette guerre éclate. Bref, ce serait encore une fois du
terrorisme d'État pratiqué par l'État même qui accuse certains d'être
des États voyous. La télévision nous montrerait encore des barbares de
l'Ouest armés jusqu'aux dents venir s'emparer de la richesse d'un pays qui
ne lui a absolument rien fait, comme ils l'ont fait avec l'Irak.
La vérité c'est que l'Israël veut détenir le monopole du nucléaire
militaire dans la région. Pour cet État, tout le monde arabe est perçu comme
son ennemi qui doit disparaître ou être affaibli, ou démantelé pour qu'il
puisse se sentir en sécurité. Par ailleurs, cet État à l'origine des
troubles et des guerres au Moyen-Orient depuis sa création, qui a toujours
refusé les injonctions de l'ONU et refusé d'appliquer les résolutions de
son conseil de sécurité, n'a pas les moyens de faire la guerre seul contre le
monde arabe, c'est pourquoi il a entraîné les États-Unis dans cette guerre
en faisant croire, à travers les médias qu'il contrôle, que l'Iran menace
la paix mondiale. Cette guerre est préparée depuis des années, l'appareil de
propagande a été mis en branle depuis 2006 en France : Élie Wiesel qui avait
dit faire confiance au président Bush avant l'invasion de l'Irak, a appelé
la communauté internationale à être "ferme avec l'Iran", tandis que
d'autres agitateurs sionistes n'ont pas hésité à appeler à bombarder
l'Iran avec des armes atomiques, lors d'un colloque tenu en décembre de cette
année-là à Sciences Po, à Paris; et à peine était-t-il installé dans son
fauteuil de ministre des Affaires Étrangères en 2007, que Bernard Kouchner
faisait allusion à la guerre contre l'Iran.

L'Israël, un ami ?

C'est à cet égard que vous, peuples des États-Unis, avez votre mot à
dire. Votre gouvernement ne peut pas ignorer votre opinion. Si vous décidez de
reprendre votre destin en main au lieu de le confier à un gouvernement qui se
moque du peuple, vous sauveriez la paix, vous empêcheriez les "faucons" et
les "colombes" pris en otages par le réseau sioniste de réaliser leur sombre
dessein. Nous mesurons les risques encourus dans ce genre d'engagement. Quand
on s'oppose à la guerre, on s'oppose aux va-t-en guerre dans leurs désirs
qui vont à l'encontre des intérêts de l'humanité, on les empêche de
grossir leurs fortunes, la seule chose qui compte pour eux avec le pouvoir de
dominer les autres. On est loin des objectifs déclarés : combattre le
terrorisme, ramener la démocratie, qui ne sont que des paravents aux intentions
inavouables car honteuses.
Non, il est grand temps de réaliser que :
les intérêts des peuples états-uniens ne sont pas les mêmes que ceux des
sionistes d'Israël ;
l'Israël poursuit ses propres buts en s'appuyant sur le géant états-unien;
l'Israël n'est pas une démocratie mais une théocratie, car cet État
n'appartient pas à tous ceux qui y habitent mais seulement aux juifs (c'est
écrit dans la constitution d'Israël), comme si on disait que les États-Unis
appartiennent seulement aux chrétiens ;
l'Israël est le fauteur de troubles, l'agresseur dans le Moyen-Orient
depuis sa création contre le peuple palestinien, et la dernière agression date
de fin mai de cette année : sans parler des disparus, une dizaine de pacifistes
tués et des dizaines de blessés par la marine israélienne qui a pris
d'assaut la Flottille de la Liberté voguant vers Gaza pour briser le blocus
imposé par l'Israël ;
l'Israël a déjà réussi à neutraliser l'Irak avec les armes et les
armées des États-Unis, autrement dit, l'Israël a fait la guerre avec le sang
des autres, le vôtre ;
cette fois l'Israël veut continuer dans cette démarche de démantèlement
régional avec les mêmes acteurs : États-Unis, OTAN, l'Occident ;
Les États-Unis n'ont pas besoin de l'Israël pour exister dans le
Moyen-Orient, aucun pays n'a intérêt à faire la guerre avec eux, par contre
l'Israël sioniste ne peut pas exister sans l'aide des États-Unis.
Si vous considérez que l'Israël est un ami fidèle pour les États-Unis, ce
que les médias et les hommes politiques laissent entendre, alors posez-leur une
seule question : « Pourquoi l'Israël envoie t-il régulièrement des agents
secrets pour espionner les États-Unis ? Pourquoi est-ce qu'on espionne ses
propres amis ? » Ce ne sont pas les scandales dans ce domaine qui manquent.
Les spécialistes en renseignement vous donnent la liste des affaires et les
détails de chacune d'elles.

Vaincre la peur du chantage à l'antisémitisme

Le sionisme est par nature une idéologie raciste dès sa fondation : refuser
l'autre, tout pour soi-même. Aux États-Unis comme en Europe, les gens ont
été pris par le chantage à l'antisémitisme : il suffit qu'on critique la
politique de l'État d'Israël pour se retrouver avec l'accusation
d'antisémitisme dont les conséquences sont désastreuses pour l'accusé. Cet
état de fait ne s'applique qu'à l'Israël au-dessus de toute
considération. Quand on critique la Chine, la Russie ou le Brésil personne ne
vient nous accuser d'être anti-chinois, anti-russe ou anti-brésilien comme si
on avait commis les pires crimes. Le fait que les juifs ont été victimes du
nazisme pendant la seconde guerre mondiale ne donne pas droit au sionisme
d'aujourd'hui de s'élever au-dessus des autres. Il y a eu dans l'histoire
d'autres victimes d'actes aussi condamnables tels que les esclaves noirs, les
Amérindiens, les Tziganes, etc. Il faut en finir avec cette règle d'exception
imposée par une poignée de gens à leur profit.
Si nous nous laissons contaminer par cette peur d'être accusé injustement
d'antisémitisme, demain en cas de guerre les tenants du sionisme nous feraient
porter le chapeau antisémite si nous refusions contre leur volonté d'abattre
les Palestiniens, de massacrer les Irakiens, de tuer les Iraniens, d'assassiner
les Arabes. Dans cette perspective, quand un sioniste tousse, le monde entier
doit être à son chevet sinon c'est de l'antisémitisme, par contre le monde
peut s'écrouler autour de lui, il ne se sent nullement concerné, c'est du
moi-d'abord, moi-seul ai le droit d'exister aux dépens des autres ; on a
affaire à un "peuple élu" dites-vous. Mais détrompez-vous, les sionistes ne
sont pas les descendants du peuple qui habitait la Judée ou l'Israël
biblique, mais ce sont les descendants de l'empire de Khazarie (IVe-XIIIe
siècles) situé dans le Caucase et convertis à la religion juive 2. C'est une
vérité historique connue et reconnue par les intellectuels progressistes
israéliens eux-mêmes tels que l'historien Shlomo Sand qui enseigne à
l'université de Tel-Aviv, et ses collègues "nouveaux historiens". Les
sionistes qui revendiquent l'Israël comme patrie de leurs ancêtres commettent
donc une imposture. Autre vérité historique à rétablir, l'Islam s'est
toujours bien accommodé de la religion juive au Moyen-Orient comme au Maghreb,
les juifs n'ont jamais été victimes dans ces régions. Quand les juifs ont
été chassés d'Espagne au XVe siècle par les rois catholiques, ils ont
trouvé refuge dans les pays du Maghreb musulman et ceux du pourtour
méditerranéen.
Dès les années 1980, les sionistes d'Israël ont déjà conçu la
reconfiguration du Moyen-Orient, autrement dit le Grand Israël passera par la
partition du Liban en différentes entités ethniques ou religieuses,
l'éclatement de la Syrie et de l'Irak, et à terme de tout le monde arabe. La
première étape de cet objectif consistait donc à détruire les puissances
militaires régionales. Nous y sommes depuis l'invasion de l'Irak suivie de la
guerre imminente contre l'Iran.  
Vous comprendrez pourquoi nous faisons appel à vous, peuples des États-Unis
sur qui repose le sort du monde, de l'humanité. Seuls vous pourriez encore
sauver la situation en agissant de concert avec nous autres pacifistes, citoyens
du monde pour la paix, la justice et les générations futures. Sauvons la
dignité humaine. La vérité doit triompher. Aucune peur ne doit entraver sa
marche. Seule la vérité peut désarçonner les menteurs qui, bien sûr,
pensent que tout le monde est menteur comme eux: c'est le propre des menteurs.
Nous sommes dans la situation où ce sont les loups qui crient au loup.
Démasquons ces loups qui ont pris les apparences de l'homme. Sans actions ni
réactions efficaces de votre part, le monde entier pourrait sombrer dans les
ténèbres étant donné l'ampleur des conflits qui se trament.  
Ensemble, nous pouvons faire échec à cette guerre voulue seulement par
certains, des individus égocentriques et désaxés, car on ne peut pas faire la
guerre sans troupes, ni commandement, ni état-major, etc. Ensemble nous
vaincrions la guerre sans avoir à recourir aux armes. Arrêter la guerre
signifie aussi empêcher l'explosion de la haine qui se nourrit de guerre et de
violence, d'injustice.
Nous sommes convaincus que beaucoup de monde aux États-Unis partagent notre
analyse et notre volonté d'empêcher la guerre d'éclater. Que ceux qui
veulent faire la guerre aillent la faire sur une île déserte entre eux sans
nous autres qui la refusons. Le respect de l'opinion des autres passe aussi par
cela. Que ceux qui veulent faire la guerre arrêtent d'entraîner les autres
dans cette folie meurtrière aux objectifs malsains. Ensemble maintenons la paix
dans le monde et envoyons ceux qui veulent faire la guerre dans les ténèbres.


"Au début ils nous ignorent, puis ils rient de nous, ensuite ils nous
combattent et enfin c'est nous qui gagnons. "  
Gandhi


                        Initiative Citoyenne Pyrénées - France


Notes :

1. Karl Marx, "La guerre anglo-persane", éditorial paru dans le New-York
Daily Tribune, n° 4904 du 7 janvier 1857, in Marx Engels, Textes sur le
colonialisme, Moscou, Éditions du progrès, 1977, p.100.  
2. Voir : Shlomo Sand, Comment le peuple juif fut inventé. De la Bible au
sionisme, traduit de l'hébreu par Sivan Cohen-Wiesenfeld et Levana Frenk,
Fayard, 2008, 446 p.


Mardi 14 Septembre 2010


Commentaires

1.Posté par Intellecterroriste le 14/09/2010 15:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne sais pas si je serai le seul, mais ça m'a fait bizarre de lire "l'Israël"! C'est curieux, c'est un des rares pays, voire le seul, que l'on appelle uniquement par son nom, sans article le précédent! Sur ce site, on ne lit jamais "l'Israël", mais "Israël".

Psychologiquement parlant, ça a son pesant! Dire "Israël", c'est quelque part personnifier un pays, et ça ne m'étonnerait pas que quelques sionards perturbés soient à l'origine de cette dénomination.

Il est quand même plus culpabilisant d'entendre "Israël" que "l'Israël".

Ca me rappelle un peu ce même principe de prononciation du mot Hamas, l'un avec un H aspiré, comme en arabe, et l'autre avec le R raclé, comme le prononce l'autre dinde de Sfeir. Hass qui en arabe signifie "merde", si je ne m'abuse.


Bref, c'est signé, à partir d'aujourd'hui, c'est de l'Israël dont je parlerai, et non d'Israël!

2.Posté par Aigle le 14/09/2010 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je te propose mieux Intellecterroriste ........ne jamais prononcer ce nom qui est en fait le second prenom du Prophete Jacob ( sws) mais.... SIONISTAN c'est plus vrai

3.Posté par VIRGILE le 14/09/2010 22:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nguyen Van Ky: merci, l'essentiel est dit.
L'accusation d'antisémitisme, fer de lance qui justifie les procès, business et massacres d'innocents de part le monde, tombe en miette d'année en année, car ces scélérats, ces psychopathes, ne sont effectivement pas "Sémites" et encore moins israélites car ils bafouent volontairement tous les Commandements, même entre eux (la Table du Témoignage de Moïse, etc., sans compter les Prophètes).

Nous assistons là, au puissant bras de l'Antichrist. Cela est déjà prophétisé, tout comme la chute fracassante. Tout est "yin et yang" et il y aura naturellement, un basculement tôt ou tard car l'Abominable est dépassé. Ils ne peuvent pas prendre le risque d'une guerre mondiale totale car ils y passeraient en premier lieu en une traque impitoyable. Ils provoquent et menaces, font des centaines de millions de morts, concevant et entretenant des charniers ça et là, pour le business et leur idolâtrie, mais ils ne pourront jamais aller au-delà, ce serait fatal pour ces bâtards du diable.

Reste à informer le plus grand nombre de "goyim" et au temps marqué, chacun choisira pour qui il voudra laisser sa vie. C'est bien l'avenir de nos enfants et de la planète qui est en jeu. Moins de cinq cents familles contrôlent cette planète-finance faisant culte à Moloch et à Mammon C'est assez maintenant.

4.Posté par loulou le 15/09/2010 07:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Curieux cette absence d'article effectivement...

J'ai trouve ce passage ci-dessous sur le net

Israël

Et puis il y a Israël. Certes masculin, mais sans article. Cela vient du fait que le pays était sous mandat britannique, et que les noms de pays en anglais ne sont pas précédés d'article. Tous les traducteurs qui rencontraient Israël dans les textes copiaient ainsi la forme sans article. Du coup, la commission des affaires étrangères l'a validé tel quel.

source : http://www.slate.fr/story/11269/pourquoi-certains-noms-de-pays-sont-ils-masculins-et-dautres-feminins


Vrai ou faux ?

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires