Sciences et croyances

Les trous noirs déforment la vérité



Lundi 24 Novembre 2008

Les trous noirs déforment la vérité

Vestiges de la supernova Sagittarius A East (en jaune clair) au milieu de notre galaxie.
Crédit : NASA/Penn State/G.Garmire et autres


Thunderbolts, Stephen Smith, 24 novembre 2008


Au lieu d'être une courbure super-massive dans l'espace et le temps, le trou noir se plie aux caprices des astronomes.


    Selon un récent communiqué de presse, « ... des éruptions, provenant du trou noir au cœur de notre Voie Lactée, génèrent des matériaux qui sont étirés en orbites près du monstre gravitationnel. »


    La détection des trous noirs continue à échapper aux télescopes les plus puissants et aux capteurs de rayonnement, mais le consensus de la communauté scientifique maintient qu’ils existent, puisqu’ils sont déductibles de leurs effets sur la matière et l'énergie. On suppose que la matière qui s’effondre dans le puits d’intense gravité d'un trou noir est ensuite accélérée et comprimée jusqu'à être finalement détruite à l'intérieur du fameux « horizon des événements. » [*]


    On dit que Sagittarius A* est un trou noir super-massif, résidant au cœur de la Voie Lactée, à environ 26.000 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Sagittaire. C’est le trou noir super-massif le plus proche, de sorte qu'il sert de référence aux hypothèses les concernant. On pense que plus de 95% de toutes les galaxies hébergent un ou plusieurs trous noirs super-massifs, car l’analyse spectrale du gaz et de la poussières résidant en leur centre montre des caractéristiques similaires.


    Frederick K. Baganoff du MIT a écrit : « Sagittarius A* est unique, car c’est le plus proche de ces trous noirs monstrueux se trouvant dans notre propre galaxie. Les flamboiements relativement faibles des matériaux en orbite juste à l’extérieur de l’horizon des événements, ne peuvent être détectés que sur cet objet uniquement par nos télescopes actuels. »


    Selon la pensée conventionnelle, la signature du rayonnement de Sagittarius A* vient du gaz éjecté par les étoiles voisines. Ces matériaux voyagent en orbite autour du trou noir à une vitesse de plus en plus grande, tout en tournant progressivement plus près d'un point ayant une masse de quatre millions de fois celle de notre Soleil. Les émissions de rayons X et d’ultraviolet sont interprétées par les astronomes comme provenant de l’échauffement du gaz du fait des collisions moléculaires dans le disque de matériaux en rotation.


    Puisque l'électricité n'est pas prise en compte dans l'espace comme moyen d’explication, rien ne pourrait s’échapper de l'attraction gravitationnelle près du trou noir à moins de se déplacer à la moitié de la vitesse de la lumière. Cette vitesse est 100 fois plus grande que 0,05% des vitesses les plus grandes observées. De ce fait, les scientifiques pensent que le gaz en orbite autour du trou noir est étiré au lieu d'être éjecté.


    Dans un récent communiqué de presse de l’Observatoire des rayons X Chandra, les astronomes ont annoncé que les trous noirs affichent un comportement identique, indépendamment de leur masse. Selon qu’ils aient dix fois la masse d'une étoile typique ou soient plusieurs millions de fois plus massifs, ils mettent en pièces la matière normale et la tirent vers des lieux où les fameuses lois de la physique ne s'appliquent plus.


    On théorise que les trous noirs déforment l'espace et le temps, de sorte que le calcul des vitesses donne des solutions impossible. À l'intérieur d'un trou noir, la matière n’occupe pas du tout de volume, mais elle conserve une accélération gravitationnelle si grande que même la lumière ne peut échapper à son attraction. Ils sont « noirs » parce qu'ils sont indétectables au télescope optique.


    Dans plusieurs Picture of the Day [**] antérieurs, qui débattent des trous noirs et de leur influence sur l'Univers, nous avions déterminé que la terminologie descriptive utilisée par les chercheurs est elle-même problématique, s’appuyant sur des explications hautement spéculatives tirées d'interprétation approximatives. L’ambiguïté lexicale des termes, du style espace/temps, univers multiples, singularité, densité infinie et autres idées non quantifiables, ont introduit de la dérision dans ce qui devrait être une enquête réaliste sur la nature de l'Univers.


    La marée gravitationnelle est une autre source de fiction sur la dynamique des phénomènes que nous voyons dans l'espace. On pense que certaines projections de flamboiements et de rayons X jaillissant des galaxies sont provoquées par des étoiles se déplaçant trop près de leur trou noir super-massif central. La chaleur produite par les collisions moléculaires fait que le gaz se met à émettre des rayons X. Comme l’indiquent ces théories, des rayons gamma sortent de manière explosive au moment où la matière finit par tomber dans le trou noir.


    Dans l’espace, les rayons X et gamma ne sont pas créés dans des champs de gravité. Les expériences de laboratoire les produisent bien plus facilement en accélérant des particules chargées à l’aide d’un champ électrique. Nul besoin de gigantesque masse comprimée dans un volume minuscule, ils sont créés aisément par les modèles expérimentaux appropriés. Il existe d'autres facteurs qui devraient être considérés lors de l’analyse des données spatiales avant de se rabattre sur les objets super-denses et les explosions d'antimatière.


    Aucune preuve expérimentale ne montre que la matière puisse être comprimée à une « densité infinie. » Les zones de compression (z-pinched (par la striction longitudinale)) dans les filaments de plasma forment des plasmoïdes qui deviennent des étoiles et des galaxies. L'électricité est responsable de la naissance des étoiles, et quand la densité du courant est trop élevé, les double couches du circuit libèrent leur excédant d’énergie de manière cataclysmique, ce qui se manifeste par des explosions de rayons gamma ou X, ou des flamboiements de rayons ultraviolets.


    Les télescopes opérant dans l’infrarouge et les rayons X ont confirmé l'existence d’un plasmoïde de plasma concentré au cœur de la Voie Lactée. Cette formation à haute énergie électrique est le cœur du circuit galactique. Puisque la poussière arrête la lumière visible, l’examen du cœur était impossible jusqu'à l'avènement des télescopes capables de « voir » le rayonnement infrarouge et X, qui peut pénétrer la poussière. Le rayonnement X du plasmoïde est typique de celui dégagé par les étoiles très actives, ce qui indique une très forte tension électrique. Le puissant champ électrique à l’intérieur du plasmoïde agit comme un accélérateur de particules. Les électrons accélérés à haute vitesse tourneront en spirale dans les champs magnétiques en dégageant des rayons X.


    Dans un circuit galactique, le flux d'énergie électrique se dirige vers l'intérieur le long des bras spiralés, sa circulation allumant les étoiles, puis se concentre et s’accumule dans le plasmoïde central. Quand le plasmoïde atteint un certain seuil de densité, il se décharge d’habitude le long de l’axe de rotation de la galaxie. Ce processus peut être reproduit en laboratoire grâce à un dispositif à plasma concentré.


    La décharge prend la forme d’une projection de neutrons, d’ions lourds, et d’électrons. Les neutrons se désintègrent en formant des concentrations de matière qui apparaissent comme des quasars. Les forces électromagnétiques confinent la projection en minces filaments qui gardent leur cohésion sur des milliers d'années-lumière. La projection se termine généralement par une double couche qui s'étend sur plusieurs fois la taille de la galaxie en rayonnant abondamment dans les fréquences radio. Les courants diffus s’écoulent ensuite vers le plan équatorial de la galaxie et refluent en spirale vers son noyau.


    L'hypothèse stellaire électrique n’a nul besoin de la gravité concentrée des objet super-compacts ni de « singularité. » Les « lois » classiques de l'électromagnétisme sont plus que capables de créer les phénomènes que nous voyons, sans avoir à recourir à la physique surnaturelle du trou noir super-massif. Les disques d’expulsion, plutôt que les disques d’« accrétion, » sont communs dans ce genre de système énergétique. On sait communément que les événements de décharge de plasma génèrent des rayons ultraviolets de haute énergie. Plus le courant électrique sera élevé, plus la fréquence de la lumière émise sera haute. L'alimentation électrique est assez puissante pour que soient générés des arcs de rayons X et gamma.



Original : http://thunderbolts.info/tpod/00current.htm
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info



* Horizon des événements (event horizon) : Limite à l'observation des phénomènes physiques au voisinage d'un trou noir, que constitue la dernière surface sphérique enveloppant le trou noir et en deçà de laquelle le rayonnement électromagnétique (ou lumière) ne peut s'échapper du puits de potentiel gravitationnel engendré par celui-ci.

    Comme aucun rayonnement lumineux n'émane d'un trou noir (d'où l'appellation), celui-ci n'est décelable que par l'effet gravitationnel et électrique qu'il exerce sur les astres voisins. Cela explique cette limite (cet horizon) au-delà de laquelle l'observation des phénomènes physiques est impossible. On pourrait comparer un trou noir à un gouffre duquel rien ne peut s'échapper et qui aspire tout ce qui s'en approche au-delà de cette frontière que représente l'horizon du trou noir.

    Dans le discours, on trouve également « horizon d'un trou noir » et « horizon des événements d'un trou noir ».

    Le rayon de ((la)) surface critique ((que représente l'horizon des événements)) est égal au rayon de Schwarzschild.


** Thunderbolts publie une série, Picture of the Day (tableau du jour), du même nom que celle de la NASA, pour expliquer à la lumière de la théorie de l’Univers Électrique les observations stellaires controversées ou inexplicables dans le cadre du consensus gravitationnel des astrophysiciens classiques.

    La théorie de l’univers électrique est une extension de la Cosmologie du Plasma, développée par des ingénieurs de l’un des plus grands organismes professionnels du monde, l'Institute for Electrical and Electronic Engineers (IEEE), pour expliquer rationnellement et avec des choses connues les observations astronomiques.




Lundi 24 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par Blackhole le 24/11/2008 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enfin un bon article de cosmologie...,

La physique relativiste présente des lacunes et même probablement des erreurs (existence de vent d'éther, vitesse de la lumière dépassée; voir les explications de Maurice Allais par ex)
La physique quantique n'est pas une théorie physique mais une théorie purement mathématique (les physiciens ne savent pas comment l'interprèter ou alors on entre dans du délire)
La physique des trous noirs implique d'utiliser à la fois la physique quantique (infiniment petit) et la relativité générale (forces gravitationnelles, courbure espace-temps)
L'existence même des trous noirs est donc plus que spéculative car reposant sur une béquille et une jambe de bois qu'on arrive pas à faire fonctionner ensemble.

La théorie de l'univers électrique est bien plus cohérente, convaincante et plus simple que la théorie basée sur un univers purement gravitationnel.

(Ne parlons même pas de la schizophrénique théorie des cordes pour mathématiciens psychopathes)

Même dans le domaine de la science, on nous mène (volontairement) ) sur des fausses routes. La science a aussi ses dogmes intouchables sous peine d'excommunication. On en est au même point qu'à l'époque de Galilée.
Vous trouvez pas ça incroyable que plus de 80 ans après la découverte de la relativité et la physique quantique plus rien avance en physique fondamentale alors qu'il n'y a jamais eu autant de physiciens et de moyens technologiques à la disposition de la recherche?

2.Posté par moi le 24/11/2008 21:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.scientistsofamerica.com/?texte=114

3.Posté par Roland le 24/11/2008 22:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne sais pas si c'est "du délire" mais il est vrai que certains physiciens ont tiré de la physique quantique des théories très audacieuses : Amit Goswami par exemple.
Quand à la non-localité est-ce du délire ? Einstein le pensait et avait conçu son paradoxe EPR comme une preuve par l'absurde, l'embêtant c'est ça a été prouvé par les expériences d'Alain Aspect.

4.Posté par lemajan le 25/11/2008 03:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, enfin un texte qui se rapproche du tangible. J'avais expliqué quelque chose de semblable à cette adresse (post 11) : http://www.alterinfo.net/La-problematique-super-massive-du-trou-noir_a21400.html

Soit dit en passant.

5.Posté par Blackhole le 25/11/2008 09:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Roland

Quand je parle de délire des interprétations de la physique quantique je parle par exemple de l'existence de mondes parallèles (ex du chat de schrödinger), de l'électron qui passe par deux fentes à la fois, le principe de décohérence qui est qu'un bricolage de l'esprit, etc.
La non-localité n'est pas du délire vu qu'elle est constatée expérimentalement et même appliquée (cryptage quantique,...) mais comment l'expliquer dans le cadre de la physique actuelle a part dire que deux photons intriqués (ex) se comportent comme un système unique (ça n'explique rien sur le mode de fonctionnement).

6.Posté par Victor le 25/11/2008 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans oublié le trou noir qui s'est installé à proximité de wall street, Subprimus Prime je crois...

7.Posté par Blackhole le 25/11/2008 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Victor

Effectivement, et celui là, ojn est certain qu'il existe....lol

8.Posté par Rakovksi le 26/11/2008 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les trous noirs sont des supercheries. Plus c'est gros plus ça passe. Dans leur prétention, ils n'ont pas réalisé que l'expression trou noir est un pléonasme. Qui oserait remettre en cause les stupidités enfantines de nos grands homme de sciences ? Certainement pas les imbéciles d'ignorants de journalistes aux ordres.

Les trous noirs sont un appat pour couillons, dociles et sectaires. C'est un moyen d'écarter les scientifiques de toute recherche et de compréhension de la théorie des univers gémellaires, de comprendre et poursuivre les travaux de Sakharov.

9.Posté par Blackhole le 26/11/2008 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celui qui est intéressé par les univers gémellaire (cfr Rokovksi) peut aussi consulter les site de Jean-Pierre Petit
http://www.jp-petit.org/
JPP a même fait une BD scientifique sur le sujet (téléchargeable gratuitement en pdf sur son site)

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires