EUROPE

Les tensions entre la France et l’Allemagne s’intensifient sur les questions de politique extérieure et de politique économique


Dans la même rubrique:
< >

Les tensions entre l’Allemagne et la France, les deux les plus importantes économies de l’Union européenne dont on appelait, il y a un temps, la politique européenne commune le « moteur de l’Europe », se sont fortement intensifiées ces derniers temps. Ces tensions sont devenues beaucoup plus visibles depuis l’arrivée à la présidence de Nicolas Sarkozy.


Francis Dubois
Lundi 17 Mars 2008

Par Francis Dubois




Elles ont atteint un point critique il y a deux semaines lorsque deux rencontres prévues de longue date entre le président français et la chancelière allemande, Angela Merkel, et entre les ministres des Finances des deux pays ont été annulées. L’annulation de la rencontre entre le ministre des Finances allemand Peer Steinbrück et son homologue française Christine Lagarde a été considérée comme un affront par la presse allemande. Elle a aussi conduit aussi à une flambée de commentaires dans les médias en Europe de l’Ouest.

Dans cette situation, les deux chefs de gouvernement ont décidé de se rencontrer et d’avoir des discussions politiques fortement médiatisées à l’occasion de l’ouverture de la foire de l’électronique CeBit 2008 à Hanovre la semaine dernière. Là, ils ont fait, à grand renfort de sourires, accolades et autres gestes symboliques, étalage d’unité. Ils ont produit une « position unifiée » sur l’une des pommes de discorde les plus importantes entre les deux pays : celle d’une « Union méditerranéenne » promue et personnellement préparée par Sarkozy et à laquelle le gouvernement allemand est vigoureusement opposé.

Lors de cette rencontre, Merkel a abandonné son opposition à l’Union méditerranéenne, tandis que Sarkozy faisait cette concession que tous les Etats membres de l’Union européenne, y compris l’Allemagne, pouvaient y participer à part entière, plutôt que d’avoir le simple statut d’« observateur ». Le lendemain cependant, l’accord était remis en question par le premier ministre français François Fillon. Celui-ci déclarait dans une interview radiodiffusée que la France ne voulait donner à l’Allemagne que le statut d’observateur, revenant ainsi sur ce qui avait été arrangé à Hanovre. Le gouvernement allemand a vite démenti l’interprétation de l’accord donnée par Fillon.

La France assumera la présidence de l’Union européenne le 1er juillet prochain. Dans l’establishment économique et politique allemand le soupçon est largement répandu que le gouvernement français va utiliser sa position pour promouvoir ses propres objectifs nationaux et tenter de renforcer sa position économique en Europe aux dépens de l’Allemagne.

La relation entre les responsables des deux pays est devenue si antagonique et leurs récriminations mutuelles si fortes que les médias déclarent à présent ouvertement que le « tandem » franco-allemand a cessé d’exister.

Comme c’est depuis l’arrivée au pouvoir de Sarkozy que le ton a particulièrement monté, on met généralement l’aggravation du climat politique entre les deux pays sur le compte de la différence de « style » entre la chancelière allemande et le président français. Mais la relation, certes peu chaleureuse, entre Merkel et Sarkozy ne jouerait qu’un rôle mineur dans des circonstances objectives différentes. Ces tensions reflètent bien plutôt des conflits réels dans la politique économique et la politique extérieure des deux pays.

Le projet d’Union méditerranéenne

Le projet d’une Union méditerranéenne avait été annoncé par Sarkozy avant son élection en mai dernier et elle a été depuis développée systématiquement. Il s’agit d’une tentative de créer un nouveau bloc unifiant les Etats d’Europe méridionale, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient qui comporte aussi des implications économiques considérables.

L’Union méditerranéenne est la réponse de la bourgeoisie française à l’extension de l’UE à l’Est. Cette extension, ainsi que l’unification allemande, a considérablement augmenté l’influence de l’Allemagne en Europe aux dépens de la France. Le président français désire créer un contrepoids vis-à-vis de l’Est qui est la sphère d’influence traditionnelle du capitalisme allemand et il veut essayer d’obtenir que le centre du pouvoir dans l’UE se déplace une fois de plus vers la France.

Le gouvernement français ne s’est pas caché de vouloir se servir de son tour de la présidence de l’UE pour faire progresser ces plans. Il affirme généralement qu’il s’appuie en cela sur le « Processus de Barcelone », une initiative de l’UE lancée en 1995 dans la métropole méditerranéenne et destinée à établir une « collaboration accrue » entre l’UE et ses voisins d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Officiellement, Paris veut relancer le Processus de Barcelone, dont il dit qu’il est resté sans effet.

Mais alors que le Processus de Barcelone envisageait la collaboration de l’ensemble des 27 membres de l’UE et des pays méditerranéens, le projet de Sarkozy privilégie, au nom de l’UE, une collaboration entre la France, l’Espagne, l’Italie et la Grèce et les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Dans cette constellation, la France jouerait un rôle dirigeant.

Une intention qui était bien visible dans l’ordre du jour du président français dans les mois qui ont suivi son élection. Sarkozy a établi des relations plus étroites avec la Libye, ce qui comprenait une visite officielle sans précédent du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en France. Il s’est aussi rendu en voyage officiel au Maroc et en Algérie où il a signé un nombre important de contrats industriels.

Le projet d’Union méditerranéenne occupe une position centrale dans la politique étrangère française et il a le soutien d’une bonne partie de la bourgeoise de ce pays. L’accroissement de l’influence française dans la zone méditerranéenne est une question vitale pour l’impérialisme français, la seule façon qu’il a de devenir ou plutôt de rester une puissance régionale. Ce projet a aussi été perçu comme un moyen de faire participer la Turquie à une alliance moins étroite que l’UE, où celle-ci aurait le statut de membre à part entière.

Hervé de Charette, qui fut ministre des Affaires étrangères du gouvernement conservateur Chirac-Juppé (1995-1997) et reste une voix influente dans les cercles diplomatiques français, a souligné l’importance stratégique de l’Union méditerranéenne pour la France dans une interview donnée récemment au journal Le Monde. « Rapprocher les deux rives de la Méditerranée est une question existentielle pour l'influence de la France et de l'Europe dans le monde » y a-t-il affirmé.

De Charette se plaint amèrement de l’opposition allemande au projet méditerranéen : « Au sein de l'Union européenne, malgré le soutien de l'Italie et de l'Espagne, ce projet doit faire face aux fortes réticences de la Commission et surtout de l'Allemagne — elle-même soutenue en silence par d'autres Etats membres comme la Grande-Bretagne, trop heureux de ne pas avoir à s'exposer. »

Et il insiste sur le fait que : « Cette relance du processus euro-méditerranéen ne peut se faire exclusivement dans le cadre du processus de Barcelone, comme essaient de nous en convaincre la Commission et l'Allemagne. » Ce Processus est selon lui « au point mort », dû au « manque de volonté politique de l'Europe, dont le centre de gravité s'est déplacé vers l'Est depuis le début des années 1990 avec la grande et nécessaire aventure de l'élargissement. Pendant ce temps là, nous nous sommes détournés de notre Sud : entre 2000 et 2006, l'UE a alloué environ 5 milliards d'euros au Sud et 50 milliards à l'Est. »

Afin d’étendre son influence dans la zone méditerranéenne qui comprend vingt-cinq pays dont certains disposent de ressources énergétiques, de matières premières, de main-d’œuvre à bon marché considérables et sont aussi affectés par des conflits sociaux et politiques explosifs, le gouvernement Sarkozy a cherché à s’assurer le soutien des Etats-Unis. Ceci explique dans une certaine mesure le rapprochement entre Paris et Washington à l’initiative de Sarkozy.

Le gouvernement allemand a essayé de contrecarrer le projet d’une alliance méditerranéenne à la française en subordonnant le projet de Sarkozy au contrôle de l’Union européenne et en insistant qu’il soit intégré à l’activité diplomatique de l’UE toute entière. A Hanovre, Sarkozy a dû passer un marché avec Merkel, car sinon le gouvernement allemand aurait pu saboter l’initiative durant la présidence française de l’UE.

Initialement, Sarkozy prévoyait de lancer la nouvelle union de façon officielle lors d’un sommet qui se serait tenu le 13 juillet et auquel auraient été invités certains des Etats riverains de la Méditerranée : cinq pays d’Afrique du Nord, ainsi que la Syrie, le Liban, Israël, et la Turquie. Le 14 juillet, le jour de la fête nationale, elle aurait été présentée aux autres membres de l’UE. Une partie de l’accord de Hanovre a été d’inverser les deux dates.

Conflits à propos de la défense européenne et de la politique économique

Des conflits entre la France et l’Allemagne se sont aussi développés à propos de la politique de défense européenne, le rôle de la Banque centrale européenne, la politique économique et d’autres questions encore.

Les différends sur la politique de défense européenne sont devenus visibles à la fin de l’année dernière, lorsque s’est posée la question de la composition des troupes devant être envoyées dans l’est du Tchad et en République centrafricaine (EUFOR) et opérant sous l’égide de l’Union européenne. C’est la France qui avait poussé à la constitution de la mission EUFOR qui opère sur la base d’un mandat des Nations unies.

La France a fini par contribuer 2.100 soldats sur les 3.700 soldats de la force de maintien de la paix devant être déployée dans la région, tandis que l’Allemagne a refusé d’envoyer des soldats. Des commentateurs allemands ont soulevé des doutes quant à la vraie finalité de la mission, faisant état des intérêts français dans la région. Ils ont suggéré que la mission de l’UE au Tchad allait au-devant du désir de la France de protéger Idriss Deby, son protégé au Tchad. On s’est aussi inquiété au sein de l’UE d’une possible confusion de rôle entre EUFOR et les 1450 soldats français déjà stationnés au Tchad.

La France a aussi insisté dernièrement qu’elle ne pourrait pas remplir les critères du pacte de stabilité européen (qui limite le déficit budgétaire des Etats membres à 3 pour cent du PIB) et a requis que soit repoussée la date à laquelle elle devra opérer une réduction de son déficit. L`Allemagne s’y est opposée. Le 9 juillet dernier, cela avait mené à un échange houleux entre le ministre des Finances allemand et Sarkozy au meeting de l’Eurogroupe à Bruxelles. Steinbrück y avait fait la leçon à Sarkozy qui s’était emporté.

Tandis que les exportations françaises ont été fortement pénalisées par l’euro fort et que la France a accumulé un déficit considérable de sa balance commerciale, l’Allemagne a réussi à mieux s’en sortir et est depuis plusieurs années consécutives premier exportateur européen. Le surplus commercial de l’Allemagne a été de 198 milliards en 2007 alors que le déficit commercial de la France a atteint près de 40 milliards d’euros, en forte hausse par rapport à 2006. La plupart des exportations allemandes vont dans l’UE et les entreprises allemandes ont une avance compétitive par rapport à la France et à l’Italie en particulier.

Le gouvernement français a donc insisté, comme beaucoup d’autres pays européens, que la Banque centrale européenne (BCE) réduise les taux d’intérêt et dévalue la monnaie européenne. Le gouvernement allemand y est strictement opposé et insiste pour qu’on préserve l’indépendance de la Banque centrale européenne, c'est-à-dire insiste pour empêcher d’autres Etats membres de changer la politique monétaire actuelle. Paris a critiqué le président de la BCE à plusieurs reprises pour avoir maintenu une politique de taux d’intérêt élevés.

Au lieu de suivre une politique de libre marché, le gouvernement français a souvent réagi ces dernières années par un réflexe traditionnel : l’intervention de l’Etat dans l’économie. Il a essayé de créer de grands conglomérats industriels sur une base nationale (comme avec la fusion de Suez et Gaz de France) plutôt que de constituer de telles entités sur une base mondiale ou européenne. Les trusts allemands ont par conséquent du mal à prendre pied en France. De telles mesures empêchent les sociétés européennes d’atteindre une masse leur permettant de rivaliser avec des sociétés semblables au niveau mondial, en particulier avec les trusts américains. Cela décourage aussi les investisseurs de venir en France, car ils craignent que l’Etat ne les empêche d’acquérir de l’influence dans le pays.

Comme le faisait observer le magazine politique Nouvel Observateur : « Le "protectionnisme étatique" [de la France] jure alors que la mondialisation et l'Union postulent l'ouverture au monde extérieur. Que dire enfin de son interventionnisme et de son obsession à créer à tout prix des champions nationaux alors que le rapport de force aurait dû mettre les français Alstom et Sanofi dans l'orbite de Siemens et d'Avenus ? »

Sarkozy était déjà intervenu, alors qu’il était ministre des Finances, dans le but de sauver le groupe Alstom de la banqueroute financière et du rachat, une décision qui fut condamnée par l’Allemagne à l’époque. Le gouvernement d’Angela Merkel a réagi, lui, à la politique économique de la France, en recherchant une collaboration plus étroite avec la Grande-Bretagne.

De fortes rivalités se sont aussi développées entre les grandes entreprises énergétiques européennes et en particulier entre celles des deux pays à la suite de l’ouverture du marché européen de l’énergie. Le trust énergétique allemand RWE et son rival français GDF se sont récemment opposés à propos du projet de gazoduc Nabucco, qui doit transporter du gaz naturel de la Mer caspienne vers l’Europe. Le gouvernement turc a opté pour une participation de RWE à ce projet, au détriment de GDF. GDF a menacé de rejoindre le projet de gazoduc réalisé par le groupe russe Gazprom.

D’autres pommes de discorde concernent la Politique agricole commune (PAC), la protection climatique et la vente de centrales nucléaires par le gouvernement français à des gouvernements considérés comme instables.

Les tensions entre les deux piliers traditionnels de l’unité européenne commencent à dominer l’Europe toute entière. Le conflit franco-allemand a été suivi avec beaucoup d’intérêt par la presse britannique. La bourgeoisie britannique y a de toute évidence vu une occasion d’obtenir une division à long terme de l’alliance franco-allemande, un objectif de longue date de la politique extérieure britannique.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Lundi 17 Mars 2008


Commentaires

1.Posté par Zorro m.d.s le 17/03/2008 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le dernier paragraphe résume tout:

"Les tensions entre les deux piliers traditionnels de l'unité européenne commencent à dominer l'Europe toute entière. Le conflit franco-allemand a été suivi avec beaucoup d'intérêt par la presse britannique. La bourgeoisie britannique y a de toute évidence vu une occasion d'obtenir une division à long terme de l'alliance franco-allemande, un objectif de longue date de la politique extérieure britannique."

On peut tout de meme affirmer sans trop de chauvinisme que l Allemagne devrait faire profil bas par moment notamment en ce qui concerne la défense et l Union méditerranéenne .Dire qu ils ne sont pas foutu de nous envoyer 1000 soldats au Tchad...c est à pleurer.

Le role des Usa sera donc encore une fois déterminant, les Allemands l ont compris depuis longtemps ils n avaient pas le choix d ailleurs, les Anglais aussi, et voila les Français initiateurs du projets européens pris au piège...
C est très simple ou nous nous mettons à défendre par la force militaire nos interets partout car le monde entier nous voit nous débattre sans volonté et s en amuse, ou nous serons aspirés par l Allemagne en Europe...
Voila 60 ans de politique à courte vue commencent à prendre effet, nous devrons certainement faire couler le sang pour pouvoir y changer quelque chose...j espère qu au moins coulera aussi celui des traitres qui ont vendu notre pays !

2.Posté par Lazare Ponticelli le 17/03/2008 21:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Commentaire lamentable...en ces temps où tout nous pousse à glorifier la paix entre les hommes !!! Pauvre France !!!

3.Posté par Zorro m.d.s le 18/03/2008 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oh un pacifiste béat, ça existe encore de nos jours? Ah mais ce doit etre un de ces bobo dégénéré...du genre de ceux qui ceux seraient accommodés de l occupation, apres tout pendant que la guerre fait rage les affaires tournent n est ce pas.Aller va faire allégeance a Washington.Pauvre France.

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires