Néolibéralisme et conséquences

Les supermarchés et la crise alimentaire mondiale


Dans la même rubrique:
< >


Esther Vivas
Vendredi 27 Novembre 2009

Les supermarchés et la crise alimentaire mondiale
La crise alimentaire a laissé sans nourriture des millions de personnes dans le monde. Au chiffre de 850 millions de personnes souffrant de la faim, la Banque mondiale en a ajouté 100 de plus suite à la crise actuelle. Ce « tsunami » de la famine n’a rien de naturel, il est au contraire le résultat des politiques néolibérales imposées depuis des décennies par les institutions internationales. Aujourd’hui, le problème n’est pas le manque d’aliments en quantités suffisantes mais bien l’impossibilité d’y avoir accès, du fait des prix élevés.
Cette crise alimentaire laisse derrière elle une longue liste de gagnants et de perdants. Parmi les plus affectés on retrouve les femmes, les enfants, les paysans expulsés de leurs terres, les pauvres urbains... En définitive, ceux et celles qui constituent la masse des opprimé/es du système capitaliste. Parmi les gagnants se trouvent les multinationales de l’industrie agro-alimentaire qui contrôlent du début jusqu’à la fin toute la chaîne de production, de transformation et de commercialisation des aliments. Ainsi, alors que la crise alimentaire frappe principalement les pays du Sud, les multinationales connaissent une forte croissance de leurs profits !
Monopoles
La chaîne agro-alimentaire est contrôlée à chaque étape (semences, fertilisants, transformation, distribution, etc) par des multinationales qui accumulent des bénéfices élevés grâce à un modèle agro-industriel libéralisé et dérégulé. Un système qui compte avec le soutien explicite des élites politiques et des institutions internationales qui placent les profits de ces entreprises au-dessus de la satisfaction des besoins alimentaires des personnes et du respect envers l’environnement.
La grande distribution, à l’image d’autres secteurs, se caractérise par un haut niveau de concentration capitaliste. En Europe, entre les années 1987 et 2005, la part de marché des 10 plus grandes multinationales de distribution représentait 45% du total et on prévoit qu’elle atteindra 75% dans les 10-15 années à venir. Dans des pays comme la Suède, trois chaînes de supermarchés contrôlent autour de 91% du marché et au Danemark, Belgique, Etat espagnol, France, Pays-Bas, Grande-Bretagne et Argentine, une poignée d’entreprises dominent entre 45 et 60% du marché.
Les méga-fusions sont monnaie courante dans ce secteur. De cette façon, les grandes multinationales, basées dans les pays occidentaux, absorbent les chaînes plus petites dans toute la planète, s’assurant une expansion à l’échelle mondiale et tout particulièrement dans les pays du Sud.
Cette concentration monopolistique permet de garantir un contrôle déterminant sur ce que nous consommons, à quel prix, leur provenance, la manière dont les produits sont élaborés, avec quels ingrédients, etc. En 2006, la deuxième plus grande entreprise au monde par le volume des ventes a été Wal-Mart, et dans le top 50 mondial de ces firmes figurent également Carrefour, Tesco, Kroger, Royal Ahold et Costco. Notre alimentation dépend chaque jour un peu plus des intérêts de ces grandes chaînes de vente au détail et leur pouvoir s’illustre dramatiquement dans les situations de crise.
De fait, en avril 2008 et face à la crise alimentaire mondiale, les deux plus grandes chaînes de supermarchés des Etats-Unis, Sam’s Club (propriété de Wal-Mart) et Costco ont choisi de rationner la vente de riz dans leurs établissements pour gonfler les prix. Chez Sam’s Club, on a limité la vente de riz a trois variétés (basmati, jasmin et long grain) ainsi que la vente des sacs de riz de 9 kilos à 4 kilos par client. Chez Costco, la vente de farine et de riz a été limitée. En Grande-Bretagne, Tilda (principal importateur de riz basmati au niveau mondial) a également établi des restrictions sur la vente. Avec ces mesures a été mise en évidence la capacité des grandes chaînes de distribution d’influencer l’achat et la vente de produits déterminés, de limiter leur distribution afin d’influencer la formation des prix. Un fait qui ne s’était plus produit aux Etats-Unis depuis la IIe Guerre mondiale lorsque des restrictions avaient été imposées sur le pétrole, le caoutchouc, les ampoules, mais non sur les aliments.
Changements d’habitudes
Une autre dynamique qui a été mise en relief avec la crise alimentaire a été le changement d’habitudes au moment des achats. Devant la nécessité, de la part des clients, de se serrer la ceinture et d’aller dans les établissements aux prix plus bas, les chaînes de discount ont été les grandes gagnantes. En Italie, Grande-Bretagne, Etat espagnol, Portugal et France, ces supermarchés ont vu leurs ventes augmenter de 9 à 13% au premier trimestre 2008 par rapport à l’année antérieure.
Un autre indicateur du changement de tendances est l’augmentation des ventes des « produits blancs » qui s’élèvent, selon les chiffres du premier trimestre 2008, en Grande-Bretagne, à 43,7% du volume total des ventes, 32,8% dans l’Etat espagnol, 31,6% en Allemagne et au Portugal et autour de 30% en France. Ce sont justement ces « produits blancs » qui offrent le plus de bénéfices aux grandes chaînes de distribution et qui permettent une plus grande fidélisation de leur clientèle.
Mais, au delà du rôle que la grande distribution peut jouer dans une situation de crise (avec les restrictions à la vente de certains produits, les changements d’habitudes d’achats, etc), ce modèle de distribution exerce au niveau structurel un contrôle étroit qui a un impact négatif sur les différents acteurs qui participent à la chaîne de distribution alimentaire : paysans, fournisseurs, consommateurs, travailleurs, etc. De fait, l’apparition des supermarchés, hypermarchés, chaînes discount, express, etc. tout au long du XXe siècle a contribué à la marchandisation de nos habitudes alimentaires et à la soumission de l’agriculture et de l’alimentation à la logique du capital et du marché.
Esther Vivas est membre de la direction d’Izquierda Anticapitalista-Revolta Global dans l’Etat espagnol. Elle a publié en français « En campagne contre la dette » (Syllepse, 2008) et est coordinatrice des livres en espagnol « Supermarchés, non merci » ! et « Où va le commerce équitable » ? Cet article a été traduit de l’espagnol pour www.lcr-lagauche.be.

http://www.cadtm.org/Les-supermarches-et-la-crise http://www.cadtm.org/Les-supermarches-et-la-crise



Vendredi 27 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par pistache le 27/11/2009 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les supermarchés , je n'y vais plus depuis déjà quelques mois ; je préfère aller au marché acheter ma nourriture , même si c'est un peu plus chère , j'achète moins , c'est tout ; je me perméttrai même de remercier ces grandes surfaces vu que j'ai appris à me passer d'un tas de truc futile ( finance oblige !) et ma foi je ne m'en porte pas plus mal ;
en dehors de ça , quand je fais un repas , aussi frugal soit il , j'ai toujours une pensée pour ceux qui n'ont rien , absolument rien à manger ; j'espère q'un jour , et vite , toute cette misère disparaîtra et que cela entrainera la perte de tout ceux qui sont responsables de tout cette misère ;

2.Posté par brigitte le 27/11/2009 17:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On le sait, mais le savoir ne changera rien, il faut agir contre les mauvaises pratiques de ces multinationales quitte à se mettre hors la loi. Elles sont bien en dehors de toute éthique et de toute morale.

3.Posté par souad le 27/11/2009 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je boycotte les produits blanc, souvent de mauvaise qualité. Choisir ses produits et leurs origines peut aider. C' est con, mais à la limite, faudrait se munir de de lunettes grossissantes pour lire les infos sur le produit. suis sûre qu'il le font exprès, comme les alinéas des assurances à la fin des contrats.
Surtout consommer locale, et mesurer les kilomètres parcourus.

4.Posté par rr le 27/11/2009 20:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pistaĉe a raison, faisons tous comme lui, en diversifiant les arternatives selons les disponibilités. Moi aussi depuis 3 ans je ne metsplus jamais les pieds dans les supermarĉés et autres grandes surfaces.
http://miiraslimake.over-blog.com/article-658066.html

5.Posté par ecolo le 28/11/2009 10:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il s'agit de modifier nos habitudes d'achat et privilegier le marche du samedi ou du dimanche, les petits producteurs locaux et les produits bios (ne pas les acheter dans les grandes surfaces). Notre pouvoir d'achat et nos habitudes d'achat sont responsables de l'enrichissement de ces conglomerats capitalistes. Si nous n'allons plus au supermarche acheter les produits, alors le systeme pourra plus facilement basculer.

6.Posté par Opera le 28/11/2009 18:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est toujours plus simple de dire que c'est la faute des autres... qu'il y a des gros méchants qui ne pensent qu'à l'argent. et moi.. bein moi je suis un gentils, un idéaliste, un resistant lol

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires