Conflits et guerres actuelles

Les signes annonciateurs d’une troisième guerre mondiale s’accumulent



Eberhard Hamer
Vendredi 19 Mars 2010

Les signes annonciateurs d’une troisième guerre mondiale s’accumulent

Les USA traversent, non seulement en raison du rachat des dettes des banques par l’Etat, mais aussi de leur dette publique qui avait déjà énormément augmenté – leurs crédits à l’étranger leur coûtent 1 milliard de dollars par jour – leur pire crise financière depuis la Seconde Guerre mondiale. Si les flux financiers cessent ou s’ils se détournent du dollar, les USA sont en faillite.
Pourtant les USA ne font pas un effort d’économie suffisant pour réduire leur dette publique croissante. Ils n’augmentent pas les impôts pour accroître leurs recettes, ne tentent guère de rogner sur les budgets publics, surtout pas sur leur budget militaire, celui qui a le plus augmenté.
Il faut dire que les USA, en divers endroits du monde, ont engagé au total 200 000 soldats. C’est pourquoi personne n’a compris que le plus grand chef de guerre du monde ait reçu le Prix Nobel de la paix bien qu’il ait renforcé ses troupes. Peut-être était-ce une mesure préventive, car la guerre en Iran dépend avant tout de lui.
Les exemples de chefs politiques qui, confrontés à un échec économique, ont choisi la guerre comme dernier recours pour se maintenir au pouvoir abondent dans l’his­toire. C’est encore plus vrai lorsqu’un pays connaît des crises économiques successives et que la guerre semble le seul moyen d’en sortir. C’est ainsi que les USA ont surmonté leur plus grave crise économique du XXe siècle en entrant dans la Première Guerre mondiale, la crise économique mondiale en entrant dans la Seconde, et ils pourraient donc être tentés de résoudre la troisième crise écono­mique de la même manière. Les deux guerres mondiales ont en effet permis aux Etats-Unis non seulement de venir à bout de leurs deux plus gros endettements, mais aussi de devenir la première puissance économique mondiale. La tentation est donc forte d’essayer une troi­sième fois le même remède.
Dans ce contexte toute une série de préparatifs de guerre semblent alarmants:
1.    Le Premier ministre israélien, un homme d’extrême-droite, est un va-t-en-guerre imprévisible. Il se plaint constamment d’avoir reçu de la part de l’Iran des menaces variées dont aucune n’a jusqu’ici résisté à l’examen. Mais il hausse de plus en plus le ton et au cours des derniers mois il a fait la tournée des principales capitales mondiales pour y chercher un soutien. Il paraît même que Madame Merkel lui a juré la fidélité des Nibelungen, comme l’avait fait avant les précédentes guerres mondiales Guillaume II aux Autrichiens ou les ­Anglais et les Français à la Pologne.
2.    Israël a déjà positionné les sous-marins nucléaires qu’elle a achetés à l’Allemagne, armés de missiles à ogives nucléaires, en face de l’Iran et, non content d’avoir reconstruit et pointé sur l’Iran la base de lancement géorgienne que les Russes avaient détruite il y a un an et demi, y a fait envoyer un renfort de 90 spécialistes états-uniens.
3.    De semaine en semaine la presse, sous l’influence d’Israël, hausse le ton à l’égard de l’Iran pour différents motifs – une cam­pagne de propagande analogue à celle qui a permis de faire accepter, voire soutenir la guerre en Irak dans le monde entier en répandant des affirmations mensongères.
4.    Les préparatifs militaires ne chôment pas non plus. Certes les troupes états-­uniennes n’ont toujours pas réussi à «pacifier» les deux pays voisins, l’Irak et l’Afgha­nistan. Mais ils y entraînent à la guerre la plus grosse concentration de troupes au monde. En outre, ils ont regroupé au large de l’Iran la plus grosse flotte militaire qu’ils aient jamais réunie. Le comité du Nobel a donc fait un bon calcul en cette affaire: pas de guerre en Iran sans l’assentiment du Président des USA, surtout s’il s’agit d’un Prix Nobel de la paix. Toutefois la pression des banques, des multinationales, du lobby de l’armement, de l’armée et du lobby israélien pourrait contraindre les USA à entrer en guerre, si Israël menait une première frappe contre l’Iran et que les puissances précitées voulaient protéger leurs intérêts.
N’oublions pas que les USA ne sont pas seulement la nation la plus endettée du monde, mais aussi que l’effondrement de leur de­vise sig­nifie celui de leur empire. La soi-disant «unique puissance hégémonique mondiale» implose en ce moment exactement comme l’a fait l’URSS il y a vingt ans. Les Chinois ont déjà fait comprendre qu’ils ne reconnaissent plus son hégémonie. Le Président des Etats-Unis se trouve donc, si Israël frappe, face à un dilemme désespéré: doit-il continuer à s’enliser dans les sables mouvants de la crise financière, économique et sociale ou chercher le salut dans une guerre mondiale, qui a déjà permis deux fois aux Etats-Unis d’en sortir gagnants.
Le danger d’une nouvelle guerre mon­diale n’a jamais été aussi grand depuis la fin de la Seconde. C’est à juste titre que depuis un an les mises en garde aux USA se sont accrues, venant surtout de certains milieux intellectuels européens. Mais nous ne pourrons pas l’empêcher.
Une guerre en Iran ne resterait pas un événement limité, même si au départ il ne s’agissait que de missiles.
Aux côtés de l’Iran se rangeraient les Chinois, directement ou indirectement, et probablement les Russes, pour ne pas laisser les troupes états-uniennes s’approcher de leurs frontières et la puissance des USA devenir excessive.
Les membres de l’OTAN seraient contraints de se ranger aux côtés d’Israël et des USA, surtout s’ils avaient auparavant prêté le serment des Nibelungen. Il faut donc nous attendre à voir l’Europe participer, elle aussi, à la guerre.



Quelles seraient pour nous les conséquences d’une troisième guerre mondiale en Iran?

1.    Toute guerre avec l’Iran entraînerait la fermeture immédiate du détroit d’Ormuz et un dramatique renchérissement du pétrole, et ceci d’autant plus que la guerre se prolongerait. Du pétrole plus cher, c’est toujours des coûts plus élevés pour l’économie et les consommateurs. Nous devons donc nous attendre à des pénuries, des restrictions et des augmentations de prix pour les biens de consommation.
2.    Toute guerre nécessite un surcroît d’armement. L’industrie mondiale de l’armement – et en particulier aux USA – se frottera les mains, elle sera utilisée à pleine capacité et pourra se développer. Il y aura des retombées dans les secteurs annexes, par exemple l’automobile, le textile, les chantiers navals, l’aéronautique et d’autres encore. La production augmentera, même si les prix en font autant.
3.    Les grands gagnants seront les banques. On ne parlera plus de produits financiers to­xiques et de banquiers gangsters; les banques centrales devront financer la guerre par la création de monnaie. Les banques pourront de nouveau accorder des crédits. Dans un premier temps l’inflation maintiendra le dollar jusqu’à la fin de la guerre. C’est seulement après la guerre, comme d’habitude, que l’on procédera au grand nettoyage et qu’on expiera les péchés de la finance de guerre.
Les vassaux des USA doivent casquer pour les besoins financiers du maître, on l’a déjà vu avec les guerres d’Irak et d’Afghanistan. La guerre n’appauvrira donc pas seulement Israël et les USA, mais nous tous. Comme il n’y a pas d’argent pour financer une guerre, on devra recourir à l’inflation, comme lors des deux premières guerres mondiales; nous devons donc nous attendre à une inflation vertigineuse.
S’ils entrent en guerre avec l’Iran, les USA mobiliseront aussi l’OTAN («clause de ­défense collective»). Le gouvernement devra alors expliquer à nos soldats pourquoi ils ne doivent plus seulement s’ac­quitter de leur tâche en Afghanistan, mais aussi en Iran, et réunir une majorité au Bundestag pour voter son budget de guerre. Le SPD et les Verts (Fischer) ont déjà voté une entrée en guerre sous le prétexte fallacieux d’un «maintien de la paix». Une troisième guerre mondiale, malgré la pression états-unienne, rencontrera plus de réticence. Et dans la population le refus devrait être massif et peut-être mener à la démission du gouvernement trop docile.
Mais peut-être le gouvernement Merkel voit-il lui aussi dans une guerre une issue politique à sa situation bloquée par l’aide aux banques, le surendettement public, le collapsus financier qui menace les systèmes de protection sociale et les troubles sociaux que risquent d’engendrer de véritables redressements de cap.
La guerre est à nos portes. Les mois qui viennent nous diront si nous allons être entraînés dans une troisième guerre mondiale ou si nous y échapperons encore.    •
(Traduction Horizons et débats)
Text: [end] CONTENT ELEMENT, uid:3041/text [end] CONTENT ELEMENT, uid:3042/text [begin] Header: [begin]

La politique occidentale de l’affrontement avec l’Iran se heurte à l’opposition du Mouvement des non-alignés

Header: [end] Text: [begin]

km. Depuis que le nouveau directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le Japonais Yukia Amano, largement soutenu par les puissances occidentales, a affirmé dans son rapport sur l’Iran présenté mi-février – sans toutefois ap­porter de réelles preuves – que ce pays travaillerait probablement au développement d’une ogive nucléaire, les gouvernements des Etats-Unis, de la France, de la Grande Bretagne et de l’Allemagne font entendre leur voix pour exiger des sanctions plus appuyées.
Pour l’instant, le Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas encore en possession d’un texte de résolution contre l’Iran. Il est uniquement question d’éventuels projets de sanctions de la part des Etats-Unis et de l’Union européenne. Ainsi, le «New York Times» du 3 mars laissait entendre qu’il y aurait un projet de résolution en route, fruit d’une entente entre le gouvernement américain et les gouvernements engagés de l’Union européenne. Selon ce projet, les sanctions devraient toucher brutalement les échanges bancaires, la circulation maritime et le secteur des assurances, ainsi que les fortunes à l’étranger et les possibilités de déplacements d’Iranien «suspects». Seraient visés tout particulièrement les gardes révolutionnaires qui détiendraient une part essentielle de l’économie iranienne. L’industrie pétrolière iranienne ne serait pas touchée directement.
Il est intéressant de constater que, selon un article de «Spiegel Online» du 23 février, les projets de l’UE iraient plus loin, comme cela ressort d’un rapport secret de 13 pages, intitulé «Non-Paper on political and economic context of sanctions against Iran». Il est proposé dans ce rapport de s’en prendre énergiquement au secteur financier, aux assurances d’investissements en Iran ainsi qu’au secteur de l’énergie. Si ces projets étaient exécutés, la population iranienne aurait à en souffrir gravement dans sa vie quotidienne.
Le fait que le Conseil de sécurité n’ait pas encore produit de texte de résolution viendrait du fait que la Russie et la Chine s’y opposent. D’autres pays, membres actuels du Conseil de sécurité, tels que la Turquie, le Brésil et le Liban, préfèrent miser sur des négociations plutôt que sur des sanctions.
Il est vrai que le gouvernement des Etats-Unis, de même que la chancelière alle­mande, Angela Merkel, ont déclaré vouloir appliquer des sanctions plus contraignantes, même sans l’aval du Conseil de sécurité. Le gouvernement allemand renforce son influence sur les autres gouvernements de l’Union européenne pour qu’ils acceptent des sanctions plus dures, cela surtout depuis la visite du gouvernement et du président israéliens à Berlin.
Les Etats-Unis, l’UE et leurs alliés se heurtent à la résistance du Mouvement des non-alignés (NAM) qui regroupe 118 pays. Le 25 février, il a protesté auprès du Conseil des gouverneurs de l’AIEA contre le rapport du nouveau directeur sur l’Iran et assuré ce pays de leur soutien de sa position en ma­tière nucléaire.
Toutefois, on ne trouve pas ce document sur le site Internet de l’AIEA, mais seulement sur des sites iraniens, notamment www.presstv.ir/pop/Print/?id=120019 ou english.farsnews.com/printable.php.
Dans sa déclaration le Mouvement des non-alignés met l’accent sur le droit sans réserve de tous les Etats d’utiliser l’énergie nucléaire dans des projets pacifiques. Ces pays font savoir leur refus de sanctions renforcées par leur volonté de mettre en avant la diplomatie et le dialogue, considérés comme la seule voie menant à une solution durable. De plus, ils mettent en garde «envers toute attaque, voire simplement la menace d’une attaque, contre des installations nucléaires pacifiques qui présenteraient un grave danger pour les populations et l’environnement et seraient une grave violation du droit international». Ce groupe d’Etats vise la conclusion sur une base internationale d’une interdiction de toute attaque ou menace d’attaque.
Il apparaît donc que ce sont uniquement les gouvernements américain, d’une partie de l’Union européenne et surtout d’Israël qui menacent gravement l’Iran. On ne peut cependant pas désigner qui, au-delà des sanctions, envisagerait le déclenchement d’une guerre. Le gouvernement américain ne se prononce pas en la matière, les gouvernements de l’Union européenne se positionnent en ordre dispersé – le gouvernement allemand a jusqu’à présent déclaré fermement qu’il s’oppose au déclenchement d’une guerre. Le gouvernement israélien envisage, lui, l’éventualité d’une attaque.
Mais les gouvernements américain, de l’Union européenne et israélien ne représentent nullement la «communauté internationale». La grande majorité des pays de ce monde sait très bien où l’accentuation du conflit mènerait la planète et veut s’engager sur une autre voie.


http://www.horizons-et-debats.ch http://www.horizons-et-debats.ch



Vendredi 19 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par dik le 19/03/2010 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La grande majorité des pays de ce monde sait très bien où l’accentuation du conflit mènerait la planète et veut s’engager sur une autre voie.

Tant que cette majorité se fait entendre dans tous les forums internationaux, peut-être la guerre serait reportée, mais il suffit d'une étincelle pour que le pire, raison de vivre des sionistes, se produise!

2.Posté par mohammed le 19/03/2010 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai beaucoup apprécié l'humour fine concernant le Nobel de la paix attribué à B . Hussein Obama.
Beaucoup de cohérence , de vérités historiques de développements parfois réels mais souvent médiatiques seulement...
Je relève néanmoins l'affirmation JUSTE que les choses sérieuses en matière de Guerre et à plus forte raison en matière de 3é GM , ne peuvent se faire en dehors des EU.
Mais paradoxalement , c'est justement cela qui garantit à moyen terme qu'il n'y aura ni 3é GM ni guerre contre l'Iran.! Pourquoi ? Simplement parce que ni les EU ni Israel n'ont de solution pour les missiles détenus par l'Iran et ses alliés stratégiques.
Le Planning de la guerre est superposé au planning des percées dans les systèmes de défense antimissiles. Comme les tests en la matière ont échoué , pas de guerre en vue. N'oublions pas en effet la nature trés artificielle d'Israel , sa volatilité même...Les pertes humaines et la longueur de la guerre sont le tendon d' Achille pour Israel qui sera la CIBLE principale (dixit les dirigeants iraniens) . Et Tout indique que les deux seront au menu de la guerre ou de la 3 GM . Donc pour cette raison le prix nobel de la paix n'acceptera jamais de déclencher ou de laisser déclencher une guerre.

3.Posté par ABC le 19/03/2010 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Ce soutien à Israël pour des raisons théologiques est fondé sur une interprétation littérale de la Bible. En soutenant le programme de grand Israël défendu par Begin et le Likoud, qui prévoit l’annexion des territoires occupés depuis 1967, les chrétiens sionistes affirment qu’ils ne font que répondre à l’appel de Dieu tel qu’il est formulé dans l’Ancien Testament. « […] Oh oui, acquiesçait Marion Pollard, une charmante dame de Dallas qui vendait du cristal de Jérusalem peint à la main dans le hall d’expo d’une réunion de chrétiens sionistes. « Dieu est le maître. Il fera ce qui Lui plaît. Mais d’après les écritures, ce sont les lignes directrices. » Elle se dit fervente supporter d’Israël, comme Lewis Hall de Caroline du Nord. « Je crois qu’ils [les juifs] doivent accepter le Messie. » Et s’ils ne veulent pas ? « Je crois qu’ils l’accepteront quand ils sauront qui il est. Je crois qu’un jour ils se réveilleront. Il faudra peut-être une troisième guerre mondiale pour faire ça. »"

La dernière croisade des chrétiens sionistesEtats-Unis par Eric Laurent :

4.Posté par Saber le 19/03/2010 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


L'ÉTINCELLE EST PEUT-ÊTRE LE MASJID AL-AQSA .

5.Posté par cielétoilé le 19/03/2010 22:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Les deux guerres mondiales ont en effet permis aux Etats-Unis non seulement de venir à bout de leurs deux plus gros endettements, mais aussi de devenir la première puissance économique mondiale." Hum, un peu rapide comme affirmation ! Il faut rajouter que c'était parce que la guerre n'avait pas lieu sur leur sol et qu'ils ne subissaient pas les bombardements, les déplacements de population, les couvre-feus etc . En plus, cela leur a permis de faire tomber la puissance de l'Europe (puissance coloniale ) et donc de prendre le leadership et de remodeler le monde par son contrôle et les aides associées à des produits américains , des reconstructions etc . Si la guerre avait lieu sur le territoire américain , cela affaiblirait définitivement les USA .

6.Posté par Saber le 19/03/2010 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si la guerre avait lieu sur le territoire américain , cela affaiblirait définitivement les USA .

C'est ce qui risque d'arriver cette fois-ci s'il s'attaque à ceux qui ont la capacité suffisante de nuisance.

7.Posté par cielétoilé le 19/03/2010 22:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'ailleurs , remarquez que les grands de ce monde font la guerre chez les autres ,en général ,des petits pays , pas fous ! Avec une guerre, l'économie (hors armement et hors finances ) est aussi gênée . Comment voulez-vous que les paysans réquisitionnés par l'occupant produisent , ou bien que les entreprises fonctionnent sous les bombardements ?

8.Posté par cielétoilé le 19/03/2010 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je trouve que vous allez un peu vite en besogne quand vous présumez à l'avance de la réaction des uns ou des autres . Par exemple, lorsque vous présumez de la réaction de la Chine . Je me méfie de tous ces experts qui font des plans sur la comète . Pour le moment, je trouve que la Chine a beaucoup d'intelligence car elle construit avant tout sa force de l'intérieur puis cela rejaillit sur sa capacité à se positionner sur le jeu international . tandis que d'autres pays font les lièvres ,dans cette course, et ne finissent même pas la course , à bout de souffle financier ! Vous devinerez facilement !

9.Posté par mega le 20/03/2010 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le systéme est cassé,une guerre est deja en préparation contre l'iran et ça depuis des lustres,rien n'arrive au hazard tout est calculer,l'attaque de l'iran sera le début de la 3éme guerre mondiale,les autres pays rentreront dans le bal de l'horreur et s'attaqueront jusqu'a l'épuissement total en ressources humaines,matériels et économique,et après ce bain de sang, apparaitra comme par enchantement le nouvel ordre mondial,ou tout le monde acceptera sans broncher pour sortir de ce chaos.Bonne chance à tous.

10.Posté par alain le 20/03/2010 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Mega

C'est tout a fait ça...............................Bonne chance a tous

11.Posté par Driss le 20/03/2010 23:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne pense pas qu'une attaque contre l'iran entrainera obligatoirement une 3eme guerre mondiale. Tout d'abord parce que si attaque contre l'Iran il y a, elle sera probablement israelienne. S'ensuivra un conflit Iran/israel, où americains d'un coté fourniront israel, et russes (chinois?) de l'autre fourniront l'iran. Et même si il y a entré en guerre des USA, il me semble peu probable que russe et chinois suivent, tout comme l'UE. Après c'est qu'un avis, mais j'essaie d'être un peu optimiste, en esperant qu'il 'y ait aucun conflit.

12.Posté par Xavier le 21/03/2010 02:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une guerre en iran c'est une guerre qui finira par l'éradication d'au moins 1 milliards d'individus, les russes + les chinois contre les usa + l'europe, cette guerre n'est pas dans l'intérêts d'israel car coincé entre deux monstres elle va se faire écrabouiller, une seule bombe A suffit pour la rayer du globe, d'ailleurs une seule bombe nucléaire provoquera une réaction en chaîne de l'utilisation de l'arme nucléaire partout sur le globe, les capitaux circulant de plus en plus vers l'est et puisqu'il n'est pas question de laisser le contrôle du pétrole (qui reste) à l'occident la chine et la russie vont vraisemblablement atomiser directement l'europe et peut-être les états-unis mais les américains l'ont peut-être déjà compris, il vont jurer devant l'occident mais au final il sacrifierons l'europe et israel pour survivre.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires