Conflits et guerres actuelles

Les répercussions de l'échec de l'Occident en Afghanistan



Samedi 10 Octobre 2009

Les répercussions de l'échec de l'Occident en Afghanistan
Depuis le déclenchement de la guerre d'Afghanistan que ses instigateurs ont justifié en prétextant la lutte contre les Taliban et le rétablissement de la sécurité dans ce pays sinistré, l'Occident n'est pas encore parvenu à concrétiser ses objectifs. L'aggravation des problèmes de la société afghane, après le déploiement des forces étrangères, en Afghanistan, dont on peut citer l'extension de la sphère d'influence des Taliban, la croissance, sans précédent, de la production et du trafic de drogue, le ralentissement de la reconstruction de ce pays dévasté et le massacre barbare des civils, témoignent tous de l'échec des pays occidentaux dans la guerre d'Afghanistan, échec qu'ils reconnaissent eux-mêmes, d'ailleurs Dans une telle situation, on peut se demander quelles seront les retombées d'un tel échec. Mais, on doit, avant toute chose, examiner les raisons d'un tel revers, fruit des décisions erronées de Washington.

Après les attentats du 11 septembre 2001, l'administration Bush a proposé de constituer une coalition multinationale contre le terrorisme. A cette époque-là, les néo-conservateurs de la Maison Blanche ont choisi l'Afghanistan comme front de lutte contre l'extrémisme. La lutte contre le terrorisme sur lequel la Communauté internationale a, ces dernières années, mis l'accent, a créé de nombreux problèmes aux Etats-Unis et à leurs alliés de l'OTAN. De même, les anciens décideurs de la Maison Blanche, ceux-là même qui se présentaient comme l'avant-garde de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, ont fait peu de cas de la nécessité de donner une définition précise, transparente et globale du phénomène du terrorisme. A présent, il n'existe aucun consensus mondial dans ce domaine, d'autant plus que, comme le pensent l'opinion publique du monde et même les experts des questions du terrorisme, la lutte contre le terrorisme ne sera efficace que lorsque ce combat sera mené tous azimuts.

L'administration américaine de l'époque avait donné une définition toute particulière et partielle du phénomène du terrorisme, définition qui n'englobait pas toutes les formes de l'extrémisme à travers le monde.

C'est ainsi que, faute d'une définition globale et complète du terrorisme, les forces occidentales ont, jusque là, subi un grave échec, en Afghanistan. Malgré certains rapports concernant les soutiens financiers de certains pays arabes aux Taliban, l'administration américaine a prétexté certaines considérations régionales, pour s'abstenir d'adopter une politique sérieuse envers les sponsors arabes des milices des Taliban.

Faute de la volonté ferme de l'Occident d'adopter une stratégie globale envers le phénomène du terrorisme et à cause de son indifférence, à l'égard des tentatives de certains Etats arabes de financer la nébuleuse Al-Qaïda, les opérations militaires de l'OTAN ont été, jusqu'à présent, vouées à l'échec, en Afghanistan. Au demeurant, les Etats-Unis et l'OTAN, en ne tenant aucun compte du rôle historique des groupes ethniques, religieux et politiques afghans, dans le rétablissement de la sécurité, en Afghanistan, ne sont pas arrivés à utiliser d'autres potentiels que ceux du gouvernement afghan, pour lutter contre les milices des Taliban. En raison des actions arbitraires et unilatérales de l'armée US, en Afghanistan, et de leurs raids aériens consécutifs contre les zones résidentielles, le bilan des pertes civiles afghanes s'alourdit de jour en jour, tandis que le peuple afghan se méfie des forces étrangères qui ont été déployées, en Afghanistan, sous prétexte de lutter contre les Taliban.
La tentative de l'Occident d'imposer ses modèles de sécurité à un pays multi-ethnique, à majorité musulmane, tel que l'Afghanistan, compte parmi les autres raisons de l'impuissance de l'Occident à concrétiser ses objectifs dans ce pays sinistré. Par ailleurs, les attitudes ambivalentes de l'OTAN, sous la houlette des Etats-Unis, envers le gouvernement afghan, qui portent atteinte à la souveraineté nationale afghane, ont suscité le rejet et la haine des politiques occidentales par les Afghans.
La publication de certains rapports levant un coin du voile sur la collusion de certains services de renseignement occidentaux avec la Mafia internationale de la drogue, en Afghanistan, a également eu un impact négatif sur l'opinion publique afghane, provoquant la répugnance des Afghans, à l'égard de l'Occident.

En tout état de cause, toutes ces raisons que nous venons d'évoquer expliquent l'échec des projets de l'OTAN en Afghanistan. Etant donné que la guerre d'Afghanistan a été déclenchée avec le feu vert de l'ONU, la plus haute instance internationale, les stratégies avortées de l'OTAN, dans ce pays, n'ont eu d'autre résultat que de discréditer davantage cette organisation internationale. La méfiance de la société afghane, à l'égard de l'ONU et du Conseil de sécurité de l'ONU, s'explique par les erreurs qu'ont commises ces organes et leur inertie, face à la guerre d'Afghanistan.

Au demeurant, les efforts qu'a déployés l'administration américaine pour rapprocher la vision de l'ONU, en Afghanistan, des stratégies de la Maison Blanche, ont renforcé la méfiance de l'opinion publique afghane, à l'égard de cette instance internationale.

A cause de la défaite de l'Occident, dans sa guerre menée en Afghanistan et des lourdes pertes des militaires de l'OTAN, l'équipe des conseillers sécuritaires du Président américain, Barack Obama, a proposé le plan de l'envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan, plan, qui a, bien entendu, accentué les différences d'opinions entre les partisans et les opposants aux maîtres actuels de la Maison Blanche. A l'heure actuelle, des voix se sont élevées pour dénoncer le plan de l'augmentation du nombre des effectifs militaires en Afghanistan. Par exemple, le vice-Président américain, Joseph Biden, s'est rangé aux côtés des détracteurs de ce plan, tandis que le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a demandé au locataire de la Maison Blanche de tenir compte du dernier rapport du Commandant en chef des forces américaines et internationales, en Afghanistan, le Général McChrystal, qui, lui, soutient, à tout crin, le plan de l'envoi de renforts.

Mis sous pression, à ce propos, Barack Obama a dit qu'il ne fallait pas attendre de décision immédiate de sa part sur l'envoi ou non de nouveaux renforts en Afghanistan. Il a affirmé que les Etats-Unis avaient à revoir leur stratégie contre le terrorisme. En effet, le président américain émet des réserves dans ce domaine, alors que le Général McChrystal a accusé le président démocrate de perdre du temps. Parallèlement, certains pays occidentaux, comme ils l'ont déjà fait auparavant, rechignent à envoyer des renforts militaires en Afghanistan. Sur cette base, le gouvernement canadien a annoncé qu'Ottawa retirerait, à la date prévue, en 2011, ses effectifs d'Afghanistan. Le gouvernement italien doit, également retirer, avant 2010, ses forces militaires de ce pays sinistré. On peut donc en conclure que l'Europe n'est pas d'accord avec le plan américain de l'envoi de troupes supplémentaires. Dans de telles circonstances, le Président Obama semble ne pas avoir d'autre alternative que de réviser la stratégie anti-terrorisme de l'Amérique, en Afghanistan, ce qui pourrait, éventuellement, renforcer la confiance du peuple afghan envers les forces multinationales déployées dans son pays.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Samedi 10 Octobre 2009


Commentaires

1.Posté par Joël le 10/10/2009 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'ils crèvent!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par MISTER NO le 11/10/2009 02:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

AMIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN... ils ont déjà préparé des milliers de cercueils pour leurs GI... a suivre

3.Posté par IBN ZYAD le 12/10/2009 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le titre:Les répercussions de l échec....
j ai tous lu sauf les repurcutions.
moi je vais vous dire les repercutions de l échec:
-etat islamique qui englobra l afganistan+une parti du pakistan voir le kachmir indien et meme la chine (sourire)
-fahite de l otan
-fahite du NOM (attali au chomage)
-guerre civil et emeute aux usa+eclatemet des usa à l image de l eclatement de l empire sovietique.
-carnage des GIS EN IRAK
-des etat arabes vasilles
-l europe,cacun pour sois dieu pour tous.(crise economique oblige)
-loi martial dans cetain pays,a cause des emeutes et la revolte populaire..
et je laisse la meilleir pour la fin
ISRAEL PLEURE ARAFAT

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires