Palestine occupée

Les rencontres suspectes Abbas-Olmert


Dans la même rubrique:
< >


IRIB
Jeudi 21 Février 2008

Les rencontres suspectes Abbas-Olmert
Dans la conjoncture où les crimes et les actes terroristes du régime sioniste se poursuivent toujours dans la Bande de Gaza, le Président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, s'est entretenu, hier, une nouvelle fois, avec le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, du règlement des divergences de vue des deux parties, quant à la déclaration finale de la Conférence d'Annapolis. Après cette conférence, tenue, en automne 2007, aux Etats-Unis, Abbas et Olmert se sont entretenus plusieurs fois pour préparer le terrain à une prétendue paix durable, en 2008. Mais, non seulement, ces rencontres ne se sont traduites par un quelconque résultat, mais encore, la crise intérieure du régime sioniste, ainsi que les primaires de la prochaine Présidentielle américaine, les ont ralenties. Sans évoquer l'échec de ses rencontres avec Olmert, Abbas a déclaré que, sans un changement d'attitude de Tel-Aviv, on ne pourrait rein attendre de ces négociations. De ce fait, les groupes palestiniens, tout en protestant auprès de Mahmoud Abbas, demandent l'arrêt de ces rencontres inutiles. En fait, Olmert n'est, ni en mesure, ni en position, pour mener des négociations sérieuses avec Abbas. En effet, après la publication du rapport de la Commission Winograd sur l'échec de ce régime face au Hezbollah, une crise profonde a secoué et continue de miner le cabinet d'Olmert, tandis que les partis de coalition observent de près toutes les négociations entre Olmert et Abbas, s'opposant à ce qu'Israël fasse la moindre concession à l'Autorité palestinienne. Alors que la politique de construction et d'extension des colonies sionistes s'accélère, Olmert, tout en éliminant la question de la Beitolmoghadas de l'ordre du jour des négociations, a changé en fait le climat des pourparlers en sa faveur. Les groupes palestiniens estiment que les rencontres Abbas-Olmert n'auront d'autres résultats que de préparer le terrain aux politiques expansionnistes du régime de Tel-Aviv. La Bande de Gaza est toujours bouclée par les forces israéliennes et Olmert a, officiellement, ordonné d'attaquer cette région et d'assassiner les leaders palestiniens. Dans un tel contexte et en se référant aux dizaines d'accords conclus avec le régime usurpateur depuis 1993, les Palestiniens estiment que 16 ans de négociations inutiles sont largement suffisants pour que le monde comprenne la nature expansionniste et criminelle d'Israël. En vérité, tous les accords avec ce régime sont restés lettres mortes et c'est, hélas, le peuple palestinien qui doit payer le prix des tractations des Américains et des Israéliens avec les responsables de l'Autorités palestinienne

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Jeudi 21 Février 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires