Palestine occupée

Les réactions au projet de résolution franco-américain sur le Liban


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 11 Mai 2008 - 13:13 Les derniers développements au Liban

Dimanche 11 Mai 2008 - 11:25 Liban : au seuil d'une crise incontrôlable?


Alors que les consultations se poursuivent, au sein du Conseil de sécurité des Nations-Unies, au sujet du projet de résolution franco-américain sur le Liban, ses carences et ses points ambigus prouvent qu’en dépit du vaste battage médiatique des Etats occidentaux, son adoption n’aidera en rien au solutionnement de la crise libanaise. C’est la raison pour laquelle le projet franco-américain fait l’objet de nombreuses critiques, à l’échelle régionale et internationale. Les autorités libanaises se sont déclarées contre ce projet, dans sa forme actuelle, et demandent une modification du texte, qui doit, selon elles, inclure les revendications du peuple libanais.


IRIB
Dimanche 6 Août 2006

Les réactions au projet de résolution franco-américain sur le Liban
L’Ambassadeur du Liban à l’ONU, Nohad Mahmoud, a déclaré que le texte n’incluait pas le retrait du régime sioniste du sol libanais. « Il n’évoque pas, non plus, la fin de l’occupation des fermes de Chebaa, par le régime sioniste, selon le souhait du peuple libanais. », a-t-il ajouté. Dans le même temps, le Hezbollah s’est déclaré prêt à accepter un cessez-le-feu, à condition que le régime sioniste mette un terme à ses attaques et qu’il retire ses forces du Liban. Pour les milieux politiques syriens, le projet de résolution franco-américain ne fait pas allusion à un cessez-le-feu immédiat et il assure, plutôt, les intérêts du régime sioniste. Autrement dit, disent-ils, l’absence de toute injonction, pour un cessez-le-feu immédiat, offre l’occasion au régime sioniste de poursuivre ses exactions, dans la région, et de compenser ses échecs, au Liban.

Avec un regard rapide sur les termes du projet franco-américain, on se rend compte qu’il ne condamne pas les exactions d’Israël, au Liban, mais qu’il parle, au contraire, du désarmement de la résistance libanaise et d’un embargo international sur les ventes d’armes et d’équipements afférents, ce qui veut dire que les protecteurs du régime sioniste sont en train de concocter un complot dangereux, pour affaiblir la capacité de résistance du peuple libanais. Par conséquent, ce projet de résolution est une copie conforme de la précédente résolution interventionniste 1.559, proposée, par les Etats-Unis et la France. Le Conseil de sécurité des Nations-Unies, qui, en raison des tentatives de Washington de Londres et de Paris, n’a pas été capable d’adopter une résolution condamnant les crimes d’Israël et de résoudre la crise libanaise, suit, aujourd’hui, à la lettre, la politique que mène le régime sioniste. Ce suivisme suscite, d’ailleurs, de sévères critiques, sur la scène régionale et internationale.


Lundi 7 Août 2006


Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires