Sciences et croyances

Les quatorze singes et Andrew Wakefield, le scientifique censuré


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 17 Octobre 2014 - 09:20 Une vague étoile brûlante



Jeudi 11 Février 2010

Les quatorze singes et Andrew Wakefield, le scientifique censuré

Generation Rescue, Jenny McCarthy et Jim Carrey, 5 février 2010


      Le Dr Andrew Wakefield est discrédité pour empêcher la publication d’une étude historique aux conséquences potentiellement dévastatrices pour les fabricants de vaccins et les responsables de la santé publique. Pour la première fois, la santé de primates vaccinés a été comparée à celle de témoins non vaccinés.


      Notre conviction la plus sincère, c’est que le Dr Wakefield et les parents d'enfants autistes du monde entier sont soumis à une campagne médiatique remarquable, manigancée par les fabricants de vaccins, se rapportant à la rétractation d'un article publié dans The Lancet en 1998 par le Dr Wakefield et ses collègues.


      La rétractation de la revue The Lancet arrive en réaction à une décision du General Medical Council (GMC) d’Angleterre, un tribunal de clowns dans lequel les responsables de la santé publique servant de juge et jury sont manipulés par les fabricants de vaccins. Le Dr Wakefield renie fermement toute conclusion du GMC et projette un vigoureux appel.


      En dépit de déclarations erronées endémiques, le document original du Dr Wakefield sur 12 enfants atteints de maladies intestinales graves et d'autisme, n'a jamais tranché sur la question de savoir si oui ou non les vaccins provoquent l'autisme, et la rétractation de The Lancet ne nous fait pas mieux comprendre ce problème complexe.


      Le Dr Wakefield est l'un des gastro-entérologues les plus estimés et les plus publiés du monde. Il a publié des dizaines de documents depuis 1998 dans des revues révisées par les pairs et bien considérées du monde entier. Ses travaux documentant la maladie intestinale des enfants autistes et son exploration de nouvelles voies pour traiter la maladie intestinale, ont contribué à soulager la souffrance et la peine de milliers d'enfants autistes.


      Lors de la décennie passée, des parents de notre communauté ont demandé une étude scientifique relativement simple, qui pourrait trancher une fois pour toutes le débat sur le possible rôle des vaccins dans l'épidémie d'autisme : Comparer des enfants vaccinés avec des enfants n'ayant jamais été vaccinés, et voir si le taux d'autisme est différent ou le même.


      Peu de gens savent que ce très important travail a non seulement commencé, mais qu'une étude utilisant un modèle animal pour explorer en détail ce sujet a déjà été achevée.


      Avec huit autres scientifiques distingués appartenant à des établissements comme les universités de Pittsburgh, du Kentucky, et de Washington, le Dr Wakefield est coauteur d'un ensemble d'études qui explorent les conséquences neurologiques chez les singes vaccinés par rapport aux non vaccinés.


      La première phase de cette étude sur le singe a été publiée il y a trois mois dans la revue médicale réputée Neurotoxicology. De façon à mimer le planning vaccinal des États-Unis, elle se focalisait sur les deux premières semaines de la vie, les singes vaccinés ayant reçu une seule injection contre l'hépatite B. Comme vous pouvez le constater vous-même, les résultats sont inquiétants. Les singes vaccinés, contrairement à leurs homologues non vaccinés, ont souffert d’une perte de beaucoup de réflexes essentiels à la survie.


      Le Dr Wakefield et ses collègues scientifiques sont sur le point de publier dans sa totalité leur étude, qui a suivi les singes tout au long du planning vaccinal infantile étasunien, sur une période de plusieurs années. Il est de notre compréhension que la différence de résultat entre singes vaccinés et témoins non vaccinés est à la fois sévère et dévastatrice.


      Il ne fait aucun doute que la publication de l'étude sur les singes accordera une grande crédibilité à la théorie de la vaccination des jeunes enfants entraînant des dommages neurologiques, dont l'autisme. Pour les responsables des vaccinations et les agents de la santé publique, les retombées de l'étude seraient graves. Après avoir nié toute possibilité de lien entre vaccin et autisme pendant si longtemps, tout en profitant d'un immense boum des ventes de vaccins dernièrement dans le monde, il n'est pas surprenant qu'ils cherchent à étouffer cet important travail.


      La pression en coulisses est immense et elle augmente chaque jour pour empêcher la publication des travaux du Dr Wakefield et de ses collègues. Les magazines médicaux risquent des réactions extrêmement violentes en publiant des études qui remettent en cause l’innocuité du programme vaccinal, quelle que puisse être la qualité de conception et d’approfondissement de la recherche. Neurotoxicology, une revue médicale hautement estimée, mérite des éloges pour avoir publié avec courage la première phase de l’étude sur la vaccination chez le singe.


      La presse a été gravement trompée sur la façon dont The Lancet s’est rétracté et sur la description du simulacre de procès contre le Dr Wakefield. Le Dr Wakefield est calomnié dans une campagne de dénigrement bien orchestrée, dirigée par les compagnies pharmaceutiques et leurs porte-parole bien rémunérés, dans le but d’empêcher cet important nouvel ouvrage de voir la lumière du jour.


      Quelle revue médicale pourrait vouloir s’interposer devant pareil rouleau compresseur ? De plus, pourquoi est-ce que The Lancet et GMC agissent soudainement maintenant, après 12 ans d'inaction ? Est-ce une coïncidence au moment où l'étude sur les singes est soumise à des revues médicales pour examen et publication ?


      Nous demandons instamment aux médias d’examiner attentivement la première phase de l'étude sur les singes dont nous parlons ci-dessus, et de commencer par poser une question très simple : Quelle est la conséquence finale pour les 14 primates vaccinés en conformité avec le programme de vaccination des États-Unis et quelle est la comparaison par rapport aux témoins non vaccinés ?


      Le planning vaccinal des États-Unis s’est élargi de 10 vaccins administrés à nos enfants dans les années 80 à 36 aujourd'hui, en correspondance parfaite avec la dramatique poussée d’autisme. Au lieu de censurer le progrès scientifique, les travaux du Dr Wakefield et de ses collègues méritent d'être partagés avec le monde pour servir.



Original : www.generationrescue.org/wakefield_statement2.html
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Jeudi 11 Février 2010


Commentaires

1.Posté par Henry le 11/02/2010 22:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cela ne m'étonne pas, le pire c'est que dans ce monde de mensonge tout est manipulé par des intérêts, un exemple qui m'a dernièrement frappé sont les tests sur divers substances pour infirmer ou avérer divers produits, des produits testés par exemple sous leur formes lévogyres ou dextrogyres peuvent donner des résultats forts différents et se retrouver dans un cas très positifs et dans l'autre très négatifs mais personne ne le mentionne jamais, on se contente d'un article bien structuré vantant ou condamnant des produits suivant ce qu'ils pourraient rapporter en terme de profit et on oublie, on omet ou on néglige un tas de variables, variables 'même dérisoires' qui peuvent faire d'une substance tantôt pour un bon produit, tantôt pour un mauvais produit.

2.Posté par linda le 12/02/2010 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour,

mon père ne tombe jamais malade vraiment très très rarement (grâce à Dieu), et c'est la seule personne qui n'a jamais été vacciné de la famille. alors moi je me pose des questions. Faut il se faire vacciner

3.Posté par Filvert le 12/02/2010 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voir vidéo "Silence on vaccine !"

4.Posté par Françoise le 14/02/2010 21:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ma confiance dans les vaccins est totalement tombée. Ce qui nous est arrivé récemment par la grande propagande à se faire vacciner sans restrictions me confirme que l'intérêt monétaire est plus que puissant. Comme le papa qui n'a jamais été vacciné et n'a jamais été malade, ma grande soeur n'a jamais fait vacciner sa famille de 7 enfants. Elle n'a jamais utliser d'antibiotique. Elle a toujours soigner avac de l'argile ou des huiles essentielles etc... i.e. produits naturels et a une famille en super santé. Rien dans leur système n'a été affaibli par des produits pharmaceutique. Tous les enfants ont une grande reconnaissance à leur mère d'avoir agit ainsi et ils font de même, à leur tour, pour leurs enfants. Tout le monde continue à se porter très très bien. Je ne sais si cela a un lien, mais ils sont super intelligents et réussissent d'une façon remarquable à l'université.

5.Posté par letellier le 15/02/2010 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un heros qui doit être décoré de l'ordre de l'humanité ainsi que sa femme car c'est à deux qu'ils subissent depuis des années des TORTURES. LES NAZIS ne sont pas morts.
Devant de tels hommes on peut croire que l'humain vaincra.Yves.

6.Posté par shinouk le 27/02/2010 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les vaccins n'ont jamais rien résolus,le principe même de la vaccination est faux à sa base (merci Pasteur le malhonnête...cf: "En finir avec Pasteur" d'Eric Ancelet).

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves

VIDEO
algerie-focus.com | 01/10/2014 | 4122 vues
00000  (0 vote) | 8 Commentaires
1 sur 175


Commentaires