ALTER INFO

Les puissances occidentales accusent l’Iran et la Syrie d’avoir orchestré la grève générale au Liban


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Les partis de l’opposition et les syndicats libanais ont appelé hier à la fin de la grève générale qui a provoqué des heurts violents avec les partisans du gouvernement du premier ministre Fouad Siniora.


Chris Marsden
Vendredi 26 Janvier 2007

Les puissances occidentales accusent l’Iran et la Syrie d’avoir orchestré la grève générale au Liban
Par Chris Marsden



Trois personnes ont été tuées et 133 blessées lors de combats au Liban mardi 23 janvier alors que des centaines de milliers de manifestants répondaient à l’appel de syndicats soutenus par le Hezbollah et Amal, tous deux des partis chiites, et le Courant patriotique libre (CPL) chrétien.

Les médias se sont concentrés sur les aspects sectaires du conflit – des foules d’opposants principalement chiites faisant face à des partisans du gouvernement de Siniora qui est composé des partis sunnite, druze et chrétien. De vives tensions étaient visibles, il y a eu des coups de poing et des jets de pierre. Mais comme de coutume, le seul à être tenu pour responsable de cet état de fait a été le Hezbollah qui a été accusé d’agir pour l’Iran et la Syrie contre un gouvernement soi-disant démocratique. Siniora a dit au Kyoto News japonais que le Liban « paie le prix de décisions imposées venues de pays étrangers, tels l’Iran et la Syrie ».

« Les décisions prises par l’opposition au Liban sont des décisions venant de l’extérieur, comme de l’Iran et de la Syrie », a-t-il réitéré.

« Ce qui est en train de se produire, c’est une révolution et une tentative de coup d’Etat », a dit à Al Jazeera le dirigeant chrétien et ancien chef militaire Samir Geagea.

Le porte-parole du département d’Etat américain, Sean McCormack a fait des déclarations similaires, disant que « des factions libanaises alliées à la Syrie bloquent les routes, empêchent les gens de se rendre à leur travail ou à l’école et entravent le travail des services de sécurité…Ces factions essaient d’utiliser la violence, les menaces et l’intimidation pour imposer leur volonté politique au Liban. »

En réalité, le Hezbollah était quasiment le seul à s’opposer publiquement à la violence sectaire. De plus, il s’est mis en tête de ce qui est en fait une protestation politique et sociale populaire de masse, principalement de chiites appauvris qui s’opposent à un régime pro-occidental qui n’a pas de mandat réel pour gouverner. Le gouvernement a été maintenu au pouvoir avec l’aide de milliers de soldats européens et est décidé à mettre en place un programme économique qui plonge tous les travailleurs et paysans du Liban dans une pauvreté abjecte qui ne cesse de croître.

Hezbollal, Amal et le Courant patriotique libre ont retiré du gouvernement en novembre dernier la totalité des six ministres qu’ils y avaient à eux trois et exigent de ce gouvernement qu’il démissionne et organise de nouvelles élections pour un gouvernement d’unité nationale. En décembre, 1 800 000 personnes avaient manifesté à Beyrouth et un piquet des bâtiments gouvernementaux du centre commercial de Beyrouth, impliquant des milliers de personnes, est maintenu depuis.

Le gouvernement Siniora a rejeté toutes les demandes qui lui avaient été faites et a cherché au contraire à imposer des mesures d’austérité dictées par les puissances occidentales. Et ce, dans un pays qui s’étant à peine remis de l’impact de la guerre civile de 1975-1990 a ensuite été détruit pour une bonne part par la campagne de bombardements de 34 jours menée par Israël, invasion terrestre et blocus qui a débuté le 12 juillet de l’an dernier. L’agression israélienne a eu pour conséquence plus d’un millier de victimes, le déplacement d’un million de Libanais et des dégâts considérables sur les routes, les ponts, les bâtiments, les centrales électriques et autre infrastructure vitale. Associé à la dislocation économique, les Nations unies ont estimé à 15 milliards de dollars le coût de cette guerre.

La dette publique du Liban s’élève à la somme considérable de 41 milliards de dollars.

Une conférence internationale de donateurs en août dernier a promis la somme dérisoire de 1,2 milliard de dollars. Mais celle-ci s’accompagne d’exigences de la part du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale que le gouvernement libanais réduise ses dettes internationales en augmentant les impôts, en réduisant les dépenses et en privatisant les industries publiques telles le réseau électrique, les télécommunications et l’eau. De même que les pertes d’emploi que cela implique, il y a aussi des exigences de plus grande « flexibilité » du marché du travail dans une situation où de nombreux travailleurs n’ont toujours pas un toit.

Les syndicats et partis de l’opposition ont rejeté les propositions d’augmentation d’impôt, d’augmentation des prix du carburant et les privatisations projetées et ont exigé des augmentations de salaire pour les employés à bas salaire.

Sheikh Naim Qassem, secrétaire général adjoint du Hezbollah a dit, la veille de la grève, que l’opposition n’était pas seulement confrontée au gouvernement, mais à « une conspiration internationale contre nous. Car les Etats-Unis contrôlent chaque détail du gouvernement. »

Le même jour, le dirigeant du Hezbollah, Sheikh Hassan Nasrallah a demandé à ses partisans d’« éviter insultes et slogans sectaires » et a ajouté « s’ils tuent mille des nôtres, nous ne ferons pas usage de nos armes contre eux. »

Le reporter chevronné du Moyen-Orient pour le journal britannique The Independent, Robert Fisk a décrit les manifestations comme «un champ de bataille sectaire violent.» Il a remarqué que des partisans sunnites du gouvernement exhibaient des portraits de Saddam Hussein afin de provoquer les opposants chiites. Il a reconnu que les « dizaines de milliers de combattants du Hezbollah étaient de loin les hommes les plus disciplinés dans les rues de Beyrouth ».

« J’ai parcouru cinq kilomètres à pied jusqu’au terminal (de l’aéroport), pour finalement trouver le Hezbollah qui protégeait à la fois l’aéroport et les soldats libanais qui le gardaient », poursuivit-il.

S’opposant à ce qu’il décrit comme une déclaration simpliste, à savoir que ce qui est en train de se produire serait « une tentative de coup d’Etat par les forces de Syrie et de l’Iran », Fisk écrit que « les chiites sont les opprimés, les pauvres, les dépossédés, ceux qui ont toujours été ignorés par les chefs et patriarches du gouvernement libanais – car dans un sens ceci est aussi une révolution sociale – et de l’autre il y a la population sunnite tant aimée de [premier ministre assassiné] Hariri et les druzes et chrétiens toujours loyaux à l’égard des forces libanaises qui étaient les alliés d’Israël en 1982 et qui ont massacré les Palestiniens des camps de Sabra et Chatila ainsi qu’une majorité d’innocents libanais qui avaient voté pour mettre au pouvoir le gouvernement Siniora. »

La grève a été interrompue tandis que Siniora s’envolait pour une seconde conférence internationale de donateurs qui se tient à Paris et débute aujourd’hui jeudi. Y assistent plus de 30 pays donateurs principalement occidentaux et arabes ainsi que des institutions internationales. Siniora a décrit la grève comme une tentative de sabotage de cette réunion qu’il a qualifié de plus grand espoir pour la survie du Liban.

Il n’en est rien.

Les analystes s’attendent à ce que soit collectée une somme globale d’aide tournant autour de 5 milliards de dollars. Mais seule une fraction de cette somme sera allouée à des projets de reconstruction. La plus grande part servira à éponger la dette à court terme du Liban, autrement dit retournera dans les coffres des gouvernements impérialistes et institutions financières, laissant les dettes à long terme du Liban atteindre des sommets toujours plus élevés. Le reste servira à payer les salaires de l’armée libanaise afin qu’elle puisse réprimer l’opposition dans les quartiers chiites dans le sud du pays. Et une fois de plus, tout argent donné dépendra de la mise en place par le gouvernement des réformes exigées par le FMI et la Banque mondiale.

Mardi dernier, le président français Jacques Chirac a dit que la conférence de Paris était « urgente » parce qu’« il y a des choses à payer : il y a l’armée libanaise qui maintenant occupe heureusement le sud du Liban, et doit être payée ; les armements qui doivent être achetés ; tout le fonctionnement du Liban qui doit être assumé. »

Chirac s’est lui aussi fait l’écho des déclarations selon lesquelles l’opposition au gouvernement libanais était orchestrée ou du moins exploitée par l’Iran et la Syrie.

« Je ne fais pas d’ingérence dans les affaires du Liban », a dit le dirigeant du pays qui a envoyé le plus de soldats au Liban et il a ajouté qu’il y avait ceux « qui profitent pour créer des difficultés sociales ».

« La communauté internationale veut que les voisins du Liban cessent leurs ingérences dans ses affaires intérieures et la traitent comme un pays indépendant souverain », a-t-il ajouté.

Les dénonciations d’une ingérence iranienne et syrienne au Liban se produisent dans un contexte où les Etats-Unis ne cessent leurs provocations contre l’Iran et que se met en place une présence militaire considérable dans le Golfe.

Washington avait apporté son soutien total à Israël pour le bombardement et l’invasion subséquente du Liban l’an dernier. L’objectif des Etats-Unis et d’Israël était de détruire le Hezbollah, peut-être d’annexer le sud Liban et de réduire le pays au statut de fait de protectorat américain. Mais ceci n’était conçu que comme étape initiale d’une guerre plus large visant à des changements de régime en Iran et en Syrie.

Du point de vue de l’administration Bush, cet objectif n’a pas encore été atteint, du fait en partie de l’échec de l’offensive israélienne au Liban face à la résistance massive conduite par le Hezbollah. Et il en va de même pour Israël – malgré des révélations la semaine dernière selon lesquelles les gouvernements d’Ariel Sharon et d’Ehoud Olmert avaient tous deux cherché un accord avec la Syrie lors d’entretiens secrets qui s’étaient poursuivis jusqu’aux premiers jours de la guerre de juillet 2006 alors même que les Etats-Unis recommandaient vivement une attaque directe sur Damas.

Israël a dit « suivre de près » les évènements au Liban et a accusé le Hezbollah de servir les intérêts de l’Iran. Un jour avant le début de la grève générale au Liban, des soldats israéliens avait fait un exercice de combat contre des soldats déguisés en combattants du Hezbollah dans un village simulé arabe dans une base militaire proche de Tzeelim au sud d’Israël.

La crise politique crée par les revers d’Israël au Liban l’an dernier ont conduit à la démission la semaine dernière du général de corps aérien Dan Halutz de son poste de chef d’état major des forces armées.

Il a été remplacé lundi par Gaby Ashkenazy, commandant d’infanterie chevronné, qui d’après Olmert et le ministre de la Défense Amir Peretz allait, avec succès, « mettre en pratique les leçons de la guerre du Liban ».

Parmi les cercles dirigeants israéliens, la critique majeure concernant Halutz, ancien commandant de l’armée de l’air, a été de dire qu’il s’appuyait trop sur une campagne aérienne contre le Hezbollah et qu’il aurait dû monter une invasion terrestre (mieux planifiée) beaucoup plus tôt.

Ashkenazy faisait office de directeur du ministère de la Défense depuis qu’on avait donné la préférence à Halutz en 2005. Mais son expérience du combat comprend le poste de commandant de brigade adjoint lors de l’invasion israélienne du sud Liban en 1982 et chef de la brigade d’infanterie d’élite Golani de 1994 à 1996, une des unités d’infanterie ayant les plus hautes décorations des Forces de défense israéliennes. Il a aussi dirigé le commandement nord de l’armée dans les dernières années avant le retrait du Liban des troupes israéliennes en 2000.

(Article original anglais paru le 25 janvier) wsws.org


Vendredi 26 Janvier 2007


Commentaires

1.Posté par Maxwel le 26/01/2007 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Apparemment les pays occidentaux qui ont permis les massacres par les sionistes cet été suivent à nouveau les directives de ce régime fashiste sioniste

Ces sionistes ne se contentent pas de faire payer par ces cons d’occidentaux l’horreur de leurs actions meurtrières et destructives du Liban, ils voudraient bien embrasser les pays du moyen orient qui résistent à leur domination et colonisation

Non content d’avoir fait faire plus d’un demi-million de morts en Irak par leur marionnette siono-ricaine,

Ils sont pressé d étendre leur dévastation mortifère sur la Syrie et l Iran

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires